Brève. Crise climatique : nuages de très haute altitude au dessus de Paris.

Capture d’écran 2019-06-29 à 17.08.41.png

Cette photo a été prise par Bertrand Kulik le 21 juin 2019 et publiée sur le site Spaceweather.com car il s’agit d’une information intéressante pour plusieurs raisons. D’abord les nuages noctilucents (ou noctulescents) sont normalement invisibles au sud d’une latitude de 50 degrés nord dans l’hémisphère nord. Ce sont des nuages de très haute altitude – entre 75 et 85 kilomètres d’altitude – formés de cristaux de glace d’une taille inférieure à 0,1 micron. Il faut deux facteurs pour que de tels nuages de glace se forment. D’une part il est requis qu’il existe une température inférieure à moins 120 °C pour que ces cristaux se forment, ce qui est le cas à de telles altitudes, et d’autre part il faut qu’il existe aussi des « foyers de condensation » du peu de molécules d’eau présentes, environ mille fois moins que l’air le plus sec trouvé à la surface de la Terre, en particulier au Sahara. Ces foyers de condensation sont des entités moléculaires ionisées qui vont agréger progressivement les rares molécules d’eau présentes.

D’où proviennent ces « foyers de condensation » ? Essentiellement des rayons cosmiques qui ionisent les molécules d’oxygène et d’azote. La présence de tels nuages au dessus du nord de la France indique donc que le bombardement cosmique est suffisamment intense pour provoquer la formation de ces derniers et donc d’une densité importante de ces foyers de condensation. Cette observation signifie d’une part que l’activité magnétique solaire est au plus bas et d’autre part que ces nuages de très haute altitude augmentent significativement l’albedo de l’atmosphère terrestre (cf. la note en fin de billet). En d’autres termes l’observation de tels nuages dans une zone aussi méridionale est un mauvais présage pour l’évolution à venir du climat. Comme l’ont prédit de nombreux spécialistes du Soleil, le climat va se refroidir dans les prochaines années. Il faut ajouter qu’il y a quelques jours des nuages noctilucents ont été également observés depuis le nord de la Floride et du Texas. Il y a vraiment de quoi s’inquiéter car ici resurgit l’hypothèse de Svensmark exposée dans un billet de ce blog (lien) qui a été torpillée par l’IPCC.

Les esprits aveuglés par la propagande climatique ayant trouvé l’argument de la vague de chaleur actuelle sur l’Europe pour renforcer leur opinion au sujet du changement climatique trouveront que cette brève est une « fake-news », pourtant il n’en est rien. La NASA elle-même vient d’admettre que finalement c’est bien le Soleil qui agit de manière prépondérante sur le climat, ce qui fera l’objet d’un prochain billet sur cette rubrique.

Source : https://www.perspectaweather.com

Lien : https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/02/03/crise-climatique-le-role-preponderant-mais-indirect-de-lactivite-magnetique-solaire-sur-le-climat-terrestre-est-incontestable/

Note. L’albedo d’une surface, une grandeur comprise entre 0 et 1, est la mesure du pouvoir réfléchissant de la lumière. Si on n’arrive pas à voir les nuages noctilucents pendant le jour ce n’est pas une raison pour nier que ces derniers n’entravent pas la pénétration vers la surface de la Terre de l’énergie solaire. Dans le cas de la photo illustrant ce billet ces nuages sont éclairés par le Soleil « par en dessous » puisque le Soleil est sous la ligne d’horizon et ils réfléchissent cette lumière vers l’observateur situé à la surface de la Terre. Donc, durant la journée, ces mêmes nuages réfléchissent aussi vers l’espace une partie de l’énergie solaire incidente et par conséquent moins d’énergie solaire atteint la surface de la Terre.

24 réflexions au sujet de « Brève. Crise climatique : nuages de très haute altitude au dessus de Paris. »

  1. JH, vos billets climatiques nous font du bien, rafraîchissants comme ces entrées maritimes dans notre Sud ouest ces derniers jours qui nous ont permis d’échapper à la canicule et de rester du moins le matin à des températures bien agréables. Ce mois de juin a été vraiment contrasté avec un début plutôt frais, il avait neigé sur les Pyrénées à 2000m il y a encore 3 semaines. Le WE dernier j’étais en randonnée en vallée d’Ossau et il restait encore pas mal de névés à 2500m. Ils en ont pris un coup dans la semaine. Et j’aime bien toujours vos préoccupations d’un possible refroidissement à venir. Ça je l’avoue c’est rare et permet d’évacuer un peu le stress alarmiste de toute la media sphère. A si vous pouviez avoir raison !
    Bonne journée en tout cas.

  2. Je suis certain que JH n’envisage pas de faire des cristaux de glace avec des ions d’oxygène et d’azote bien sûr ! J’en reste quand même à l’idée bien farfelue de la glace qui se forme à très haute altitude avec les avions… Mais c’est peut-être un sujet tabou ?

    • Les avions de ligne volent à 50 km en dessous de ces nuages : impossible d’établir une relation. Les fusées envoyant des satellites variés ont aussi été invoquées. Quant à l’ISS son orbite se situe aux alentours de 400 km d’altitude, donc l’hypothèse de Svensmark retrouve toute sa validité avec de telles observations tout à fait inhabituelles à Paris. Je pense que la photo a été prise depuis les buttes Chaumont, mais je peux me tromper.

      • Bien sûr les avions ne volent pas si haut car il leur faudrait de très grandes ailes ! Mais si on trouve des molécules d’eau en très haute altitude pour faire ces nuages si particuliers il me paraît intéressant de connaître la variation dans le temps du nombre de ces molécules d’eau… Après tout si l’effet de « filtre » des cristaux de glace est effectif on peut en déduire qu’on peut refroidir aisément la planète… Il y a un marché pour Elon Musk ?

  3. Des années et des années que Jacques nous prédit que le froid est là ; que le froid va venir ; que ça va être terrible … En attendant, on attend … à l’ombre

    • Et oui hélas il est assez seul à oser cette affirmation même dans les rangs des sceptiques. Mais peut être qu’à l’instar des sorciers indiens faisant la danse de la pluie, il finira par faire tomber …la neige ? 😉

      • AMA ,vous oubliez, je pense , un élément essentiel ; l’inertie océanique . Les trois quart de la planète sont couvertes par les océans , ceux ci ont accumulé de la chaleur au cours de ces dernières décennies « plus chaudes » ( qui explique par ailleurs en partie le relargage du CO2 ) . Il faudra sans doute un peu de temps avant que cette masse se refroidisse et produise quelques effets que nous pourrions vraiment ressentir .Néanmoins , les quelques records de froid enregistrés de par le monde sur la terre ferme sont peut-être les premiers signes avant coureurs .Mon raisonnement n’a rien de scientifique mais cela me paraît assez logique .

      • Le mot sceptique me laisse rêveur, s’agirait-il d’une religion?
        Que je sache il n’y a de scepticisme en science que pour douter d’une hypothèse ou définir une théorie venant à l’encontre de la théorie précédente autour d’un même sujet d’étude.
        Ce qui est le plus frappant c’est combien vous, comme bon nombre de personnes, pouvez reprendre, comme un réflexe pavlovien, le moindre mot défini par les médiats: ils vous diraient que le ciel est rose que vous le répèteriez.
        Puis jetteriez « sceptique » au visage de la moindre populace trouvant un beau ciel bleu joli.
        Il y a quelque chose autant injurieux que vulgaire dans ce terme, une tentative moisie d’écraser l’autre de cette expression ne voulant rien dire, sauf à avouer, là se trouve le ridicule, que vous n’y connaissez autant que ce que vous en comprenez, c’est à dire rien.
        Vous me faites de la peine, presque pitié, de ne pas pouvoir penser par vous-même.
        Voyez, personnellement j’explique pourquoi, de mon niveau d’étude, je pense que nous n’avons pas affaire à un réchauffement climatique, allant même de rajouter que de ce réchauffement, je le préfèrerais infiniment plus à un refroidissement, quand vous, vous ne faites qu’envoyer à la figure des gens des insultes.
        Certes, vous n’employez pas des mots tels qu’enculé ou salopard, mais dans l’effet recherché c’est du pareil au même.
        Cette vôtre croyance bizarre, partagée par un grand nombre de personnes parfois munis d’un long cursus, fait réagir d’une même manière agressive quand ils font face à un contradicteur.
        Cette réactivité agressive me fais penser à la réaction d’un religieux au-devant d’un blasphème, comme s’il s’agissait des effets d’un choc numineux, c’est pourquoi je définis cela comme étant la remonté d’un processus inconscient très ancien du domaine des archétypes, tels qu’ils furent définis par C.G. Jung, due à un stress collectif violent.
        Parce que, si nous y réfléchissons bien, le réchauffement climatique anthropogénique ressemble, à s’y méprendre, au mythe de l’enfer sur terre qui est l’exacte inverse de celui du paradis sur terre qui traversa tout le XX° siècle, que ce soit dans le bloc de l’est sous égide de l’U.R.S.S. que dans celui de l’ouest dominé par les U.S.A..
        C’est fou ce qu’il est possible de déduire d’un tout petit mot de rien du tout, ne trouvez-vous pas?

      • Le terme « sceptique » est déjà gratiné, le terme « théoricien du complot » n’est pas mal non plus comme expression condescendante destinée à celui qui ne partage pas l’avis du plus grand nombre érigé comme vérité générale, même si celle-ci n’est pas démontrée.
        Derrière ce genre d’expressions, il y a cette façon manichéenne de voir le monde en noir et blanc, les bons et les méchants, les génies et les idiots. C’est d’une certaine façon la manifestation du cerveau reptilien, de la pensée primitive et une façon de dire « soit vous êtes d’accord avec moi, soit vous êtes contre moi ». Nous sommes en pleine binarité. Les zéros et les uns. Le cerveau humain réduit à la carte mère d’un ordinateur portable.
        La subtilité de la pensée distillée par les hémisphères cérébraux, les infinies nuances de couleurs entre le noir et l’absence de noir, tout cela est trop complexe pour celui qui raisonne comme un microprocesseur dans lequel une chose est soit vraie, soit fausse, mais ne pourra jamais être totalement vraie et fausse en même temps selon le contexte, ou un peu vraie et un peu fausse simultanément. D’où l’intérêt de s’ouvrir l’esprit sur des façons de voir les choses qui procèdent des philosophies asiatiques plus souples. Ce n’est pas un hasard si les russes et les chinois sont des champions d’échecs et de jeu de go et sont en même temps de fins diplomates pour lesquels on peut entretenir des relations à la fois avec Ies israéliens, les saoudiens, les perses et les occidentaux amoureux de logique et de binarité. La quadrature du cercle idéologique n’effraie pas ces gens là d’une souplesse intellectuelle de chats. Chez eux, on peut être sceptique et anti-sceptique à la fois. Le manichéen regarde stupidement l’index pointé vers le ciel quand le sage lui montre la lune et les étoiles. 🙂

  4. Pour certains, ces fameux « nuages » (si on peut appeler cela des nuages…) « noctiluques » seraient le produit de l’activité volcanique (ce qui n’est pas bête), pour d’autres l’effet de la baisse de l’activité solaire (pas bête non plus). Pour quelques rares initiés, c’est la confirmation de la théorie de l’effet « d’assombrissement » (pollution particulaire humaine, pourquoi pas), et enfin, last but not least, ces nuages noctiluques peuvent s’expliquer par l’effet de serre anthropique (sure thing !).
    Voici un topo du Monde sur le sujet daté de juin 2014 (quand c’était un journal à peu près lisible) : https://www.lemonde.fr/blog/autourduciel/2014/06/26/les-nuages-noctiluques-mettent-ils-en-evidence-le-rechauffement-climatique/
    Parmi ces 4 explications potentielles, 3 nous emmènent vers un refroidissement et une seule vers un réchauffement. Cette dernière ayant une crédibilité scientifique qui tangente le zéro absolu depuis le temps que ses prédictions ne se réalisent pas (40 ans), s’il fallait parier, je mettrais un petit billet sur le refroidissement.

      • J’ai consulté un marabout africain qui converse régulièrement avec l’âme de Pierre Dac, et qui lit dans le marc de nuages épais (genre cumulo-nimbus et autres zygomato-stradivarius à géométries variables). Son verdict a été sans ambages : il s’agit d’un effet secondaire évident du réchauffement climatique d’origine humaine et animale (notamment les pets de vaches sacrée indiennes). Qu’on se le dise…LOL 🙂

  5. Oui et le Mexique avec 1m à 2m de grêle suite à un incroyable orage, à cause de contrastes thermiques très élevés.
    Je crois qu’on n’a pas fini de voir des choses de plus en plus surprenantes. Il va falloir s’adapter mais encore faut il savoir à quoi s’attendre. Pour nous les étés semblent se dessiner vagues de chaleur et orages violents.
    Solution : les habitations troglodytes !!

    • Je viens de voir les images, ça s’est passé à Guadalajara alors qu’il faisait une température normale de 31 °C (les températures moyennes dans cette ville vont de 24 °C en janvier pour les plus basses à 32 °C au mois de mai pour les plus hautes). Malgré cela, il est tombé 2 mètres de grêlons dimanche 30 juin 2019.
      https://fr.sputniknews.com/international/201907011041562587-meteo-apocalyptique-une-ville-mexicaine-noyee-sous-la-grele-en-plein-ete–images-/
      Remarquable…aux USA, il y a eu en plus des 60 cm de neige au Colorado le 21 juin des épisodes météorologiques très perturbés avec de la grêle et des tempếtes sur plusieurs autres états après le 1er jour de l’été.
      Ca ne se réchauffe pas franchement au thermomètre dans ces coins là.

      • Le moins qu’on puisse dire c’est que ça se détraque de plus en plus.
        Dans la Drôme l’autre jour, il faisait 30° puis l’orage est arrivé en quelques minutes la grêle a haché cultures et quelques toitures, …puis 1h après il faisait à nouveau 30° et ciel bleu
        A Toulouse idem avec du vent avec des rafales de 130km/h, des débits de pluie de 50 à 100mm/h et bien plus lors des épisodes méditerranéen en fin d’été. Ces événements se reproduisent de plus en plus fréquemment, alors que les petits orages sans conséquence sont eux plus rares. C’est encore peu répertorié mais ça va venir je le crains.

      • Je suis passé 3 fois par la Drôme Provençale pour des vacances dans le sud de la France au mois de juillet et à chaque fois, j’ai essuyé une averse de grêle dont une vraiment violente avec des grêlons gros comme des oeufs de poule qui a flingué le pare-brise de ma bagnole de fonction (ah oui, on m’avait refilé une Lancia Dedra à mon grand regret et on allait à Hyères par des itinéraires détournés histoire de visiter des amis…c’était en 1993). Récemment, il y a eu un épisode de grêle qui a détruit pas mal de cultures dans la Drôme. Cela a fait la une des journaux télévisés qui nous ont présenté bien entendu la chose comme exceptionnelle et relevant du réchauffement climatique LOL.
        Contrairement à ce que vous dîtes, la grêle en Drôme n’est pas exceptionnelle et cela s’explique assez simplement par un conflit de masses d’air (au-delà de Valence, il fait toujours beau).

      • Les gaulois craignaient que le ciel leur tombe sur la tête. Cela devait être de la grêle… Ce n’est donc pas nouveau ❗

    • Ben, fallait pas faire chanter faux la chorale du coin, hein ;).
      Comme les fois précédentes, c’était tombé dans le désrt, on en a pas parlé…

    • Oui on a compris, la grêle peut tomber un peu partout dans l’hexagone et ce n’est pas une découverte. Elle ne concerne cependant que les zones orageuses développant des cellules convectives atmosphériques très énergétiques du fait d’un épisode météorologique créant de fortes chaleurs au niveau du sol. Oubliez donc la grêle en ce moment dans la moitié nord de la France.
      ————————————————————————————————————————
      Définition et formation de la grêle : « La grêle est une forme de précipitation qui se produit lorsque les courants ascendants issus d’orages entraînent les gouttes de pluie dans des zones extrêmement froides de l’atmosphère où elles gèlent. Les pierres de grêle se développent en entrant en collision avec des gouttes d’eau en surfusion. L’eau en surfusion gèlera au contact de cristaux de glace, de gouttes de pluie gelées, de poussière ou de tout autre noyau de cristallisation. Les orages qui ont un fort courant ascendant soulèvent la grêle jusqu’au sommet du nuage, où ils rencontrent de l’eau en surfusion et continuent de croître. La grêle tombe lorsque le courant ascendant de l’orage ne peut plus supporter le poids de la glace ou que le courant ascendant faiblit. Plus le courant ascendant est fort, plus le grêlon peut grossir.
      Les pierres de grêle peuvent avoir des couches semblables à un oignon si elles montent et descendent dans un courant ascendant, ou elles peuvent avoir peu ou pas de couches si elles sont «équilibrées» dans un courant ascendant. On peut dire combien de fois une grêle s’est rendue au sommet de la tempête en comptant les couches. Les pierres de grêle peuvent commencer à fondre puis à se recongeler ensemble pour former une grêle de grande taille et de forme très irrégulière. »
      Source : https://www.antarcticajournal.com/hailstone-lack-of-hail-causes-concern/

      • Pour les 2 mètres de grêle tombée à Gadalajara, il doit probablement s’agir de nuages qui ont transité par les USA pendant les fortes perturbations qui ont causé les 60 cm de neige en Californie. Ils ont dû s’accumuler et aller vers le sud et c’est tombé dans cette ville qui n’a pas connu pourtant un épisode de forte canicule.
        La météorologie est une croisement entre la thermodynamique et la mécanique des fluides, on parle donc de masses d’eau en perpétuel mouvement et vos petites mesures de températures locales ne peuvent pas rendre compte de toute la réalité du phénomène.
        Moralité : laisser tomber 5 minutes le thermomètre et regardez un peu plus le ciel.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s