Billet d’humeur politique : Macron et les « Gilets Jaunes »

J’avoue avoir suivi de loin les rebondissements récents de la politique intérieure française en particulier en ce qui concerne les dérives anti-sémites supposées avoir été le fait des gilets jaunes. J’ai trouvé un article de Guy Millière paru sur le site du Gatestone Institute daté du 5 mars 2019 dont je traduis pour mes lecteurs le résumé comportant deux citations. Il m’a paru d’autant plus intéressant que la version en français de cet article ne semble pas disponible alors que ce site publie en 16 langues. Bonne lecture !

« Il nous appartient de donner un sens politique à révolte des « Gilets jaunes ». L’objectif n’est pas simplement de contester une augmentation des taxes mais de contester le système politique qui induit cette augmentation« . Elias D’Imzalene, prédicateur islamiste français, 23 Novembre 2018.

« Macron déteste les gilets jaunes et veut qu’ils disparaissent, il veut gagner les élections européennes et a besoin du vote des musulmans, il connaît parfaitement qui sont les anti-sémites mais il ne les attaquera pas, il a besoin d’eux. Il ne s’en prend qu’à ceux qui sont dangereux pour lui« . Eric Zemmour, auteur français, 19 Février 2019.

D’autres personnes ont déclaré qu’une manifestation excluant le parti « Rassemblement National » visait à détourner l’attention du réel danger antisémite. Ils ont également suggéré que les partis politiques qui soutiennent les meurtriers de Juifs soient précisément ceux qui nient que l’Islam radical soit un danger.

Aujourd’hui ce mouvement s’épuise et il est miné par des casseurs commandités par le Ministère de l’intérieur pour le décrédibiliser, une belle tactique totalitaire qui rappelle étrangement la « nuit de cristal » à Berlin.

Sans autre commentaire

16 réflexions au sujet de « Billet d’humeur politique : Macron et les « Gilets Jaunes » »

  1. C’est exactement ce que je pense. Il n’ y a qu’à voir le déchainement des médias pour discréditer les GJ, car pour les médias tous les casseurs, tous les pilleurs sont des GJ à entendre leurs commentaires. Et les interviews radio-trottoir vont dans le même sens : les emplois vont être supprimé, le risque économique etc…..

  2. Cette séquence médiatique qui a consisté à décrédibiliser les Gilets Jaunes en le accusant d’antisémitisme a été savamment orchestrée. Pour comprendre les ressorts de cette opération d’ingénierie sociale, cela vaut le coup d’écouter l’analyse de Bruno GUIGUE :

    • PS : Bruno Guigue est un ancien de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm, est énarque et également titulaire d’un master de philosophie et d’un master de géopolitique. Bref, ce type a oublié d’être bête. Après avoir occupé des hautes fonctions à la Réunion, il a été sous-préfet des Charentes Maritimes avant de se faire virer avec pertes et fracas. En effet, Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur, a obtenu sa tête suite à une tribune qu’il avait publiée pour s’indigner du massacre de civils palestiniens désarmés par des militaires israéliens (1). Conséquence peu prévisible, il s’est fait virer de son poste de sous-préfet pour délit d’opinion antisémite, motif déguisé sous la forme d’un « manquement au devoir de réserve » des fonctionnaires préfectoraux qui dépendent de l’Intérieur. On peut noter au passage que cette décision est illégale [« Ne commet en revanche aucune faute l’agent qui s’exprime publiquement, même de manière polémique, sans mettre en cause sa collectivité ou les fonctions qu’il y occupe (TA Dijon, 10 novembre 2004, n° 031942) ou celui dont les propos, rapportés par voie de presse, n’excèdent pas le droit de libre commentaire (CE, 1er juin 1994, n° 150870) »]. Depuis, Bruno Guigues est devenu professeur de philosophie, géopoliticien, écrivain, et chroniqueur.
      (1) : voir le site http://ecoaustral.com/ou-lon-reparle-de-lantisioniste-bruno-guigue qui indique qu’il avait déjà publié 18 articles sur le conflit israélo-palestinien sans susciter l’ire de ses autorités de tutelle.

    • La dépossession des juifs de la Palestine en 47 me choque. La Palestine dont le nom apparait sous Hadrien (II siècle après J), est alors habitée par les juifs. Sous le règne de Constantin, les juifs sont encore majoritaires en Palestine, ils perdront cette majorité au profit des chrétiens. En 325 le Concile de Nicée établit la différence entre la Pâques Chrétienne et la Pâque Juive. Au VI ème siècle la seule ville où les juifs sont majoritaires est Nazareth. Entre 635 et 638 Jérusalem est conquise par les arabes. Les juifs ont été toujours été présents en Palestine jusque sous la domination Ottomane jusqu’en 1917. Ce sont les juifs qui ont été les premiers dépossédés de leur terres, par les Romains, puis par les Chrétiens et enfin par les Arabes, en 1947 La Palestine est scindé en 2. Les juifs reprennent possession d’une partie de la Palestine.

      • @Francis Matton : Il est délicat d’entrer dans ce genre de considérations (savoir à qui revient telles ou telles terres en prenant en considération un droit du sol héréditaire, sinon on pourrait avec ce genre de raisonnements penser que l’Alsace et la Lorraine doivent être rétrocédées à l’Allemagne du fait de leur appartenance passée en tant que Reichsland Elsaß-Lothringen à l’empire allemand).
        Le vrai sujet est la pseudo-dialectique qui vise à assimiler l’antisionisme à une forme particulière d’antisémitisme (l’antisionisme étant la position politique qui consiste à ne pas vouloir que l’état d’Israël massacre par des militaires des civils palestiniens désarmés et colonisent des territoires qui ne sont pas les siens comme le plateau du Golan qui est syrien…conformément aux positions de l’ONU et au droit international).
        Confondre une position politique non raciste et une idéologie clairement raciste est quelque chose de fourbe pour ne pas dire diabolique. Cette position est supportée par la puissante AIPAC américaine. On aura toutefois noté qu’en France, les lobbys pro-sionistes comme le CRIF sont très puissants également, et ainsi, le mouvement BDS qui supporte pacifiquement et légalement la Palestine en appelant au boycott de produits fabriqués en Israël a été sévèrement criminalisé : https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/11/06/l-appel-au-boycott-de-produits-israeliens-est-illegal_4804334_1653578.html
        Essayer d’assimiler les Gilets Jaunes à un groupe d’antisémites notoires procède de la même manipulation fourbe. L’opinion publique n’est heureusement pas dupe.

  3. Bruno Guigue : « sous-préfet des Charentes Maritimes »
    Il fut, plus exactement, sous-préfet de Saintes en Charente Maritime.
    Quelques précisions complémentaires…
    Lorsque l’on parle de la région géographique, on dit « les Charentes » – comme on diraient, ailleurs, « les Pyrénées » ou encore « les Alpes ».
    « Les Charentes » se composent de deux départements : la « Charente » et la « Charente Maritime » (chacune au singulier !).
    Quant à « la Charente », il peut aussi s’agir du fleuve.
    P.S. : Je n’ai aucun mérite à vous dire tout cela… J’habite en Charente maritime !

  4. Je ne vais pas ici conter ce que j’ai compris de l’anti-judaïsme et l’anti-judéité, il n’est pas la peine de s’attirer des foudres inutiles, sachez toutefois qu’il s’agit de questions hautement symboliques exactement inverses de celles qui s’animent à l’encontre des peuples de peau noire.
    Je ne m’étendrai pas non plus sur les problèmes de reconnaissance d’identité (être victime c’est avoir une identité en tant que telle qui peut être recherchée si elle disparaît).
    En revanche se pose, avec Slomo Sand, l’autre question, tout autant cruciale, de savoir ce que c’est qu’être juif.
    Pour ma part je ne le suis que dans le regard de l’autre, ni plus, ni moins.
    La radicalité du sionisme provient d’une complexe culpabilité inconsciente multifactorielle doublé de cette question d’identité dont l’histoire est le ferment.
    Sachez toutefois que des palestiniens conservent chez eux un chandelier à sept branche légué par leurs aïeux, que des peuples furent convertis au judaïsme dont une infime minorité chinoise.
    L’autre problème que pose le sionisme ne concerne pas la Palestine mais bien l’existence d’Israël en raison des instabilités géopolitiques que ce mouvement politique d’essence gouvernementale génère au Proche-Orient.
    Que ce pays s’allie à une Arabie-Séoudite qui, en réalité, se révèle être d’une fragilité extrême sous la double contrainte de son manque d’eau (d’avoir trop pompé ses nappes phréatiques) et la diminution tragique de ses réserves pétrolières, est une sottise, ceci d’autant plus que cette alliance de la carpe et du lapin, aux religions antagonistes, affaiblit et l’un et l’autre.
    Qu’il s’appuie toujours sur un empire U.S. au bord de sa disparition lui est tout autant dommageable, bien que les U.S.A. voit en lui son dernier bastion méditerranéen, mais il suffirait d’une chiquenaude économique pour que Tonton Sam y disparaisse (voir sa mésaventure avec Boeing).
    Je pose l’hypothèse que ce sera bientôt le bouddhisme lamaïste tibétain qui remplacera le judaïsme dans ce processus de haine débilitante…
    Ceci expliquant peut-être cela.

  5. @theuric : (je résume votre pensée complexe, n’hésitez pas à me corriger si je me trompe) : être contre les juifs, ce n’est pas forcément être raciste. Les juifs ont été des victimes mais n’ont pas été les seuls. Ils cultivent une paranoïa inhérente à leur culture et se coalisent aujourd’hui avec des états xénophobes (Arabie Saoudite et USA). Cette paranoïa résulte d’une haine des autres qui se retournera forcément contre eux et leur alliés. D’autres mouvements religieux les remplaceront.

    • Ce n’est pas le but de ce billet.
      Mais bon, puisqu’il faut parler religion et que je suis athée, je vais faire part ici de ma conception des religions.
      Je pense que la religion juive est une « proto-religion » qui aurait démarré environ 1400 ans avant JC. C’est un embryon de religion qui a bien démarré mais qui s’est arrêtée stoppée net car elle est trop exclusive voire raciste (les truc interdits dans les tablettes de la loi, les goys = non-juifs qui sont des sous-hommes et des sous-femmes infréquentables, la religion n’est transmissible que par la mère, etc..). Elle possède une structure internationale peu hiérarchisée basée sur l’influence.
      La religion chrétienne est de ce point de vue plus réussie, apparue avec un certain JC. Elle a pompé dans la religion juive les meilleures idées et l’a agrémentée de valeurs morales universelles (elle n’exclut donc personne) et elle est devenue la première religion multinationale mondiale, damant ainsi le pion aux juifs qui en retour critiquent cette religion chrétienne qui leur a tout volé…à juste titre, Cf le « Pentateuque » ou « l’Ancien Testament » qui est la Torah chez les chrétiens. On peut dire que c’est de bonne guerre d’un point de vue marketing. La religion chrétienne est extrêmement hiérarchisée et les ordres qui viennent d’en haut sont parole d’évangile. Il y a un chef suprême : le Pape, chose qui n’existe que chez les catholiques.
      Les musulmans succèdent 6 siècles après aux premiers chrétiens. Leur bible (le Coran) commence avec l’Archange Gabriel et reprend les lignes essentielles de la Bible qui est en fait un guide de vie en société mais oublie l’essentiel : une structure ecclésiastique très hiérarchisée comme chez les chrétiens qui contrôle l’ensemble des croyants au niveau mondial. Cette absence de hiérarchie chez les musulmans est la cause de tous les débordements extrémistes d’aujourd’hui.

      • « Torah » est le terme juif pour désigner les 5 premiers livres de la Bible.
        « Pentateuque », sur la racine « penta » qui signifie « 5 » en grec est un terme chrétien pour les mêmes.
        L' »Ancien testament » est un ensemble de livres, on pourrait dire « avant Jésus », dont les 5 premiers ne sont qu’une partie.

        Il ne faut pas dire que le Christianisme est fortement hiérarchisé, puis qu’il n’y a de « chef » suprême que chez les Catholiques.

    • cher Camembert,

      Ce que je tente d’expliquer ce sont les soubassement inconscients du sionisme qui, de la gauche athée du XIX° siècle est maintenant soutenue par une religiosité parfois laïc mais s’appuyant sur des présupposés religieux, à ce propos je vous conseille d’aller voir les vidéos de Slomo Sand, tapez son nom dans le moteur de recherche de Youtube et vous les trouverez.
      Même si je ne suis pas d ‘accord avec lui sur des points de détaille, il m’a convaincu a postériori de la justesse de mon approche.
      Être contre les juifs ou contre tout autre population est psychologiquement absurde et parfois criminellement dangereux mais a sa logique propre, c’est cette logique que je m’emploie de percevoir: nombre d’israéliens détestent les palestiniens qui, pour certains d’entre eux, détiennent encore des reliques de leur religion antérieur, qui était le judaïsme, quand dans le même temps nombre de juifs d’aujourd’hui sont descendants de peuples s’y étant convertis au haut moyen-âge.
      Commencez-vous à comprendre?
      Le problème d’Israël est non pas géopolitique mais géostratégique en raison même de l’approche hautement dogmatique de son gouvernement, d’une certaine façon le sionisme est à Israël ce que l’ordolibéralisme est à l’ Allemagne et le néolibéralisme au monde Anglo-saxon, la disparition en cours du troisième ne pourra que faire disparaître les deux autres à terme.
      En raison de ses tensions dogmatiques il s’est allié à ce qui est maintenant devenu les pôles méditerranéens les plus fragiles, les U.S.A. et l’Arabie-Séoudite, quand la logique géopolitique lui recommanderait de se rapprocher de l’Iran, de la Syrie et de la Russie.
      Regardez une carte, Israël détient une place prépondérante en Méditerranée, si vous voulez passer à pied sec du nord au sud par l’est de cette mer ou d’Asie en Afrique, vous devez passer par ce pays, c’est obligatoire, ceci d’autant plus qu’il est proche du canal de Suez et juste en face du détroit de Gibraltar.
      Voyez-vous le truc?

      • Vous oubliez de mentionner la toute puissance du lobby évangéliste nord-américain dont l’idéologie religieuse messianique rejoint celle d’Israël. Ce sont les Evangélistes qui contrôlent la politique extérieure américaine au Moyen-Orient.
        Aves-vous un jour discuté avec ces jeunes propagandistes américains appelés pudiquement « Peace Corp » ? Ce sont des évangélistes purs et durs qui répandent cette idéologie dans le monde entier sous couvert d’oeuvres humanitaires. La « démocratie à l’américaine » ce sont surtout eux !

      • Compris et merci theuric 🙂
        A titre personnel, quand je regarde une carte centrée sur Israël, ce que je vois, c’est que ce territoire avec le jeu de la tectonique des plaques n’a pas grand avenir. Il sera soit découpé soit comprimé et dans les deux cas, la situation n’est pas franchement enviable.

  6. Est-ce que cela a quelque chose à voir avec cette croyance (paranoïaque) sur la fin prochaine du monde et le retour d’un messie qui sauvera l’homme (encore un qui sauve la planète) et fera de Jérusalem (alias Sion) la capitale mondiale ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s