Afghanistan : cimetière des Empires

Capture d’écran 2018-08-18 à 17.17.58.png

C’est le titre d’un article d’Eric Margolis, journaliste et écrivain américain paru sur le site LewRockwell le 18 août 2018. Les ajouts entre parenthèses sont de mon fait.

Après dix-huit années sanglantes, la plus longue guerre menée par les Américains dans leur histoire continue sans issue ni raison en Afghanistan. Dans ce pays un peuple vaillant, jaloux de son indépendance, constitué des tribus montagnardes, les Pashtounes, a combattu sans relâche le tout puissant empire américain et l’a conduit dans une impasse qui a déjà coûté 4000 milliards de dollars aux contribuables américains, 2371 morts et 20320 blessés. Nul ne sait combien d’Afghans ont été tués, c’est top secret. Les tribus pashtounes de l’alliance des Talibans combattent pour débarrasser leur pays de toutes les troupes étrangères et éliminer le régime fantoche pro-occidental de Kaboul qui prétend être le gouvernement légitime du pays. Retirer l’armée américaine (et ses mercenaires) et ce régime tombera en quelques jours. Tout ça a des relents de guerre du Vietnam. Les douloureuses leçons de ce conflit du Vietnam ont été complètement oubliées et les mêmes erreurs se produisent en Afghanistan. Les mensonges et les discours réjouissants des politiciens, des généraux de l’armée et des médias continuent sans cesse.

Cette semaine passée, les force talibanes ont occupé la ville d’importance stratégique de Ghazni sur la route de Peshawar à Kaboul. Il a fallu trois jours d’attaques massives de l’armée américaine avec des bombardiers lourds B-1, des hélicoptères Apache, des chasseurs A-10 et toutes sortes d’avions massés dans les bases américaines d’Afghanistan, du Pakistan, du Qatar et de la cinquième flotte américaine pour arriver finalement à bout de cette attaque. Simultanément l’alliance talibane a attaqué des cibles militaires importantes autour de Kaboul et d’autres régions rurales tuant des centaines de troupes militaires, en quelque sorte une offensive du Tet afghane. L’armée afghane et la police n’ont opposé qu’une faible résistance ou se sont tout simplement enfuies. Des quartiers entiers de Ghazni ont été détruits. Les hauts gradés de l’armée impérialiste américaine et leurs satrapes afghans n’ont pu cacher leur embarras alors qu’ils venaient de déclarer avoir définitivement pacifié cette partie du pays. Les efforts de l’administration Trump pour soumettre les Talibans en les bombardant sont clairement un échec. Le commandement américain hésite à déployer des troupes au sol de peur d’essuyer de lourdes pertes. Et dans le même temps l’armée commence à être à court de bombes.

Les routes afghanes sont maintenant tellement dangereuses que toutes les actions militaires américaines doivent être aériennes. Les Talibans contrôlent à peu près 50 % du territoire afghan et ce serait 100 % si les Américains partaient. Les Talibans contrôlent la vie nocturne. Ces Talibans ne sont pas et n’ont jamais été des « terroristes » comme la propagande de Washington l’a clamé. J’étais en Afghanistan lors de la création de ce mouvement par un groupe d’étudiants religieux armés par le Pakistan pour mettre un terme au banditisme apparu lors de la guerre civile (après le retrait des Soviétiques), avec les viols des femmes et les meurtres des communistes. Quand les Talibans acquirent un certain pouvoir ils éliminèrent plus de 95 % de la culture de l’opium et du commerce d’héroïne. Après l’invasion américaine, leur alliance avec les ancien communistes afghans et les tribus tadjikes du nord du pays, la production d’opium et d’héroïne reprit de plus belle. Aujourd’hui l’Afghanistan est le plus important producteur du monde d’opium, d’héroïne et de morphine alors que les autorités américaines déclarent que ces productions sont le fait des Talibans. C’est encore un autre gros mensonge. Les seigneurs de la guerre afghans qui soutiennent le régime du Président Ashraf Ghani contrôlent entièrement la production et l’exportation des opioïdes. L’armée et la police secrète bénéficient par ce biais d’importants revenus. Comment les camions chargés d’héroïne pourraient passer les frontières avec le Pakistan et les pays d’Asie centrale ?

De ce fait les USA sont devenus les premiers complices au monde du trafic d’opioïdes. C’est l’une des plus honteuses conséquences de la guerre d’Afghanistan. Constater que la puissance de feu de l’armée américaine, la plus importante au monde a ravagé l’Afghanistan, un petit pays tellement pauvre que beaucoup de gens n’ont même pas de chaussures aux pieds est aussi une honte pour le peuple américain. Les Paschtounes ont vaincu les armées d’Alexandre le Grand, Gengis Khan les Empereurs mongoles et les armées britanniques. Les USA seront le prochain empire défait dans ce cimetière des Empires. Personne à Washington n’est capable d’énoncer une bonne raison de continuer cette guerre coloniale en Afghanistan. On entend dire que les Américains restent dans ce pays parce qu’il y a des ressources minérales ou qu’il faut que la démocratie et les droits des femmes soient respectés. C’est un pur non-sens. Un possible raison serait de ne pas laisser la Chine contrôler ce pays (d’une importance stratégique indéniable) mais les dirigeants chinois sont trop intelligents pour accepter ce cadeau empoisonné. Ils ont déjà largement à faire avec la rébellion musulmane des Uighours.

À ce sujet il est intéressant de rappeler que les soi-disant camps d’entrainement au terrorisme supposés avoir été découverts en Afghanistan en 2001 étaient en réalité des centre d’entrainement à la guérilla organisés et financés par les services secrets pakistanais pour entrainer des tribus rebelles kashmiris et des centres d’entrainement organisés et financés par la CIA pour les combattants Uighours exilés de Chine. La rumeur que les USA se devaient d’envahir l’Afghanistan pour capturer Ben Laden, l’auteur montré du doigt des attentats du 11 septembre est inexacte. Les attaques furent organisées par des Saoudiens depuis Hambourg et Madrid et non depuis l’Afghanistan. Personne n’est certain que Ben Laden était effectivement derrière ces attentats… Le journaliste et ami Arnaud de Borchgrave, maintenant décédé, partageait mes doutes et insistait sur le fait que le Mollah Omar avait proposé à Ben Laden d’être traduit devant un tribunal dans un pays musulman de son choix pour prouver son innocence ou avouer ses fautes.

Le Président Bush surpris dans son sommeil par les attentats du 11 septembre, humilié, devait trouver une cible facile pour se venger et ce fut l’Afghanistan, le cimetière des Empires.

Illustration : source : ericmargolis.com

Commentaires. J’ai inséré quelques commentaires entre parenthèses et en caractères italiques et ma traduction est aussi fidèle que possible. Il m’est venu à l’esprit de remémorer à mes lecteurs cette causerie d’Emmanuel Todd qui prévoyait en 2002 – il y a 16 ans – la chute de l’Empire américain. Bonne vidéo au cours de laquelle Todd mentionne l’incroyable scandale Enron-Andersen : https://www.youtube.com/watch?v=zJWuzhqs6H8 . J’ajouterai enfin que depuis le début de l’année 2018 il y a eu « seulement » 7800 morts, chiffre officiel, aux USA par overdose de différentes drogues incluant l’héroïne auxquels il faudrait ajouter le nombre d’homicides entre clans de dealers, ça laisse rêveur.

 

9 réflexions au sujet de « Afghanistan : cimetière des Empires »

  1. Article très intéressant, merci 🙂

    Le journaliste américain Nicolas J.S.DAVIES a tenté de chiffrer les victimes des conflits dont les USA ont été directement responsables des deux dernières décennies, au nom de « la liberté et de la démocratie ». Il est question entre autres de l’Afghanistan avec des chiffres plus élevés que ce qui est rapporté dans l’article ci-dessus (officiellement « 2371 morts »).

    Le résumé partiel de ce décompte macabre figure ci-après (1), je cite :
    Irak : « Avant juillet 2007, nous pouvons estimer que le nombre d’Irakiens tués par suite de cette invasion illégale de leur pays doit se situer quelque part entre 1 500 000 et 3 400 000 ». « Tout cela nous donne donc un minimum de 760 000 victimes irakiennes depuis juillet 2007 et un maximum de 2 040 000. »
    Afghanistan : « Si l’on ajoute ces chiffres à mon estimation du nombre de combattants afghans tués des deux côtés, on peut estimer qu’environ 875 000 Afghans ont été tués depuis 2001, avec un minimum de 640 000 et un maximum de 1,4 million ».
    Pakistan : « si nous utilisons des rapports historiques typiques de 5:1 à 20:1 par rapport aux rapports passifs pour générer un nombre minimum et maximum de morts civiles, cela signifierait qu’entre 150 000 et 500 000 Pakistanais ont été tués. »
    Lybie : « Si l’on prend les ratios 5:1 et 12:1 par rapport aux décès comptés passivement comme limites extérieures, le nombre minimum de personnes qui ont été tuées serait de 150 000 et le maximum serait de 360 000 ».
    Syrie : « J’estime qu’environ 1,5 million de personnes ont été tuées en Syrie ».
    Somalie : « J’estime donc que le nombre réel de personnes tuées en Somalie depuis 2006 doit se situer entre 500 000 et 850 000, avec très probablement environ 650 000 morts violentes ».
    Yemen : J’estime qu’environ 175 000 personnes ont été tuées – 15 fois le nombre rapporté par l’OMS et l’ACLED – avec un minimum de 120 000 et un maximum de 240 000. »

    Ca nous donne un total de de victimes décédées compris entre grosso-modo 4 et 8 millions.
    Tout cela bien entendu sans compter les blessés, les handicapés à vie, le coût des destructions des habitations, des bâtiments et autres infrastructures publiques, sans oublier le pillage des ressources naturelles des pays attaqués (pétrole, gaz, etc…).

    (1) : https://reseauinternational.net/combien-de-millions-de-personnes-ont-elles-ete-tuees-dans-les-guerres-menees-par-les-etats-unis-apres-le-11-septembre-consortium-news/

  2. Des millions de victimes certes mais Obama a eu le prix Nobel de la paix. Dans la même logique c’est un Saoudien qui est en charge de l’égalité hommes-femmes à l’ONU. Tout est inversé.

    • En effet, « Obama prix Nobel de la Paix » est une pantalonnade, une farce, une galéjade, un gag des Marx Brothers. Les mains de cet excellent showman sont couvertes d’hémoglobine, tout noir qu’il soit.
      Au-delà des choix quelques fois ubuesques du jury d’Oslo, tout ça me fait penser à deux choses en ce qui concerne l’hégémonie militaro-financière des USA qui a choisi comme terrain de chasse la planète entière :

      1- Les américains sont par essence un peuple violent (génocide amérindien, lobby des armes à feu, Ku KLux Klan, polices privées, Hiroshima, Vietnam, lobby militaro-industriel, NSA, JFK, 9/11, Hollywood, armée de l’espace, etc…) (1).

      2- Depuis Truman, les présidents américains n’ont plus de pouvoir réel (Deep State, Pentagone, CIA, FBI, Wall Street, FED, puissance médiatique, American Congress, Need To Know, etc..) par rapport aux présidents d’autres états plus centralisés mais infiniment moins belliqueux (Russie, Chine, France, etc..) (2).

      (1) : L’universitaire Sophie Body-Gendrot a écrit des papiers très intéressants sur la violence inhérente à la civilisation américaine.
      (2) : La culture américaine est basée sur le désir d’avoir un maximum de libertés, et donc le moins d’administrations possible ; les contre-pouvoirs vis-à-vis de la Maison Blanche sont très nombreux et se sont organisés en conséquence.

      • Pour info, voici le « security clearance organizational chart » qui donne les niveaux d’accès aux informations sensibles aux Etats-Unis : http://www.department5.org/security-clearance-organizational-chart.php
        Comme on peut aisément le deviner, le président des USA n’a qu’un accès de 17 sur un total de 39 échelons ; les échelons maxi sont par ordre croissant ZD-27, Orbit, Trias, Astral, Stellar, Ultra, Luna, Cosmic, Majestic, Inwa et finalement D5 (D5 étant le nom du département qui gère l’accès aux informations).
        Le président américain n’a donc pas accès à de nombreuses informations secrètes. Obama n’avait même pas le niveau 17 en raison « de ses contacts avec des gens ayant eu un passé criminel » et du fait qu’il n’a pas communiqué ses « educational records » (livrets scolaires).

  3. Il n’y a pas de peuple afghan. C’est même cet enchevêtrement d’ethnies aux cultures et religions différentes qui motive les affrontements. On oublie facilement le rôle essentiel joué par les sunnites wahabites du Pakistan voisin qui s’oppose aux chiites héritiers des grecs et des perses. Il est surprenant que cette fracture ne soit mise en relief qu’au Yémen ! Il faut souvent rechercher l’origine des conflits dans la tectonique des plaques culturelles d’il y a deux mille ans. Pour les USA l’Afghanistan est un excellent porte avions terrestre incroyablement bien situé, si près de ses ennemis déclarés. Ils seront éjectés un jour ou l’autre comme un noyau de cerise par des peuples qui devraient lorgner sur la Suisse comme modèle…

  4. @jacqueshenry : 7800 morts par overdose aux States depuis le début 2018 ?
    C’est un chiffre nanométrique en effet…on frise le quantique.
    Le CDC annonce un chiffre qui me paraît également largement sous-évalué au vu de la taille du pays : 72,000 décès causés par overdose sur 12 mois glissants avec une croissance inquiétante dans le New-Jersey, le Nébraska et la Caroline du nord (soit 21 décès pour 1 million de personnes, ramené à la population américaine).

    Petite digression : les causes principales de ces overdoses n’ont pas grand chose à voir avec l’Afghanistan (à priori) : du hashish ou de la psylocybine très populaires dans les années 70, les nouveaux junkies sont devenus amateurs de methamphétamine (voir la série « Breaking Bad ») et de fentanyl (voir les décès de Prince, Tom Petty et Dolorès la chanteuses des Cranberries)…en passant de temps en temps par un rail de cocaïne…le hashish servant accessoirement de parachute après la période de « shoot ».
    Drogues récréatives comme dans les années 70 ou automédication d’un mal-être profond crée par la violence d’une société sans perspectives ?
    En France, je suis surpris de constater que de plus en plus de personnes non issues du show-business (commerçants, étudiants, mères de famille, cadres « propres sur eux » notamment dans l’informatique et la finance, etc..) consomment de la cocaïne qui est -selon ce que j’entends- proposée à des tarifs défiants toute concurrence. Le but de cette consommation est la recherche de la performance sans effort. Cela en dit long sur notre société.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s