Brûler du bois pour réduire l’empreinte carbone est un pur non-sens

Capture d’écran 2018-06-08 à 17.06.09.png

Dans le paquet du programme de transition énergétique écologique, renouvelable et solidaire mis en place par le gouvernement français devant tenir compte des exigences de l’accord de Paris relatif au sauvetage du climat le volet chauffage domestique a été abordé et la solution trouvée pour émettre zéro carbone consiste à chauffer les maisons individuelles avec du bois plutôt que d’utiliser du gaz qui enrichit les méchants Russes ou Qataris ou du gasoil qui enrichit les méchants émirs pourvoyeurs de fonds vers les mosquées fondamentalistes européennes. Dans l’esprit étriqué des écologistes l’empreinte carbone du bois est égale à zéro et pourquoi pas utiliser aussi du bois pour produire de l’électricité comme par exemple dans la centrale électrique de Gardanne dans le sud de la France. Tout paraît à première vue sensationnel et comme de plus la France compte dans ses doux paysages de nombreuses forêts mal exploitées autant puiser dans ces dernières pour réduire l’empreinte carbone.

Seulement il y a un gros problème : les écologistes, le laryngophoniste en charge de cette transition en tête, ont mal fait leurs calculs ou plutôt n’en ont pas fait du tout et se sont lançé tête baissée et les yeux bandés dans ce projet y compris d’ailleurs la Commission Européenne et en son temps le Sieur Obama aux USA.

Utiliser du bois pour se chauffer ou produire de l’électricité est tout simplement un non-sens en termes d’empreinte carbone. C’est ce qu’a démontré une équipe de scientifiques américains dirigée par le Docteur John D. Sterman du MIT. Utiliser du bois ou d’autres « bio-combustibles » en lieu et place du charbon ou du gasoil est loin d’être neutre en termes de carbone. En tenant compte de tout le processus de valorisation du bois, depuis l’abattage, la transformation en briquettes ou en granulés, le transport, le stockage et la distribution, ce bois finalement utilisé comme combustible rejette plus de CO2 que le charbon pour la production d’électricité ou le gasoil pour le chauffage domestique. De plus les rendements tant pour la production d’électricité que pour le chauffage sont inférieurs à ceux obtenus avec le charbon.

Un autre point qui a été cavalièrement passé sous silence par les écologistes est l’introduction d’une « dette de carbone », conséquence directe de l’abattage des arbres. En effet pour qu’une forêt retrouve sa pleine efficacité de fixation de CO2 atmosphérique il faut attendre entre 30 et 100 ans, trente ans pour un feuillu ou un résineux à croissance rapide et jusqu’à 100 ans pour un chêne ! Et quand cette dette aura été « payée » par la croissance des arbres du CO2 supplémentaire se sera accumulé dans l’atmosphère. Il en est de même pour toutes les autres biomasses végétales considérées et pas seulement le bois. En conclusion il est plus judicieux de ne pas toucher aux forêts si on veut sauver le climat et d’abandonner toute idée d’utilisation d’une quelconque biomasse pour produire de l’énergie thermique ou électrique !

Il est ici opportun de rappeler que ces mêmes écologistes français ont mis à mal et détruit des plantations expérimentales de peupliers rendus stériles par modification génétique dans des laboratoires de l’INRA au nom du sauvetage des écosystèmes naturels. Des années de travaux ont été réduits à néant malgré le fait que ces arbres destinés à produire du papier poussaient environ 30 % plus vite que des peupliers fleurissant chaque année. On ne peut que constater en rappelant ces faits que les écologistes n’en sont pas à une approximation près et qu’ils se contredisent souvent dans leur idéologie surranée sinon totalement stupide : détruire des écosystèmes et la biodiversité pour se chauffer, n’est-ce pas encore une aberration de leur part ?

Source : https://doi.org/10.1088/1748-9326/aaa512 , illustration vue de la forêt de Brocéliande trouvée sur internet.

13 réflexions au sujet de « Brûler du bois pour réduire l’empreinte carbone est un pur non-sens »

  1. Nous avons, pour chauffer plusieurs quartiers de la ville proche de chez moi, une chaudière alimentée par du bois de palettes concassées.

    Annoncée à grand renfort de pub écolo comme une grande avancée, celle ci souffre d’un léger problème s’accentuant avec les années: La fourniture 😥

    Nous assistons donc désormais à un ballet incessant de camions venant de régions de plus en plus éloignées afin de fournir la bête.

    Bien heureusement, cette énorme machine est secondée par une autre aussi monstrueuse machine, alimentée au fioul, pour les jours un peu froid ou quand le bois de palette vient à manquer…

  2. En parler aux « vertueux » suédois (dans la lutte contre le satanique CO2), vertueux, car utilisant, entre autres, beaucoup de bois pour se chauffer (et un peu de nuke, mais chut, il ne faut pas le dire).

  3. La combustion du bois est à l’origine d’importantes émissions de polluants toxiques ou cancérigènes, plus encore d’ailleurs que les autres combustibles (charbon, fuel, gaz…) :
    – particules fines (les émissions dues au chauffage au bois représentent 39 % des émissions françaises de particules fines, dites PM 2.5, soit plus que les moteurs diesels) ;
    – de goudrons ou hydrocarbures aromatiques polycycliques (85% des émissions françaises) ;
    – de composés organiques volatils (25 % des émissions de COV), en particulier de benzène (62 % des émissions françaises) ;
    – de dioxines et furannes.
    Pour plus de détails, voir : http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/estimation-emissions-polluants-liees-a-combustion-bois-en-france.pdf (112 pages).

  4. Je me permettrais de rappeler qu’une jeune forêt absorbe plus de CO2 qu’elle n’en rejette la nuit, lors de sa respiration, son bilan est donc positif. Par contre laisser sur pied de vieux arbres qui donnent plus de CO2 la nuit qu’ils n’en absorbent le jour, est une aberration, Il faut les couper pour utiliser leur bois dans une deuxième vie. C’est pour cela que Yves Cousteau et Paul Emile Victor répétaient que les forêts tropicales ne sont pas les poumons de la terre. Les grands pourvoyeurs d’O2 .et captateurs de CO2 sont les océans qui couvrent 70% du globe, alors que les forêts tropicales ne couvrent que 1,5% de la même surface.
    Tout cela n’est pas simple

    Courage

      • C’est assurément le phytoplancton qui est l’un des plus importants fixateurs de gaz carbonique. ce plancton sert de nourriture au zoo-plancton qui lui-même est absorbé par d’autres organismes marins et au final on retrouve les massifs montagneux calcaires. Mon opinion au sujet des divagations des écologistes est simple : la seule utilisation rationnelle de la biomasse est la canne à sucre pour produire de l’alcool mais le bilan carbone reste aussi pour cette filière contestable bien qu’il soit possible d’optimiser comme à Bundaberg dans le Queensland la récolte totalement mécanisée de la canne et son transport par train jusqu’à la sucrerie qui produit également de l’alcool. Mais en Europe on n’est ni au Brésil ni en Australie …

    • Entre couper le vieux bois et raser une forêt tropicale, il y a une différence.
      En Amazonie, cela a modifié le climat, pas que localement.

      • Vous avez des référence sérieuses à ce sujet ? Pour ma part je n’ai trouvé que des articles de la presse reprenant des communiqués de Greenpeace ou du WWF …

      • J’avais vu l’explication au musée d’histoire naturelle de Luxembourg. Schéma à l’appui.
        En fait, la forêt aspire l’air de l’océan vers l’intérieur des terres. Sans forêt, pas d’aspiration. D’ou modification du climat, sans modifier le CO2. Sans compter que les suies atterrissent au pôle sud, aidant à fondre la neige, ou la glace, sans CO2.

  5. « Notre » Ségolène nous avait-elle pas dit, il y a quelques années, qu’il fallait limiter notre consommation de bois pour nous chauffer, parce que celà produisait des substances nocives ?
    Mais bon, comme il faut bien faire quelque chose pour la transition énergétique, on va revenir sur ce projet, en espérant que les déclarations d’avant soient oubliées !
    Et comme en arrière-plan, il s’agit aussi de « sauver le climat », même si les mesures prises ne sont pas « vertes », on ne pourra pas dire qu’ils n’auront rien fait !
    Il serait urgent de ne rien faire ; mais ils ont une mission : sauver le monde ! A partir de là, tout leur est permis..
    Allez donc leur expliquer que c’est du n’importe quoi. Moi, j’y renonce.
    Climatiquement vôtre. JEAN

    • Ah… Marie-Ségolène…
      Pour cette fois, elle avait plutôt raison, en ciblant les feux de bois « de cheminée » (sous-entendu ouvertes).
      La combustion d’un bois « raisonnablement sec », issu de déchets forestiers, produits et transportés « pas trop loin », et arrivant dans des systèmes modernes, tant pour les particuliers que les collectivités, est très certainement moins polluant que la bûche achetée chez Bricorama et brûlée dans une cheminée ouverte !
      En revanche, les méissions de CO2…

  6. @toutlemonde : si le carbone sous forme de bois était biologiquement réutilisé par voie de pourrissement (merci les champignons et autres bactéries opportunistes) alors oui la dégradation du bois suit le cycle du carbone et tout se passe bien dans le meilleur des mondes.
    Jacques Henry explique très bien que sa combustion sort ce carbone de son cycle naturel et engendre des pollutions de l’environnement qui sont pires que la combustion d’hydrocarbures plus simples comme le pétrole et le gaz naturel.
    Les écologistes sont par conséquent pris à leur propre piège et démontrent qu’ils ne connaissent rien ni à la biologie, ni à la chimie, ni à la physique, et donc encore moins aux grands cycles qui régissent notre biosphère.
    Conclusion : quand on essaie de comprendre la nature, la moindre des choses est d’être scientifique. En dessous, on est obligé de raconter des énormités crasses.
    Ecologie politique actuelle = vision maraboutiste et magique du monde = énorme recul en arrière = obscurantisme total.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s