La France n’est plus une démocratie

Le titre de ce billet paraît trompeur et pourtant c’est la stricte vérité : la France n’est plus une démocratie car la presse et les médias sont asservis au pouvoir de l’argent. Et comme les connexions entre le pouvoir politique et les oligarques qui possèdent l’ensemble de la presse française ne peuvent pas être ignorées alors par voie de conséquence je ne lis plus aucune presse française en ligne et il y a bien longtemps que je ne regarde plus la télévision qu’elle soit française ou espagnole. D’ailleurs je n’ai même pas de « télé » chez moi. Toutes les information figurant sur ce billet sont disponibles sur internet, et elles peuvent être vérifiées par n’importe quelle personne soucieuse d’apprendre à quelle sauce idéologique son cerveau est agrémenté. Il y a certainement des erreurs ou des oublis mais que mes lecteurs me pardonnent …

Comme le disaient Albert Camus : « il vaut mieux une presse pauvre et libre qu’une presse riche et asservie » , et Camille Desmoulins : « la presse est la sentinelle de la démocratie« .

La presse libre est un pilier fondamental de la démocratie. Sans presse libre il n’y a plus de liberté d’opinion et à terme il n’y aura plus du tout de liberté d’expression. Cette évolution conduira le pays des droits de l’homme vers un régime totalitaire sous la coupe réglée des puissances financières. La presque totalité de la presse française et des médias est contrôlée par 9 oligarques et leurs holdings comptant parmi les plus grandes fortunes mondiales : Bolloré, Lagardère, Drahi, Arnault, Pinault, Bouygues, Dassault, Niel et Pigasse de la banque Lazard (car il faut bien des banquiers dans ce bazard de gros, très gros sous). Les miettes sont réparties entre Médiapart, Le Canard enchainé et quelques sites courageux comme le nouveau site d’Aude Lancelin, LeMedia, que je conseille vivement à mes lecteurs ou encore Contrepoints. Entrons dans les détails et je m’excuse auprès de mes lecteurs si cette énumération comporte des oublis, je le répète, car je ne suis pas du tout un journaliste d’investigation et il y a certainement des erreurs dans ce billet.

Bolloré est propriétaire de Canal+, de C-news (anciennement i-Télé) de Havas et de DailyMotion. La holding Lagardère est propriétaire du journal Le Monde, de Paris-Match et de l’Obs. Elle est appuyée par Xavier Niel (Free) Pigasse (Banque Lazard). Le journal Le Monde qui à l’époque de Beuve-Méry appartenait aux journalistes selon les souhaits du Comité National de la Résistance est devenu un organe de propagande qui ne se gène pas pour classer ses concurrents et d’autres sites accessibles sur le Web avec son « Decodex » alors qu’il ferait mieux de balayer devant sa porte. La holding Lagardère est actionnaire du Crédit Mutuel avec le groupe Bolloré, banque qui contrôle un grand nombre de titres de presse papier régionaux depuis la Lorraine jusqu’à Rhône-Alpes. En outre Lagardère est actionnaire majoritaire d’Europe 1, propriétaire de l’hebdomadaire Elle mais aussi et surtout propriétaire du groupe Hachette qui contrôle de nombreuses éditions, proprement désarmant !

Patrick Drahi qui a arrangé en sous-main l’élection du Président Macron avec la banque Rothschild est un homme d’affaires franco-israélien émigré fiscal à Zermatt dont la holding possède SFR, Libération, l’Express et plus de 50 autres titres de presse hebdomadaire ou quotidienne comme la Voix du Nord. Drahi est en outre propriétaire de BFM-TV (qui vient de racheter la chaine de télévision lyonnaise jusque là indépendante TLM), de RMC, de l’hebdomadaire Télérama acheté chaque semaine par des millions de téléspectateurs et enfin de la chaine de télévision i-24 News qui était initialement basée à Jaffa (Israël).

Bernard Arnault est propriétaire du journal Le Parisien et du quotidien économique Les Echos, organe de propagande du Medef et main dans la main avec Natixis. François Pinault est propriétaire de l’hebdomadaire Le Point. La holding Bouygues est propriétaire de TF1, LCI, TMC et TV Breizh.

La holding Dassault possède Le Figaro. Si vous voulez vraiment savoir ce qui se passe en France alors allez lire des journaux en français de Belgique, de Suisse ou du Québec ou des journaux en langue anglaise, je ne lis malheureusement pas l’allemand. Où est la démocratie en France avec une telle presse et des médias contrôlés par le pouvoir de l’argent qui utilisent les sondages d’opinion pour influencer les choix des électeurs ? Bienheureux celui qui pourra prétendre que la France est toujours une démocratie ! Qu’il garde ses illusions pour lui. Pour ce qui concerne les médias américains, c’est pire puisque 6 grands groupes financiers (Disney, Time-Warner, Bloomberg, Murdoch, …) contrôlent l’ensemble des médias alors qu’il y a encore 50 ans 350 familles indépendantes de la grande finance étaient propriétaires de journaux et de chaines de radio ou de télévision et de quotidiens papier locaux ou nationaux.

Inspiré d’une conférence de Laurent Mauduit, ex-journaliste du Monde maintenant à Mediapart. Note à l’intention de mes honorables lecteurs : pas de billet dimanche 14 et lundi 15 octobre. J’espère faire de belles photos d’aurores boréales au dessus de la Sibérie, si il y en a …

23 réflexions au sujet de « La France n’est plus une démocratie »

  1. Oui mais c’est bien connu les propriétaires n’interviennent pas auprès des rédactions… Cela explique certainement qu’il n’y a aucun unanimisme dans les articles ! Comme le troupeau de moutons il suffit de quelques chiens de berger pour prendre la bonne direction. On est passé des « cent familles » aux dix familles et le « sang d’or » a remplacé le « sang bleu ». Les mariages se font d’ailleurs entre eux !!! Pour mieux maîtriser le populo il faut rajouter tous les titres de la presse féminine qui éduque via les salons de coiffure…

  2. Bien qu’appartenant à un très riche Franco-Libanais, Valeurs Actuelles est encore le seul hebdo, assez critique de ce qui se passe en France.

  3. Et surtout, la quasi totalité de la presse française est subventionnée par l’état français. Sans ces aides la plupart des journaux auraient mis la clé sous la porte depuis bien longtemps

  4. Comme au bon vieux temps de L’URSS cela laisse la place aux samizdats !!!
    Mais je viens de lire que les « tuyaux » vont être coupés aux récalcitrants qui propagent sur leur Blog des propos « équivoques »… C’est commencé aux USA, chez nous aussi, mais chut…
    Attention cher Jacques Henry, on vous a à l’œil ?
    Pour ce qui est de Valeur Actuelle, nul n’est parfait, mais ils viennent d’oser dire des choses interdites sur le réchauffement climatique. C’est un bon point.

  5. La seconde dimension de l’aspect antidémocratique de la France c’est son appartenance à l’Union-Européenne.
    U.E. faite d’une administration non élue qui a, en réalité, tous les pouvoirs décisionnelles.
    Imaginez-vous qu’elle a légiféré sur la cuisson des frittes et du pain.
    Je pense que toute cette mouvance euro-atlantiste, ce sont les États-Unis-d’Amérique qui la mise en place, c’est grâce à l’oligarchie U.S., ce qui se fait appelé l’état profond, que la nôtre a pu acquérir tout son pouvoir et que notre union s’est bâtie, toute cette mouvance, dis-je, est atteinte d’importants désordres psychologiques aux tendances hallucinatoires dedans lesquelles nous sommes plongés.
    Je lui ai donné le nom de « brouillard conceptuel ».
    Ce phénomène touche énormément de domaines, le présupposé réchauffement climatique n’en étant que l’un des multiples exemples..
    Notre problème est que cette oligarchie française, européenne et étasunienne est en phase d’effondrement en accompagnant dans sa chute tout ce qui fait économie: la monnaie, l’industrie et tout le reste.
    Dans ce délire constitutif, l’esprit l’individualiste a pris une part sociologique extrêmement importante touchant en priorité les classes-moyennes intermédiaires à hautes, intellectuelles et économiques, desquelles nous faisons, d’une manière ou d’une autre, partis.
    Être prévenu de tout cela peut nous permettre de nous y préparer, autant matériellement que psychologiquement.
    C’est pourquoi je vous conseillerais de faire des réserves, autant en vivre, en produit d’entretien, corps et maison et de quoi faire du troc.
    Pour ce dernier point, la raison en est que les monnaies furent infiniment trop produites à l’échelle internationale, ce qui leur à fait perdre leur valeur intrinsèque.
    Si elles tiennent encore ce n’est que parce que la réalité de la-dite perte de valeur est déniée par quasiment tous les acteurs économiques.

  6. Pour Theuric.
    Pas de panique, le pire n’est jamais sûr !
    Quand on travaille sur des systèmes asservis, ce qui est assez proche de nos groupes humains, on sait le pouvoir de la boucle de réaction. Cela limite la « gamberge » des systèmes en boucle ouverte… Les quelques intervenants iconoclastes font beaucoup pour remettre les pieds sur terre…

  7. Pour comprendre le monde qui nous entoure, on a besoin de 5 choses :
    – d’une grande culture générale et d’une grande capacité à apprendre
    – d’un état d’esprit : détecter les intentions, et les enjeux sous-jacents
    – d’une méthode : synthèse, analyse, savoir interpréter et savoir conclure
    – de données : savoir les trouver, détecter les données pertinentes
    – de temps : pour traiter le tout car il faudra souvent beaucoup d’aller retours (itérations de la pensée).
    On a beau avoir tous les journaux qu’on veut, si on n’a pas ces 5 capacités, cela ne sert à rien.
    Heureusement, il y a Internet et les moteurs de recherche.
    Si on sait s’en servir, on peut dénicher n’importe quelle information cruciale et la partager très facilement.
    Maintenant, la démocratie n’a rien à voir avec le fait que des journaux soient orientés ou non, cela a toujours été le cas. La démocratie, pour faire simple, c’est un homme une voix, un droit, et une dose de liberté. Si les citoyens sont idiots, la démocratie finira en oligarchie puis en dictature.
    L’américain Mencken disait de façon cynique au début du 20ème siècle à ce sujet : « La démocratie est une croyance pathétique en la sagesse collective de l’ignorance individuelle ».
    Je demande à voir où est la sagesse collective du résultat des élections présidentielles de ces 5 dernières décennies.
    Nous devons admettre que les élites politiques françaises sont d’une qualité intellectuelle pire que médiocre (je sais, il y a pire : les USA). Ce qui cloche en France, c’est donc clairement le système de sélection de nos élites politiques qui a été confisqué par les partis et certaines oligarchies (Bilderberg, Le Siècle, les clans parisiens du 16ème et 17ème arrondissements ou de Neuilly/Seine, le CRIF, certaines obédiences maçonniques, la French American Foundation, etc…).
    Les élites politiques russes, et je pense surtout à la qualité du personnel diplomatique de ce pays, sont mille fois mieux instruites, et ça, ça devrait nous poser problème, à nous intellectuels d’un certain âge, quelles que soient nos convictions politiques.

    • Excellent commentaire ! Les 5 paramètres que vous mentionnez s’appliquent naturellement aussi aux journalistes. Il est important de mentionner que dans toute cette presse détenue par des groupes financiers c’est l’op-ed (le rédacteur en chef) qui dicte la ligne de pensée car il est directement en contact permanent avec l’actionnaire. Et ce rédacteur en chef n’est pas nécessairement un journaliste.

    • Bien d’accord. Mais ce que vous cherchez à propos des élections n’est pas là où vous le cherchez. Je vous conseille la lecture de Stephen HARPER qui explique très bien les mouvements actuels vers plus de populisme, qui ne sont qu’à un début selon lui, avec les 2 « classes » de citoyens (les Anywheres et les Somewheres). Pas tout à fait d’accord avec votre appréciation anti-Trump et vous devriez la nuancer si vraiment vous lisez autre chose que la Presse française.
      (NB je ne suis pas un contempteur de Trump, mais le traitement que lui réservent les journalistes français et la gauche US, y compris Hollywood, sont ineptes.

  8. Ce que vous dites des propriétaires est parfaitement juste.
    Comment expliquer que leurs journalistes font majoritairement la promotion d’idées de gauche, qu’ils sont bêtement anti-Trump, anti-Israel, pro-palestinien, pro réchauffement climatique ?
    Pour l’essentiel.
    Çà reste pour moi un mystère.
    Ceci dit je ne suis aucune information d’aucun média français pour éviter d’être leur idiot-utile en propageant leurs idéologies.

  9. La France n’a jamais été vraiment une démocratie pour la simple raison que la Révolution n’a pas touché à la matrice pontificaliste théocratique du droit qui n’est pas compatible avec un droit réellement démocratique… Il n’existe d’ailleurs aucun pays dans notre Occident qui peut revendiquer ce titre de « démocratique »! Il faudrait tout d’abord, pour cela, comme c’était le cas de l’Odénossonie, (véritable et authentique démocratie détruite par les « chrétiens civilisateurs » venus coloniser l’Amérique du Nord), que toute référence à un dieu personnel révélé soit écartée des présupposés du droit. Les 5 Nations, connues sous le nom de Iroquois, se référaient à l’âme de la nature (ou Grand Esprit immanent) dont ils faisaient eux mêmes partie. Leurs lois et leur droit en étaient le reflet. Ce qui est impossible à imaginer pour nous les Occidentaux qui, comme les présidents des USA, font leur grande déclaration d’investiture sur la Bible qui vient de « dieu » et non pas sur la Constitution qui vient du peuple…

  10. Jean Yves Jezequel est probablement un peu excessif quand il voit le dévoiement de la démocratie par le catholicisme ou les autres religions monothéistes. Il pourrait sans doute revoir sa copie en étudiant comment l’église faisait élire les abbés de ses abbayes et comment sont élus les papes depuis belle lurette ! Pour les autres religions je ne sais pas. Mais je conviens bien volontiers que nul n’est parfait. J’ai plutôt l’impression par ailleurs qu’un grand Maître et ses troupes des Loges sont bien plus à la manœuvre que le Pape mon cher frère…

    • En effet mon cher Louis Monceauxl, une théocratie ou une monarchie religieuse peuvent avoir un fonctionnement démocratique (constitution, pouvoirs exécutif et législatif séparés, élection du premier ministre représentant le peuple à la tête du gouvernement, vote direct selon le principe d’équivalence : une personne une voix). Exemples de théocraties à régime parlementaire : l’Iran et Israël. (Si on est une femme ou non musulman, il est préférable d’éviter certaines théocraties comme l’Arabie Saoudite).
      Je n’irais pas argumenter plus loin pour savoir si ces deux pays ont une démocratie plus vivante que la nôtre (disons que sur le plan des libertés individuelles, et n’étant ni juif ni musulman, je trouve qu’il est plus sage de vivre en France). Le Royaume-Uni est une monarchie qui vit sous le régime de la démocratie parlementaire comme l’Espagne, ou les Pays-Bas (étant athée jusqu’au bout des ongles et ayant peu d’accointances avec l’aristocratie, je préfère encore une fois vivre en France, mais c’est juste une préférence personnelle).
      Cependant, Jean-Yves Jezequel a raison de penser que pour le cas particulier des USA, il est fait référence à Dieu dans la constitution de la majeure partie des états fédérés, dans le serment du président fraîchement élu (la fin du « oath » avec « so help me God ») et dans leur billet vert (« In God we trust) ». On peut rajouter que le second tour des élections présidentielles américaines se fait de façon peu démocratique avec des « grands électeurs » qui peuvent faire élire un candidat qui n’avait pourtant pas la majorité des votes directs au premier tour (Cf dernières élections Trump Clinton).

      • Lisez ou relisez l’histoire américaine pour apprécier à sa juste valeur le système des grands électeurs lors d’une élection présidentielle américaine (même chose au Sénat : deux sénateurs par état, peu importe l’importance de la population dudit état, par exemple deux pour la Californie et deux pour le Vermont).
        Sans ce système, les électeurs du croissant Boston-Washington et ceux de la Californie choisiraient à eux seuls et pour toujours qui serait apte à diriger les États-Unis.
        Dans le système parlementaire britannique, ce n’est pas la majorité des voix mais celle des députés élus qui permet d’accéder au pouvoir. On a déjà vu dans ce système un parti exercer le pouvoir bien qu’il ait obtenu moins de votes que son opposant.
        Bien à vous.

      • La constitution américaine de 1787 s’est organisée autour de 13 états, et excluait pas mal de monde (les femmes, les afro-américains réduits pour la plupart en esclavage, les « autochtones amérindiens » qui de toutes façons ont été par la suite massacrés et dans certains états, les américains non protestants…merci pour les autres).
        Il ne s’agit pas d’un suffrage universel direct (une personne une voix) et la présence de grands électeurs vient modifier la donne au motif que certains états moins peuplés risquaient de ne jamais peser dans l’élection.
        J’observe que nous sommes en 2018 et que ce système électoral indirect existe toujours, malgré les changements démographiques.
        Libre à vous d’y voir le summum de la démocratie…personnellement, les suffrages indirects me paraissent suspects et non démocratiques (si tant est que la démocratie, c’est un électeur une voix). C’est comme si on disait en France qu’il faut faire des élections indirectes au prétexte que la Corse, le Perche, le Limousin et l’Ardèche risquent de ne jamais peser dans le résultat du vote national. N’étant pas un bisounours, permettez moi de trouver l’argument un peu naïf :).
        On pratique cependant le même genre de cuisine électorale en France avec le découpage des circonscriptions électorales (il suffit d’être parachuté dans un trou et de serrer quelques poignées de mains en faisant moult promesses, et vous voila propulsé député juste en sortant de l’ENA sans aucune expérience…Comment ? … ah non, loin de moi l’idée de parler de François Hollande et de la Corrèze voyons !). LOL

  11. Au risque d’abuser de l’hospitalité de Jacques Henry, puis-je, cher monsieur, vous rappeler qu’aux États-Unis le système des grands électeurs a été adopté afin de refléter le caractère fédéral du pays (égalité formelle entre les États) en dépit des immenses inégalités démographiques, économiques et politiques entre les États.
    Ajoutez à cela un zeste de citron. C’est-à-dire la méfiance des Pères fondateurs envers les «humeurs turbulentes et changeantes des masses populaires», comme le note le politologue Claude Corbeau dans ‘Les États-Unis d’Amérique, les institutions politiques’. Et de citer Alexander Hamilton selon qui «les citoyens ordinaires ne sont pas capables de bien évaluer et de bien juger des qualités des individus en regard des exigences de la fonction présidentielle».
    Vous en savez quelque chose en France…
    Respectueusement.

    • Merci pour ce rappel. Personnellement, j’ai bien conscience qu’il faut beaucoup de connaissances en politique pour bien voter et peu de gens sont en capacité de le faire.
      C’est ce que j’écrivais un peu au-dessus, je cite :
      « L’américain Mencken disait de façon cynique au début du 20ème siècle à ce sujet : « La démocratie est une croyance pathétique en la sagesse collective de l’ignorance individuelle ».
      Je demande à voir où est la sagesse collective du résultat des élections présidentielles de ces 5 dernières décennies » en parlant de la France.
      Ce fil de discussion cela dit est une réflexion sur les médias français, plus précisément : peut-on considérer qu’un pays est une véritable démocratie quand la presse de ce pays appartient à un petit groupe d’oligarques fortunés ?
      La question se pose avec plus d’acuité pour les USA, et de ce point de vue, je vois bien la problématique des américains qui ont en moyenne un niveau d’instruction faible (1), qui ont une élite politique bipolarisée à outrance (républicains contre démocrates) et sélectionnée par l’argent et ses relations avec un certain nombre de lobbies puissants (2), et enfin un système électoral que je considère comme non démocratique à cause des grands électeurs (3).
      Se pose aussi depuis 2001 la question des libertés individuelles aux USA (4) depuis que Bush Junior a fait voter un corpus législatif digne du roman 1984 de George Orwell. Le tout aggravé par la libre circulation des armes à feu (5).
      Comme me disait un ami universitaire qui habite dans le Wisconsin, « les USA c’est génial si tu es riche, et WASP (white anglo-saxon protestant) ! ».

      (1) une année d’études supérieures scientifiques coûte à Harvard la bagatelle de 50,000 USD (prévoir minimum 400,000 € pour un doctorat donc), excluant du même coup beaucoup de gens pauvres mais intelligents qui n’ont pas la possibilité d’avoir recours à l’emprunt bancaire…chose qui en France ne pose pas encore problème, les études étant souvent gratuites ou à peu près. Un ami pilote de ligne américain m’a expliqué avoir payé 200,000 USD pour sa licence de pilote de ligne aux USA (Airline Transport Pilot Licence), licence qui peut s’obtenir à l’ENAC de Toulouse pour environ 10.000 à 15,000 €. L’instruction aux USA est clairement réservée aux plus nantis et ceci n’est pas très démocratique.
      (2) : les lobbies sont connus (médias, établissements financiers, grands groupes de la défense, le DoD, les agences de renseignements : CIA + FBI + NSA, etc…ce qu’on résume par le concept de « Deep State »). Le 10 septembre 2001, Donald Rumsfeld disait en riant devant le congrès américain ne pas savoir ce qui avait été fait des 23,000 milliards USD qui ont disparu de la comptabilité du Pentagone. Curieux comme situation : comment ce pays qui est prétendument une démocratie n’est pas toujours pas capable de rendre compte de ses dépenses militaires aux représentants des citoyens. La comptabilité du Pentagone a été pulvérisée le lendemain par un prétendu Boeing 757.
      (3) : Regardez le résultat des dernières élections : 65 853 514 voix pour Clinton et 62 984 828 voix pour Trump…et Trump est malgré tout devenu président grâce à une majorité de grands électeurs : 304 contre 227. Pas très démocratique tout ça.
      (4) : Les événements du 9/11 ont clairement fait basculer ce pays dans le non-droit avec la mise en place du « USA Patriot Act » qui est un texte de loi liberticide pour les américains, mais également pour tous les autres pays amis car cela permis l’extra-territorialisation du droit américain au mépris de tous les droits locaux existants. Ceci est de plus aggravé par le fait qu’aux USA, si on n’a pas d’avocat (les avocats américains coûtent beaucoup plus chers qu’en France), on peut se retrouver facilement ruiné et derrière les barreaux.. ce qui explique en grande partie que les prisons regorgent de détenus pauvres et appartenant aux minorités…pas très démocratique non plus tout ça.
      (5) : Voir le film de Michael Moore : « Bowling for Columbine » pour se faire une idée du problème des armes à feu aux USA, par rapport à son voisin le Canada. Une telle situation est inimaginable en France.

      • Je viens de comprendre notre écart de conception d’un système politique démocratique : vous êtes canadien…vous avez un suffrage universel restreint, seuls vos députés sont élus au suffrage universel direct alors que votre premier ministre ne l’est pas mais est nommé par votre gouverneur général (madame Payette), qui représente la Queen Mum, les armées et le sénat.
        C’est une conception très monarchique de la démocratie.
        D’un point de vue français, voire russe (ils ont aussi une élection présidentielle en direct), le fait que le « grand chef » ne soit pas élu en direct est quelque chose qui me paraît étrange, pour ne pas dire suspect. Mais il faut tenir compte du fait que le Canada est sur le plan économique dominé par les anglophones (j’ai travaillé dans mon jeune temps pour Molson).
        Cheers et Vive le Québec !

      • Merci pour ce commentaire !
        J’aurais détaillé mon opinion sur les USA ainsi on m’aurait taxé d’antiaméricanisme primaire (ce qui est déjà arrivé) …
        En France le système éducatif permet l’accès aux grandes écoles d’ingénieurs gratuites (ou presque) mais l’élite intellectuelle française reste néanmoins constituée de descendants d’intellectuels de la bourgeoisie.

  12. Bonjour ,
    Votre titre , et l’ensemble de votre billet , me donnent envie de poser deux questions : l’a t elle jamais été , et qu’est ce que c’est une « démocratie » ?
    (Camenbert électrique en a cité une définition qui me plait bien )

  13. Et si concrètement on parlait de pratique démocratique en introduisant la notion du choix des possibles dans le vote lui-même : du début du commencement de la reconnaissance pleine et entière du vote blanc* pour élargir la feuille de papier à cigarette qui pourrait servir de coin dans l’arbre en vue d’abattre les détenteurs séculaires du pouvoir qui tend vers sa pérennité mondialiste ? (Petit plagiat d’actualité lol)

    *Un vote blanc à redéfinir conceptuellement et qui prendrait en compte toute la dimension psychosociale de l’ignorance individuelle – de la valeur de nos « opinions » – qui de facto relègue la sagesse du peuple (un collectif manipulable par le premier pouvoir des médias) sur le plan de la croyance que tout système de pouvoir (et en premier lieu le « spirituel ») utilise – pour reprendre les termes de la citation Mencken.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s