Transition énergétique : les effets secondaires en Allemagne …

Capture d’écran 2018-06-07 à 10.56.33.png

Une information dont les grands médias main-stream ne disent pas un mot et qui est particulièrement significative de la politique insensée de transition énergétique est la détresse de plus en plus répandue de la « pauvreté énergétique » des citoyens allemands. C’est un phénomène de société dans le pays le plus riche d’Europe qui traduit bien l’incohérence des décisions prises par les politiciens poussés le dos au mur par le parti écologiste de l’Allemagne. À la suite de l’accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi l’Allemagne s’est lancée à grands frais dans la reconversion de son énergie nucléaire en moulins à vent. Pour atteindre ce but le prix de l’énergie électrique a plus que doublé en quelques années sans parler des investissements pharaoniques qui ont parallèlement contraint les énergéticiens à maintenir des centrales ultra-polluantes brûlant du charbon de mauvaise qualité pour pallier aux intermittences des énergies dites « renouvelables ».

Résultat de cette lubie : plus de 300000 foyers allemands ne peuvent plus payer leur note d’électricité et plus de 60000 n’ont également pas pu payer leur note de gaz naturel provenant de Russie en plein milieu de l’hiver. On ne va tout de même pas incriminer les Russes ! Seul le quotidien Spiegel a mentionné cette situation à demi-mots car ça fait désordre. En dépit du fait que l’Allemagne a installé tellement de moulins à vent et de panneaux solaires dont la puissance nominale est suffisante pour assurer l’alimentation électrique de tout le pays par jour de grand soleil et de bon vent, le pays n’a pas été capable depuis le début de ce programme extravagant de transition énergétique de réduire d’un gramme ses émissions de carbone sans parler ici de la pollution …

Ça s’appelle aussi la transition de la justice sociale : les grandes compagnies impliquées dans cette transition énergétique s’en mettent plein les poches sur le dos des contribuables et des consommateurs d’énergie mais les pauvres et les un peu moins pauvres sont les laissés pour compte du rêve écologiste démesuré allemand. Voilà ce à quoi doivent se préparer les Français dès les toutes prochaines années au nom du sauvetage du climat. Du grand n’importe quoi !

Source : blog de Pierre Gosselin, illustration : Spiegel du 26 mai 2018

12 réflexions au sujet de « Transition énergétique : les effets secondaires en Allemagne … »

  1. Voire l’incroyable : https://capx.co/rampion-wind-farm-is-a-black-hole-for-taxpayers-money/
    Du moment que certains s’en mettent plein les poches, que le confit d’intérêt mijote gaiement sur le feu en vue de palper sa part du repas, les glands qui ont voté pour ces rapaces se font bouffer jusqu’à l’os.
    Quand les gens iront cramer du bois sur leur balcon ou terrasse pour se faire à manger, parce que le fournisseur leur aura coupé le courant, on rira bien (jaune) de la pollution.

  2. « La France produit 540 TWh d’électricité avec des émissions de 46 Mt CO2/an.
    L’Allemagne produit 631 Twh d’électricité avec des émissions de 334 Mt CO2/an, soit 6.2 fois plus de CO2 par TWh produit ». (1)
    Les politiciens écologistes français adorent décidément l’auto-flagellation.
    Qu’est-ce qu’ils attendent pour reconnaître que sur le plan environnemental, nous sommes parmi les meilleurs du monde ?
    (1) : Académie des Sciences – https://docs.google.com/viewerng/viewer?url=http://www.academie-sciences.fr/pdf/rapport/lpdv_190417.pdf

    PS : en faisant ma revue de presse ce matin, j’ai noté quelques perles :
    a- « le pape recommande la mise en place du protocole de Paris »…il se mêle de quoi celui-là ? Allez, file faire tes prières au lieu d’emmerder le monde !
    b- une douzaine d’idiots patentés ont été condamnés par la justice car ils ont détruit un rayon de supermarché contenant des produits herbicides à base de glyphosate. Explications des intéressés : « nous avons le devoir moral de détruire les rayons contenant ce poison ».
    No comment. La connerie humaine n’a décidément plus de limites.

  3. Non seulement, c’est couteux, mais en plus, ce n’est pas vraiment efficace : les ressources utilisés sont nombreuses, polluantes, stratégiquement risquées (Chine), … sans compter que le rêve d’une énergie abondante et pas chère est dénoncée comme amorale (ou asociale ou …).

    A noter que la chute des prix semble avoir atteint un point bas : le gouvernement chinois aurait ralenti les subventions aux EnR.

    Et en attendant, il existe un pays qui met en œuvre de vrais investissements stratégiques pour sa propre protection :
    https://www.defenseone.com/technology/2018/06/russia-too-building-giant-war-cloud/148822/?oref=d-mostread
    On notera le coût assez ridicule qui étonne toujours à l’Ouest (un « cloud » à usage militaire à … 6millions de $)

  4. Est on sûrs qu’il s’agit bien de foyers « allemands »? Quand Mme Merkel a ouvert grand les portes de l’Europe, sans compter les travailleurs détachés, rien ne dit qu’ils sont devenus allemands. Ce qui est vraisemblable, c’est qu’effectivement ils aient des revenus trop faibles pour vivre dans un pays riche. Les socialistes qui co- gouvernent avec Mme Merkel vont pouvoir leur restituer un peu de l’incroyable excédent commercial qu’ils génèrent malgré le coût de leur énergie. Chez nous les tentes qui fleurissent un peu partout ne sont pas raccordées au réseau électrique, cela limite notre nombre de précaires énergétiques… Il doit cependant être bien supérieur à celui de l’Allemagne, pourtant avec un kwh bien inférieur…

    • Il s’agit essentiellement de retraités qui comme en France disposent d’une pension ridicule, beaucoup d’entre eux ayant vécu dans l’ex-RDA, le système étatique de l’Allemagne de l’est n’ayant été que partiellement pris en charge par l’ex-RFA et au cas par cas. Pour les précaires en énergie en France il est de bon ton de ne pas en parler …

      • En Allemagne l’industrie n’est pas en charge de faire du social en surpayant des employés et cela ne pénalise pas l’industrie comme en France. Les gens sont donc payés en fonction de ce qu’ils produisent.Par contre l’état allemand complète ( solidarité nationale) pour assurer un revenu décent à toute le monde. au final, en allemagne il n’y a pas plus de SDF qu’en France malgré les braillements et ls mensonges de l’extrême gauche.

      • @Prolux : votre réponse devrait s’adresser à Louis Monceauxl qui a illustré le problème de la précarité énergétique allemande, problème soulevé au tout début par Jacques Henry.

        Je suis d’accord avec vous sur le résultat final (en France, nous avons 12 millions de chômeurs et travailleurs précaires français qui vivent sous le seuil de pauvreté que j’estime à 600 € par mois).

        L’économie allemande permet de gérer une dizaine de millions de personnes pauvres, tandis qu’en France nous en avons à peu près le même nombre, sauf qu’en Allemagne, on minore ce résultat -comme notre classe politique qui jure grand dieu que le nombre de chômeurs en France ne dépasse pas les 3 millions de personnes- (mes amis de l’NSEE en rigolent tous les jours).

        Mais au final, le résultat est le même,…sauf la dette du fonctionnement de l’état qui est en Allemagne de pratiquement zéro alors qu’en France elle est de 5000 milliards d’euros ( 2500 milliards d’euros pour le cumul de la dette du fonctionnement de l’état et 2500 milliards d’euros pour le coût cumulé du paiement de la retraite des fonctionnaires).

        Ca fout les boules non ? 🙂

  5. C’est le résultat de l’action de crétins incompétents qui viennent de partis politiques sans aucune sélection et qui s’improvisent ministres, en ce qui concerne la France.
    En Allemagne, les ministres doivent montrer leurs compétences avant d’exercer des fonctions ministérielles.

  6. Une petit remarque : SVP, « qui pallient LES » et pas qui « pallient AUX » ! Merci
    Précarité énergétique en France ? Des gens comme ceux de la Fondation Abbé Pierre ou Habitat et Humanisme en parlent… et pour cause, ils connaissent les « vrais » gens (dans la m****, déjà pour le logement).
    @camembert électrique : 12 millions de français « vivant » avec moins de 600€ par mois ???
    Surtout si on rajoute les autres membres du « ménage », on arriverait à 1 français du 3 à près… Si c’était le cas Le Pen ou Mélenchon auraient été élus facilement.
    D’accord pour corriger le chiffre des « chômeurs », mais quand même …

    • LOL…faites un tour sur le Web pour faire vous-même les calculs.
      Seuil de pauvreté dans les Dom Tom : 600 € histoire de ne pas les compter dans les statistiques publiques. Si on applique le critère métropolitain (845 € pour un célibataire et 1200 € pour un couple), et qu’on ajoute le résultat au nombre officiel de pauvres (9 millions recensés par l’iNSEE il y a quelques années), on est sur un ordre de grandeur de 12 millions.
      Je parle de 600 € par mois car je prends le seuil de pauvreté d’un couple et je le divise par deux, ça me paraît plus logique que celui défini pour un célibataire de 845 €/mois).
      Rajoutez à ces chiffres les précaires sortis des statistiques, les SDF, les fous, les gens en prison et les sans papiers, vous verrez que ça fait du monde tout ça…

      • OK, 600€ par personne, et surtout dans les DOM.
        Donc ces personnes ne votent pas (« bien ») !

Répondre à Camembert Electrique Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s