L’éradication du cancer du col de l’utérus est possible : la preuve

Capture d’écran 2018-03-14 à 11.08.46.png

La Société Internationale du Virus du Papillome vient d’annoncer que dans un avenir proche l’Australie sera la première nation du monde à réussir à éliminer totalement les cancers du col de l’utérus. Dès 2007 les autorités sanitaires australiennes ont proposé la vaccination gratuite contre les deux souches oncogènes du virus aux jeunes filles dès l’âge de 12 ans et depuis 2013 les garçons en bénéficient. Entre 2005 et 2015 le nombre de femmes âgées de 18 à 24 ans porteuses du virus est passé de 22,7 % à 1,1 %. Il s’agit d’une illustration on ne peut plus claire de l’effet de « protection de groupe » par la vaccination systématique.

L’utilisation du nouveau test de screening de la présence du virus et non pas de la présence de cellules tumorales depuis la fin de l’année 2017 va permettre de suivre la progression du nombre de cas de cancers du col de l’utérus. Les autorités australiennes considèrent que dans dix ans il n’y aura plus aucun nouveau cas de ce cancer provoqué dans plus de 99,5 % des cas par la présence du virus.

Dans la plupart des pays de l’Union Européenne, cette vaccination n’est pas obligatoire et elle est à la charge des parents, du moins ceux qui prennent leurs responsabilités de parents afin de protéger leurs enfants. Et en France, le pays natal de Pasteur, l’obscurantisme des mouvements anti-vaccins permettra à ce type de cancer de perdurer pendant encore plusieurs générations indépendamment du coût qu’il représente pour la société …

Source et illustration : futurism.com

Revoir aussi sur ce blog : https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/05/26/vaccination-contre-le-virus-du-papillome-oui-et-obligatoire/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/02/10/vers-une-maitrise-totale-du-cancer-du-col-de-luterus/

L’avenir des voitures électriques (partie 3 : le nickel)

Capture d’écran 2018-03-03 à 17.33.58.png

Le nickel est un composant important des batteries Li-ion puisque la cathode de la batterie contient plus de 70 % de nickel. Il existe dans le monde plusieurs gisements importants de nickel mais le plus grands en terme de réserves est celui de Norilsk. Le minerai, une chalcopyrite, est riche en cuivre, nickel, cobalt, palladium et platine et provient de l’éruption volcanique cataclysmique qui eut lieu il y a 250 millions d’années au nord de la Sibérie centrale. La société Norilsk, en réalité Nornickel car Norilsk est le nom de la ville de près de 150000 habitants située au delà du cercle polaire à l’est de la péninsule de Taymir, est le leader mondial de la production de nickel. Il s’agit du gisement le plus important de nickel et la société Norilsk va donc influer sur le prix mondial du nickel mais aussi du cobalt dans les prochaines années avec le développement tant des batteries pour voitures électriques que pour les installations de stockage des énergies intermittentes d’origines éolienne et solaire. Les enjeux sont tellement immenses que deux milliardaires russes, devenus milliardaires en reprenant les « combinats indutriels » de l’ère soviétique et en les développant judicieusement (sans entrer dans les détails) contrôlent de facto ce marché. L’actionnaire majoritaire de Nornickel est un dénommé Oleg Deripaska mais le principal actionnaire de United Co. Rusal, le géant de l’aluminium russe, Vladimir Potanin désire se faire une place dans ce marché particulièrement prometteur. Le Président Vladimir Poutine, conscient de l’enjeu économique immense des activités de Norilsk, a placé une troisième oligarque dans la bataille de prise de contrôle de Nornickel en facilitant l’achat d’un peu plus de 6 % des actions de Norilsk par la holding de Roman Abramovich. La manoeuvre parait claire et en réalité c’est le Kremlin qui a pris le contrôle de la bataille engagée entre Deripaska et Potanin car ni l’un ni l’autre ne pourront dominer Norilsk :

Capture d’écran 2018-03-10 à 13.08.39.png

Il n’est pas nécessaire de remarquer que la Russie joue déjà un rôle central dans le marché des matières premières et ce rôle ne pourra que s’amplifier dans le cadre de la révolution énergétique qui se met en place dans les pays de l’OCDE. Inutile d’épiloguer pour comprendre le véritable agenda géostratégique et impérialiste des USA qui aimeraient bien mettre la main sur ces ressources russes.

Source et illustration : Bloomberg

L’étrange cas de l’empoisonnement de l’espion russe

Capture d’écran 2018-03-15 à 19.04.28.png

En appliquant le principe « cui bono » – qui en bénéficie ? – au cas de Sergei Skripal les investigations devraient plutôt s’occuper des agences de renseignement occidentales, selon James O’Neill

Traduction pur mes lecteurs d’un article de James O’Neill paru sur le site ConsortiumNews le 13 mars 2018 et repris par plusieurs autres blogs dont celui de Paul Craig Roberts.

L’attaque avec un agent neurotoxique de l’ancien officier des renseignements russes Sergei Skripal qui a aussi affecté sa fille dans la ville de Salisbury dimanche dernier a donné lieu a beaucoup trop de spéculations, beaucoup trop d’hystérie et pas assez du tout d’analyse et d’enquête. Cet évènement a fourni des munitions pour les médias occidentales russophobes pour accuser que c’était encore un autre exemple comme quoi la Russie et Vladimir Poutine en particulier pouvaient disposer d’un supposé ennemi du Kremlin.

Comme avec l’investigation de Mueller au sujet des allégations d’interférence russe dans les élections présidentielles américaines de 2016 il y a des accusations plus ou moins sauvages mais peu ou pas du tout d’évidence réelle qui passerait auprès d’une cour de justice indépendante..

Tout d’abord, quels sont les faits connus, une partie de ces derniers seulement a été correctement mentionnée par les médias occidentaux main-stream ? La victime, en admettant qu’elle était délibérément visée, était un ancien colonel de l’agence de renseignement russe qui comme ses équivalents occidentaux a de nombreuses missions, l’espionnage étant seulement l’une d’entre elles.

Au début des années 1990 Skripal fut recruté par l’agent du MI6 Pablo Miller, les médias n’ont jamais mentionné cet individu. Miller était un agent du MI6 à Tallin la capitale de l’Estonie. La principale fonction de Miller était de contacter des Russes pour collecter des informations afin de les transmettre au Royaume-Uni. Il est intéressant de noter, mais ce n’est peut-être qu’une pure coïncidence, qu’à cette époque l’agent du MI6 en charge de couvrir la Russie à Moscou était Christopher Steele. Steele est devenu il y a peu très connu pour avoir été le principal acteur et auteur de l’infamant « dossier Trump ».

Quand Steele retourna à Londres il fut en charge au MI6 entre 2006 et 2009 du dossier « Russie ». Les informations de Skripal étaient transmises à Steele, d’abord à Moscou puis à Londres.

Skripal fut arrêté en 2004. En 2006 il fut condamné pour trahison à Moscou à 18 ans d’emprisonnement. En 2010 il fut relâché dans le cadre d’un échange d’agents russes emprisonnés aux USA. Depuis lors il vivait supposément à la retraite. Un autre fait, quoique aussi pure coïncidence est que Salisbury, la ville où vivait Skripal, est situé à environ 12 kilomètres de Porton Down, le principal centre de recherche anglais sur les agents neurotoxiques.

Si les Russes avaient voulu de débarrasser de Skripal il avaient eu amplement le temps de la faire quand il était en prison pendant 6 ans en Russie ou encore durant ces dernières huit années qu’il a passé à Salisbury. S’ils avaient vraiment voulu l’éliminer il ne l’auraient pas fait de manière aussi publique, ce n’est pas très crédible, et d’autant plus qu’il a été empoisonné par un produit qu’on ne trouve pas dans une quelconque pharmacie. La manipulation et l’utilisation d’un produit aussi dangereux demande un véritable entrainement de professionnel. Les candidats sont donc des agences gouvernementales, et la question sans réponse est : quelle agence de quel gouvernement ?

Et c’est là que les faits deviennent très minces, et les relations intéressantes de Skripal offrent quelques hypothèses. Quand il vivait à Salisbury Skripal, selon un reportage du Daily Telegraph (lien en fin de traduction), de lia d’amitié avec Pablo Miller déjà mentionné ci-dessus mais dont les médias n’ont pas mentionné l’identité. Aujourd’hui Miller travaille pour un consultant en sécurité anglais, l’Orbis Business Intelligence. Toujours selon le même quotidien le profil LinkedIn de Miller a été précipitamment modifié et il ne figure plus dans le staff d’Orbis.

La question est donc : pourquoi avoir fait ça maintenant ?

Orbis est la même agence qui a recruté Christopher Steele. Il semble que c’est plus qu’une coïncidence que ces trois hommes ayant des liens personnels et professionnels remontant aux années 1990 aient continué à oeuvrer ensemble alors qu’au même moment le dossier dit du « Russiagate » est en cours d’implosion. L’ancien directeur du FBI James Comey avait déclaré devant une commission sénatoriale que le dossier Steele était « salace et invérifiable ».

L’ancien Ambassadeur britannique à Moscou Craig Murray a d’ailleurs suggéré sur son blog (voir le lien en fin de traduction) qu’un motif de la tentative d’assassinat de Skripal et de sa fille était de continuer à alimenter l’hystérie anti-russe auprès des médias et du monde politique occidental.

C’est certainement plausible et c’est assurément la conséquence comme le répète sans cesse la chaine de télévision ABC aussi clairement mais aussi bien d’autres médias. Mais une autre hypothèse apparaît à la lumière des fait exposés ci-dessus et elle n’a jamais été mentionnée par ces médias.

Mon hypothèse, que j’admets être spéculative, mais elle ne me paraît pas déraisonnable, est que Skripal était impliqué dans la production du dossier Steele. Il était donc en position de fournir des informations très gênantes. Comme mentionné ci-dessus ce dossier s’est dégonflé de manière spectaculaire mais des révélations de Skripal auraient été infiniment dommageables pour la communauté du renseignement américain, le FBI, le DNC (Democratic National Committee), l’Administration Obama et les Clinton.

Dans toutes les grandes enquêtes criminelles l’une des questions basiques est : qui avait les moyens, le motif et l’opportunité ? Vu sous cet angle, les Russes arrivent loin derrière les autres principaux suspects : les agences de renseignement Américaines et britanniques et les éléments du « Deep State » qui pensaient pouvoir éliminer Trump de la course à la présidence puis le fragiliser s’il était élu. Le principal motif des Russes aurait été de se venger d’une trahison qui eut lieu il y a plus dix ans.

La deuxième question qui se pose lors de toute enquête criminelle est « cui bono » – à qui profite le crime ? Il est difficile de trouver un argument crédible pouvant expliquer que le Kremlin puisse bénéficier de l’empoisonnement de Skripal. Un autre fait en faveur de mon hypothèse d’un « faux drapeau » (false flag) vient de la déclaration de la Première Ministre britannique Theresa May qu’elle a fait devant le Parlement. Sa déclaration était franchement absurde et n’aurait pu être faite qu’avec l’intention de diaboliser encore plus la Russie et de la punir à nouveau plutôt que chercher à établir la vérité et d’appliquer les principes de base d’analyse factuelle de l’évènement.

L’argument de Madame May est déconstruit sur le site web « Moon of Alabama » (voir les liens en fin de traduction) qui présente des évidences que la Russie a détruit tous les stocks d’armes chimiques laissées par l’Union Soviétique et ne produit aucune arme chimique aujourd’hui. De plus de nombreux gouvernements ont les moyens de perpétrer une attaque comme celle de Salisbury. Et le « Moon of Alabama » de poser la question : « si quelqu’un se fait écraser par une BMW est-il hautement probable que le gouvernement allemand en soit le responsable ? »

Le fait que les Anglais soient choqués renforce l’hypothèse que Skripal était devenu dangereux pour les adversaires de Trump et qu’il fallait donc l’éliminer. Il y a de nombreux précédents pour ce genre d’affaires et ceux qui se souviennent du « suicide » du Docteur David Kelly trouveront des parallèles. Les chances que la vérité émerge s’évanouissent et en même temps qu’un conflit majeur avec la Russie apparaît de plus en plus d’actualité.

Liens :

https://www.telegraph.co.uk/news/2018/03/07/poisoned-russian-spy-sergei-skripal-close-consultant-linked/

https://www.craymurray.org.uk/archives/2018/03/russian-to-judgement/

http://www.moonofalabama.org/2018/03/theresa-mays-45-minutes-claim.html#more

https://www.nytimes.com/2017/09/27/world/europa/russia-putin-chemical-weapons.html

Source et illustration :

https://consortiumnews.com/2018/03/13/the-strange-case-of-the-russian-spy-poisoning/

Commentaire. Cet évènement me semble d’une importance extrême pour l’avenir de la planète toute entière tant le degré de schizophrénie a atteint les limites du supportable des deux côtés de l’Atlantique. C’est la raison pour laquelle j’ai réalisé cette traduction aussi fidèle que possible pour mes lecteurs afin qu’ils se forgent une opinion.Que l’on m’accuse d’antiaméricanisme (primaire ou pas) est une chose, s’informer en est une autre infiniment plus importante et ce ne sont malheureusement pas les médias occidentaux qui informent objectivement. Il faut chercher d’autres sources parfois contradictoires pour discerner le vrai du faux, un faux qui est devenu presque une coutume en ces temps d’incertitude géopolitique …

Pas de billet vendredi 16 mars 2018

Petits meurtres entre amis … à qui profite le crime ?

Capture d’écran 2018-03-14 à 13.08.49.png

L’Affaire Skripal père et fille serait-elle un coup monté de toute pièce par le MI6 et la CIA ? N’importe qui, ayant un certain sens critique et n’étant pas intoxiqué par la presse main-stream, peut se poser la question. Tenter d’assassiner un agent double, traître aux intérêts de son pays natal – la Russie – exilé en Grande-Bretagne et ne pouvant plus exercer de ce fait son exécrable métier d’espion n’est finalement qu’un prétexte pour attiser les tensions entre les USA, accompagnés de leur allié indéfectible la Grande-Bretagne, à l’encontre de la Russie.

La substance chimique utilisée est très probablement un organo-phosphoré neurotoxique que toutes les armées des pays développés connaissent et possèdent et pas seulement la Russie. Cette tentative de meurtre (puisque les deux victimes ne sont pas encoré décédées) a été vraiment trop vite attribuée à une ingérence de la Russie dans les affaires intérieures de la Grande-Bretagne. Et cette histoire digne d’un film d’espionnage comme il y en eut tant durant la guerre froide, comme en particulier la plupart des « James Bond » qui n’étaient que des films d’ouverte propagande anti-soviétique, frise le ridicule !

Pratiquement au même moment « The Donald » vire d’un tweet Rex Tillerson accusé de trop de sympathie avec la Russie et les Américains contents de vendre leur gaz naturel liquéfié aux Anglais veulent faire capoter le projet de gazoduc NordStream (illustration). Cette tentative d’assassinat arrive à point nommé pour que les USA qui viennent d’accorder à l’Ukraine le statut de membre à part entière de l’OTAN et continuent à faire la loi en Europe. À quelques jours seulement des élections présidentielles en Russie c’était remarquablement bien organisé. Du vrai James Bond !

Source partielle et illustration : strategic-culture.org

Pour la petite histoire, lorsque je sévissais comme chercheur en biologie j’étais responsable des produits dangereux dans le laboratoire. Dans le petit placard verrouillé où étaient entreposés ces produits il y avait un flacon de di-isopropyl-phosphofluoridate. Il s’agit d’un puissant inhibiteur de l’acétyl-choline estérase apparenté au Tabun, un produit neurotoxique bien connu des biologistes … et des militaires. Toute utilisation de ce produit requérait un protocole strict dont en particulier la disponibilité de l’antidote. L’individu qui a manipulé le produit pour tenter d’assassiner l’agent double à Salisbury devait nécessairement être en possession de l’antidote. C’est une condition vitale pour n’importe quel agent des services d’espionnage qu’il soit américain, anglais ou russe.

Etude en direct de la bilharziose

Etude en direct de la bilharziose

Dix-sept volontaires ont consenti à se faire infester par 20 vers parasites pour faire progresser la science et sachant que ces vers peuvent aller se loger un peu n’importe où, surtout au niveau du système vasculaire intestinal, qu’ils vivent jusqu’à six ans dans l’organisme humain, l’hôte final, il fallait que ces volontaires aient beaucoup de courage.

Capture d’écran 2018-03-10 à 18.24.51.png

Il s’agit du ver parasite appellé Schistosome (ici Schistosoma mansoni) qui est le responsable de la bilharziose, une maladie tropicale « oubliée » qui affecte pourtant plusieurs centaines de millions d’individus dans les contrées tropicales de la planète en particulier en Afrique et au Brésil et est responsable de plus de 100000 morts par an. Personne, entendez aucun laboratoire pharmaceutique, ne s’en soucie car il existe un seul produit pour se débarrasser de ce parasite, le praziquantel, un anthelmintique utilisé pour tuer un grand nombre de vers parasites. Le traitement est coûteux, jusqu’à 20 dollars, une petite fortune pour de nombreux ressortissants de pays africains, il n’est pas totalement efficace et du coup les personnes infestées préfèrent mourir plutôt que se ruiner pour un maigre espoir de guérison.

Comme il n’existe pas de vaccin, cela va de soi, pour se protéger contre ce ver microscopique le but de cette inoculation à des volontaires est de trouver la stratégie d’approche pour la mise au point d’un vaccin. Les travaux vont être effectués au sein du centre médical de l’Université de Leiden (LUMC) aux Pays-Bas. Ce ver parasite est un vieil ami du Docteur Meta Roestenberg dont la carrière passée a été entièrement consacrée à son étude détaillée. Et bien que son approche ait essuyé de vives critiques de la part d’autres biologistes, elle a pris la précaution d’inoculer que des mâles aux volontaires. Parallèlement son équipe développe un vaccin et il fallait faire appel à des volontaires pour tester ce dernier. En effet, le modèle animal est le hamster et de plus en plus de biologistes considèrent que la transposition des études relatives à la mise au point de vaccins chez les rongeurs se conclue trop souvent par un échec quand il s’agit de passer en phases 2 et 3 de validation des essais cliniques chez l’homme.

Capture d’écran 2018-03-10 à 18.16.48.png

L’hôte intermédiaire du parasite est un escargot d’eau douce de la famille des Biomphalaria au sein duquel les oeufs vont éclore et produire une larve munie d’un flagelle qui va alors pénétrer dans la circulation sanguine à travers la peau de l’homme, l’hôte final. Durant sa vie sexuée dans les vaisseaux sanguins de l’homme, ces vers parasites ont la particularité de s’accoupler et de le rester durant toute leur vie ce qui a fait dire à certains biologistes qu’il s’agissait d’un cas d’hermaphrodisme ce qui n’est à l’évidence pas le cas depuis que l’ADN a été totalement séquencé.

Quand les travaux du Docteur Roestenberg seront terminés les volontaires recevront un traitement avec du praziquantel. Pour vérifier que tous les vers ont été tués puis phagocytés par les macrophages sanguins une protéine issue de la digestion des hématies par les vers qui élimine l’excès de fer provenant de l’hémoglobine sera suivie quotidiennement. Reste à attendre les résultats de cette étude qui va durer environ trois mois. Un grand coup de chapeau aux volontaires !

Source et illustrations : Science magazine

Nouvelles du Japon : les shokuhin sanpuru

Capture d’écran 2018-03-12 à 10.34.37.png

Au milieu des années 1930, Monsieur Takizo Iwasaki regardait les gouttes de cire tomber sur le tatami de sa salle de séjour et il eut une soudaine inspiration : fabriquer de la fausse nourriture avec de la cire. C’était pour lui sinon un défi du moins un jeu pour mystifier son épouse Suzu. Après des mois de tentatives il finit par confectionner dans le secret une fausse omelette en partie recouverte de sauce tomate également fausse. L’épouse de Takizo fut tellement surprise par le réalisme qu’elle encouragea son époux à persévérer. Cela se passait à Gujo Hachiman, un petit village perdu dans les montagnes à trois heures de route à l’ouest de Tokyo (illustration).

Capture d’écran 2018-03-12 à 10.31.59.png

Aujourd’hui cette petite ville s’enorgueillit d’être le berceau d’une industrie de la fausse nourriture – le shokuhin sanpuru – présentée en vitrine de nombreux restaurant et qui pèse pas moins de 90 millions de dollars par an ! Aujourd’hui tout est fabriqué avec de la matière plastique et ce ne sont plus seulement les devantures de restaurant qui en sont décorées mais les petits industriels de Gujo Hachiman produisent d’amusantes clés USB ou des objets variés pour coller sur la porte d’un réfrigérateur. L’impression 3D a été essayée mais la main des employés de ces petites entreprises est irremplaçable. Pour ces spécialistes le plus difficile est la reproduction aussi fidèle que possible d’un sushi qui donne vraiment envie d’entrer dans le restaurant :

IMG_7290.jpg

Cette industrie a pris son essor à la fin de la deuxième guerre mondiale car lire le japonais n’est pas facile et voir le plat que l’on désire s’offrir est un moyen beaucoup plus simple que de tenter d’aider un consommateur étranger à choisir son menu.

Source partielle : The Guardian. Illustrations : une rue de Gujo Hachiman prise depuis le temple Cho Kyo Ji, l’omelette prototype de Takizo Iwasaki, devanture d’un restaurant à Tokyo, Suginami-ku (source privée).