La « pilule » pour les hommes, bientôt …

Dimethandrolone_structure.svg.png

Depuis de nombreuses années les laboratoires pharmaceutiques investissent dans la recherche d’une pilule anticonceptionnelle pour les hommes. Par définition ce type de médicament doit stopper la spermatogenèse. La spermatogenèse est contrôlée par la testostérone ainsi que par la FSH d’origine hypophysaire (Follicle Stimulating Hormone) bien que ce dernier aspect ne soit pas clairement démontré. Le testicule maintient une forte concentration locale de testostérone qui joue un rôle essentiel dans la spermatogenèse. Trouver un antagoniste de cette hormone stéroïde au niveau de son récepteur devrait en théorie réduire voire totalement inhiber la spermatogenèse tout en maintenant un taux de testostérone circulant dans le sang satisfaisant.

L’OMS, après avoir réalisé une large étude au début des années 1990 relative aux moyens de contraception masculine, a encouragé la recherche dans le domaine des anticonceptionnels destinés à l’homme. En effet parmi les couples dont l’épouse n’utilise pas d’anticonceptionnels pour diverses raisons d’ordre médical il y a près de 40 % de grossesses non désirées et un infime mais non négligeable de grossesses avec stérilet. Les moyens de contraception masculine restent limités. Il s’agit de l’usage de préservatifs et le coït interrompu. Ces mêmes études de l’OMS ont indiqué que ces deux méthodes étaient très mal acceptées par les couples. La mise au point d’une « pilule » pour l’homme était donc opportune.

Les travaux de l’équipe du Docteur Christina Chang au Los Angeles Biomedical Research Institute de UCLA se sont focalisé sur un dérivé de la diméthandrolone (DMA, illustration), un stéroïde progestogène utilisé par certains hommes en raison de ses propriétés anabolisantes et antigonadotropiques. Ce stéroïde présente un effet hépatotoxique prononcé. Or pour inhiber totalement la spermatogenèse il est nécessaire d’utiliser de fortes doses bi-quotidiennes pour stopper totalement la spermatogenèse. Le produit finalement choisi en raison des faibles effets sur le foie est l’ester 17β-dodécylcarbonate (11β-MNTDC) qui peut être administré par voie orale. Un premier essai clinique durant 1 mois comprenant 12 hommes adultes en bonne santé a été organisé afin d’une part de tester les effets secondaires du produit à diverses doses biquotidiennes allant de 100 à 800 mg et d’autre part l’effet sur les taux circulants de gonadotropine et de testostérone.

Ce mini-essai clinique a permis de montrer que le 11β-MNTDC était bien toléré et qu’une dose de 800 mg par jour et par voie orale lors d’un repas serait suffisante pour réduire la spermatogenèse à un niveau proche de zéro. Ce dérivé traverse la barrière de protection protégeant le testicule comme il en existe une pour le cerveau et il est libéré après l’action d’une estérase pour se fixer sur le récepteur de la testostérone, fixation induisant cette inhibition de la spermatogenèse. Des essais cliniques en phase 2 devront préciser quel est le délai de traitement nécessaire pour atteindre une absence totale de spermatozoïdes.

Capture d’écran 2019-04-06 à 15.48.10.png

11β-MNT : analogue de la DMA avec un seul méthyl en position 11, DHT : dihydrotestostérone, AR : récepteur d’androgène, PR : récepteur de la progestérone. Les tests de fixation sur les récepteurs ont été réalisés sur une lignée cellulaire humaine établie à partie d’un adénocarcinome d’endomètre sur la base du déplacement d’une sonde fluorescente.

Source : J Clin Endocrinol Metab 104 : 629-638, 2019

Une réflexion au sujet de « La « pilule » pour les hommes, bientôt … »

  1. Intéressant 🙂 . Merci.
    Petite remarque : comme la spermatogenèse nécessite environ deux mois et demi chez l’homme, il est probable que le traitement mette du temps à agir. De plus, comme la concentration sanguine en testostérone chez l’homme d’âge moyen est de 3 à 8 microgrammes par litre, 800 mg de 11β-MNTDC est un dosage qui me paraît énorme en comparaison pour un dérivé hormonal qui par définition agit à de très faibles concentrations. Peut-être est-ce la dose « flash » nécessaire pour chambouler complètement cette spermatogenèse en une seule fois ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s