Billet d’humeur politique : la Crimée vs Mayotte

Capture d’écran 2018-12-01 à 16.15.58.png

Il y a quelques jours des navires de l’armée ukrainienne ont pénétré dans la mer d’Azov et ont été arraisonnés par la marine russe. Un certain nombre de marins ukrainiens ont été mis sous les verrous. La Russie a revendiqué une violation des eaux territoriales de la Crimée, donc de la Russie. L’affaire a terriblement préoccupé les chancelleries occidentales dans la mesure où, dans la foulée le Président ukrainien, marionnette notoirement fasciste mise en place par les USA à la suite des évènements de la Place Maiden, a immédiatement déclaré la loi martiale et un couvre-feu dans toutes les provinces de l’est du pays.

Il s’est avéré après enquête de la Russie que ces vedettes rapides étaient remarquablement équipées en électronique de surveillance et qu’elles n’étaient là que pour tester les réactions de l’armée russe qui a installé des équipements sécuritaires de surveillance du nouveau pont enjambant le détroit de Kerch, passage obligé des navires du port ukrainien de Marioupol.

L’argument toujours resservi par les « démocraties » occidentales est que la Russie a annexé la Crimée à la suite d’un référendum qu’elle avait organisé à cet effet. Voici une capture d’écran du site officiel France Diplomatie :

Capture d’écran 2018-12-04 à 09.29.44.png

Il est clairement indiqué que la Russie a annexé illégalement la Crimée. Or ces « démocraties » occidentales appuient leur jugement sur la légalité de ce référendum qui a été organisé par les Ukrainiens eux-mêmes sans intervention de Moscou, ce qui a été confirmé par des observateurs du Parlement européen venus sur place, en vertu du droit fondamental figurant dans la Charte des Nations-Unies stipulant que les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes. Pour ce qui concerne cette légalité quand un Etat – l’Ukraine – supprime la cour constitutionnelle (à la suite des évènements de Maiden) et détruit en réalité la continuité de ses institutions il n’y a plus lieu d’invoquer le fait que ce référendum était légal ou non.

Je pose alors une question au Président français qui s’agite à l’encontre de la Russie en se pliant servilement aux décisions de Washington au sujet des sanctions économiques imposées à la Russie : quid de l’annexion de Mayotte, île faisant partie de l’archipel des Comores, un pays à qui la France avait récemment rendu sa souveraineté quand elle s’est retirée de Madagascar à la suite d’un référendum organisé par Paris en 1974 ? Seule l’île de Mayotte avait opté pour rester française et ce référendum d’auto-détermination avait été jugé illégal par le Conseil de sécurité de l’ONU. Pour y faire face la France avait pour la première fois usé de son droit de veto.

Aujourd’hui, dans cette île, nouveau département français, les Maorais sont submergés par des immigrants à tel point que plus de 60 % de la population est constituée d’Anjouanais, immigrés illégaux. Il en est de même pour la Crimée qui sert de tête de pont à tous les russophones d’Ukraine pour fuir l’état fasciste de Kiev. Un référendum a été librement organisé dans la péninsule de Crimée, faut-t-il le répéter, au plus fort du conflit opposant les Ukrainiens non russophones et majoritairement catholiques aux populations de l’est du pays et de la Crimée, chrétiens orthodoxes et russophones. Or la Crimée, craignant une invasion des bandes fascistes lourdement armées par Kiev (cf. le missile ayant abattu le vol MH17) n’a eu d’autres choix que d’organiser ce référendum d’auto-détermination pour se réfugier sous l’aile de Moscou.

Je réitère ma question : pourquoi deux poids, deux mesures entre Mayotte, île que je connais bien pour y être allé acheter des fleurs d’ylang-ylang, et la Crimée ? Avant de faire la leçon au Président Poutine il faudrait que les démocraties occidentales, dont en particulier la France, balaient d’abord devant leur porte. Et ce d’autant plus qu’il est écrit dans la Charte des Nations-Unies que les peuples ont le droit de disposer de leur liberté et d’éventuellement revendiquer leur indépendance, je le répète encore car il s’agit du fond du problème. C’est ce qui pourrait arriver par exemple dans le cas du Brexit si l’Irlande du Nord organise un référendum pour quitter le Royaume-Uni et se rapprocher de la République d’Irlande : elle aurait tout à y gagner … À l’instar de la France la Grande-Bretagne utilisera-t-elle alors son droit de veto pour s’opposer à ce référendum ? Ce serait une première qui remettrait les esprits en place au sujet de la Crimée …

Force est de constater que le monde politique a la mémoire courte. La Crimée fut cédée à l’Ukraine par l’URSS pour des raisons administratives plus que linguistiques ou religieuses. Les évènements de la Place Maïden, fomentés par les services secrets anglais et américains, ont eu pour résultat un conflit armé entre les communautés russophones et le reste du pays. Aujourd’hui l’Ukraine est au bord de la faillite et ne survit qu’avec le droit de passage du gaz russe sur son territoire en direction de l’Europe occidentale et les aides substantielles de l’Union européenne et des USA. L’industrie du pays est au point mort, la population ne peut plus se chauffer et les denrées de première nécessité se font rares. Plus de 3 millions d’Ukrainiens ont fui vers la Russie. La dérive fasciste que connait ce pays devrait logiquement conduire les pays de l’Union européenne à plus de fermeté et de retenue. Il n’en est rien car il faudrait alors que ces pays, dont en particulier la Grande-Bretagne et la France, reconnaissent leurs erreurs de jugement au sujet du Président Valdimir Poutine. Allons-nous nous battre encore une fois pour la Crimée ?

Si je dis « encore une fois » c’est tout simplement parce que mon arrière-grand-père paternel est allé se battre en Crimée en 1853, guerre expéditionnaire des Anglais et des Français, alliés de l’Empire Ottoman, pour repousser la Russie de cette péninsule. Si cette guerre occasionna la mort de près de 700000 combattants plus de la moitié d’entre eux moururent de choléra. Il faut noter qu’à l’époque l’Ukraine n’existait pas.

8 réflexions au sujet de « Billet d’humeur politique : la Crimée vs Mayotte »

  1. Le référendum a eu pour résultat de rendre la Crimée à la Russie et c’est la décision des habitants russophones de la Crimée. Comme le référendum Brigue et Tende en 1947 a rattaché ces deux communes à la France qui avaient une large majorité de francophones. (droit des peuples de disposer d’eux-mêmes)
    https://www.departement06.fr/documents/A-votre-service/Culture/archives/recherches-regionales/rr108-1989-04.pdf

  2. Mayotte est un bon exemple de l’application des grands principes, mais chez les autres des « Frères » au niveau international. Le Kosovo, plus proche de nous est tout aussi significatif, mais aussi plus sanglant pour dire avec L’OTAN, ce qui est à toi est à moi, ce qui est à moi est à moi !!!

  3. Une petite minorité d’Ukrainiens est catholique (dite uniate), ce qui est lié au démentèlement de l’empire austro hongrois, mais la grande majorité est orthodoxe. Kiev, ancienne capitale des russes était jusqu’à il y a peu un patriarcat orthodoxe subordonné à Moscou. C’est le pouvoir actuel ukrainien qui vient de lui faire changer de subordination.

  4. Effectivement. Si on veut accorder à une unité territoriale (l’Ukraine) le droit de s’émanciper, pourquoi refuser ce droit à la Crimée, l’Est ukrainien,etc.
    Les exceptions relevées aux traités internationaux montrent bien la faible adhérence au respect strict du Droit.
    A moins bien sûr que l’émancipation ait une acceptation uniquement progressiste.

  5. Pouvoir en Ukraine = Clique vérolée d’un certain Porochenko = oligarchie à tendance nazie installée par les USA et l’OTAN qui contient en elle-même les germes de sa propre destruction.
    Les amerloques sont des idiots finis et s’ils pensent que pourrir avec des milliards de dollars un pays limitrophe de la Russie, c’est envahir cette dernière, ils se mettent un doigt dans l’oeil, pour ne pas dire un ours dans le fion.
    Je ne donne pas un an avant que cette dictature pourrie se fasse trancher la tête par le peuple affamé et transi de froid.
    Le droit finit toujours par triompher.
    Mais à quel prix ? …. J’ai mal pour le peuple ukrainien qui n’a jamais demandé autant de violence à son égard. Qu’ils aillent rejoindre à l’est et pour ceux qui le souhaitent la nation russe infiniment plus civilisée, ou alors qu’ils reviennent pour les plus idiots de l’ouest à leurs origines polonaises, à supposer que la Pologne veuille encore d’eux, ce qui est très très loin d’être gagné.

    • L’Ukraine va exploser, Poutine l’a prévu et le sait.
      Pourquoi ? C’est simple : quand des gens pauvres sont affamés et frigorifiés, ils peuvent résister, mais quand on leur dénie la seule chose qu’il leur reste : le respect, et qu’on leur dénie ce respect en leur montrant que ce sont des « salauds de pauvres », alors la révolution a lieu. 1789, les gilets jaunes, etc…tout cela procède de la même erreur d’analyse des élites dirigeantes : ne jamais manquer de respect aux pauvres.
      Sinon ça pète.

  6. La France ressemble de plus en plus à la Syrie, ce que j’avais déjà dit il y a quelques mois.
    Donner des leçons de morale aux autres et faire les même erreurs, c’est la politique des gens qui se croient forts, et quand cela leur pète à la gueule, ils ne comprennent pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s