Brève : intervention franco-anglo-américaine en Syrie

Brève : intervention franco-anglo-américaine en Syrie

J’ai dit cet après-midi à ma compagne que j’avais tout simplement honte d’être Français et je pense que les Anglais, retraités comme moi et ayant choisi de vivre à Tenerife, doivent également avoir honte d’être Anglais.

Macron et May sont de la merde, trois M, des petits chiens abattardis tenus en laisse par Washington. Ils devraient être mis en prison pour crimes contre l’humanité en agressant sans mandat des Nations-Unies un autre pays qui ne leur a jamais rien fait.

Un autre geste agressif et la France et la Grande-Bretagne seront vitrifiées par les bombes nucléaires russes ! Car une autre agression – celle de cette nuit était destinée à empêcher la commission d’enquête de faire son travail à Damas pour établir les cause de l’attaque chimique – sera le signal d’une troisième guerre mondiale qui sera fatale pour l’ensemble de l’humanité. En Espagne aujourd’hui, dans de nombreuses villes, des mouvements spontanés ont rassemblé des dizaines de personnes en silence pour manifester leur réprobation devant l’attitude des deux esclaves de Washington ci-dessus désignés.

Encore une fois j’ai honte d’être Français !

La Suisse (et les autres pays) et la taxe carbone

Capture d’écran 2018-04-08 à 16.12.31.png

La taxe dite « carbone » se met en place conformément aux exigences de la Commission européenne et comme la Suisse doit se conformer aux directives de cet organisme il est de bon ton de faire en sorte que le montant de cette taxe soit la plus faible possible. Or la Suisse ne veut comptabiliser dans ses émissions de carbone que celle provenant du pays. La consommation d’énergies fossiles se limite en Suisse au transport automobile et à certains secteurs industriels mais quid de ce que les experts en carbone appellent l’externalisation de ce carbone ? Les émissions territoriales sont en effet faciles à contrôler et à quantifier et c’est d’ailleurs sur la base des statistiques nationales, considérées comme sincères, que chaque pays devra s’acquitter d’une telle taxe. Si on prend donc en compte les statistiques fédérales la Suisse est plutôt un bon élève climatique puisqu’elle se situe à la 80e place mondiale par habitant avec seulement 4,8 tonnes de carbone émises par habitant et par an.

L’image de bon élève de la Suisse est carrément ternie si les importations sont prises en considération. Il est surprenant alors de découvrir que ce pays émet alors plus de 14 tonnes de carbone par an et par habitant. La Suisse, qui se targuait d’être climatiquement propre se retrouve à la quatorzième place mondiale après les pays du Golfe, le Luxembourg et les USA, toujours par habitant. En d’autres termes la Suisse a délégué 73 % de ses émissions de carbone à l’étranger.

Ce simple exemple illustre la totale opacité de cette taxe carbone qui en aucun cas ne peut être honnêtement appliquée pays par pays et certainement en ce qui concerne les pays les plus développés pour ne pas dire les plus riches. Cette taxe est devenue une exigence incontournable des environnementalistes mais dans la réalité comment pourra-t-elle être équitablement appliquée, là est toute la question. Il s’agit d’un concept qui tient plus du rêve idéologique que de la réalité tangible et qui ne pourra jamais être appliqué équitablement dans quelque pays que ce soit. L’idéologie des écologistes a plutôt de mauvais jours devant elle comme l’illustre cet exemple.

Source : blogs.letemps.ch

Les sombres agissements des organisations écologistes : cas du Sierra Club

Capture d’écran 2018-04-11 à 12.34.21.png

Il existe aujourd’hui une multitude d’organisations de par le monde qui se préoccupent, selon le message qu’elles ont répandu dans le public, du sauvetage de la planète qui est menacée par la pollution, le changement climatique et la surpopulation. En réalité ces organisations se préoccupent infiniment plus de leur propres finances que de l’état de la Terre. Parmi ces organisations il faut considérer le cas emblématique du Sierra Club, initialement une sorte de petite association de randonneurs californiens qui procurait à ses adhérents des brochures décrivant les sentiers de la chaine de montagne de moyenne altitude proche de l’Océan depuis l’Oregon jusqu’à la frontière mexicaine. Je me suis prêté à quelques randonnées dans les magnifiques montagnes de l’arrière-pays dans la région de San Diego avec des membres du Sierra Club qui était à l’époque (il y a plus de 35 ans) une petite organisation issues des mouvements hippies alternatifs des années 1970.

Aujourd’hui le Sierra Club est une organisation tentaculaire qui veut établir sa propre loi. Hormis les cotisations annuelles de ses membres, cet organisme s’est résolument orienté vers des actions judiciaires tous azimuts contre l’Etat de Californie, les municipalités les comtés et encore plus inquiétant les agences fédérales américaines pour « se faire de l’argent ».

L’exemple de la municipalité de Stockton est presque caricatural. En 2008 le Sierra Club considéra que cette ville n’avait pas pris de mesures suffisantes pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Devant les menaces juridiques du Sierra Club auprès de la Cour de Justice de San Francisco la ville céda et s’engagea à comptabiliser toutes les émissions de gaz à effet de serre d’origine publique mais aussi privée. Les normes de construction des nouveaux édifices furent donc modifiées pour satisfaire les exigences du Sierra Club. Ces nouvelles normes englobaient également les travaux de « rénovation énergétique » des édifices d’habitation privés en partie subventionnés par la ville. Le Sierra Club mit en place un comité de conseil d’urbanisme dans la ville pour infléchir les décisions de la municipalité. En quelque sorte le Sierra Club s’appropria les décisions des élus de la ville et établit ses propres lois. En 2013 la ville se trouva en faillite : elle s’était endettée outre mesure pour satisfaire les exigences du Sierra Club, en particulier dans un coûteux système de transports en commun qui était supposé réduire les émissions de gaz à effet de serre. Quand on sait que dans cette ville de plus de 300000 habitants très étendue située dans la San Joaquin Valley à l’est de San Francisco si on n’a pas de voiture il est impossible d’aller faire ses courses ou seulement d’aller travailler alors il est facile de comprendre que le Sierra Club a agi de manière totalement inconsidérée.

Après la ville de Stockton, le Sierra Club a engagé pas moins de 19 actions en justice tant à l’échelle locale que fédérale : quand les membres du Sierra Club paient leur cotisation ils enrichissent les avocats qui travaillent pour cette organisation qui par ses actions se substitue progressivement aux institutions.

Il en est exactement de même pour Greenpeace en Europe qui s’autorise d’entrer autoritairement dans le débat relatif au glyphosate provoqué par la décision de l’EFSA de prolonger l’homologation de cet herbicide. Le grand dessein de Greenpeace est, de par son lobbying incessant auprès de la Commission Européenne, d’infléchir les décisions juridiques de la Commission voire d’imposer ses propres vues. Et il ne s’agit pas seulement du glyphosate et des autres produits phytosanitaires mais également des plantes génétiquement modifiées, des additifs alimentaires, des matériaux en contact avec la nourriture ainsi que des nouveaux aliments issus de la biotechnologie sans oublier l’énergie nucléaire. Pour ces organisations écologistes la notion de démocratie n’existe même plus ! Et c’est très inquiétant.

Source : nofrackingconsensus.com, AFP, illustration CNBC.

« Moyenner » des températures : un non-sens scientifique

« Moyenner » des températures : un non-sens scientifique

Toutes les modélisations relatives à l’évolution future du climat ont été calculées à partir de relevés des températures de surface qu’elles aient été effectuées à l’aide de satellites ou à l’aide de stations météorologiques au sol et aussi pour les océans avec des bouées fixes ou dérivantes. Idéalement il serait honnête de reporter tous les relevés sur des cartes, par exemple sur des tranches de trois mois chaque année, et de suivre l’évolution de ces températures au cours du temps.

Or ce n’est pas du tout ainsi qu’ont procédé les « spécialistes » de l’IPCC : jamais ils n’ont présenté de telles cartes mais ont effectué des moyennes de températures non pas sur un mois par exemple comme l’ont fait les moines d’Augsburg en Allemagne en divisant par 30 la somme des températures relevées à une heure précise de la journée, mais parfois sur une année entière ce qui ouvre la porte à toutes sortes de manipulations des données brutes initiales. L’IPCC a fait encore bien mieux dans l’imposture scientifique en méprisant totalement l’incongruité d’une telle pratique. Des moyennes ont été effectuées pour « arranger » les données brutes afin qu’elles concordent avec les conclusions attendues. Ça s’appelle de l’ « honnêteté scientifique ».

Selon Frank Lansner, premier auteur d’un article percutant paru dans la revue Energy & Environment ( https://doi.org/10.1177/0958305X18756670 ) il est évident que tous les relevés des températures depuis 1900 des stations terrestres ne peuvent en aucun cas être moyennés.

Capture d’écran 2018-03-23 à 20.51.24.png

Ces auteurs insistent sur la différence entre les stations exposées aux vents marins et celles qui se trouvent dans des vallées et ainsi protégées des brises marines. Si on veut se faire une idée de l’évolution des flux thermiques entre la surface terrestre et l’atmosphère il est évident qu’il ne faut pas tenir compte des relevés des températures provenant de stations exposées aux vents marins. Ces dernières températures (OAA, ocean air affected) sont en effet plus élevées que celles enregistrées dans des zones protégées (OAS, ocean air sheltered).

L’illustration ci-dessus indique qu’il est infondé d’effectuer des moyennes car celles-ci masquent les véritables tendances dans l’évolution de ces températures. Cette simple remarque met tout simplement en doute l’ensemble des conclusions de l’IPCC relatives à l’évolution du climat. De plus le deuxième « moyennage » établissant une anomalie de température par rapport à une période de référence comme ici 1995-2010 relève du même genre de manipulation sans aucune signification physique convaincante. En effet la période de référence choisie fait ressortir des évolutions conformes à ce qui est attendu alors qu’il serait beaucoup moins sujet à controverse d’indiquer l’évolution brute de ces températures. Finalement la climatologie moderne telle qu’elle est mise en avant par l’IPCC a perdu tout sens de l’éthique scientifique et c’est bien regrettable.

Billet d’humeur géopolitique : l’ultime guerre mondiale ?

Capture d’écran 2018-04-11 à 09.31.24.png

Alors que Macron se prend pour Sarkozy en déclarant s’associer aux Américains et aux Britanniques pour punir Bachar El Assad comme ce fut le cas en Libye, les bruits de bottes se font de plus en plus clairement entendre au Moyen-Orient et cette fois-ci c’est très sérieux !

« En tant que citoyens Américains nous devons reconnaître que nous avons un gouvernement de criminels fous à Washington qui veut précipiter le monde vers sa destruction » (Paul Craig Roberts, 10 avril 2018).

« Ce que nous avons à dire encore une fois est que toute interférence militaire extérieure en Syrie, pays où l’armée russe a été déployée à la demande du gouvernement légitime, sous de faux prétextes inventés est absolument inacceptable et pourra avoir des conséquences très graves » (porte-parole du gouvernement russe, 10 avril 2018).

« Il suffira qu’un seul soldat russe soit abattu par un tir américain pour que ce soit la guerre, pas une guerre d’informations, pas une cyber-guerre, pas une guerre économique, pas une guerre de proxy, mais une guerre mondiale » (John Helmer, 9 avril 2018).

J’ai un billet d’avion pour aller voir mes petits-enfants à Tokyo dans un mois, peut-être que je ne les reverrai jamais …

IMG_4702.JPG

Quels sont les effets globaux de la calima sur l’Atlantique Nord ?

DSCF6123.jpg

Le 29 mars de cette année eut lieu un intense épisode de « calima » au dessus de l’archipel des Canaries. La calima est cette poussière transportée par les vents d’est depuis le Sahara vers l’Océan Atlantique. Elle obscurcit le Soleil et pénètre dans les maisons, les narines, les yeux et imprègne les vêtements. Selon son origine elle peut être rouge, jaune ou noire. Lorsque le vent tourna vers le secteur nord, le ciel se dégagea et j’entrepris de faire un peu de ménage dans mon modeste logement y compris le petit balcon de 2,85 m2 où je recueillis soigneusement la poussière de couleur noire que je mis dans un mouchoir en papier. Plus tard je suis allé chez la pharmacienne du quartier qui s’exprime assez bien en français et je lui ai demandé de peser le mouchoir plié en huit ainsi qu’un autre mouchoir vierge de toute poussière. Elle me déclara que la balance dont elle disposait n’était précise qu’à 25 milligrammes près mais curieusement elle me donna la différence obtenue par double pesée : 375 mg.

DSCF6122.jpg

Je n’ai pas argumenté au sujet du manque de précision des balances équipant les pharmacies de nos jours. Il est vrai que cette corporation, malgré de longues études universitaires, n’est qu’un vulgaire commerce, du moins en Europe, mais là n’est pas l’objet de ce billet. J’ai donc considéré que mon petit balcon avait été soumis à une pluie de particules sahariennes fines comme la moyenne de l’archipel dont la superficie totale est de 7493 km2. Tout calcul fait il est tombé sur les Îles Canaries au moins 985 tonnes de poussières en 24 heures environ.

Capture d’écran 2018-03-29 à 13.52.37.png

Le site tropic.ssc.wisc.edu présente un état du vent saharien sur l’Atlantique qui figure en rouge sur une carte et ce jour-là la calima atteignit le nord du Brésil.

Cette simple observation montre à quel point la météorologie peut influer sur les océans et également sur les sols car si le Sahara s’appauvrit lors d’une tempête de sable dont seulement les plus fines poussières seront transportées au loin, l’océan comme les îles s’enrichissent en nutriments minéraux et le temps d’une journée le rayonnement solaire est significativement perturbé.

Illustrations : tropic.ssc.wisc.edu , le Soleil et le ciel depuis le balcon de mon logement le 29 mars 2018

L’ondophobie est de retour !

Capture d’écran 2018-04-06 à 12.34.29.png

L’agence sanitaire française ANSES a estimé dans un récent rapport que l’électrohypersensibilité était une maladie qui devait être prise en charge par l’assurance maladie publique. J’ai appelé ce syndrome qui relève plus d’une psychothérapie lourde que de toute autre prise en charge (voir les liens) l’ « ondophobie ». Il n’existe aucune évidence scientifique d’un quelconque effet des ondes électromagnétiques radio utilisées pour les téléphones portables ou les connexions internet à distance sans fil. Ce sont des symptômes auto-déclarés sur lesquels devraient se pencher des psychiatres : maux de tête, troubles du sommeil, nausées, irritabilité, problèmes cutanés. Pas du tout à court d’imagination l’ANSES a répertorié des dizaines de symptômes auto-déclarés par les électrohypersensibles.

Le Président de l’association « Robin des Toits » Pierre-Marie Theveniaud, hypersensible à la curiosité scientifique, s’est frotté les mains ainsi que Jeanine Le Calvez, vice-présidente de l’association Priartém-Electrosensibles de France, satisfaction également éprouvée par l’eurodéputée Verts Michèle Rivasi grassement entretenue par les contribuables. On nage dans le plus grand délire car l’Etat va devoir financer des travaux en vue de valider cette maladie, recherches qui naturellement n’aboutiront pas car la question centrale dans ce débat totalement farfelu est la suivante : pourquoi ces électrohypersensibles ne sont-ils pas foudroyés en quelques minutes par la lumière du Soleil ? En effet les photons solaires, également des radiations électromagnétiques, sont infiniment plus énergétiques que les photons des ondes radio, wifi (illustration) ou bluetooth.

Tout ce pataquesse est encore une fois de l’anti-science : l’humanité ne rate pas une occasion de régresser quand il s’agit de science. Je suggère aux électrohypersensibles d’aller vivre dans une grotte profonde, de s’éclairer uniquement à la bougie et surtout pas directement car la flamme d’une bougie émet aussi des photons mais dans une grotte ils seront toujours, malgré eux, traversés par des neutrinos qu’ils le veuillent ou non … et parfois des ondes sismiques qui, ceux-ci et celles-là, n’ont rien d’électromagnétique, ouf !

Source : AFP, dépêche du 27 mars 2018

https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/08/27/londophobie-officialisee-par-la-justice-francaise/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/02/17/londophobie-a-de-beaux-jours-devant-elle/

La main merveilleuse de la nature

DSCF6132.jpg

Comme je l’avais mentionné dans un précédent billet c’est, ici dans l’archipel des Canaries, la pleine saison des fraises et croyez-moi elles sont succulentes ! Dans la barquette d’un demi-kilo m’ayant coûté deux euros cinquante j’ai trouvé deux spécimens que je me suis empressé de prendre en photo avec une règle pour se faire un idée de la taille des fruits. Bon appétit …

« Fake News » : on est entré dans un tourbillon mortel !

Capture d’écran 2018-04-08 à 21.45.46.png

Alors que Theresa May se trouve de plus en plus en délicatesse au sujet de l’ex-espion russe empoisonné par un individu qui devait posséder l’antidote, en toute autre situation il ne se serait pas risqué dans ce genre d’exercice, et qu’elle est fragilisée également par ce que l’on pourrait appeler le « Cambridge Analytica-gate » qui devrait en toute logique invalider le référendum au sujet du Brexit si Theresa May avait un « service trois pièces » – mais elle n’en a pas et c’est là le coeur de son problème – la presse internationale ressort la rengaine éculée de l’utilisation d’armes chimiques dans la Ghouta, quartier périphérique de Damas investi depuis plus de 5 ans par des « rebelles » soutenus par l’Arabie Saoudite et les USA. Il faut analyser la photo répandue dans tous les médias disponibles sur internet : les deux gamins ont l’air visiblement dérangés par le fait qu’on leur impose des masques. Par contre la mère ( ? ) a vu son visage coupé pour la bonne cause de l’ONG (à la solde de la CIA) car il ne fallait pas montrer qu’elle avait probablement été payée pour figurer en souriant dans ce stratagème macabre qui excite toutes les Chancelleries y compris le Sieur Macron. Voilà à quoi se réduit la géopolitique aujourd’hui : à des truquages, des mensonges et de la propagande. Il ne faut pas oublier de garder en tête que ce genre de mascarade stupide peut conduire en quelques heures à un conflit nucléaire généralisé qui conduira – et on peut en être certain – à la disparition de l’espèce humaine, des papillons, des ours blancs et des pandas et des rhinocéros …

L’affaire HSBC-Falciani rebondit : la faute aux démocraties corrompues.

Capture d’écran 2018-04-07 à 14.22.27.png

Hervé Falciani a été serré par la police espagnole mardi dernier 3 avril 2018.

Il y a dix ans Hervé Falciani (photo prise à Madrid la semaine dernière) vola des données d’HSBC-Suisse relatives à plus de 130000 évadés fiscaux. L’Allemagne, la France, l’Autriche, la Belgique et l’Argentine négocièrent avec Falciani l’accès au contenu des trois disques durs qu’il avait emporté avec lui. Quand la France, pays dont Falciani est citoyen et qui vit en Espagne depuis quelques années sous la protection des Nations-Unies, tenta de poursuivre certains clients français d’HSBC il lui fut opposé par la Cour Suprême helvétique une fin de non recevoir car les autorités suisses, très jalouses de leur secret bancaire, l’un des piliers de la richesse de la Confédération, considéraient qu’elles ne pouvaient donner suite à une telle demande, les données communiquées par Falciani à l’administration fiscale française ayant été volées et n’entrant donc pas dans le cadre des principes moraux très respectables de la Suisse. Ceci n’empêcha pas le fisc français de menacer un certain nombre de personnes qui finalement cédèrent et rapatrièrent leurs biens en France et payèrent des taxes allégées en signe de repentance.

Falciani fait l’objet de poursuites judiciaires de la part des autorités suisses depuis 2014 et il risque 5 ans de prison s’il est extradé par le pouvoir espagnol. Et c’est là qu’on se rend compte à quel point les pays dits démocratiques sont fondamentalement corrompus. Le pouvoir de Madrid voudrait que la Suisse extrade deux personnalités indépendantistes catalanes, Marta Rovira et Anna Gabriel, qui se sont réfugiées à Genève, en échange de Falciani.

Capture d’écran 2018-04-07 à 21.15.46.png

Il y a un autre aspect dans cette affaire car Falciani n’a pas été appréhendé par hasard par la police espagnole. Cette action a été télécommandée par la famille de banquiers ultra-riche Botín dont le membre éminent maintenant décédé, Emilio Botín, contrôla la banque Santander durant des années, banque qui est maintenant entre les mains de sa fille Ana Patricia. En effet le père de cette personne qui compte parmi les 19 femmes les plus riches du monde selon le classement de Forbes a placé tout à fait illégalement 2 milliards d’euros dans des banques suisses à titre familial dont … HSBC-Genève. Mariano Rajoy, Président du gouvernement espagnol, très proche de la famille Botín via l’Opus Dei, et ses liens douteux avec l’industrie financière espagnole en général, a donc obtempéré et va probablement extrader Falciani vers la Suisse où il ira croupir durant 5 ans dans les prisons helvètes.

Que va faire le Quai d’Orsay ? Naturellement rien du tout puisqu’il s’est vu opposer l’obstruction de Berne dans l’affaire des fichiers HSBC … Après on déclarera que les pays européens sont des démocraties, j’en rigole ! Il faut reconnaître que Falciani n’est pas un lançeur d’alertes de tout reproches comme Snowden ou Assange mais il aurait tout aussi bien pu confier ces fichiers à de telles personnalités recherchées par la CIA. On vit finalement dans un monde bien étrange où tous les coups les plus glauques sont permis.

Source : inspiré d’un article de Don Quijones paru sur le site Wolfstreet.com, illustrations : Falciani portant perruque et lunettes (El Pais) et Ana Patricia Botín (Forbes). Note : l’urgence de l’actualité m’a conduit à publier ce deuxième billet de la journée, en conséquence pas de billet demain dimanche, ce qui laissera beaucoup de temps de réflexion à mes fidèles lecteurs.