Le train le plus cher du monde ?

DSCF6237.jpg

Quand je vais à Tokyo et que l’aéronef dans lequel j’ai embarqué atterrit à l’aéroport de Narita j’utilise le train de la ligne privée Kesei pour me rendre à Tokyo dont le centre-ville, en réalité le Palais Impérial (comme Notre-Dame à Paris), se trouve à 60 kilomètres. Le train que j’utilise est la ligne Kesei « limited express » qui dessert une bonne vingtaine de stations (pas toutes celles de la ligne qui en compte je crois me souvenir 42) pour arriver à Ueno parce que je n’aime pas changer à la station Nippori pour emprunter ensuite la Yamanote. D’ailleurs à Ueno il faut sortir de la gare de la Kesei pour se rendre à la station JR, Japan Rail, et j’en profite pour fumer une cigarette assis sur les marches de l’entrée du parc de Ueno où se trouvent de nombreux musées magnifiques. Le prix à payer pour le trajet Narita-Ueno est de 960 yens soit environ 8,50 euros.

Pour effectuer le trajet Orly-Antony soit environ 9 kilomètres il en coûte 9,30 euros. Le petit train « OrlyVal » est automatique, il n’y a pas de conducteur ni de personnel sur le quai et pour un tel kilométrage il aurait fallu payer à ce tarif kilométrique 7000 yens entre l’aéroport de Narita et la station de Ueno … une vraie fortune. Je pense que ce petit train OrlyVal est l’un des plus chers du monde. Mais qu’en est-il au juste ? La société Matra a bénéficié d’un contrat ultra-avantageux conclu avec Aéroports de Paris qui ne sera probablement pas remis en question au cas où cette dernière soit privatisée comme le Gouvernement français a émis l’intention de le faire. Les passagers continueront à se faire copieusement arnaquer. Voilà comment les transports en commun français fonctionnent et fonctionneront encore longtemps : coûteux pour un service laissant parfois à désirer.

5 réflexions au sujet de « Le train le plus cher du monde ? »

  1. Si la N.S.C.F. fut créé à la sortie de la seconde guerre mondiale c’est que peu d’année avant 1939, en 1936 me semble-t-il, toutes les sociétés de chemin-de-fer avaient fait faillite.
    C’est pourquoi le gouvernement de 1945 les avait nationalisées.
    Les trois gouvernement depuis Sarkozy, voire avant, sont tous des néolibéraux forcenés obéissants scrupuleusement aux G.O.P.E. de l’U.E. voulant une concurrence libre et non faussée.
    or, les services publics, dont ceux en réseau, eau, énergie, communication, évacuation des déchets, ne peuvent pas être mis en concurrence ni privatiser pour une raison très simple: il est impossible de dédoublé ce réseau.
    De plus, leur infrastructures sont chères autant à la mise en place qu’en entretien et comme une entreprise doit faire du bénéfice, soit il y aura hausse des prix, soit manque d’entretien, soit les deux à la fois.
    Le Japon n’est pas la France qui, elle, pour des raisons autant historiques qu’anthropologiques, à besoin d’un état central fort pour contrôler les pouvoirs économiques et régionaux du moment et organiser la nation.
    Or, tout le jeu de l’Union-européenne, sous le joug, devenu passé, de l’empire U.S., puis maintenant de la Germanie, n’a eu de cesse que de réduire la puissance de l’état français.
    C’est pourquoi la population est spoliée de mille façons par l’oligarchie du pays.
    Oligarchie qui, cela est à noter, a su mettre en place le président présent, dit le génie des Balkans.
    J’emploie le terme d’oligarchie au contraire ce ceux qui utilise celui de riche que je considère imprécis et vulgaire.
    Imprécis parce qu’il y a des gens non-oligarques ayant de la fortune quand, dans le même temps, il y a des oligarques ayant une fortune toute relative, voire même certains soutiens oligarchiques sans réelle fortune.
    Vulgaire parce que dans la bouche de certains ce mot de riche n’est utilisé que pour faire peuple et, dès lors, en ne respectant pas l’intelligence des gens.

  2. Ping : « Orlyval », le train le plus cher du monde ? | Contrepoints

  3. pour info (?) Le nom Matra n’existe plus depuis belle lurette.
    Matra était le constructeur du « Orlyval », et Air Inter aurait du se féliciter d’une liaison ferroviaire jusqu’au coeur de l’aéroport d’Orly, bine qu’il y ait une correspondance à Antony sur la ligne B du RER, certes pas la plus chère du monde, mais une parmi les plus « perturbées » (j’aime cette litote) de la RATP. Accessoirement la B va jusqu’à CDG-Roissy.
    Air Inter dans sa grande folie, et dans l’euphorie de quelques bonnes (financièrement) années a racheté le service Orlyval, qui s’est avéré source de déficits. (comme bien des services publics cf; réflexion plus haut).
    Il l’a revendu 1 franc symbolique à la RATP.
    Petit à petit le trafic a augmenté, mais je ne suis pas sur que la ligne elle même soit devenue bénéficiaire, à supposer que le « comptabilité analytique » existe vraiment et soit robuste à la RATP.
    Le trafic depuis Narita n’a sans doute rien à voir avec celui d’OrlyVal, quantitativement et qualitativement, et je en sais pas si les autres solutions d’acheminement sont comparables entre Narita (éloigné de Tokyo) et Orly, proche de Paris et d’une zone d’activité plutôt développée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s