Nouvelles de Tenerife : la raffinerie de pétrole de Santa Cruz

Tenerife_refinería.jpg

Après le Japon voici un billet qui intéressera particulièrement mes lecteurs fidèles puisque le mouvement des « Gilets jaunes » français a débuté ainsi et s’est par la suite dégradé en se politisant. En rentrant de Tokyo à une heure tardive j’ai pris un taxi à l’aéroport pour rentrer dans mon modeste meublé en location. Je me suis surpris à parler en espagnol, pas parfaitement mais presque, avec le chauffeur. À une heure tardive c’est fou comme les chauffeurs ont envie de se confier ! Descendant de l’aéroport vers le centre-ville nous sommes passés près de la raffinerie de pétrole de Santa Cruz et il s’en dégageait une odeur d’oeuf pourri très lourde. Ce monsieur m’a informé que la raffinerie CEPSA, l’une des deux ou trois compagnies pétrolières espagnoles, avait été contrainte de fermer cette installation en raison de la pression constante des écologistes, considérant que ces dites odeurs intoxiquaient la population. Les grandes cuves de stockage du pétrole brut sont nettoyées avant d’être coupées en morceaux …

Cette petite raffinerie fut construite dans les années 1930 loin du centre ville. Elle était censée produire des distillats pour l’archipel des Canaries mais également pour le Rio de Oro, l’ex-colonie espagnole aujourd’hui annexée par le Maroc ainsi que quelques petits pays d’Amérique latine comme l’Uruguay. Il s’agissait donc d’une installation industrielle, la seule de l’archipel, d’une importance stratégique indéniable. Lors du grand développement touristique impulsé par le régime de Franco au début des années 1970 inexorablement cette raffinerie se trouva entourée par des constructions et elle est aujourd’hui au milieu de la ville telle une présence incongrue. En raison d’aléas de rentabilité le gouvernement espagnol la vendit à l’Emirat d’Abou-Dabi au milieu des années 1990, pays qui eut de ce fait le privilège de mettre un pied dans un marché stratégique et totalement exempt de taxes.

Comme pour toute raffinerie de pétrole il existe une ou deux torchères qui brûlent des gaz apparus fatalement au cours du processus complexe de raffinage comme le méthane et l’éthane. Or ces gros brûleurs, bien que relativement élevés, produisent des fumées noires et les groupements écologistes ont commencé à s’énerver. Pire encore le dégazage des grandes citernes de stockage du pétrole brut dégagent divers produits soufrés classés dans la famille des mercaptans. Ces produits sont, certes, toxiques à de très fortes concentrations mais considérablement dilués dans l’atmosphère par les vents marins ils ont encore la particularité d’être toujours très « odorants ». En effet, ces mercaptans présentent la particularité d’être détectables par les terminaisons olfactives d’un nez humain à des concentrations frolant la partie par milliard (ppb) c’est-à-dire rien du tout.

Il s’agit des composés utilisés pour « odoriser » le gaz naturel (méthane) qui n’a aucune odeur comme ce fut le cas aussi pendant de nombreuses années dans les villes européennes avec le « gaz à l’eau » produit à partir du charbon, composé d’oxyde de carbone (CO, à ne pas confondre avec le CO2) et d’hydrogène, deux gaz qui n’ont également pas d’odeur. Toujours est-il que les associations d’écologistes ont encore tiré la sonnette d’alarme en raison de ces odeurs totalement inoffensives, faut-il le répéter, et l’émirat d’Abou Dabi a jeté l’éponge. « Désodoriser » une raffinerie représente des investissements considérables mettant en péril la rentabilité de l’installation.

Alors que l’archipel des Canaries profitait de distillats et de gaz (propane et butane) à un prix très accessible, le plus bas d’Europe – les prix à la pompe pour le sans-plomb 98 sont à peine plus élevés que un euro – dans quelques semaines ce prix augmentera brutalement de 40 centimes d’euros, merci aux écolos comme me l’a si bien expliqué ce chauffeur de taxi. Cet évènement est l’exemple type de l’ingérence des partis « verts » dans la vie économique qui va appauvrir brutalement la population alors qu’il n’existe aucun fondement scientifique pouvant appuyer leur action.

Ce chauffeur de taxi, trop content de convoyer un client comprenant ce qu’il disait a ensuite parlé des magouilles invraisemblables baignant dans la corruption qui sont déjà décidées quand il s’agira d’urbaniser un terrain d’une cinquantaine d’hectares dominant la mer. Les promoteurs immobiliers vont tout simplement s’en donner à coeur joie et enrichiront au passage les politiciens locaux qui ont ficelé des projets grandioses déjà sur les planches à dessin (c’est une image). Merci aux écologistes qui vont certainement réclamer leur part du gâteau au passage !

12 réflexions au sujet de « Nouvelles de Tenerife : la raffinerie de pétrole de Santa Cruz »

    • En France, quand on vend un bien immobilier, il y a 8 diagnostics obligatoires. Personnellement, je trouve que c’est une bonne chose, cela permet de savoir ce qu’on achète dans un secteur où les arnaques sont pléthoriques (pour m’être fait arnaqué une fois quand j’étais jeune, je peux vous dire que je fais très attention maintenant LOL).
      https://www.notaires.fr/fr/immobilier-fiscalit%C3%A9/diagnostics/les-diagnostics-techniques-immobiliers

      • et qui mandate le « spécialiste »?
        le proprio.
        il y aurait pas comme un conflit d’intérêt?
        Tous ces diagnostics servent à quoi?
        Installation électrique?
        je viens d’acheter un bien, avec diagnostic électrique bon
        faut avoir vu le bazar( je l’avais vu, mais pour moi, ce n’est guère un problème, je sais gérer)
        diagnostic énergétique. une blague, comme s’il savait ma façon de vivre
        les termites il a même pas mis les pieds dans le grenier
        assainissement, bon. ça fonctionne, depuis que j’ai créé ma « zone humide d’intérêt biodiversité)
        etc…

        Si on n’y connait rien, mandatez plutôt vous-même un expert,avec frais récupérables auprès du proprio, en cas de manquement grave, et responsabilité contractuelle de l’expert( ça motive)
        Et pour le notaire, c’est encore pis.
        Venez toujours au compromis avec votre notaire, pour des achats importants avec votre avocat

        et comme si tous ces rapports avaient la moindre influence sur votre décision d’achat?On achète pas un bien parce qu’il est en code vert, ou orange.
        Mais c’est surement des emplois verts durables, non délocalisables

        Quant à la nouvelle norme énergétique,c’est déjà pour le moment un vrai casse tête avec du neuf, avec de l’ancien on va rire… vert

      • Le DDT (dossier diagnosctics techniques) est un document utile pour un acheteur qui n’est pas du métier comme moi.
        Le recours contre un notaire véreux est simple, il suffit d’écrire au procureur de la république et le notaire ira passer un sale quart d’heure avant de tout reprendre à zéro s’il veut continuer à exercer sa profession.
        En cas de DDT pipeauté, les recours sont simples également : annulation de la vente, minoration du prix négocié, demande d’indemnités et attaque contre le diagnostiqueur. A noter que le notaire est responsable de la vérification du DDT (contenu, certification et assurances professionnelles du diagnostiqueur).

      • Ah oui, le diagnostoc énergétoc …
        Parfois, les connards d’artisans ne mettent pas le détail de ce qu’ils ont posé.
        Votre isolant r=3.45 ne va pas apparaître sur la facture, et vous serez bien mari au moment de la vente.
        Au surplus, vous avez moins de m2, vous perdez 2 m2 par exemple, donc au bas mot 4000 Euros en moins. Pas rien. Donc pas d’intérêt à isoler. Mettez un gros pull et de bonnes pantoufles.

    • Même le proprio occupant… Ils ont rien à branler ces polytocards ❓

      Ne mangez plus de viande rouge : bouffez du polytocard ❗
      Vous sauverez la planète 🙂

  1. Techniquement, ce n’est pas très compliqué de décarboner et de désulfurer des gaz en sortie de tour et cela ne coûte pas un bras.
    J’ai vu le cas dans une autre industrie (Spontex à Beauvais) et franchement, selon les vents, ça peut sentir très mauvais dans cette charmante ville de l’OIse (l’H2S est responsable d’une odeur d’oeufs pourris et est le constituant principal des « boules puantes »)
    Après avoir gémi pendant des années auprès de la mairie comme quoi l’odeur résiduelle d’H2S était impossible à enlever sauf à mettre en péril l’emploi, ils ont fini par le faire après que le préfet ait menacé de leur couper la tête. En 3 mois, le boulot a été fait. Comme ils font partie du groupe Total, il n’y avait rien à craindre, il y a de l’argent pour la protection de l’environnement.

  2. Chers tous,
    Soyons logiques!
    De deux chose l’une, soit nous sommes sortis, en tant qu’espèce, du monde naturel, auquel cas nous nous retrouverions à être l’égales des dieux, ou des diables, ce qui revient au même, quand j’en vois certains, j’en doute, soit nos créations en tant qu’êtres intelligents, toutes nos sottises comprises, sont des processus évolutifs normaux.
    Dans cette courte réflexion, je pose comme postulat que la seconde solution à ce dilème est la bonne.
    Mais si nous sommes au-dedans d’un processus naturel, cela ne peut que vouloir dire deux choses:
    1) que nous pourrions trouver des exemples dans les processus évolutifs passés;
    2) que toutes les autres espèces intelligentes qui pourraient apparaître sur d’autres planète auraient vécu la même chose.
    Penchons-nous sur le numéro 1 et posons-nous la question de savoir si, par une expérience de pensée, il serait possible de trouver un exemple potentiel de ce que je postule.
    J’en perçois plusieurs.
    Par exemple les premières bactéries productrices d’oxygène, les cyanobactéries de ce qu’il me semble, du-moins leurs ancêtres, qui, par leur production d’oxygène ont, avec le temps, il en a fallu beaucoup, j’en conviens, éradiqué de la surface de la Terre toutes les bactéries anaérobies, ce qui, ma foi, fut une belle catastrophe écologique.
    Un autre exemple qui pourrait se trouver sous la forme des premiers insectes xylophage de bois vivant, avant que les plantes primitives n’en trouvent la parade, si je puis dire, il est même possible d’imaginer que les premiers résineux, les conifères, soient apparus pour cette raison.
    Quand au premier carnivore, il du faire des ravages au milieu des bestioles qui s’égayaient de-ci de-là au fond des océans.
    Je propose que nous nous replacions dans les mécanismes évolutifs mais, car il y a un mais, en considérant que l’Être Humain, doué de raison, enfin, pas tous, j’en conviens, a une responsabilité qui, jusqu’à présent, n’existait pas dans la nature.

  3. Comme disait ce bon vieux Fontenelle : «Ne prenez pas la vie (trop) au sérieux ; de toute façon, vous n’en sortirez pas vivant.»

  4. Cher JH,
    vous et vos amis iliens avaient désormais le privilège de « sauver la Planète », et vous auriez l’outrecuidance de ne pas être content ?
    😉

  5. La traduction n’est pas parfaite mais ça illustre bien l’arrogance des écolos bobos qui veulent sauver la planète avec leur lutte contre la baisse de la biodiversité (Sketch de George Carlin) :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s