Du jamais vu depuis plus de 70 ans !

Capture d’écran 2018-05-11 à 11.58.14.png

Foi de « Tinerfeniens » – les habitants de l’île de Tenerife – on n’avait jamais vu au milieu du mois de mai la présence de névés sur les pentes exposées au nord du volcan Teide depuis la fin des années 1930 ! Pour les Suisses et les Savoyards il est vrai que le sommet du Teide (3718 m) se trouve bien au delà des neiges éternelles mais ce n’est pas le cas à 28° de latitude nord. Je rappelle ici que le Teide fait partie des 16 volcans de la planète étroitement étudiés et surveillés car ceux-ci se trouvent dans des zone géographiques à fort peuplement. Bien qu’assoupi depuis 1909 le Teide pourrait entrer dans un épisode éruptif tout aussi dévastateur que ceux du Merapi, en ce moment même en éruption, ou du Nyiragongo.

Capture d’écran 2018-05-11 à 12.45.32.png

Illustration : photo prise le 11 mai 2018

Ravages bactériens des cultures : après les oliviers les agrumes

Capture d’écran 2018-05-06 à 13.11.04.png

Le pourtour méditerranéen est le premier producteur d’olives du monde et les oliviers sont en danger car ils sont ravagés par une bactérie, la Xylella, transmise par n’importe quel insecte suceur. C’est le cas également des agrumes, orangers et citronniers, susceptibles à une autre bactérie, la Candidatus liberibacter, transmise par un papillon d’apparence anodine la psyllide. La maladie « du dragon jaune » ou huanglongbing aussi appelée « citrus greening », ne date pas d’aujourd’hui car elle a été décrite pour la première fois en 1929 puis retrouvée en 1947 en Afrique du Sud. Cette maladie a atteint la Floride en 2005 et la production d’agrumes, en particulier d’oranges, dans cet Etat à diminué de près de 60 %. Elle a été signalée en Arabie Saoudite, à Madère et au Portugal en 2017. Pour l’instant le bassin méditerranéen qui contribue pour plus de 20 % à la production d’agrumes dans le monde et environ 70 % du volume d’exportations en valeur est épargné. Le gros problème avec cette bactérie qui semble sensible à la pénicilline G réside dans ses autres « réservoirs », la pervenche de Madagascar, un arbuste d’ornement très prisé des amateurs de jardins fleuris, qui n’est pas affectée par cette bactérie et également la source de la vinblastine, une molécule très efficace pour traiter un grand nombre de cancers, ainsi que le jasmin orange (Murraya paniculata) également très prisé des amateurs de fleurs odorantes qui est un proche cousin du citronnier (illustration, Wikipedia).

Murraya_paniculata_flowers2.jpg

Il existe donc deux stratégies pour protéger le bassin méditerranéen, soit utiliser massivement des insecticides pour contrôler la population de psyllide, soit traiter en dernier recours les arbres infectés avec des antibiotiques en espérant qu’ils survivront. L’efficacité de la pénicilline G n’a été prouvée qu’avec la pervenche de Madagascar mais qu’en sera-t-il avec un citronnier ? Toujours est-il que la production méditerranéenne d’agrumes est directement menacée et ce sera une catastrophe économique si les gouvernements ne se secouent pas un peu alors qu’ils sont beaucoup plus préoccupés par la guerre économique et le changement climatique … Et il en est de même pour les oliveraies. La solution adoptée dans l’Île de la Réunion a consisté à arracher les arbres des vergers de basse altitude pour planter des orangers acclimatés à de plus hautes altitudes car la bactérie est sensible aux températures inférieures à 20 °C mais ce type de reconversion n’est pas envisageable dans la plupart des pays méditerranéens.

Source partielle AFP

https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/12/31/va-t-on-autoriser-les-antibiotiques-en-agriculture/

Insolite : une vache avec un soutien-gorge !

Capture d’écran 2018-05-11 à 12.08.57.png

Comme son estomac l’appareil de la vache produisant du lait – je suis un grand amateur de lait de vache entier, ne contenant que du lait de vache – est constitué de 4 glandes mammaires et à chacune d’elle correspond un trayon. Les veaux « sous la mère » ont donc le choix pour satisfaire leur appétit. Quelle n’a pas été la surprise d’un éleveur anglais de constater que l’un de ses veaux refusait catégoriquement de s’alimenter avec les deux trayons inférieur de sa mère vache. Il recourut donc à un stratagème inattendu : dissimuler les deux tétons que préférait le veau avec un soutien-gorge de son épouse qu’il a disposé à l’aide d’une sangle passant sur le dos de son ruminant … et ça a très bien réussi ! Il s’est vu obligé de téter les deux autres trayons torturé par la faim …

Source et illustration : Le Matin

Note à l’intention de mes lecteurs : pas de billets ces deux prochains jours, je serai dans les airs en direction du Japon.

Les victimes de Hiroshima ont été pétrifiées instantanément par les radiations

Capture d’écran 2018-05-05 à 11.34.08.png

Le 6 août 1945 à huit heure 15 du matin les Américains larguèrent la première bombe atomique destinée à massacrer massivement les habitants innocents de la ville d’Hiroshima au Japon. La majeure partie des 350000 habitants (166000 selon les estimations) de cette ville moururent instantanément et beaucoup d’autres les années suivantes de divers cancers. Près de 30 ans plus tard un physicien brésilien travaillant à l’Université d’Harvard se rendit à Hiroshima et les autorités japonaises lui confièrent deux os (illustration) ayant appartenu à une victime qui se trouvait à un peu plus de 1 kilomètre du point zéro de l’explosion pour tenter de déterminer la dose de radiation reçue par cette personne. Les technologies existant dans les années 1970 ne permirent pas de déterminer avec précision cette dose de radiation et il fallut attendre l’année 2017 pour quantifier avec précision par résonance du spin électronique du radical carbonate, contenu dans des dents et des os de victimes de la bombe, généré par les radiations provoquées par l’explosion de la bombe. Ces victimes ont reçu une dose massive létale de 9,46 Grays (Gy). En effet, on ne survit pas, dans l’instant, au delà d’une dose de 5 Grays reçue par le corps entier. Pour situer ce que signifie cette unité qui s’exprime en joule/kg les traitements anti-tumoraux par radiothérapie sur des volumes très réduits du corps atteignent des doses de l’ordre de 2 à 3 Grays. Pour les curieux le Sievert dont on a beaucoup entendu parler après l’accident de la centrale de Fukushima-Daiichi est la dose de radiation équivalente reçue par le corps. Cette unité est exprimée en Grays multipliés par un facteur tenant compte des effets stochastiques des radiations sur le corps entier, c’est-à-dire en particulier de la sensibilité des différents organes internes du corps aux radiations alors que le Gray est la mesure de la dose effective de radiations reçue.

Le résultat obtenu par le Docteur Sérgio Mascarenhas( voir le lien) explique donc pourquoi le bombardement de Hiroshima fut instantanément aussi dévastateur en termes de vies humaines. Pour l’anecdote morbide il faut rappeler que la moindre bombe thermonucléaire actuellement détenue par les armées nucléarisées dans le monde est plus de 500 fois plus dévastatrice que celle qui fut larguée sur Hiroshima et qui n’était qu’une vulgaire bombe A plutôt « sale » de surcroit. Nous vivons dans un monde rassurant puisque nos politiciens s’occupent aussi de réchauffement climatique alors que ça risquerait de chauffer sérieusement si les va-t-en-guerre de tout poil décidaient d’appuyer sur le bouton rouge …

Source et illustration : https://doi.org/10.1371/journal.pone.0192444

Le machisme pseudo-scientifique a pris un sérieux coup dans l’aile !

Capture d’écran 2018-05-07 à 18.13.46.png

À la fin des années 1920 la découverte des estrogènes, dont en particulier l’estradiol et la progestérone, permit d’établir un lien entre l’activité ovarienne et le cycle menstruel de la femme. Il ne fallut pas longtemps pour que l’homme considère alors que la femme n’était qu’un objet de plaisir régi par des fluctuations hormonales indépendantes de sa volonté et dont les pulsions sexuelles étaient soumises à ces hormones. Toutes sortes de fantasmes surgirent dans la littérature pseudo-scientifique soutenant par exemple le fait que les femmes étaient « plus » attirées par les hommes quand elles se trouvaient précisément vivre les quelques jours durant lesquels la conjonction des taux sanguins d’estradiol et de progestérone étaient propices à l’ovulation. Certains « théoriciens » dans le genre échafaudèrent toutes sortes d’hypothèses de travail permettant de prouver que c’était bien la réalité, en d’autres termes qu’une femme était plus « facile » lorsqu’elle était en pleine ovulation.

Un récente étude réalisée à l’Institut de Neurosciences et de Psychologie de l’Université de Glasgow parue dans la revue Psychological Science vient d’infirmer ces fantasmes machistes d’un valeur scientifique douteuse qui aura perduré durant près d’un siècle (voir le lien en fin de billet). C’est en retouchant avec le logiciel Photoshop des photos de visages d’hommes pour les « féminiser » légèrement et les soumettant selon un protocole standardisé au regard d’un échantillon de femmes suivant ou non un traitement contraceptif avec en parallèle un dosage des hormones sexuelles présentes dans la salive que l’hypothèse d’une soumission de la femme à son statut hormonal a été complêtement démontée en faisant appel à 584 participantes hétérosexuelles en âge de procréer. Cette étude a également montré que l’utilisation de pilules contraceptives ne modifiait en rien la libido de la femme contrairement à des idées reçues relevant du plus pur machisme de très mauvaise facture …

Lien et illustrations : doi : 10.1177/0956797618760197 en accès libre

« Je ne suis pas heureux, je veux mourir « 

Capture d’écran 2018-05-06 à 20.38.22.png

Le 4 Avril 1914 naissait en Grande-Bretagne David Goodall. Après de brillantes études dans diverses universités ce monsieur devint l’un des leaders mondiaux de la botanique analytique et des écosystèmes. Goodall fut l’éditeur en chef d’une somme intitulée « Ecosystems of the World », une bible dans ce domaine qui se trouve dans toutes les bibliothèques universitaires du monde, du moins dans les universités qui ont un département de botanique.

Goodall milita aussi pour le droit à l’euthanasie volontaire durant les dernières années de sa vie qu’il voudrait abréger car selon ses dires, bien que ne souffrant d’aucune maladie débilitante, il s’ennuie … tout simplement. Après avoir été « remercié » à l’âge de 102 ans par l’Université Edith Cowan de Perth (Australie) pour ses bons et loyaux services il est facile de comprendre que ne pouvant plus travailler il puisse ressentir de l’ennui.

Militant de la première heure du droit à mourir dignement et paisiblement auprès des autorités australiennes alors que l’euthanasie y est interdite car il considère que ce droit fait partie intégrante de la liberté d’un individu il a décidé de se rendre à Bâle en Suisse pour, selon sa volonté, mettre fin à ses jours dans un centre médical spécialisé à cet effet. L’organisation « Exit International » a pu réunir les fonds nécessaires pour le transport par avion et les frais de l’intervention. Aux dernières nouvelles Goodall se trouve aujourd’hui à Bâle et aucun membre de sa famille n’a daigné l’accompagner … Chapeau bas !

Source BioEdge, illustration : Tribune de Genève

Brève : le jour le plus long

Capture d’écran 2018-05-08 à 09.58.43.png

C’est ce soir 8 mai 2018 à 18h GMT que Trump annoncera s’il dénonce l’accord international sur le nucléaire iranien. Boris Johnson, le ministre des affaires étrangères anglais a déclaré que ce serait une erreur mais, comme Madame Merkel et Macron l’ont précisé il serait opportun de réviser quelques points de détail de ce traité qui demanda pourtant plus de six ans de négociations. Il est vrai que Macron ne veut pas se fâcher avec son homologue allemande et joue sur le velours. Quant aux Israéliens, les premiers concernés dans cette histoire bien que possédant eux-même un arsenal nucléaire, ils ont monté une sale affaire consistant à ternir l’image des négociateurs américains Rhodes et Kahl avec l’appui ouvert de Netanyahu. Les chancelleries ont eu vent de cette sombre histoire orchestrée par une firme d’espionnage israélienne privée à la demande de Trump.

Si le Président américain dénonce ce traité un risque d’embrasement régional et peut-être mondial deviendra alors bien réel.

Source : The Observer de ce jour