Nouvelles du Japon : à Hokkaido pas de réchauffement du climat depuis … 1989

Capture d’écran 2018-06-06 à 06.54.09.png

La station météorologique de la Japan Meteorological Administration (JMA) située à Rumoi dans le nord de l’île d’ Hokkaido a été déconsidérée en 1990 par l’administration américaine NOAA car elle contredisait les affirmations de réchauffement du climat. C’est dire à quel point la propagande « réchauffiste » a pu conduire à de multiples trucages et à un choix arrangeant des données des stations météo au sol. Ce genre d’attitude est tout simplement déplorable car ce sont 13 des 22 stations météo situées sur l’île qui ont été effacées par la NOAA (National Ocean and Atmosphere Administration).

Le JMA affirme qu’à la station de Rumoi la température moyenne annuelle est restée stable depuis 1990, l’année la plus chaude depuis 1943, record jamais atteint depuis lors. Où est passé le réchauffement tant redouté ?

Source et illustration : blog de Kirye, kiryenet.seesaa.net et https://twitter.com/KiryeNet/status/1003335734068047874

12 réflexions au sujet de « Nouvelles du Japon : à Hokkaido pas de réchauffement du climat depuis … 1989 »

  1. Il est totalement inadmissible de tripoter à ce point des données. Cependant malgré une vision bien mauvaise je ne peux que constater que la courbe met plutôt en relief une marche d’escalier montante. Ce qui ne modifie pas mon opinion quant à ce soit disant réchauffement lié à l’effet de « serre tête ».
    Mais les faits sont les faits !!!

    • Le phénomène de « marche d’escalier » a bien été constaté par Vincent Courtillot et son équipe, au moins pour l’hémisphère Nord en Europe.
      Apparemment il y a la même à Hokkaido, ou du moins dans cette station météo.
      Pas d’explication « qui tienne », scientifiquement parlant pour le moment.
      Cela ne contredit pas le « pas de réchauffement depuis 1989 », soit presque 30 ans, période considérée comme représentative d’un tendance climatique.
      Et pendant ce temps, le principal accusé GIECien, aka CO2 a continué de grimper en concentration dans l’atmosphère, entre 0,4% et 1% ppm par an depuis 1989. (Je ne parle pas des émissions, qui ont parfois stagné voire baissé au niveau mondial certaines années, car, pour le climat, à supposer que le CO2 soit la cause quasi unique du XXX climatique, c’est bien la concentration dans l’atmosphère qui compte, les « puits de carbone » fonctionnant plus ou moins bien).

  2. Les « réchauffistes » préfèrent mettre en ordonnées les « anomalies de températures » plutôt que a température elle-même…ça change pas mal l’allure de la courbe en amplifiant les écarts non significatifs (on rentre ici dans ce que j’appellerais le « marketing scientifique »).
    Dans l’exemple que vous mentionnez, il y a juste la température en ordonnées et c’est ma foi plus parlant. Pas de modification significative de température depuis 40 ans, pas de doute, on est dans la climatologie et pas dans la météorologie.
    Les réchauffistes vont maintenant vous demander avec hauteur et scepticisme de prouver que ces résultats obtenus localement peuvent être généralisés.

    • Je suis allé fureter sur le site de la JMA. La représentation est une moyenne des températures, c’est-à-dire la somme de toutes les températures enregistrées sur une année à une heure précise divisée par le nombre de jours de l’année, un peu comme le font depuis longtemps les moines de l’abbaye d’Augsburg en Bavière dont j’ai mentionné les résultats dans un billet de ce blog. Notez la température relativement basse car la station se trouve au bord d’une mer froide prise en partie par les glaces une grande partie de l’année …

      • « Prise en partie par les glaces une grande partie de l’année »…? Mince, ça sent le blasphème tout ça…n’avez-vous donc pas peur que le Grand Saint Inquisiteur Climatique, sa Sainteté Nicolas 1er, lance une fatwa climatique sur les Iles Canaries ? 🙂

      • Il est troublant de constater que la température s’est stabilisé depuis la tenue des COPs en 1995. Même si celles-ci n’ont aucune base scientifique, n’aboutissent à rien, les faits sont là : plus de réchauffement depuis les COPs !
        Faut-il les maintenir ? Du moment qu’elles ont une indéniable efficacité sur la « stabilité » du climat !
        On pourrait orienter la recherche là-dessus !
        On en est pas à une ânerie près pour nos réchauffistes dont l’idéologie est leur fond de commerce !
        Climatiquement vôtre. JEAN

  3. Vous avez raison de parler de montee en marches d’escalier. En fait, pour bien souligner la tendance, il faut tracer la moyenne mobile sur 5 ans. Ceci permet de gommer la variabilité. Apparaissent alors assez bien des cycles solaires par exemple de 11 ans. Ceux-ci font monter la température moyenne de 1 degré ou plus, puis la font redescendre à peu près autant en fin de cycle. Ce qui a changé depuis le cycle débuté vers les années 70, la moyenne est restée calée sur la partie haute du cycle (formant cette marche d’escalier pendant qques années). Puis une nouvelle montée au début 90 avec le pic en 97. Une nouvelle pause encore plus nette jusqu’en 2010 environ. Et depuis 2011 à nouveau une moyenne montante. Cette forme de courbe, je l’ai retrouvé sur une dizaine d’endroits du monde pris au hasard.Sauf sur 1 ou 2, dont la montée est plus régulière.

  4. Le problème avec la température est que d’abord c’est une variable intensive (donc on ne peut en faire des moyennes sur des systèmes hétérogènes), et qu’ensuite si on en fait des moyennes, il faut s’assurer que le territoire dont on a pris la température possède des mailles espacées régulièrement, au centre desquelles on met un thermomètre parfaitement étalonné qi sera le même partout.
    On a donc deux contraintes majeures fournies d’une part par la thermodynamique et d’autre part par la statistique mathématique qui limitent l’étude du climat.

    Ces deux conditions n’étant jamais respectées, les calculs de températures sont obligatoirement insignifiants d’un point de vue rigoureusement thermodynamique.
    On peut mettre au point tous les modèles et simulations numériques qu’on veut, s’ils ne respectent pas ces deux contraintes, ils sont de facto inexploitables.
    L’hypothèse du réchauffement climatique résultant de telles pratiques expérimentales est donc thermodynamiquement et statistiquement vouée à l’échec.

    Par contre, les températures mesurées sur un point fixe du globe par les mêmes instruments sur une grande période de temps permettent de dégager une tendance claire qui est comme le montre le graphe donnée par J. Henry que depuis 40 ans, la température est restée globalement stable à l’endroit des prises de mesures.
    Peu importe qu’on utilise des écarts à la moyenne ou des moyennes mobiles, on verra statistiquement que l’échantillon permet de dire sans besoin de faire des tests d’hypothèses si on a une moyenne de température stable ou non.
    Maintenant, si quelqu’un souhaite faire chauffer sa calculette, il peut s’amuser à faire de l’inférence statistique des données de températures à Hokkaïdo avec des tests de Student ou du Chi deux ou de je ne sais quel autre test statistique avec un nom très ronflant 🙂 …et on constatera comme moi au premier coup d’oeil qu’à Hokkaïdo, la température est en moyenne de 8 °C plus ou moins quelques cacahuètes depuis 40 ans.

  5. @camembert electrique
    La mer du Japon est une mer froide très poissonneuse. Sur l’illustration le contient asiatique est la Sibérie à l’est de Khabarovsk. J’ai vu à plusieurs reprises en survolant cette mer qu’elle commençait à être prise par les glace le long des côtes sibériennes dès la fin du mois d’octobre ! Autant dire que l’île d’Hokkaido est plutôt froide. Je regrette de ne pas connaître cet endroit majestueux mais je ne désespère pas d’y aller en shinkansen un jour depuis Tokyo. Cette île est majoritairement recouverte de forêts en tout point semblable à la forêt sibérienne et il y a presque exclusivement de l’élevage et de la culture de blé tendre, un fait relativement récent au Japon, outre la pêche naturellement et quelques fermes marines de saumon.

    • Apparemment, l’accident de Fukushima n’a pas semblé avoir d’effet sur l’écologie de l’ile d’Hokkaïdo.
      A ce propos, je me demandais si les essais nucléaires réalisés au niveau mondial entre les années 50 et les années 80 auraient pu avoir un effet sur le climat (je pense notamment à l’incidence de tels essais sur les particules chargées de la haute atmosphère).
      Une idée sur la question ?

      • Les radioéléments qui ont fui dans l’atmosphère lors de l’accident de Fukushima-Daiichi étaient de l’iode qui a disparu depuis longtemps, du césium, un métal relativement lourd qui est retombé rapidement à terre et du tritium qui est parti dans l’atmosphère. Autant dire que l’île d’Hokkaido a été totalement épargnée. Un peu plus ou un peu moins de tritium dans l’océan ne pose pas vraiment de problème. J’ai durant ma carrière manipulé des quantités importantes de tritium et je suis toujours en vie ! De toutes les façons la radioactivité naturelle est loin d’être négligeable au Japon puisqu’il s’agit d’un archipel volcanique.
        Pour votre deuxième remarque il faut se souvenir que l’optimum climatique moderne a débuté à la fin des années 1930 et les essais nucléaires atmosphériques ont eu lieu entre 1945 et 1963, année de la mise en place du traité d’interdiction partielle des essais nucléaires interdisant les essais atmosphériques. On peut donc se demander à juste titre si le premier plateau décrit dans l’illustration de ce billet n’est pas une conséquence de ces essais atmosphériques.
        Je ne sais pas quel âge vous avez mais toute une génération a été contaminée par du strontium radioactif et naturellement du carbone-14 et du tritium lors de ces essais nucléaires et j’en fais partie !

      • On peut donc classer les essais nucléaires comme hypothèse potentielle pour tenter d’expliquer les deux plateaux de la courbe…même si c’est politiquement et diplomatiquement délicat.
        Intéressant.
        Le CO2 arrangerait bien les politiques si cette hypothèse était vérifiée LOL.
        Merci 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s