La France et le « Bactériologiquement Correct »

Capture d’écran 2019-03-14 à 15.47.12.png

C’est le Prince Charles, bien connu pour ses sympathies écologistes, vertes et festives, Président d’honneur de Greenpeace, qui souleva le lièvre lors de son apparition à la COP21 à Paris en clamant que le Camembert fabriqué traditionnellement avec du lait cru allait être à terme interdit. Les industriels de la fromagerie ont immédiatement exploité cette situation en fabriquant un camembert industriel de merde à partir de lait pasteurisé et ont appelé cette pâle copie du vrai camembert du terroir normand profond de « Camembert de Normandie » qui ne peut bénéficier du label AOP (Appellation d’Origine Protégée) réservé à une région particulière de Normandie avec un lait qui ne peut voyager plus de 30 kilomètres des fermes laitières vers les fromageries traditionnelles.

La Commission Européenne – qui va bientôt s’occuper de la longueur des poils du cul des Européens, ça les occupera ! – a émis un avis, non contraignant pour le moment, précisant qu’il était préférable de fabriquer le camembert avec du lait pasteurisé. Les députés et sénateurs français, tous aussi incompétents et européistes les uns que les autres, ont sauté sur l’occasion por examiner une loi permettant aux industriels de fabriquer massivement leur ersatz de camembert. Il est probable que les représentants de la population française subissent la pression des lobbys de l’industrie laitière pour que puisse être inscrits sur les emballages la mention AOP.

La même Commission a déjà interdit les claies en bois utilisées traditionnellement par les artisans fromagers pour que la fabrication des fromages soit bactériologiquement correcte. La France se désindustrialise sous l’impulsion des politiciens et en premier lieu de celle de l’occupant du Palais de l’Elysée, sans doute pas vraiment un amateur de fromage, la France ne va plus produire que des fromages industriels immangeables. Décidément comme le répète inlassablement H16 sur son blog : Ce Pays est Foutu !

Inspiré d’un article paru sur The Guardian. Illustration : camembert AOP dans les casiers des députés au Palais Bourbon à Paris (Parlement).

Note. Au Japon on trouve un excellent camembert fabriqué à Hokkaido (made in Hokkaido). Quand les Japonais décident de « copier » un produit alimentaire français ils viennent faire un stage de 6 à 12 mois pour apprendre les techniques traditionnelles de fabrication. La baguette « parisienne » qu’on trouve à Tokyo rivalise avec celle de la meilleure boulangerie parisienne. Il est vraisemblable que si le camembert Hokkaido rivalise aussi avec son équivalent français du terroir normand, les Japonais doivent avoir copié tous les petits secrets des fromagers français dont la fabrication avec du lait cru.

10 réflexions au sujet de « La France et le « Bactériologiquement Correct » »

  1. En Auvergne, le lait destiné à fabriquer le Salers (Cantal fabriqué en estive) est traditionnellement collecté dans une gerle. C’est un grand récipient demi sphérique en BOIS. l’Europe a voulu l’interdire, pour la remplacer par une cuve en inox, mais finalement après une lutte longue, la gerle reste autorisée !

  2. Soyons sérieux, voulez-vous ? Le meilleur camembert au monde s’appelle L’Extra et il est fabriqué au Québec par l’un des 8000 employés du géant agro-alimentaire Agropur. Ce sont les juges du World Championship Cheese Contest de Madison, Wisconsin, qui en ont décidé ainsi au printemps 2018 !

    • Je confirme pour le whisky, le vintage spécial 2015 du pur malt de 12 ans d’âge primé meilleur whisky du monde est le Suntory pure malt SYA1N dont j’ai une bouteille chez moi … Ah ! ce Japon …

    • Ce n’est pas une question de goût, parce que le jour où comme moi et mon père et mes aïeux vous mangerez un « camembert qui court », y’aura plus personne pour oser y goûter. (Foi de Godefroy et cauchois)
      Bref, le schéma économique est tracé : AOP avec un camembert pasteurisé ; chute des ventes du vrai calendos ; extinction de la filière (sauf pour les quelques richards – sans coeur – et autres bobos qui hantent Deauville, quoique le lait n’est pas cacher).
      Le changement de AOC en AOP fait qu’on protège un produit aux normes qui s’élargissent en proportion des ventres et bourses des législateurs de Bruxelles pour éviter le C du contrôle de la spécificité et du savoir-faire.

      Pur business pour favoriser l’industriel et appauvrir l’industrieux (donc la culture au sens large).
      Asticotement vôtre.

  3. Ca nous replonge dans la guéguerre médiatique initiée par le critique gastronomique Périco Légasse contre le groupe Lactalis qui -pour des raisons de marketing au rabais- met une appellation « camembert fabriqué en Normandie » sur des produits faits à partir de laits non forcément normands et pasteurisés. La pasteurisation peut se justifier pour des raisons sanitaires et certains fromagers reconstituent la flore initiale après pasteurisation pour obtenir des camemberts savoureux. Des industriels font aussi d’excellents camemberts au lait cru moulés à la louche comme par exemple l’excellente Fromagerie d’Isigny-sur-Mer qui arrive à exporter presque 50 % de son chiffre d’affaires en Asie.
    Cela dit, les choses ont changé depuis un an. Ainsi, « le Comité national de l’INAO et les industriels sont parvenus à un accord le 21 février 2018. Il y aura désormais, deux appellations, une autorisant l’usage du lait pasteurisé, sous l’intitulé « camembert de Normandie », l’autre exigeant exclusivement l’usage du lait cru, sous l’intitulé « véritable camembert de Normandie ». Le temps de mettre ces procédures en place et de revoir les délimitations géographiques, cette mesure entrera en vigueur en 2021. »

  4. PS : juste pour l’anecdote, la ville d’Isigny-sur-Mer (petite ville normande du Calvados qui jouxte la Manche, possède 3600 habitants, et est connue pour ses produits laitiers de haute qualité, ses huîtres et ses caramels) se prononce « d’Izini » et de façon contractée « Dizni », ce qui a donné le nom de famille mondialement connu « Disney » (qui se prononce « Diszni » en américain).
    La proximité de la ville de Sainte-Mère-L’Eglise dans la Manche voisine (1600 personnes), connue pour avoir été une des premières villes du débarquement (avec John Steele, un parachutiste américain bloqué deux longues heures sur le clocher de l’église qui en a réchappé en faisant le mort) a donné à la laiterie le nom de « Coopérative Isigny-Sainte-Mère ».

  5. PS2 : il existe d’autres productions de camemberts AOP autres que celles d’Isigny-Sainte-Mère : on peut citer par ordre alphabétique les marques Gillot, Graindorge, Jort, Moulin de Carel, Petite Normande, Pré Saint Jean, et Réaux qui méritent également le détour. J’ai dû en oublier, d’avance mille excuses.
    Pour ce qui est des productions industrielles qui n’ont pas l’AOP, j’avoue que je m’en sers souvent comme base culinaire; par exemple, un morceau de camembert plâtreux premier prix en grande distribution peut avantageusement être cuit dans une feuille de brick en aumônière et servi avec une mâche, quelques lardons frits et des noix pour faire une entrée rapide à faire et savoureuse pour les gens qui n’aiment pas les fromages à forte odeur ammoniacale).
    Bon appétit 🙂

  6. Un chevrier d’un village où je vais régulièrement prendre l’air a été invité, suite à une inspection, à mettre son installation aux normes. Il a répondu qu’il le fera quand les caves de Roquefort y seront elles-mêmes. Il n’a plus jamais été embêté.

Répondre à Didier Fessou Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s