Ça se réchauffe puisqu’on nous le dit …

DSCF6145.jpg

 Le 13 mai 2018 quelle n’a pas été ma surprise de constater que les montagnes autour de Madrid étaient encore enneigées. Photo prise depuis l’avion à l’aéroport de Madrid-Bajaras vers 12h15.

18 réflexions au sujet de « Ça se réchauffe puisqu’on nous le dit … »

  1. Je ne crois pas qu’il confonde météo et climat. Tous ses billets nous l’ont largement démontré.
    En revanche, certains obsessionels du réchauffement anthropique utilisent souvent ce genre de confusion. Alors leur renvoyer leurs méthodes dans les gencives de temps en temps, n’est pas désagréable. Un peu d’humour que diable !

    • Ici à Tokyo (à la latitude d’Alger) c’est pour moi presque une fournaise : aujourd’hui 29 degrés et je n’étais plus habitué à ce genre d’agression thermique qui est rarissime à Tenerife. J’ai conversé ce soir avec ma fille (il était 12h30 en France) qui habite dans la banlieue parisienne et la température n’était que de 10 degrés. J’ai eu vraiment de la peine à le croire. Mais je ne fais pas de confusion entre climat et météo. C’était juste un court billet un peu humoristique

      • C’était également de l’humour (ironique) de ma part, d’où l’émoticone.

  2. Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais quand on a à la fois les hirondelles, les oies sauvages, les canards sauvages, les cigognes qui arrivent on peut y croire un peu plus. Mais ce n’est bien sûr qu’une croyance. Ce qui trouble c’est que nos médias commencent à avoir le feu au « c.. » avec le réchauffement et déjà ils ont changé de sujet : c’est la biodiversité qui va maintenant tenir la rampe. Ce n’est pas la girouette qui tourne disait jadis Edgar Faure, c’est le vent !!!

  3. Le temps cet hiver en France a été extrêmement pluvieux (pas loin des records de pluviométrie cumulée de novembre à avril). Donc la quantité de neige (névés) ici sur les montagnes est encore très importante. Elle fond petit à petit (et c’est tant mieux pour éviter les catastrophes comme 2014), avec des températures effectivement pas encore trop élevées. Et vous avez raison ,il ne faut pas confondre météo et climat on le rappelle sans arrêt. Ce mois de mai , jusqu’aux fameux saints de glace, a débuté assez fraîchement. Si la moyenne de température mensuelle (dans le Sud-Ouest) jusqu’aujourd’hui est de 13.5°C , donc 1°C en dessous des moyennes 1950-1990, il semble que les prévisions annoncent une remontée pour la prochaine quinzaine (ce qui est normal), avec temps lourd et orageux. Mai 2018 ne sera pas aussi frais que mai 2013, qui avec 20 jours de pluie (240 mm), et 12.3°C, avait été parmi les 10 plus froids depuis 100 ans. Et oui mais c’est là où il faut être prudent entre variabilité et modification notable. Car depuis 1990, aucun autre autre mois de mai n’est au dessous de 15°C, la majorité supérieurs à 16°C, et une dizaine au dessus de 17°C (le record étant 2017 avec …18°C). Pour l’instant , on en est là, et on verra si Juin annonce un refroidissement ou pas, l’an passé il avait atteint 21°C l’un des 3 plus chauds connus ici. Et bien sûr, à confirmer sur une assez longue période, toujours pour ne pas faire la même erreur de jugement par extrapolation, dans un sens ou dans l’autre. Je n’ai parlé ici que des températures locales (Pau et Tarbes). C’est à voir pour le reste du pays, de l’Europe et du monde. Je crois qu’à Paris, la dernière quinzaine, il a fait plus chaud et plus beau qu’ici (ce n’est pas difficile !!!). Une fois n’est pas coutume…bonne soirée.

  4. Pour résumer, ça chauffe et moins ça chauffe 🙂

    Dans le registre des bouffonneries pseudo-scientifiques, voici un article du Monde (écrit par un stagiaire qui possède un Master en sciences du climat de l’université Mac Gill au Canada) qui explique que les traînées de condensation d’avions (les mini-cristaux de glace formés par la condensation de la vapeur d’eau issue de la combustion d’hydrocarbures) ont un effet de serre supérieur au CO2 (le pauvre stagiaire ne sait même pas faire la différence entre l’effet parasol typique des aérosols comme les traînées de condensation et l’effet de serre issu des gaz atmosphériques non visibles…pour un gars qui a une maitrise en sciences de l’atmosphère, c’est inquiétant).
    Voici la perle : http://www.lemonde.fr/climat/article/2018/05/12/les-trainees-blanches-des-avions-contribuent-au-rechauffement-climatique_5297919_1652612.html

    De plus, le fameux scientifique (un certain « Berndt Kärcher ») derrière ces études sur les « chemtrails » ou « contrails » comme on les appelle maintenant, n’a toujours pas compris que la combustion d’un hydrate de carbone comme le kérosène génère toujours du CO2 et de la vapeur d’eau même dans un milieu anhydre (c’est inquiétant pour un physicien).

    On appréciera ainsi à sa juste valeur le ramassis d’idioties qu’on peut lire de nos jours dans une presse fortement orientée (Le Monde, Le Nouvel Obs, Libération, etc…) en ce qui concerne le réchauffement climatique d’origine anthropogénique.
    Ces journaux sont juste des agences de presse attitrées de notre ministère de l’écologie.

    PS : je me suis amusé à faire un calcul de la quantité d’eau additionnelle apportée par le transport aérien en une année (2017) : ça donne une concentration additionnelle en vapeur d’eau d’environ 1 puissance 10 moins 10 en valeur relative. Bref, c’est insignifiant.
    Par contre, la combustion de l’azote atmosphérique par des turboréacteurs dont la température dépasse les 1000 degrés génère des oxydes d’azote (NOx) qui ont un effet de serre bien supérieur au CO2 et à la vapeur d’eau. Ceci peut objectivement poser problème.

    • Le point que je soulève est celui des traînées de condensation dues à l’aviation.
      Je ne remets pas en question la théorie de l’effet de serre à ce stade de la discussion.
      Mes références les plus simples sur l’effet de serre et l’effet parasol sont issues de l’Université J. Fourier de Grenoble.
      Jetez donc un coup d’oeil à ce petit topo très bien fait : http://www.lthe.fr/IGE/pageperso/parrenif/courses/download/2008-2009/paleoclimats/Bu-Robert.pdf
      On en reparlera après que vous ayez lu ce topo et on laissera le soin à Jacques Henry de préciser sa pensée puisque vous le citez.

      Bon je file, j’ai une soirée qui promet d’être animée 🙂

    • L’étude ne cible pas la quantité de CO2 ou de NOx ajouté à l’atmosphère, mais les nuages de cristaux de glaces qui apparaissent dans le sillage des avions, qu’elle assimile à des cirrus, soit des nuages réputés agir comme un effet de serre !
      https://en.wikipedia.org/wiki/Cirrus_cloud#Contrails

      Mais bon, où est le problème ? Un effet réchauffant limité et temporaire n’est pas forcément une mauvaise chose.

      • Merci pour votre intervention qui montre que vous avez de l’intérêt pour les sciences.

        Cependant, je suis navré de constater que vous lisez trop vite et que vous n’avez clairement pas compris l’effet de serre que vous confondez allègrement avec l’effet parasol comme d’ailleurs l’auteur de l’article et des millions d’autres personnes (pour faire simple, l’effet de serre est dû à certains gaz invisibles à l’oeil comme la vapeur d’eau et engendre un réchauffement tandis que l’effet parasol est dû aux nuages et autres aérosols visibles et engendre un effet de refroidissement, du fait tout bêtement de « l’albédo » qu’ils génèrent en tant que surface réfléchissante des rayons solaires).
        Le papier du « Monde » que j’ai mentionné plus haut prétend que l’effet parasol des aérosols de condensation des fumées d’avion provoque de l’effet de serre, ce qui est clairement un non sens physique.
        L’étude dont elle fait référence va encore plus loin en disant que le CO2 provoque un effet de serre inférieur à l’effet parasol (ce qui revient à dire que le CO2 engendre un réchauffement inférieur au refroidissement dû aux nuages et aux aérosols qui sont des particules en suspension dans l’atmosphère…voilà une nouvelle qui devrait ravir les anti-réchauffistes, mais malheureusement elle est fausse).
        On comprend aisément l’aberration physique d’une telle affirmation qui a été publiée dans une revue scientifique à comité de lecture par un auteur amateur de modèles atmosphériques dont on sait qu’ils sont tous faux et financé par le GIEC dont il fait partie.
        J’ai rajouté les Nox pour montrer l’impact réel de l’aviation sur la chimie de l’atmosphère qui n’a pas été mentionné dans « l’étude » comme vous dites (et comme des millions de personnes, vous ne savez probablement pas que l’azote atmosphérique qui est supposé être inerte chimiquement, est oxydé à partir de certaines températures (un peu moins de 1000 °C) qu’on retrouve dans des moteurs à fort taux de compressions comme les moteurs Diesel ou les turboréacteurs d’avions et engendrent, contrairement aux moteurs à essence à faible taux de compression un ensemble d’oxydes d’azote qu’on rassemble sous les vocable « NOx »).
        Ces NOx ont un effet de serre relativement important par rapport à celui de la vapeur d’eau.

        Si ces choses sont d’aventure trop compliquées pour vous, lisez donc le PDF que j’ai mentionné plus haut, c’est un résumé didactique issu d’une université française du sud est qui vous permettra de comprendre de façon simple les bases de la physique atmosphérique et notamment la différence entre effet de serre et effet parasol.

        Bonne fin de soirée 🙂

  5. @camembert electrique
    N’importe quel observateur un peu curieux peut constater que certains avions ne laissent aucune trainée de cristaux de glace derrière lui alors que d’autres avions, un autre jour, laissent une trace persistante qui peut également croître et devenir un véritable nuage de haute altitude. Il faut donc expliquer ce qui se passe. Les oxydes d’azote – NO et NO2 – en présence de vapeur d’eau se transforment en acide nitreux et acide nitrique. Ce sont des molécules ionisées qui constituent des noyaux de condensations d’autres molécules d’eau. D’où l’explication de ces trainées d’avions de durées de vie variées et de largeurs également variées : si, même à 11000 mètres d’altitude la présence de vapeur d’eau est relativement importante, la présence de ces molécules ionisées va favoriser la formation d’amas de molécules d’eau puis la formation de cristaux de glace (on se trouve à une altitude où l’eau liquide sous forme de gouttelettes ne peut pas exister en raison des températures très basses). Ces nuages de la famille des cirrus reflètent le rayonnement solaire par simple effet miroir. Il n’y a donc plus lieu de parler d’effet de serre ou de quoi que ce soit d’autre, l’explication présentée ci-dessus est largement suffisante.
    Et si un avion ne laisse aucune trainée derrière lui c’est tout simplement parce que l’air est extrêmement sec, point barre.

    • @Camembert électrique, @jacqueshenry :
      Je ne fais que reprendre la littérature sur ces nuages que sont les cirrus : on considère généralement que leur albédo (effet parasol) est bien inférieur à leur capacité d’absorption (effet de serre).
      L’article de Camembert ne traite pas de ces types de nuage. Il ne parle que des nuages occlusifs et avec un fort pouvoir réfléchissant.

      Un lien sur les cirrus : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0094576596000987

      Voir surtout ce document sur les capacités de réflexion ou d’absorptivité de la glace/neige : https://www.shf-lhb.org/articles/lhb/pdf/1984/05/lhb1984041.pdf

      Donc, le cirrus et son effet parasol semblable à un miroir, je n’ai rien lu de tel…

      • L’effet de serre se réfère à un gaz et à sa capacité d’absorber de l’énergie thermique (on travaille donc dans l’infrarouge thermique).
        Pour les gaz condensés, les nuages donc dans l’atmosphère, on ne parle pas d’effet de serre …voir le PDF de l’université de Grenoble que j’ai mentionné plus haut pour plus de détails;

    • Il y a une explication plus simple : le diagramme de phases de l’eau qui explique l’état physique de l’eau en fonction de la température et de la pression.
      On peut ainsi expliquer pour ce qui est du sujet traité les conditions de passage de l’état gazeux de l’eau à l’état liquide (condensation).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s