Le pic pétrolier, c’est pour quand ?

Oil_Reserves.png

Le rapport de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA) datant de 1998 prévoyait un « pic pétrolier » pour l’année 2010. On est en 2019 et durant l’année écoulée pas moins de 6 gisements extrêmement prometteurs ont été découverts en 2018 : Guyana, Brésil, Mexique, Texas, Chypre et Mer de Barents (Norvège). Il faut ajouter à ces découvertes celles « promises » par les analyses de logging au Ghana, en Mauritanie, en Namibie et en Afrique du Sud mais aussi sur le plateau continental dans la zone économique exclusive de Madagascar et enfin au large de la Guyane française.

En ce qui concerne l’Afrique du Sud, un nouveau venu dans le club des producteurs de pétrole, les réserves probables semblent être considérables. La première découverte faite par Total dans des couches du Crétacé inférieur à 170 kilomètres des côtes est partculièrement prometteuse puisque le premier forage jusqu’à 3600 mètres de profondeur a permis d’estimer les réserves sur le bloc concerné appellé Brulpadda à plus de 1 milliard de barils équivalents pétrole de condensats mais surtout de gaz. Les fonds marins varient entre 200 et 1800 mètres de profondeur mais Total a acquis une solide expérience en Mer du Nord dans le domaine de l’exploitation en eaux profondes et en forage off-shore profond en particulier autour des Iles Shetland.

Capture d’écran 2019-02-11 à 17.26.24.png

L’Afrique du Sud pourrait à relativement court terme devenir auto-suffisante en gaz alors qu’elle est dépendante de ses importations aujourd’hui. Alors le fameux « pic pétrolier » agité comme un spectre maléfique va-t-il être encore repoussé à une date ultérieure ? Ce concept, plutôt qu’une réalité, est utilisé à des fins de propagande car les incertitudes sur les réserves de pétrole sont considérables. Les Etats ne communiquent pas de données précises et les « majors » du pétrole peuvent sous-estimer comme sur-estimer leurs prévisions. Enfin nul ne connait précisément les réserves en hydrocarbures liquides ou gazeux de la Russie, même pas les Russes, car une grande partie du territoire nationale est encore inexploré. On reparlera donc du pic pétrolier plus tard et tout ce qui est écrit à ce sujet doit être considéré avec précaution …

Sources : Reuters et Total, illustration Total

10 réflexions au sujet de « Le pic pétrolier, c’est pour quand ? »

  1. Jusqu’à la fin des 30 glorieuses, l’avenir semblait relativement certain…et depuis 1973 (ou 1974, je ne sais plus), l’année du premier choc pétrolier, les gens doivent réfléchir, et agir en environnement incertain. Cela irrite les politiques, et perturbe les acteurs économiques car il faut gérer les risques de façon plus fine. On fait en effet face à des crises à répétition depuis. Des ONG et des organisations religieuses surfent de façon lucrative sur cette incertitude qui fait partie de la trame même de l’existence, en suscitant des peurs. L’esprit humain occidental est formaté pour la linéarité et fonctionne souvent de façon binaire pour un monde statique, contrairement à celui des orientaux plus subtils ou si on veut plus plastiques intellectuellement. On a donc inventé le principe de précaution, en espérant conjurer les démons de l’incertitude. On a agité l’épouvantail du réchauffement climatique. On a glosé sur le « peak oil » qu’on ne voit toujours pas venir car le monde est comme les réserves de pétrole : il est non cartésien, incertain et en perpétuel mouvement. On voit ainsi dans nos craintes d’occidentaux anxieux l’obsession du contrôle qui fait sourire les bouddhistes qui nous apprennent qu’il faut savoir paradoxalement lâcher prise pour être plus libre dans sa tête.

    PS : Petite lecture intéressante qui illustre ce billet sur un plan plus sociologique sur la gestion en avenir incertain : https://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2013-2-page-7.htm#

    • PS : puisqu’il a été question plus haut de la gestion de l’incertitude, voici une petite vidéo sympa et pédagogique sur le sujet du déterminisme et du chaos appliqués aux sciences, qui concernent aussi bien le climat et sa prévision que la biologie, la géographie, la physique ou encore la chimie, pour ne citer qu’eux :
      URL : https://www.youtube.com/watch?v=YrOyRCD7M14
      Durée : 24 mn
      Langue : FR
      Cela permet d’ailleurs au passage de comprendre pourquoi les modèles climatiques -qui nous promettent de griller en enfer- sont voués à l’échec.

      • @FrancisMatton : merci et pas de quoi 🙂 …David Louapre de « Science Etonnante » est comme Jacques Henry : un scientifique de formation qui est de plus excellent vulgarisateur, ce qui n’est pas forcément courant, et qui passe beaucoup de temps à soigner ses écrits (et bien sûr ses vidéos). Par contre, une de ses rares vidéos que je trouve à côté de la plaque sur le fond concerne le réchauffement climatique où il a répété -en très bon élève- les paroles d’évangile du GIEC. Je suis sûr qu’il reviendra dessus en l’enrichissant des réflexions pertinentes de climatologues « climato-sceptiques » reconnus par la communauté scientifique internationale (et comme il est à la base expert en physique quantique et en astrophysique -si je me souviens bien- on ne peut pas non plus trop lui en vouloir, le climat -comme il le dit lui-même dans la vidéo ci-dessus- étant un système chaotique par excellence).

    • Personnellement quand je lis une affirmation catégorique du genre « la Mer du Nord est profonde de 120 m », je suis perplexe (je ne parle même pas du terme « mal documenté » quelque peu péjoratif). La bathygraphie d’une zone sous-marine est toujours complexe car ce n’est jamais une surface plate et statique ; on peut rajouter que la profondeur maximale de la mer du nord est de 700 m du côté scandinave et environ 240 m côté écossais, sans compter le « devil’s hole » près de la belle ville d’Edimbourg qui tutoie les 500 m.

      • @Camembert Electrique :J’ai visionné sa vidéo sur le réchauffement climatique qui reprend les conclusion de Giec (ce qui m’a surpris) Mais il a fait une autre vidéo sur les cycles de Milankovitch et les changements climatiques dans laquelle il explique bien les aléas à prévoir le climat et surtout il contredit parfaitement le discours Algor .

  2. Je viens de prendre connaissance d’un article intéressant sur le pétrole, pas celui des schistes bitumineux de l’Alberta, mais le pétrole (et le gaz) de schiste américain : http://lesakerfrancophone.fr/lindustrie-de-la-fragmentation-cannibalise-sa-propre-production
    On a bien compris que le « peak-oil » n’est pas près de venir car les US sont en train de pomper tout ce qui est pompable dans leur sous-sol en matière d’hydrocarbures fossiles. L’objectif est de maintenir coûte que coûte une offre pléthorique afin de maintenir les prix du baril au maximum sous la barre des 50 USD…ce faisant, tous les investisseurs de Wall Street qui ont depuis plus de 10 ans misé des centaines de milliards de dollars dans ce business vont se retrouver en culotte courte dans peu de temps…il est probable que les militaires américains vont essayer de faire main basse par la force sur le pétrole vénézuélien prochainement, histoire de continuer à tirer les prix vers le bas. La Chine ne s’en plaindra pas, la Fédération de Russie fera un peu la tête mais son économie s’est déjà beaucoup diversifiée et elle n’est plus aussi dépendante des prix du baril que par le passé. Il est probable d’ailleurs que les russes envoient des bombardiers et des soldats de ce côté de l’Amérique du Sud pour calmer le jeu et permettre à Maduro de continuer à travailler sereinement.
    D’ici là, avec des forages à tout va avec des techniques de fracturation hydrauliques qui me paraissent franchement sauvages et peu maîtrisées, je me demande si les habitants des états américaines concernés ne vont pas connaître des micro-séismes et des problèmes d’approvisionnement en eau potable (je pense plus particulièrement à l’Oklaoma, au Texas, au magnifique Colorado, au Nouveau Mexique et à l’Arkansas).

Répondre à Camembert Electrique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s