Nouvelles du Japon : la météo locale

Capture d’écran 2018-05-28 à 21.01.55.png

Pendant 48 heures le ciel au dessus de Tokyo a été obscurci par des nuages de moyenne altitude en provenance de l’ouest. L’air était presque oppressant car les vents apportaient (importaient) la pollution chinoise comme le montrent assez clairement les deux illustrations en provenance de l’Université du Wisconsin (lien en fin de billet). La couleur des flèches indique l’altitude des vents. Pour les curieux il suffit de se reporter au site indiqué qui présente la situation météorologique et les vents en temps réel. Deux jours de « calima made in PRC ».

Capture d’écran 2018-05-28 à 21.01.27.png

Mais au fait existe-t-il un droit international pénalisant la pollution trans-frontalière ? Inutile de rappeler l’histoire rocambolesque du « nuage radioactif » de Tchernobyl qui n’arriva jamais à franchir la frontière hexagonale française, mais en ce qui concerne la pollution extravagante produite par la Chine, le pays le premier servi est bien le Japon !

Source et illustrations : http://tropic.ssec.wisc.edu

Première illustration : vents en altitude, seconde illustration : vents à fable altitude et au sol le 28 mai 2018

16 réflexions au sujet de « Nouvelles du Japon : la météo locale »

  1. En même temps, le Japon est en train de déverser de l’eau radioactive qui se répand dans tout le Pacifique …
    Son oeil, la paille, la poutre, hein !!

    • Croyez-vous vraiment que quelques curies de tritium peuvent détruire quoi que ce soit ? Le centre de recherche de Saclay dans le sud de Paris ne se prive pas pour éliminer du tritium sous forme gazeuse dans l’atmosphère alors que le tritium dont il est fait mention est de l’eau et l’Océan Pacifique couvre presque la moitié du globe terrestre … Faux débat qui n’a pas lieu d’être.

      • La pollution japonaise ne tuera donc personne. Bon …
        Mais combien de morts provoquera cette « extravaguante pollution » chinoise ? Est-ce évalué, mesuré, quantifié ?
        Vous évoquez un droit international punissant les pollueurs. Mauvaise idée parce qu’avec les retombées de Fukushima le Japon sera au premier rang des pays attaqués !!

        Accèssoirement , je suis toujours étonné que quand on aime le Japon on doive forcément détester la Chine. Mais là, on quitte le domaine de la science pour entrer dans celui de la psychanalyse (qui n’est pas une science, de mon point de vue).

  2. De l’eau radioactive c’est pas grand chose, l’eau de mer l’est déjà pas mal, un peu plus un peu moins. Mais bon autant ne pas aborder de sujets religieux (c’en est un, les croyances primant sur les faits).
    En ce qui concerne la pollution chinoise avant le Japon c’est surtout la Corée qui dérouille et au Japon Tokyo lointaine ville de l’Est ne ramasse pas grand chose comparé à Kyushu.

  3. Les pays pollueurs sont nombreux. C’est lié aux activités humaines ou bien aux phénomènes naturels… Les pays pollueurs sont les premiers punis et heureusement font des efforts pour réduire leurs effluents nocifs. La pollution transfrontière à cause des vents d’altitude est certaine, mais non maîtrisable. Un tribunal international pour juger des comportements coupables des dieux des vents, pourquoi pas de Jupiter, n’est pas pour demain ! Les épaisseurs de loess de certaines plaines sont là pour nous rappeler que cela fait longtemps que cela dure, avec ou sans humains.
    Nos ancêtres les gaulois craignaient que le ciel leur tombe sur la tête. Quelle sagesse !
    Je ne trouve malheureusement que l’humour comme parade.

  4. En Ile de France, on a un phénomène similaire mais de moindre échelle avec la pollution importée des centrales à charbon/lignite allemandes et leur exploitation à ciel ouvert dans le bassin de la Ruhr.
    Sauf qu’en cas de pic, l’explication officielle est que la pollution provient du trafic automobile francilien. Dixit l’agence AirParif. Bref, circulez, y’a rien à voir.

    Sur le plan de la communication, peu de choses ont changé depuis avril 1986, quand l’idiot de service du gouvernement de l’époque (Alain Madelin) récita à la télévision son texte sur la manoeuvre astucieuse d’évitement du nuage de Tchernobyl, avec au même moment une séquence rassurante de la science officielle qui -via son porte-voix du moment, c’est-à-dire le Pr Pellerin- se rangea sagement du côté patriotisme des nuages ukrainiens….le tout sous l’oeil acéré de l’ancien maire de Paris, plus occupé à tâter le cul des vaches au salon de l’agriculture qu’à prendre les français pour des adultes responsables.

    • Bien d’accord pour la pollution atmosphérique française, nptamment parisienne « made in Germany », sauf pour les « centrales à charbon/lignite ayant leur exploitation à ciel ouvert » (???)
      Ils pourraient mettre le couvercle sur la casserole, quand ils « cuisent » leur charbon/lignite, tout de même !

      • @pastilleverte : ce sont les mines de lignite qui sont à ciel ouvert dans le bassin de la Ruhr en effet et pas les centrales LOL.
        Je faisais référence aux mines Garweiler I et II (taille d’une trentaine de km²) qui dégagent des particules très polluantes.
        Pour avoir une idée de l’importance de la chose, c’est par ici –> https://fr.wikipedia.org/wiki/Garzweiler
        A cela, il faut aussi ajouter la pollution aéroportée générées par les centrales thermiques teutonnes qui utilisent ce charbon de basse qualité.
        Pour le moment, ça va car les précipitations lavent l’atmosphère de ces joyeuses saloperies.
        C’est en juin que ça va commencer à susciter des problèmes respiratoires de l’Alsace à la région parisienne;

    • Ne racontons pas n’importe quoi.
      Le professeur Pellerin n’a JAMAIS dit que le nuage radioactif de Tchernobyl ne passerait pas au-dessus de la France. Il a seulement dit que s’était sans incidence sanitaire. C’est à Noël Mamère que l’on doit cette phrase désormais mythique que le nuage s’était arrêter à nos frontières.
      Toutes les personnes et organisations ayant attaqué le professeur Pellerin sur ce sujet ont perdu leur procès. Mais certains diront probablement qu’à cette époque la justice était vendue au lobby nucléaire.

      • C’était de l’humour de ma part naturellement. Je ne sais pas quel âge vous avez mais j’ai vécu les deux premières décennies de ma vie avec de la radioactivité ambiante en raison des essais nucléaires atmosphériques. Inutile de dire qu’il n’existe aucune statistique relative au nombre de morts directement liés à ces essais délirants pour satisfaire la paranoïa des militaires.

      • Il est vrai que « nous » (les « vieux ») avons, apparemment, survécu à plus de 2000 essais nucléaires dans l’atmosphère.
        Bon, le fait d’être éloigné des sites d’essais a peut-être joué un petit rôle ?

      • Etant donné que j’étudiais l’agronomie entre autres matières en avril 1986 dans l’est de la France, je me souviens bien des recommandations de mes professeurs, à savoir éviter de façon catégorique comme chez nos voisins allemands, les denrées alimentaires types légumes du jardin, salades, champignons. On n’a pas compris pourquoi ce qui a été recommandé dans tous les pays européens à l’époque ne l’était pas en France (et c’est ce que je critique à travers Madelin et les autres).
        On en a été quitte à consommer plus de boîtes de conserves et tout s’est bien passé.
        Le Pr Pellerin a en effet déclaré que la radio-activité mesurée ne présentait pas de danger à sa connaissance au JT chez Mourousi comme on s’en souvient tous, mais si j’en juge les analyses de l’IRSN, les choses sont différentes (voir par exemple http://www.irsn.fr/FR/connaissances/Installations_nucleaires/Les-accidents-nucleaires/accident-tchernobyl-1986/consequences-homme-environnement/Pages/sommaire.aspx#.WxKt1RP4nDc). Pour moi, le Pr Pellerin n’a pas voulu affoler les foules mais a fait une erreur qui est de sous-estimer, de bonne foi, les phénomènes de radio-bio-accumulation.
        Comme quoi, mes professeurs agronomes ont été bien inspirés de ne pas écouter les idiots de service comme Madelin, jusqu’à Pellerin qui aurait du dire qu’en cas de doute, il fallait faire attention à ce qu’on mange, plutôt que de se réfugier derrière un jargon trop scientifique pour l’ensemble des téléspectateurs.
        Par contre, sur Antenne 2, en effet, la présentatrice Brigitte Simonetta avait indiqué que les nuages chargé de radioactivité en provenance de Tchernobyl allaient éviter la France…manque de bol, c’était faux et on remercie la Météo-France de l’époque…des amis chirurgiens du sud de la France m’ont indiqué début des années 2000 une recrudescence des cancers, notamment du sein, chez des femmes relativement jeunes, et m’ont dit que la corrélation avec avril 86 était troublante, notamment chez les consommatrices de légumes du jardin et autres herbes aromatiques très prisées là bas (thym, romarin, essences de la garrigue, etc…).

        PS : j’ai une dent contre Madelin, mais elle est philosophique; je n’ai jamais compris comment un fonctionnaire rester crédible en passant sa vie à cracher contre la fonction publique et être le chantre du libéralisme en étant lui-même payé par l’Etat français et ses subdivisions administratives. Pour éviter les malentendus, j’ai toujours travaillé dans le secteur privé lucratif.

  5. « … qui n’arriva jamais à traverser la frontière hexagonale… »

    Cette affirmation était un pur produit journalistique.
    Un article sur le procès qui a été fait à l’encontre du professeur Pellerin:
    http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/11/21/19470-pr-pellerin-linjustice-tchernobyl-est-reparee

    « L’expertise publique représentée aujourd’hui par l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) a été séparée de l’autorité administrative représentée par l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire). »
    On notera que la prudence de l’ASN a failli provoquer un black out l’hiver dernier, qu’elle est responsable de notre surplus de fossile brulé, et qu’elle est revenue sur ses décisions aussi vite que la température baissait ! Belle autorité indépendante… Bien évidemment, avec la même agence en 1986, le pays aurait subi une réaction d’urgence puissance 10 équivalente à la prévention de la grippe (la France a dépensé des millions, commandé la moitié des anti viraux produits dans le monde…).

    S’il faut appliquer le principe de précaution, un juge suffit. Si on demande l’avis à un expert, c’est pour avoir des choix alternatifs rationnels.

    • Suggériez-vous que « certains » dirigeants de l’ASN, auraient, comment dire, des approches « partisanes » et pas suffisamment « scientifiques » ??
      Pas de ça chez nous ! Nous sommes la France scrogneugneu 🙂

Répondre à Ricquet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s