Nouvelles du Japon : l’assurance-vie en France vue de l’Empire du Soleil Levant

Nouvelles du Japon : l’assurance-vie en France vue de l’Empire du Soleil Levant

Un ami et ancien collègue de mon fils, français et expatrié au Japon depuis plus de 12 ans comme ce dernier, m’a raconté une histoire vécue inouïe qui devrait préoccuper bon nombre de Français bien connus pour privilégier l’assurance-vie comme canal favori pour leur épargne. Après avoir sévi au back-office d’une société de gestion de portefeuilles à Tokyo il a trouvé un nouvel emploi dans l’office d’une grosse compagnie d’assurance européenne implantée au Japon dont je tairai le nom pour des raisons de confidentialité simples à comprendre.

Son père, français et résidant en France, avait il y a de nombreuses années souscrit une assurance-vie auprès d’un organisme bien connu des Français dont je tairai également le nom pour ne pas m’attirer de problèmes. Quelques plus ou moins trois mois avant sa mort ce vieux monsieur, sensiblement de mon âge, avait omis de reconduire son contrat. Je suis incapable de préciser comment et quand il faut satisfaire une telle formalité n’ayant jamais eu moi-même la moindre envie de souscrire à une assurance-vie. Bref, le père de cet ami est mort avant de faire cette démarche nécessaire, semble-t-il, pour que son contrat perdure. Et cet ami de mon fils s’est rendu dans l’urgence en France pour s’occuper de toutes les formalités relatives aux obsèques de son père, passé au four dans une boite en carton qu’il a fallu payer une fortune et régler les frais de crémation qui faisaient pourtant l’objet d’une couverture totale dans le cadre du contrat d’assurance de son père.

Je ne me permettrai pas d’épiloguer au sujet de l’industrie de la mort qui est certaine d’avoir toujours des clients qui sont, puisque nous sommes tous mortels, captifs par définition et pour cette raison les tarifs ne cessent d’augmenter à un rythme bien supérieur à celui de l’inflation. Mais dans le cas du décès du père de cet ami de mon fils il dut dont payer quelques 4000 euros pour le transport du corps, son gardiennage pendant quelques jours et l’incinération. En outre comme son contrat n’avait pas été « confirmé » ou « oublié » par négligence compte tenu de l’état de santé de cet homme, tout le capital accumulé qui selon les dires de cet ami de mon fils devait se situer entre cent et deux-cent mille euros (c’était un homme relativement aisé épargnant depuis de nombreuses années) fut tout simplement effacé !

L’ami de mon fils m’a indiqué que les grandes compagnies d’assurance qui oeuvrent dans le domaine de l’assurance-vie réalisent l’essentiel de leurs bénéfices avec ce genre de situation. En effet, le capital investi et constitué durant de nombreuses années de labeur et parfois de privations est, dans ce cas qui est loin d’être isolé, perdu pour les ayant-droit. Il s’agit en quelque sorte d’une arnaque organisée dont beaucoup de familles n’ont même pas conscience. Il faut vivre au Japon et ne pas être en mesure d’assister son vieux père pour découvrir cette entourloupe. Travaillant au sein d’une importante compagnie d’assurance européenne implantée à Tokyo, je le répète, cet ami sait naturellement de quoi il parle : les compagnies d’assurance-vie sont des voleurs et elles profitent des faiblesses des vieux pour réaliser l’essentiel de leurs profits en ces temps de politique monétaire de taux d’intérêt proches de zéro. C’est bien inquiétant.

9 réflexions au sujet de « Nouvelles du Japon : l’assurance-vie en France vue de l’Empire du Soleil Levant »

  1. Cette histoire est étonnante ! j’ai deux assurances vie, et nulle part il n’est question de confirmation ou d’oubli … Il faudrait creuser un peu plus …

    • Ça doit se trouver dans les « petits caractères » que personne ne lit, je suppose … Je n’y connaît rien du tout mais je peux recontacter ce monsieur pour plus de précisions. Si 1 % des souscripteurs se trouvent dans ce cas avec plus de 1500 milliards d’euros de portefeuille d’assurance-vie en France qu’en plus convoite le gouvernement cela fait en théorie une coquette somme d’argent … 15 milliards c’est toujours bon à prendre.

      • J’ai regardé mes contrats, il est noté clairement que la durée de l’adhésion est de 8 ans, ensuite prorogée tacitement d’année en année. Pas d’obligation de confirmation ou autre.
        Par contre il existe un chapitre sur la prescription.
        « La prescription biennale permet à l’assureur de refuser sa garantie lorsqu’aucune action n’a été introduite par l’assuré dans
        les deux ans suivant la déclaration de sinistre. »
        Mais pour l’assurance vie ce délai est porté à 30 ans après le décès pour les bénéficiaires.
        Donc le cas de votre ami est bizarre, vu la somme en jeu (il est question d’un capital, donc ce n’est pas une assurance décès), il ne devrait pas laisser tomber, lire le contrat, aller voir l’assureur, et demander de l’aide d’un juriste.

  2. On peut supposer que ce cadre n’ait pas eu le temps encore de voir quelques films du grand cinéaste japonais Ozu qui dans un de ses longs métrages décrit fort bien l’éloignement d’un vieux couple de retraités de ses enfants pris dans le tourbillon de leur vie professionnelle. Quand un fils ne sait pas ce qui l’attend au décès de son père, on peut penser qu’il a coupé les ponts. On a du mal à éprouver de la commisération pour lui. Bien sûr il ne faut pas juger sans ses arguments…

    • J’ai bien connu son père qui venait souvent voir son fils ici à Tokyo. Il était un peu excentrique mais tout à fait agréable. Moi-même je me suis éloigné de mes enfants et de leur progéniture et ils savent qu’à ma mort je ne leur laisserai pas de dettes ! D’ailleurs je donnerai mon corps à l’Université, il suffit de remplir un formulaire très simple en Espagne.

  3. « En outre comme son contrat n’avait pas été « confirmé » …, tout le capital accumulé … fut tout simplement effacé ! »

    Je pense qu’il devait s’agir non pas d’une assurance-vie mais d’un contrat d’assurance-décès, dans sa version temporaire :

    « L’assurance temporaire décès :
    Elle garantit le versement d’un capital ou d’une rente en cas de décès de l’assuré survenant pendant la période de validité du contrat. Si l’assuré est en vie au terme de cette période, le contrat d’assurance prend fin. Les cotisations versées ne sont pas récupérées par le souscripteur du contrat mais bénéficient à l’ensemble des assurés : il y a mutualisation des risques. »

    Bien sûr, par « ensemble des assurés », il faut comprendre les autres souscripteurs, pas les ayants droits.

    AMHA, les centaines de milliers d’euros n’avaient pas été forcément déposé par la personne, comme un compte d’épargne. C’est comme une assurance auto : Si vous avez un accident, la société d’assurance vous verse un montant qui est convenu et non celui du total des cotisations que le souscripteur a versé régulièrement. Et évidemment, si j’arrête mon contrat d’assurance auto et que j’ai un accident, mauvaise pioche !

    Le gros problème que je vois, — un risque majeur dans notre société moderne — c’est la situation d’une personne isolée qui se retrouve totalement dans une situation d’inconscience. Et cela concerne les vieux comme les jeunes…

  4. Il y a eu les lois Eckert en 2015 pour les contrats en  » déshérence « . Par ailleurs, les banques envoient des documents pour les comptes inactifs et si on ne donne pas signe de vie ( d’une manière ou d’une autre) ils s’arrogent le droit de récupérer l’argent! ( et il devient très compliqué de récupérer l’argent) De toute façon, l’argent déposé à la banque n’appartient plus légalement à l’épargnant : il n’a qu’une créance et comme les banques sont en situation de quasi faillite elles ne pourront pas rembourser lorsque les épargnants voudront récupérer leur argent.Il est préférable d’avoir des actions ( en propre, pas des SICAV!) qui correspondent à un autre cas sur le plan juridique .Le système financier est dans une fuite en avant et il fait main basse sur l’épargne accumulée par le travail des gens. Comme l’a dit une ministre il y a 1700 milliards € d’assurance vie et il n’y a pas de raison de ne pas s’en servir si le pays en a besoin!! le problème est que sans épargne, il n’y a plus d’investissement et sans investissement il n’y a plus d’emplois . A vouloir trop gagner l’état et la finance vont nous faire tous couler. Macron , qui se présente comme réformateur, ne va rien changer à la logique passée, bien au contraire. Il n’y a aucune réforme sur le poids et l’efficacité ( je devrais dire l’inefficacité ) de la fonction publique qui est le point d edépart fondamental car en payant plus de charges et impôts la France n’a aucune chance d’être compétitive, d’autant que le soi-disant libre échange n’a rien de libre car les mondialistes l’imposent même si c’est contre l’intérêt du peuple. Il faut commencer par interdire à un fonctionnaire d’être député ( juge et partie) : c’est une exception française qui date, je crois, de Pétain.

    • Faire comme aux USA : les fonctionnaires qui accèdent à des fonctions gouvernementales n’ont même pas le droit de réintégrer la fonction publique et quand il y a un changement de « couleur » tous les politiciens se retrouvent à la rue. C’est beaucoup plus sain. Dans les pays scandinaves c’est exactement la même situation. Finalement depuis Vichy puis les ordonnances de 1945-1946 la France est un pays imprégné de marxisme avec une nomenklatura noyautée par des diplômés de l’ENA et je doute que quoi que ce soit puisse changer en quelques années. Viva la revolucion !

      • Il suffirait pourtant d’une simple décision et cela ne coûterait rien pour une fois et cela rapporterait gros.Cela devrait venir des partis politiques qui ne profitent pas beaucoup du système.

Répondre à jacqueshenry Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s