Billet d’humeur politique : où va la France ? Les « Gilets Jaunes ».

LaBoétie001.jpg

Dans une démocratie chaque citoyen a abandonné des pans entiers de sa liberté en mettant au pouvoir par son vote, le seul geste réellement libre et démocratique qui lui reste, des représentants supposés défendre ses intérêts, faire régner la justice, défendre son pays contre une agression extérieure et assurer l’ordre et la sécurité intérieure. C’est le pouvoir régalien de l’Etat que le citoyen a mis en place par son vote. Tout le reste n’est qu’un abus de pouvoir de cet Etat pour lequel le citoyen est finalement complice de la perte de sa propre liberté. Estienne de La Boétie l’avait parfaitement décrit dans son essai Discours de la Servitude Volontaire publié en 1548 précisément à l’époque où les habitants de la Guyenne subissaient une violente répression à la suite d’un mouvement anti-fiscal. Je suggère encore à mes lecteurs d’écouter la version audio de ce pamphlet politique en français contemporain disponible sur la Toile.

Bref, le gouvernement, je devrais dire les gouvernements, tant de la France que de toutes les soit-disant démocraties occidentales, ont mis en place des mesures qui privent les citoyens de leurs libertés fondamentales. L’information est contrôlée par des groupes financiers complices du monde politique. Les citoyens ne reçoivent donc que les informations que le pouvoir daigne leur communiquer. Des lois liberticides sont progressivement mises en place pour museler les citoyens qui osent encore s’élever contre les agissements du gouvernement. En ce qui concerne plus particulièrement l’aspect financier du fonctionnement de l’Etat, la formule de Peyrefitte « Toujours plus » et respectée à la lettre. L’Etat est un puits sans fond en termes de financement car il s’occupe de ce qui ne le regarde pas et cette mission qu’il s’est arrogé au fil des années ne peut pas être financée à moins d’appauvrir l’ensemble de la population tout en l’asservissant.

Il ne reste plus aux citoyens pour se faire entendre d’un appareil étatique tentaculaire que la grève et les manifestations de rue pouvant dégénérer à tout moment en guerre civile tant la population est exaspérée par les prélèvements fiscaux et les transferts massifs d’aides variées aux plus démunis dont en particulier les immigrés récents qui se sont organisés en communautés imperméables au reste de la population. C’est la situation à laquelle est confrontée la Suède et à ce titre la situation de ce pays telle qu’elle est rapportée par les médias sous contrôle de l’Etat très loin de la réalité est significative. Ces médias prétendent que la Suède équipe son armée pour éventuellement attaquer la Russie, la bête noire de l’Occident comme en a décidé la Maison-Blanche. Or il n’en est rien : la Suède équipe son armée pour faire régner l’ordre sur son propre territoire afin de faire face aux désordres de plus en plus violents créés par ces immigrés récents. Et cette situation est identique en France mais les médias n’en parlent jamais.

Afin d’appauvrir systématiquement la population toute entière l’Etat avance le changement climatique, la transition énergétique écologique, la protection des écosystèmes et bien d’autres fadaises répandues par des ONGs vivant de la générosité de l’Etat pour instaurer encore plus de taxes et dans le même temps il (l’Etat) organise le prélèvement de l’impôt à la source privant ainsi les citoyens d’un autre droit qui lui reste : refuser de payer ses impôts, en quelque sorte une autre forme de grève tout en mettant progressivement une société sans cash pour mieux pister les citoyens et les priver de la gestion de leur propre porte-monnaie. Mais refuser de payer ses impôts ne peut, pour réussir pleinement, qu’être décidé simultanément par l’ensemble des citoyens afin que l’Etat ne puisse plus avoir de marge de manoeuvre pour contrecarrer ce mouvement qui doit être de ce fait global. Mais qui prendra l’initiative d’informer les contribuables que le temps presse ? Tout individu courageux invitant la nation à se rebeller contre l’administration fiscale sera immédiatement jeté en prison ! Voilà où en est arrivée la France, le pays inventeur, après la Grande-Bretagne et les USA, de la démocratie moderne. Ce pays est devenu progressivement un état totalitaire, les libertés y sont bafouées et les citoyens réduits à la misère au profit d’une élite oeuvrant de concert avec le gouvernement. Gilets jaunes ressaisissez-vous et faites passer le message : il faut refuser cette servitude volontaire par tous les moyens dont on dispose encore mais pour plus beaucoup de temps …

20 réflexions au sujet de « Billet d’humeur politique : où va la France ? Les « Gilets Jaunes ». »

  1. Dans mon village, il n’y a jamais eu de manifestation. C’est la première fois.
    Cela filtre pas mal, il attendre dans les 5 minutes, ce qui énerve ceux qui ne sont pas préparés.

    On sème ❓ On récolte ❗

    • C’est bien, les gens indiquent qu’ils ne sont pas des moutons débiles et qu’ils savent raisonner et s’organiser spontanément pour montrer qu’ils ne sont pas d’accord.
      Ca surprend la classe politique qui considère généralement que les français sont des veaux.
      Réponse populaire spontanée : « Prends ça dans ta gueule ! » (comme dirait un humoriste régulièrement poursuivi en justice par certains lobbies de la bien-pensance et la diaspora sioniste).

  2. La commission des lois de l’Assemblée Nationale ignore le nombre exact de textes de lois qu’elle a fait voter…on estime leur nombre entre 300,000 et 400,000, ce qui est une fourchette de variation énorme…même de vieux textes de lois débiles comme l’interdiction du port du pantalon par une femme en région parisienne (ère napoléonienne) n’ont pas été supprimés.
    Trop de lois tuent la liberté et l’égalité devant la loi.
    Il faudrait peut-être commencer par réformer la loi, pour permettre au citoyen de ne pas l’ignorer (« nul n’est censé ignorer la loi », mais quand on a plus de trois cent mille textes, c’est excessivement difficile à faire).
    Ensuite, il y a le coût de la complexité qui en serait diminué car gérer un pays avec autant de textes de loi, c’est tellement réduire la marge de manoeuvre des uns et des autres qu’ils sont obligés de dépenser beaucoup pour s’y conformer et arriver à trouver des failles pour opérer. Réduire la complexité législative c’est aussi permettre une justice plus rapide car moins paperassière (il suffit de visiter le bureau d’un juge et de voir les centaines de milliers de pages qui s’y entassent pour comprendre le bordel induit par cette inflation législative).
    Ensuite, moins de lois signifie que le pékin moyen a moins besoin de trouver beaucoup d’argent pour se défendre avec un minimum de qualité (les grands avocats du barreau de Paris travaillent entre 600 et 1500 € de l’heure).
    Un objectif raisonnable serait de fixer une limite raisonnable au nombre de textes de loi, comme par exemple moins de 10,000 ..et encore, 10,000 me paraît beaucoup trop élevé.
    Du moins, on se rapprocherait de la devise républicaine : liberté, égalité.
    Pour la fraternité, on a encore un chemin « de dingue » à faire pour espérer la tangenter.
    Pas sûr qu’un idiot patenté comme l’actuel locataire de l’Elysée comprenne tout cela…les gens ont voté pour un baril de lessive avec une belle étiquette et une campagne de marketing très chiadée et se rendent aujourd’hui compte que la lessive ne lave pas. Eh oui, il en va des élites politiques actuelles comme il en va des produits de grandes consommation bas de gamme : ça brille, ça a de la gueule, c’est bien emballé mais il n’y a pas grand chose dans la boîte.
    Je ne regrette pas de ne pas m’être déplacé pour aller voter au second tour des dernières élections présidentielles où il fallait choisir entre la peste et le choléra.

    • La peste et le choléra ! Le choix était entre la même politique aux résultats désastreux depuis plus de 35 ans (et donc on peut constater que ça continue comme prévu) et une autre politique qui prend en compte les échecs, dont les analyses sont pertinentes, qui prend le contre pied de la politique menée et qui donc avait de bien plus de chances de réussir.
      Le choix était donc entre la peste et l’espoir de guérir. Dommage que les Français aient préféré rester avec la peste qui bien sûr ne voulait pas d’une guérison.

      • @Filomo : J’ai bien compris votre appétence pour le Rassemblement National que je ne partage pas trop.
        Maintenant, choisir à la fonction suprême entre une Marine Lepen qui ne connaît rien à l’exercice du pouvoir et Emmanuel Macron qui n’en connaît pas davantage (et qui apprend malheureusement très lentement), c’est bien choisir entre la peste bubonique et le choléra de brousse.
        Gérer un pays comme la France, c’est autre chose que gérer un kébab à Bobigny…c’est un boulot qui demande de l’expérience et une culture générale importante…ce n’est pas parce qu’on n’a pas eu de bon président depuis le Général de Gaulle qu’il faut prendre le premier clampin venu.
        Mes prévisions sur Macron se sont révélées exactes, le costard est clairement trop grand pour lui et il finira son quinquennat dans la douleur.
        Par contre, vous devriez être content, si elle se représente dans 3 ans, la petite mère Lepen aura de sérieuses chances d’être élue, même si l’establishment lui met des bâtons dans les roues par médias ou cabales juridiques interposés.

      • Camenbert Electrique, C’est quoi connaître l’exercice du pouvoir ? savoir s’entourer de gens compétents et sur qui on peut compter, avoir du bon sens, un objectif et les moyens de l’atteindre. Marine avait déjà fait ses preuves dans la gestion de son parti depuis de longues années, et on sait bien que la tâche n’a pas été facile, rien ne lui a été épargné, bien plus difficile que de gérer un kébab . Macron n’avait rien fait de tel, personne ne lui mettait de bâtons dans les roues, bien au conraire. Toute la presse était pour lui, les riches multinationales aussi. Donc déjà la comparaison montre une nette différence. L’une était libre, l’autre était redevable à ceux qui l’avaient placé là (et qui exercent donc vraiment le pouvoir). Son programme était clair, ses objectifs aussi, les résultats sont en conséquence, tout est normal. Ça ne se passe pas bien, comme d’ailleurs Marine l’avait prévu. Facile, c’est la même politique depuis plus de 35 ans, donc avec les mêmes résultats.
        Par contre, Macron est un excellent communiquant, un très bon baratineur capable de se faire passer pour supérieur à ses interlocuteurs avec un air condescendant, voire même un peu neuneu, qui masque bien que son discours est en fait très creux. C’est en cela qu’il a été supérieur à Marine lors du fameux débat. Mais ce n’était qu’un écran de fumée, une façade, et beaucoup de gens commencent à s’en rendre compte. Donc non, on ne peut pas dire peste et choléra. Mais c’est sans doute aussi ce qu’on veut nous faire croire pour nous empêcher de nous servir de notre bulletin de vote.

      • @Filomo : je suis d’accord avec vous sur un certain nombre d’arguments :
        – Macron n’a jamais eu de programme ni de vision à long terme pour le pays (il a été d’ailleurs financé de façon occulte par des groupes financiers outre-atlantiques et a fait connerie sur connerie pendant qu’il était ministre de l’économie, je pense notamment à l’affaire Alstom)
        – le débat d’entre deux tours Lepen-Macron a été instructif, je l’ai regardé et j’ai trouvé Lepen très au courant de ses dossiers et très combative, en tous cas largement supérieure à Macron, contrairement ce que la presse a rapporté dès le lendemain
        – la presse a eu les faveurs de Macron et on devine qu’elle est plus ou moins vendue, donc pas libre
        – je rajouterais qu’avec l’affaire Fillon, la presse et la justice ont respectivement présenté les choses à charges et ont travaillé avec une célérité impressionnante et curieuse (même si Fillon n’est vraiment pas clair du côté de ses déclarations légales, mais il n’est pas le seul)
        Pour le reste, c’est-à-dire la capacité du RN comme parti d’opposition à gérer l’exécutif, j’ai de très sérieux doutes, surtout qu’après le départ de Philippot, ce mouvement a reculé sur son projet de sortir de l’UE et d’abandonner l’euro. Si j’en avais eu la possibilité, j’aurais mis un bulletin de vote pour Asselineau qui me parait être un des rares à être en capacité de gérer correctement le pays, indépendamment de ses idées, mais au moins lui a l’expérience du pouvoir et une vision à long terme.

      • Camenbert Electrique. Le RN s’adapte aux réalités.
        D’une part les électeurs ont peur d’un départ brusque de l’Euro et de l’UE. C’est un des enseignements du second tour. Et puis comme on le voit avec le Brexit, cette sortie brutale n’est pas aussi simple et facile qu’on le dit à cause du poids de l’UE.
        D’autre part il y a de plus en plus de partis euro-sceptiques au sein de l’UE, donc avec beaucoup d’élus potentiels qui pourraient modifier la politique commune. Autrement dit on ne part pas mais on change de l’intérieur.
        Le but du RN est toujours le même : l’indépendance nationale, donc monétaire à terme.
        A suivre donc, en examinant le programme qui sera proposé par le RN et les autres, et ce qui en découlera.

      • @xc : Merci pour cette précision…on aura mis 213 ans pour supprimer la loi de 1800 interdisant le port du pantalon par des femmes…bonjour l’efficacité de nos députés 🙂

  3. Réflexion épistémologique transcendante : « On a eu les bonnets rouges, on a maintenant les gilets jaunes…j’attends avec impatience les petites culottes à pois verts » 🙂

    • Vous prenez mon billet avec humour et pourtant la situation de la France est très grave, peut-être plus qu’on ne l’imagine. Je vais aller au bout de ma réflexion car mon billet aurait pu avoir plusieurs pages. Dites-moi pourquoi la Commission de Bruxelles accepte pour la France un déficit de 3 % alors qu’elle rechigne à valider le projet de budget de l’Italie qui ne prévoit un déficit qu’à peine supérieur à 2 %. Dites-moi pourquoi on passe sous silence les évènements récurrents des banlieues des grandes villes françaises. Dites-moi pourquoi le gouvernement français est soumis aux désidérata des lobbys écologistes.
      Allez chercher la réponse outre-Rhin car si la France saute, c’est toute l’Union européenne qui s’écroule et l’Allemagne se trouvera dans une situation dont la gravité est difficile à imaginer mais qui me permet de faire un peu de politique-fiction. Si la France saute (ne peut plus honorer ses dettes détenues par des non-résidents) le PIB chutera de 25 % ! tous les épargnants, surtout les petits, seront spoliés ainsi que les retraités qui, eux, se retrouveront dans la misère. Je vous fais une confidence, j’achète en ce moment des yens pour ne laisser que le minimum d’euros sur mon compte en banque, ça demande réflexion, ne pensez-vous pas ?

      • Un peu d’humour ne nuit jamais, cela dit, vous avez parfaitement raison.
        La déferlante risque d’ailleurs de venir une énième fois des USA et fera s’écrouler la construction européenne si j’en juge les analyses de Ray Dalio (une pointure en matière de prévisions financières).
        Evidemment, on tapera dans les comptes des particuliers pour éponger les dettes (voir les analyses de Charles Gave).
        Les gens de mon entourage qui ont beaucoup de patrimoine financier investissent en ce moment dans l’immobilier et l’or, même à perte, ce qui est un signe annonciateur très clair.
        Donc au niveau des finances françaises, comme on dit dans le Beaujolais : « J’y vois pas beau »… 🙂

      • PS : quand on parle de finances françaises, il faut bien sûr parler de la dette qui tutoie les 3000 milliards d’euros auxquels il faut ajouter la retraite des fonctionnaires qui est « hors bilan » et qui est tout de même déficitaire de 4000 milliards d’euros…tiens, vous avez remarqué vous aussi qu’aucun homme politique n’en parle ? lol
        Ca nous fait un petit total de pas loin de 3 années de PIB…excusez du peu 🙂

      • A ce propos, vous aurez noté que la Grèce est en train de vendre ses monuments historiques…si vous avez un petit pécule à placer, je vous conseille la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe et le château de Versailles (qui seront bientôt en vente si l’Etat français continue à être aussi mal géré).

      • Si vos Yens sont sur un compte bancaire, êtes-vous bien certain que vous les récupérerez vu qu’ils sont considérés comme un prêt à la banque dépositaire?

  4. Une élection c’est une délégation de pouvoir qui impose donc 3 étapes que visiblement les électeurs ont oubliées ou qu’ils n’ont jamais apprises : choix, contrôle, sanction.

    Choisir sous entend qu’il faut s’informer bien avant d’aller voter, pareil pour contrôler, il faut suivre les actions politiques. Concernant la sanction, il faut tout simplement virer ceux dont la politique n’a pas donné satisfaction. Et ne plus jamais les reprendre sauf s’ils sont capables de donner des motifs acceptables (pas les habituels mensonges).

    Evidemment tout cela prend du temps, voire n’intéresse pas. Mais alors pourquoi ensuite se plaindre si la politique qu’on remet au pouvoir systématiquement depuis plus de 35 ans ne donne jamais, et pour cause, les résultats attendus ?

    Pour s’informer, pour suivre l’actualité et les actions politiques, il y a les médias, qui malheureusement ne son plus ni libres ni objectifs depuis bien longtemps. Heureusement, il y a internet qui permet d’aller s’informer à la source, à plusieurs sources, qui permet de comparer et donc de pouvoir conclure sans trop de marge d’erreur.

    Autrement dit, la démocratie, ça se mérite, ça demande des efforts, ça ne tombe pas tout cuit, il faut mouiller sa chemise. Sinon, pourquoi se plaindre des mauvais résultats ?

    Voilà maintenant plus de 35 ans que les Français votent pour la même politique, voire les mêmes personnages, un coup un peu à gauche, un coup un peu à droite. Voilà plus de 35 ans qu’on nous bassine avec les avantages du mondialisme, de l’UE, de la suppression des frontières et des nations, des délocalisations, des bienfaits de l’immigration, de l’obligation de recevoir ces pauvres gens qui fuient des guerres provoquées par nos politiques (toujours les mêmes), et maintenant d’accepter une nouvelle religion agressive, etc …

    De plus en plus de Français en ont ras le bol, mais ils n’ont toujours pas compris la puissance de leur bulletin de vote ! Ils préfèrent se balader avec des gilets jaunes, manifester, comme si cela pouvait servir à quelque chose !

    Il y a pourtant un parti politique, le RN, ex FN qui depuis tout ce temps explique pourquoi la politique menée ne peut conduire qu’à ce qu’on constate, et qui propose autre chose. Toutes ses analyses se révèlent pertinentes au fil des ans.

    Ah mais voilà, ceux qui sont au pouvoir expliquent que le RN c’est le retour en arrière, c’est l’extrême droite, des racistes, etc. … toutes sortes de conneries destinées à diaboliser un adversaire.

    Et les Français qui pourtant disent se méfier des politiques, les croient ! Ils ne prennent pas la peine de faire le boulot expliqué plus haut : s’informer correctement, et sanctionner.
    Donc pour moi qui ai fait ce boulot depuis belle lurette, la marche à suivre est très simple : bulletin de vote RN.

    Et si le RN échoue aussi ? eh bien c’est simple, sanction, d’autres seront prêts à prendre la relève et à proposer une politique plus adaptée, sachant que s’ils échouent ils seront aussi virés, pour de vrai.
    Actuellement les Français ne virent pas ceux qui échouent, alors pourquoi se gêneraient-ils ? pourquoi changeraient-ils de politique ? pourquoi arrêteraient-ils de mentir ? s’ils sont sûr qu’ils ou que leurs amis seront de toute façon élus pour toujours la même politique .

    Il parait qu’Hollande veut revenir … et après de nouveau Sarko ? puis de nouveau Macron ou un de leurs clones ? Bon sang, virez moi tout ça une bonne fois pour toutes !

  5. Bravo à Jacqueshenry! (avec lequel je ne suis pas toujours d’accord, surtout pour ses billets sur les USA) mais là je partage son analyse et inquiétude. Bravo Jacqueshenry!

  6. Cette affligeante démonstration de gilets jaune est le symptôme d’une démocratie qui a de plus en plus de mal à s’assumer. D’une part il ne faut pas toucher au fameux « modèle social » français, et la moindre coupe dans les dépenses de l’Etat provoque des hurlements. D’autre part, forcément, pour financer ça, on est assommé de taxes et impôts (les prélèvements obligatoires), et voilà les gilets jaunes.
    Dans une démocratie, les minorités peuvent faire valoir leur droit (quitte à bloquer le pays), on pourrait dire que c’est l’honneur de la démocratie. Mais voilà, résultat, on n’avance plus, donc on recule. C’est un choix, c’est ça, ou un régime plus autoritaire, moins scrupuleux, mais qui peut prendre des décisions.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s