La Suisse (et les autres pays) et la taxe carbone

Capture d’écran 2018-04-08 à 16.12.31.png

La taxe dite « carbone » se met en place conformément aux exigences de la Commission européenne et comme la Suisse doit se conformer aux directives de cet organisme il est de bon ton de faire en sorte que le montant de cette taxe soit la plus faible possible. Or la Suisse ne veut comptabiliser dans ses émissions de carbone que celle provenant du pays. La consommation d’énergies fossiles se limite en Suisse au transport automobile et à certains secteurs industriels mais quid de ce que les experts en carbone appellent l’externalisation de ce carbone ? Les émissions territoriales sont en effet faciles à contrôler et à quantifier et c’est d’ailleurs sur la base des statistiques nationales, considérées comme sincères, que chaque pays devra s’acquitter d’une telle taxe. Si on prend donc en compte les statistiques fédérales la Suisse est plutôt un bon élève climatique puisqu’elle se situe à la 80e place mondiale par habitant avec seulement 4,8 tonnes de carbone émises par habitant et par an.

L’image de bon élève de la Suisse est carrément ternie si les importations sont prises en considération. Il est surprenant alors de découvrir que ce pays émet alors plus de 14 tonnes de carbone par an et par habitant. La Suisse, qui se targuait d’être climatiquement propre se retrouve à la quatorzième place mondiale après les pays du Golfe, le Luxembourg et les USA, toujours par habitant. En d’autres termes la Suisse a délégué 73 % de ses émissions de carbone à l’étranger.

Ce simple exemple illustre la totale opacité de cette taxe carbone qui en aucun cas ne peut être honnêtement appliquée pays par pays et certainement en ce qui concerne les pays les plus développés pour ne pas dire les plus riches. Cette taxe est devenue une exigence incontournable des environnementalistes mais dans la réalité comment pourra-t-elle être équitablement appliquée, là est toute la question. Il s’agit d’un concept qui tient plus du rêve idéologique que de la réalité tangible et qui ne pourra jamais être appliqué équitablement dans quelque pays que ce soit. L’idéologie des écologistes a plutôt de mauvais jours devant elle comme l’illustre cet exemple.

Source : blogs.letemps.ch

5 réflexions au sujet de « La Suisse (et les autres pays) et la taxe carbone »

  1. C’est vrai que les helvètes savent compter et ne se laissent pas facilement plumer… La surprise quand le hasard fait séjourner chez eux est de lire les journaux locaux. Beaucoup d’articles sont consacrés aux budgets et les suisses font des contrôles minutieux et critiques des dépenses à tous les niveaux.
    On se prend à rêver !!!

  2. Cette histoire de taxe carbone me rappelle le « bilan carbone » de l’ADEME, où on ne compte pas seulement les émissions « directes » de chaque entreprise, mais aussi celles provenant des client set des fournisseurs. Autrement dit, si vous totalisez les « BC » de toutes les entreprises françaises, vous arrivez à un chiffre de plusieurs grandeurs d’ordre supérieur aux émissions « nationales », assez facilement estimées.
    Autre remarque, la Suède est un bon élève grâce à son mix énergétique avec utilisation intensive de « bois énergie », ledit bois, qui émet, en brûlant sur le moment le carbone patiemment stocké, mais comme c’est du « renouvelable » (sur 50 ou 100 ans, tout de même !), ça ne compte pas.
    Dernière remarque, sur un sujet connexe, pas de taxation en vue sur la « pollution importée » (la vraie, pas celle du CO2), je pense aux terres rares essentiellement raffinées en Chine, source énorme de pollution… mais « là-bas », et pas « comptabilisé » dans les émissions polluantes, par exemple des éoliennes, ou tout simplement de moult matériels électroniques, tout ceci étant, de plus, importé de l’Asie en grande majorité.

  3. Ah oui, tant qu’on est dans la pollution, il était (est toujours ?) bien connu que l’Allemagne adore exporter ses déchets les plus toxiques (médicaux entre autres), car comme chacun sait, ce sont les européens les plus vertueux et les plus propres (qui vient de souffler « centrale à charbon et lignite » ?).

  4. Les ricains et leur alliés ont frappé la Syrie.
    Daesh tente d’en profiter. C’est bien d’aider ces crétins. Ils peuvent être fier les français d’avoir un président aussi débile.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s