Le débat sur l’huile de palme : un faux problème

Capture d’écran 2018-07-22 à 10.01.01.png

Les organisations non-gouvernementales préoccupées par le changement du climat et la préservation de la biodiversité sont obsédées par l’huile de palme. Ils considèrent en effet que ce produit n’est pas « durable ». Il apparaît opportun d’analyser la signification de ce dernier adjectif. L’huile de palme est la première huile végétale utilisée dans le monde tant dans l’industrie agro-alimentaire que dans les secteurs de l’énergie, de la pharmacie ou des cosmétiques. Le palmier à huile est un formidable piège à CO2 : un hectare de palmiers immobilise autant de carbone que 6 hectares de soja. Il faut aussi mentionner que la quantité d’intrants, engrais et pesticides, est inférieure à celle utilisée pour toutes les autres cultures d’oléagineux.

Et pourtant les écologistes considèrent que l’huile de palme n’est pas « durable » car elle est nuisible à l’environnement et au biotope tropical puisqu’il faut faire de la place dans les forêts tropicales humides pour créer de nouvelles plantations de palmiers pour satisfaire une demande sans cesse croissante.

Il faudrait que ces organisations fassent un choix : ou bien elles veulent préserver la biodiversité des forêts tropicales ou bien elles choisissent de favoriser cette culture qui est l’un des meilleurs pièges terrestres pour le CO2 afin de préserver le climat qui est également – au cas où il se réchaufferait un peu trop – délétère pour cette biodiversité.

Toute cette histoire se terminera comme il se doit : par de nouvelles taxes sur l’huile de palme comme il y aura aussi de nouvelles taxes sur les produits pétroliers. Contrairement à ce qu’affirment ces organisations une plantation de palmiers à huile fait vivre les populations locales alors qu’il est évident qu’une forêt inviolée ne fait vivre personne. Toute régulation coercitive relative à cette denrée sera immédiatement préjudiciable à d’autres forêts que celles de l’Indonésie, de Malaisie ou de Papouasie-Nouvelle-Guinée, les principaux producteurs d’huile. Le Brésil devra par exemple accélérer la disparition de la forêt amazonienne pour cultiver du soja. Les organisations non-gouvernementales se sont dotées d’une sorte de bras armé pour faire valoir leurs revendications contradictoires. Il s’agit du RSPO, Round table for Sustainable Palm Oil, mais ces mêmes organisations déplorent le peu d’impact de cet organisme sur la déforestation dans les pays cités plus haut. Le débat n’est donc pas clos et il ne le sera que lorsque des taxes dissuasives sur l’huile de palme entraineront automatiquement une dévastation d’autres forêts dans le monde.

Inspiré d’une dépêche de l’AFP

7 réflexions au sujet de « Le débat sur l’huile de palme : un faux problème »

  1. effectivement,au niveau des agrocarburant, les seuls qui semblent valoir le coup enterme d’EROEI sont la canne a sucre pour la filière essence, le palmier pour la filière gasoil. toutes deux plante tropicales, ne nécessitant pas la charrue tous les ans.

    un des problème soulevé pour le palmier est lorsqu’il est planté sur une tourbière drainée : les emissions de CO² liée à la décomposition de la tourbe sont supérieur a lacapture par lepalmier

  2. C’est un peu comme le diesel pour les automobiles : cela consomme moins et donc émet moins de (satanique) CO2, mais, sauf respect des normes les plus récentes, et certains moteurs y parviennent, cela émet plus de « vrais » polluants, comme les oxydes d’azote.
    Moralité : il faut interdire toute la circulation automobile NOW (comme disent les américains).
    je pense que la remplacer par des véhicules hippomobiles et des chars à bœufs, permettrait de relancer un grand nombre de métiers disparus, tout en produisant des tonnes de « bon » engrais aka crottin et bouse (ah bon, il y aurait aussi émission de CO2 et de Méthane ? Mais que faire alors ?) 🙂

    • « métiers disparus » : chasseurs de mouches ❓
      Sans compter les mouches, vous aurez toujours un gugus pour se plaindre des poussières soulevées par les sabots…

      • Au moins verrait-on le « retour » des insectes, puisque, « uneétude » semblait « montrer/prouver » que ces derniers sont moins nombreux qu’avant (ben oui, moins de tas de fumier …)
        Noter ma rhétorique pleine de «  » » et de conditionnel, digne de moultes études « scientifiques » (désolé) actuelles.

  3. J’aime le palmier à huile et j’avais déjà lu un article allant dans votre sens.
    Mais voilà, que vont devenir les Orang-outangs.
    Si au moins les gouvernements malaisiens et indonésiens assuraient à ces animaux un sanctuaire inviolable.

    • J’ai vu il y a quelques jours un documentaire sur la réinsertion de l’ibis cendré d’Europe qui avait totalement disparu de son habitat originel d’été
      autour du Lac de Constance (Bodensee). Il a totalement perdu ses repères et les quelques ibis nés en captivité ont été entrainés par leur « mère » à l’aide d’un ULM à retourner migrer vers ce lac. Cette introduction pour dire qu’il y a un grand nombre d’orang-outangs en captivité et qu’ils n’ont pas encore disparu … J’insisterai sur le fait – mais ce n’est que mon opinion personnelle que je ne partage qu’avec moi-même – que l’évolution darwinienne prévoit la disparition d’espèces animales et végétales et l’apparition d’autres créatures. Il s’agit d’un phénomène naturel et si l’homme accélère ce processus dans certaines niches il n’y a pas lieu de s’alarmer outre mesure.

      • Le gouvernement indonesien a déterminé des zones pour les ourangs outans et il y a de la place ! ( rappelons qu’il reste environ 80 millions d’hectares de forêts en Indonesie). Le palmier à huile n’a pris que 3 millions d’hectares sur la forêt , ce qui représente une partie faible de la déforestation des dernières années ( 20 millions d’hectares).Pourtant personne ne parle des hectares déforestés pour faire autre chose que du palmier ? ( essentiellement exploitation du bois).

Répondre à Azrael Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s