Black-out total en France et en Grande-Bretagne sur les évènements survenus en Syrie le 17 septembre 2018

Tout ce que les organes de presse main-stream de ces deux pays, radio, télévision et presse papier, ont indiqué est que l’avion de reconnaissance de l’armée russe Iliouchine Il-20 a été abattu par la défense anti-aérienne syrienne, et par erreur … D’autres informations n’ont pas filtré car elles pourraient embarrasser les gouvernement français, anglais et israéliens. Le monde a frôlé l’embrasement généralisé ce 17 septembre, une situation particulièrement critique dont la France, ancienne puissance coloniale (comme la Grande-Bretagne) en Syrie a largement contribué à aggraver. Cet évènement relaté en détail par le journaliste d’investigation résidant à Damas Thierry Meyssan sur son site montre clairement que l’occupant du Palais de l’Elysée à Paris, par ailleurs chef des armées, a perdu la raison et ne comprend strictement rien à la politique internationale. Je n’aimerais pas être à la place de son ministre des affaires étrangères.

J’invite mes lecteurs à se reporter à l’article de ce journaliste – dix minutes de lecture soigneuse car on apprend beaucoup de l’histoire passée qui explique le présent – dont voici le lien : http://www.voltairenet.org/article203057.html pour se faire une idée de l’inconséquence dommageable du Président de la République Française tant pour la France que pour l’Europe en général.

Meyssan livre une analyse très pertinente des conséquences de cette intervention franco-britannico-israëlienne qui rappelle à de nombreux égards celle conduite contre Nasser en 1956 par exactement la même coalition. Il est tout à fait significatif que les Américains ont refusé de participer à cette opération et Meyssan énumère avec une clarté digne d’un journaliste de classe internationale les effets à moyen terme sur la redistribution des cartes dans la région qui paraît inévitable et qui laissera l’Europe comme un lamentable laissé-pour-compte qui devra survivre dans un monde dans lequel les puissances dominantes seront la Chine, alliée à la Russie avec tous les autres pays de l’Asie (peut-être bien aussi le Japon, premier partenaire commercial de la Chine) et d’un autre côté le monde anglo-saxon, USA, Grande-Bretagne post-brexit, Canada, Australie et Nouvelle-Zélande, les 5 grandes oreilles qui contrôlent l’ensemble des trafics de l’information dans le monde. Les USA se rebiffent déjà avec la guerre commerciale initiée par le Président Trump et c’est tout à fait significatif de la réaction ressemblant à celle d’un animal blessé qui ne trouve plus quel moyen trouver pour sa survie. Les USA sont donc devenus dangereux mais Trump a probablement pris conscience des limites des possibilités financières et logistiques de ses capacités d’interventions militaires à l’étranger. Et il s’agit ici d’un véritable espoir pour la survie de l’humanité. Bonne lecture dominicale.

4 réflexions au sujet de « Black-out total en France et en Grande-Bretagne sur les évènements survenus en Syrie le 17 septembre 2018 »

  1. Excellent article en effet, je l’ai copié et transmis à des amis, dès sa mise-en-ligne.
    Meyssan a une excellente culture historique et géopolitique.

    A priori, Macron devait être absent de ses cours de géopol à l’ENA…et quand j’entends des énarques comme Asselineau parler d’histoire et de géopolitique, je me dis que l’ENA n’est pas en faute.
    Ajoutons à cela le discours de Macron à l’AG de l’ONU qui plaide pour la liberté et le multilatéralisme pendant que nos navires envoient sans aucune raison des missiles sur les syriens…bonjour la cohérence et la crédibilité du président et de ses deux idiots de service (je parle de Parly et de Le Drian).
    Les israéliens sont punis et ce n’est pas un mal (à force de jouer avec les allumettes près du gaz, ils vont finir par se prendre une bombinette sur le coin de la figure) : Poutine ne répond plus au téléphone quand Nettanyaou appelle, et la délégation militaire israélienne envoyée au Kremlin pour justifier l’injustifiable s’est faite éjecter au bout de 21 minutes….apparemment, les russes n’aiment qu’on s’amuse à Juda avec eux.
    Résultat des courses : la Syrie sera dorénavant une no-fly zone et des batteries de S300 et S400 sont en train d’être mises en place avec tout l’attirail de guerre électronique qui va avec (brouilleurs GPS et radio, etc…).
    Reste à voir ce qui va se passer sur Idlib d’ici la mi-octobre…pas sûr que les 50.000 terroristes qui s’y cachent aient décidé de tailler la route en douce.

  2. Ce qui est décrit là, entre-autre, d’un appauvrissement intellectuel des colonisés par les colonisateurs est exactement ce qu’il s’est passé en France et est, ô combien visible aujourd’hui dans notre gouvernement, à en être même caricatural.
    Et je crains fort que ce phénomène soit perceptible dans toutes les strates de notre société mais aussi au sein des deux autres pays incriminés.
    Quoi qu’il en soit, un rapprochement britannique de la France est stratégiquement et politiquement cohérent, il est dommage et dommageable que cela se fasse sous de tels hospices.
    Personnellement de cette affaire,j’en perçois l’affolement dans les gouvernements français, anglais et israélien, cet affolement, peut-être même un début de panique, proviendrait de ce que l’empire U.S., comme je le pressentais depuis quelques temps, se retire d’Europe, à l’image de l’empire romain se retirant de la Bretagne.
    Ce fut leur tentative de faire revenir leur maître auprès d’eux, un petit peu comme des enfants faisant des bêtises pour que reviennent leurs parents.
    Maintenant les pays de l’Union-Européenne deviennent, pour les États-Unis-d’Amérique, ce que les états du pacte de Varsovie étaient pour l’U.R.S.S. déliquescente de la fin des années 80: un gros boulet.
    Le principal problème de la Russie en Europe, à mon sens, c’est l’Allemagne qu’il lui faut tenir par la vente de son gaz, deux guerres mondiales lui ont suffi, or les gazoducs ne sont pas tous construits.
    Sauf à ce que la Germanie explose, comme il en fut du Saint-Empire au XVIII° siècle, ce qui est toujours possible.
    Si un pays comme la France ou l’Italie se sépare de l’Union-Européenne et /ou de l’euro, c’est l’U.E. qui explose, dès lors le dollar suit, les U.S.A. puis l’économie-monde.
    Phénomène qui, quoi qu’il en soit, se produira.
    Pour les U.S.A., garder un pied en Méditerranée, géostratégiquement important, ne serait pas pour leur déplaire et seule Israël reste un allié sûr, or cette affaire montre que ce dernier pays peut avoir de dangereuses velléités tout en révélant plus si sûr que cela.
    En fait, la destruction de l’avion russe et la mort des militaires qui étaient à son bord signe une accélération, voire même une bifurcation fortement probable des équilibres politique à l’international, mais aussi en Europe.
    Tout le monde sait, dans les chancelleries, que la position du Président de la République Française à l’intérieur du pays est désormais extrêmement précaire et que peu s’en faut pour qu’il chute: le baril de poudre est prêt, la mèche est posé, tout ceci par ceux-là même qui l’avaient porté au pouvoir, maintenant la moindre étincelle peut tout enflammer le tout.
    Dans le même temps Madame May, au joli mois, est, au sujet du brexit, dépassée par son aile dure et n’est par sûr que cette délirante aventure syrienne vienne calmer ses ardeurs, bien au contraire.
    Je sens que nous allons revivre quelque chose de semblable aux événements de 1989 mais du coté de l’ouest-européen…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s