Billet d’humeur géopolitique : le poker menteur des 3 Grands

Capture d’écran 2018-03-27 à 13.50.20.png

Je ne suis pas du tout un spécialiste dans le vaste domaine – par définition – de la géopolitique mais comme chacun arrive à trouver des informations alternatives, c’est-à-dire autres que celles de la presse main-stream occidentale qui appartient à des grands groupes financiers multinationaux esclavagisés par les USA, des informations alternatives comme par exemple ZeroHedge (même Charles Gave va sur ce site tous les jours), il ressort que la géopolitique actuelle se résume en un jeu de poker menteur entre trois joueurs : les USA, la Russie et la Chine. Tout le reste n’a strictement aucune importance y compris si on peut déplorer de morts d’innocents et des destruction de villes entières comme au Yémen en ce moment même. Mais lequel des 3 joueurs est un menteur ?

Avant tout il est intéressant de décrire ces trois joueurs. Trump est un sanguin et un impulsif, ce n’est donc certainement pas un bon joueur de poker. Sentant que sa situation domestique s’aggrave il va surenchérir et tenter un foul ou une quinte pour se « refaire ». Poutine est l’archétype du joueur de poker professionnel, il est impassible, insondable et d’une patience admirable, attendant que ses adversaires fassent une erreur tactique fatale. Quant à Xi Ping il a devant lui un énorme paquet de jetons et il peut « suivre » n’importe quel coup car il a les poches pleines de dollars dont il aimerait bien se débarrasser à la première occasion, ce n’est pas une métaphore mais la réalité. La partie ne se joue pas dans un vulgaire tripot mais dans un endroit neutre, s’il en existe encore un sur notre planète, et chacun des trois joueurs est censé respecter les règles de la bienséance basique entre gentlemen. Il faut rêver …

Résumons donc les cartes qui se trouvent dans les mains de ces trois joueurs. Les USA clament toujours être la nation la plus puissante du monde. Pour en arriver là Washington s’est imposé en protecteur de l’Europe occidentale depuis la fin de la seconde guerre mondiale lors de la guerre froide, s’est livré à de multiples conflits le plus souvent créés par ses services secrets et a installé plus de 1000 établissements militaires de par le monde. Après la chute de l’Union soviétique, les USA ont immédiatement étendu leur influence via l’OTAN en fomentant des coups tordus dont le plus emblématique dans l’horreur des mensonges et du sang versé fut le conflit du Kosovo. Vint enfin, toujours en considérant l’Europe, l’invraisemblable évènement de Maiden fomenté par la CIA pour expulser le Président pro-russe et le remplacer par un pantin fasciste à la solde de Washington. Les Etats Baltes sont également tombés dans le filet de l’OTAN les uns après les autres avec en contrepartie des aides financières conséquentes en dollars fraîchement imprimés. Les USA ont donc étendu leur zone d’influence jusqu’à la frontière russe. Restait la Crimée mais les stratèges de Washington n’ont pas voulu admettre que jamais la Russie n’abandonnerait, et en aucun cas, son port militaire de Sébastopol, d’où les sanctions organisées conjointement entre l’Europe et les USA pour « punir » la Russie de l’ « annexion » de la Crimée.

Au Moyen-Orient après les sales guerres d’Afghanistan et d’Irak, des échecs stratégiques cuisants pour les USA comparables à leur désastre vietnamien, il était nécessaire de créer un autre abcès de fixation dans la région avec la guerre civile syrienne, la Syrie étant un allié de longue date de la Russie. Les Américains ont financé ouvertement avec l’appui consentant de l’Arabie saoudite ses groupes dits rebelles, y compris Daesh, contre Assad et on connaît la suite : la patience de la Russie a fini par payer et les USA ont fait un pari sur leur main (je parle du poker) désastreux. Ça arrive et je me suis retrouvé parfois dans ce genre de situation il y a de nombreuses années quand je jouais au poker avec quelques amis. Reste la carte majeure des Américains : le pétrodollar qui permet à ce pays de virtuellement contrôler tous les échanges commerciaux dans le monde et cerise sur le gâteau les Américains ont exterritorialisé leur juridiction au sujet de l’utilisation du dollar par des banques étrangères (voir l’amende infligée à la BNP et à bien d’autres banques européennes et y compris américaines) sous le fallacieux prétexte qu’il leur était interdit d’utiliser cette monnaie internationale pour des transactions avec des pays « punis » par Washington. Cet agissement des Américains est contraire à toutes les lois internationales, au poker ça s’appelle tricher mais ils n’en ont cure, ils sont les plus forts. Jusqu’à quand ?

La Russie quant à elle dispose d’autres cartes majeures dans son jeu. Ses réserves d’hydrocarbures liquides et gazeux sont les plus importantes du monde et elle est riche d’une multitude d’autres ressources minières depuis les diamants et l’or jusqu’à la bauxite et le lithium. D’immenses territoires équivalents à plusieurs fois la surface de l’Union européenne ne sont toujours pas explorés ni exploités. La Russie, sur le plan strictement géopolitique compte parmi ses alliés indéfectibles l’Iran et la Syrie au Moyen-Orient et la Chine, le troisième protagoniste du poker menteur, ainsi que quelques autres pays d’importance stratégique secondaire. La Russie dispose dans son jeu d’un joker qui est la fourniture de gaz naturel à l’Union européenne à un prix bien inférieur au gaz naturel liquéfié provenant du Qatar ou même des USA arrivant depuis quelques mois dans les ports méthaniers européens.

Les cartes maîtresses de la Chine sont sa puissance économique, son nombre d’habitants et donc une immense armée de mieux en mieux équipée. L’armée chinoise compte autant de guerriers bien entrainés que d’habitants en France, c’est dire … Sur le plan stratégique la Chine est entourée d’alliés des USA qui ne peuvent pas se permettre de ne plus commercer avec Pékin. Il s’agit essentiellement de la Corée du Sud, du Japon, de Taiwan et dans une moindre mesure du Vietnam. C’est l’un des aspects du jeu de poker menteur des USA : des alliés prêts à rejeter leurs alliances stratégiques pour donner une priorité à leurs agendas économiques.

Les trois joueurs disposent à des degrés divers d’un arsenal nucléaire capable de provoquer une extinction massive de la majorité des espèces vivantes, y compris l’humanité toute entière, en cas de conflit. Ces cartes sont des gros atouts mais utilisables que si les trois joueurs n’ont plus de marge de mensonge et voient leurs finances mises en jeu (au poker ça s’appelle des caves) tellement dégradées qu’ils n’ont plus d’autre choix que le suicide collectif. Devant ce danger dont tout le monde a conscience, il n’y aura pas de guerre nucléaire mais au contraire une guerre économique. Et le premier joueur du poker menteur, les USA, a joué sa carte avant les deux autres en instituant des barrières douanières pour l’acier et l’aluminium à l’encontre de la Chine. La riposte de Pékin ne s’est pas fait attendre et elle était prévisible : le pétro-yuan ! Autant dire que le jeu a pris d’un seul coup une toute autre ampleur car il en va de la survie du dollar et de sa suprématie mondiale.

Capture d’écran 2018-03-27 à 13.52.53.png

Qu’un négociant comme Glencore se soit immédiatement positionné le 27 mars 2018 sur les « futures » libellés en pétro-yuans sur le pétrole pour Septembre 2018 (illustration ci-dessus) doit provoquer des sueurs froides chez les traders de Wall Street au moment même où j’écris ces lignes. La guerre économique est donc bien déclarée et elle n’a rien à voir avec l’acier ou l’aluminium qui ne sont que des épiphénomènes de façade. La Chine va taxer plus de 1000 articles made in USA y compris le soja. Il est tout à fait prévisible que dans quelques mois les Chinois achèteront du soja au Brésil avec des pétro-yuans. Sur les places boursières d’Hong-Kong et de Shanghaï ces pétro-yuans sont adossés à l’or ! Pourquoi deux des joueurs, les Russes et les Chinois, achètent tout l’or métal, c’est-à-dire physique et non pas papier, disponible dans le monde en ce moment, c’est évident car ils préparent le tour de table final quand il faudra payer les dettes du jeu sur la table de poker …

La fin de la suprématie du dollar comme devise internationale signifiera également la fin de l’impérialisme américain. L’une des conséquences aux répercussions internationales extrêmes sera donc un brusque renchérissement de l’or, par conséquent un assainissement du système monétaire mondial et un pouvoir accru de l’Organisation de Coopération de Shanghaï qui regroupe 43 % de la population mondiale, ça fait beaucoup de gens. Ceci explique d’ailleurs que deux des joueurs de la table de poker accumulent en ce moment même non plus des bouts de papier mais de l’or métal comme je viens de le dire et je le répète ici car il s’agit d’un fait d’une importance géopolitique extrême. Finalement le gagnant de cette partie de poker sera la Chine, à n’en point douter, et la Russie par voie de conséquence. Comme je l’avais relaté dans un billet de ce blog en traduisant un article de Paul Craig Roberts : dans un partie de poker à trois joueurs il y a deux solutions, soit un seul gagnant, soit un seul perdant car on ne peut pas faire abstraction des alliances entre joueurs. Les USA partaient gagnants au début de la partie qui commença lors de la chute du bloc soviétique, aujourd’hui les règles du jeu ont changé. La coalition de facto Russie-Chine s’est considérablement renforcée.

Les quelques cartes qui restent dans les mains de Washington ne sont plus que des conflits régionaux comme par exemple une guerre avec l’Iran mais ils sont parfaitement conscients des risques d’une telle aventure guerrière car la donne ne leur est pas favorable, loin de là. En attaquant l’Iran les USA réveilleront les inimitiés entre Chiites et Sunnites, un évènement qui déstabilisera l’Arabie Saoudite et les USA n’en veulent pas. De plus Israël n’aura pas d’autre choix que ses yeux pour pleurer depuis son récent rapprochement de façade éhonté avec l’Arabie Saoudite. La Chine a compris qu’elle pouvait faire bien mieux et tout remettre en ordre à son profit en émettant ses pétro-yuans … Il fallait y penser. Si l’Iran est dans le collimateur de Washington c’est tout simplement parce que ce pays exporte déjà depuis des mois du pétrole vers la Chine qui paie en yuans et non plus en dollars, la Chine étant depuis quelques mois le plus gros consommateur de pétrole du monde, n’en déplaise aux combattants protecteurs du climat, c’est un fait et il est devenu incontournable. L’animosité des USA à l’égard de l’Iran n’est pas du tout provoquée par l’accord relatif au nucléaire arrachée par l’Europe et les Etats-Unis en 2015 ou alors ils sont des menteurs car l’Iran n’a pas besoin de bombes atomiques puisqu’il est allié des Russes : la carte qu’a sorti Trump dans son jeu ne vaut rien !

Sources et illustrations : Oilprice.com, UBS et Reuters reprises, entre autres sites alternatifs, par ZeroHedge. Pour plus d’informations sur l’Organisation de Coopération de Shaghaï OCS) lire l’article de Jean-Baptiste Noé à ce sujet : insitutdeslibertes.org/locs-nous-regarde/

21 réflexions au sujet de « Billet d’humeur géopolitique : le poker menteur des 3 Grands »

  1. Une fois encore, voici un résumé plutôt pertinent et en tout cas solidement étayé quant à l’état d’avancement de la complexe et, par certains côtés, très tortueuse partie de cartes mondiale en train de se jouer et à laquelle on comprend bien que la prétendue « Union Européenne », désormais totalement vassalisée, n’est nullement invitée à prendre part.
    Sur ce thème récurrent, celui des rapports de force, il n’est pas inintéressant de réécouter ce que Céline pouvait dire lors d’un entretien donné en 1957 à la radio suisse romande. Point de vue discutable certes, mais finalement assez lucide :

    • Il est bien regrettable en effet que l’Europe n’aie pas été invitée à la partie de cartes. Si je persévère dans ma mise en scène d’une partie de poker qui en Europe aurait tenu les cartes ? Personne, car l’Union européenne n’a pas de politique étrangère et elle n’a quasiment pas d’armée : elle est le vassal de Washington. existe-t-il à Bruxelles un commissaire aux affaires étrangères ? Non ! Barnier fanfaronne depuis qu’il est en charge du Brexit. Je vous avoue que je n’éprouve aucune admiration pour cet individu. Juncker, un pourri jusqu’à la moelle pour représenter l’Europe sur la scène internationale, hors de question. Macron va aller voir Poutine dans les prochains jours : il fait du mouvement brownien sans plus …
      Non, décidément l’Europe est hors course. Reste Merkel qui parle couramment le russe. Elle est demandeuse pour NordStream II mais les Américains ne veulent pas en entendre parler. Avant d’aller frapper à la porte du Kremlin il faudra qu’elle demande l’autorisation à Washington !

      • Bonjour à vous jacques henry! comme toujours anti-américanisme forcené! cela est mégalo! pourquoi toujours dire du mal de notre allié? pourquoi ne vivez-vous pas dans les paradis de la Russie et de la Chine plutôt que de votre île?? C’est dommage car vos articles sur le gag du réchauffement son pertinents! Amitiés à vous et changer un peu votre position! OK?

  2. Pour la Russie l’alliance avec la Chine n’est que le plan B : son intérêt était plutôt de s’allier à l’europe de l’ouest ( même civilisation) pour faire véritablement un 3 pôle ( avec les USA et la Chine).Elle s’est tournée vers la Chine à cause de la position anti Russe primaire et systématique de l’europe de l’ouest. Mais la Russie peut elle faire le poids face à la Chine ? ( presque 10 fois moins nombreux que les Chinois). La Chine a besoin de place et la Russie offre d’immenses espaces inoccupés. Les USA auraient mieux fait de coopérer avec la grande Europe ( culture occidentale) plutôt que de vouloir l’asservir et même la détruire. Malheureusement pour l’humanité c’est l’axe néoconservateurs américains-Arabie saoudite-Israel qui a prédominé jusqu’à maintenant et qui a déjà fait beaucoup de mal. L’utopie des mondialistes d’un monde unipolaire ( sous domination US) s’éloigne de plus en plus. Cela dit, il est logique que la Chine retrouve la place qu’elle mérite ( > 1 milliard de gens intelligents et travailleurs) . Dans ce contexte là l’Europe de l’ouest est exit pour quelques décennies ou plus: elle aura d »abord à ne pas se faire bouffer par l’islamisation/africanisation.

    • Poutine et son équipe ne sont pas sots, ils savent que l’U.E. est dominé par l’empire U.S..
      Pour l’instant ils essayent d’empêcher ses deux géants de voisins, Inde et Chine, d’entrer en conflit après la disparition de l’empire étasunien, ceci par économie interposée.

    • Bien vu ..et qui a tout fait pour que la bombe démographique africaine explose et charrie avec elle des flots ininterrompus de sans papiers en UE ?
      Ni la Chine, ni la Fédération de Russie bien entendu…mais nos aimables maîtres outre-atlantique, cela va de soi 🙂

      • Incriminer les Usa de tous nos malheurs et notamment de l’immigration-invasion en cours, ne doit pas faire l’impasse sur le choix des veaux et dhimmis de France et de Navarre à refuser obstinément de porter au pouvoir le FN.

  3. Votre exposé, Jacqueshenry, est intéressant.
    Permettez-moi, toutefois, d’y rajouter quelques considérations de mon cru.
    Pour commencer, l’Islam Sunnite risque fort d’exploser en vol dans un laps de temps relativement court, à cause de ses intégristes, et, ce, pour les mêmes raisons de ce qui fut l’anarchisme de la fin du XIX° siècle, début du XX°, soit une violence sans retenue de ses extrêmes qui conduisit au dégout de ceux qui en étaient proches, au moins philosophiquement.
    La seconde raison tient à ce que le-dit sunnisme, intégriste celui-là, se représente comme étant le pourfendeur de l’Occident et du néolibéralisme, quand, dans le même temps, il est largement aidé, voire est allié à cela-même qu’il déclare combattre, ou le laisse entendre, ce qui revient au même.
    En ce qui concerne l’Union-Européenne, en raison même de l’affaiblissement tragique de l’empire U.S. et, dès lors, de son repli prochain sur ses bases, ad minima, d’avant 1918, et parce que la faillite en cours de l’U.E. accélère celle de l’économie impériale, que Trump doit réduire son oligarchie (par la banque Goldman Sachs) pour pouvoir mener sa politique de réindustrialisation, et que, de plus, d’autres nations telles que la Russie, la Grande-Bretagne, la Chine, voire l’Inde (que vous oubliez ,mais elle est discrète) et l’Iran, pour d’autres raisons, veulent voir disparaître notre union délétère.
    En raison de tout cela j’avais intuitivement pressenti ( http://nouvelhumanisme.hautetfort.com/archive/2017/09/17/de-la-geopolitique-a-la-geostrategie-le-present-de-la-france-5980618.html ), il y a quelques bons mois de cela, que la décision de détruire l’Union-Européenne avait été collégialement décidé, par le biais de la déstabilisation politique de la France et de celui de l’économie de l’U.E. en général.
    D’où la décision annoncé par le fond Bridgewater de mettre 22 milliards de dollars pour miser contre l’U.E.( https://www.businessbourse.com/2018/02/20/charles-sannat-plus-gros-hedge-fund-monde-parie-22-milliards-contre-leurope/ ) , soit parce qu’il a su ce qu’il se tramait, soit parce qu’il en avait reçu l’ordre ou travaille de concert avec l’équipe de Trump.
    Les visite que Monsieur Trump rendit à Monsieur Poutine mi Février 2018 ( http://www.europe1.fr/international/poutine-dit-setre-entretenu-avec-trump-du-conflit-israelo-palestinien-3572621 ) au sujet de la Palestine, pourquoi pas, auparavant, la rencontre de Madame May (au joli mois) d’avec Monsieur Poutine en Septembre 2016 en Chine, lors du G20 de l’année, me firent furieusement penser à du Yalta version XXI° siècle.
    C’est à la suite de cette première visite que nous apprîmes que la Russie et la Chine achetait de l’or à tour de bras.
    Quand à ce qu’il se passe en ce moment en France, il est surprenant que les syndicats, jusqu’à présent contrôlé économiquement par l’U.E. via le syndicat européen, le C.E.S., fassent preuve d’une telle agressivité, eux qui, lors de la loi dite El Komeri en 2016, en étaient revenu à tourner en rond autour du bassin de l’Arsenal, montrant, à l’époque, leur asservissement au gouvernement sous égide de l’U.E…
    Vous remarquerez que dernièrement, Monsieur Macron se retrouve en grande difficulté politique au travers de l’affaire d’empoisonnement de Monsieur Skripal, monsieur dont, par ailleurs, nous n’avons ni nouvelle, ni photo d’hôpital, ne serait-ce pour prouver qu’il est bien en situation de souffrance.
    Pourquoi donc déstabiliser la France?
    Parce que c’est le pays de l’U.E. qui est politiquement le plus fragile.
    Et puis, les britanniques ont absolument besoin des français pour se reconstruire après quarante longues années de néolibéralisme.
    Sacré perfide Albion, pour elle aussi, les vieux réflexes géopolitiques c’est comme le vélo, çà ne s’oublie pas..

  4. J’ai lu un article (dont malheureusement je n’arrive pas à retrouver les références – sorti au moment de Davos) sur l’interview d’un gourou russe, président d’un groupe russe de réflexion spécialisé dans les domaines diplomatiques.

    Très étrangement, ce spécialiste soit disant particulièrement reconnu en Russie, qualifiait exactement Trump des mêmes termes que les MSM et les démocrates US (d’impulsif, alors que cela est parfaitement discutable vu ces actions et surtout les choix de ses prédécesseurs) mais surtout disait le plus grand bien de ce qu’on peut appeler l’état profond (« the deep state ») dont il pense qu’ils sont rationnels et tout à fait susceptibles de trouver des accords avec la Russie ! (!!!)

    Franchement, parler de blocs – dans le sens d’entité parfaitement homogène – me semble très simpliste, surtout dans le cas US et même la Russie. Il me semble évident qu’il existe à Moscou une élite aussi peu nationaliste que possible, qui veut profiter de sa fortune et est prête à toute les compromissions avec l’élite occidentale !
    La politique du changement de régime est typiquement leur mode d’action pour casser les états nations et profiter des dégâts.

    • Comme je l’ai bien précisé au début de mon billet la géopolitique est trop complexe pour en appréhender tous les détails, surtout ceux que l’on ignore car personne n’en parle.
      Je pense que la Chine est déjà devenue la première puissance économique mondiale quoiqu’on en dise (en particulier à Washington) et elle a besoin de la Russie pour développer la nouvelle route de la soie à travers la Sibérie puis jusqu’en Europe. La Russie attend énormément de cette voie de communication qui comprendra des ramifications pour développer les immenses étendues de la Sibérie ainsi que toutes les anciennes républiques en « -stan ». À l’évidence ces deux pays ont donc besoin l’un de l’autre et les USA voient d’un très mauvais oeil que l’Europe bascule vers cet axe Russie-Chine. Poutine n’est pas le vilain méchant dictateur dont la presse occidentale s’en fait des gorges chaudes.
      Bien que certains de mes lecteurs considèrent que je suis habité par un anti-américanisme primaire j’assume mes opinions et je constate que le néo-mc-carthyisme américain a évolué de l’anti-communisme des années de la guerre froide vers un anti-poutinisme totalement insensé entretenu par le complexe-militaro-industriel américain lié au « Deep State » que vous mentionnez et que Trump appelait le « marigot » avec lequel il a été contraint de collaborer. Theresa May est typiquement une néo-mccarthyiste !

      • Excellent Billet. Il semble que peut de gens comprennent l’importance de la Route de la soie. On pourrait dire que ce serait un peu l’équivalent de la route 66 aux Etats Unis. Peut on imaginer séparer New York de Los Angeles? Et bien de la meme façon, on ne pourra séparer Pékin de Lisbonne au 21 eme siècle. C’est un sacre pari, et une grande aventure. La dernière a réaliser sur notre planète. On comprend que si elle réussit, les Etats Unis se transforment en Ile, isolée du reste du monde!

  5. Je vote pour la Chine, qui, question respect du droit international se pose là, contrefaçons, mer « de Chine » presque jusqu’aux côtes vietnamiennes, même au sud de ce pays, et autres joyeusetés.

  6. Billet d’humeur …hum hum. Je suggère d’élargir la géopolitique vers l’intention des acteurs, dans leur hégémonisme pour certains et leur contraintes vitales pour d’autres, en vous proposant de lire cet article sur les fondements religieux (et surtout le mode de fonctionnement du messianisme ou des tendances apocalyptiques)qui se jouent en parallèle si ce n’est en amont de cette « partie de poker » :
    http://michelbenoit-mibe.com/2018/03/le-retour-des-guerres-de-religion-comment-en-est-on-arrive-la-quel-avenir-pour-loccident/
    Ne dit-on pas que l’homme est un animal religieux? Alors méditons un peu sur les relations d’autorité-pouvoir vs peuple !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s