L’éradication du cancer du col de l’utérus est possible : la preuve

Capture d’écran 2018-03-14 à 11.08.46.png

La Société Internationale du Virus du Papillome vient d’annoncer que dans un avenir proche l’Australie sera la première nation du monde à réussir à éliminer totalement les cancers du col de l’utérus. Dès 2007 les autorités sanitaires australiennes ont proposé la vaccination gratuite contre les deux souches oncogènes du virus aux jeunes filles dès l’âge de 12 ans et depuis 2013 les garçons en bénéficient. Entre 2005 et 2015 le nombre de femmes âgées de 18 à 24 ans porteuses du virus est passé de 22,7 % à 1,1 %. Il s’agit d’une illustration on ne peut plus claire de l’effet de « protection de groupe » par la vaccination systématique.

L’utilisation du nouveau test de screening de la présence du virus et non pas de la présence de cellules tumorales depuis la fin de l’année 2017 va permettre de suivre la progression du nombre de cas de cancers du col de l’utérus. Les autorités australiennes considèrent que dans dix ans il n’y aura plus aucun nouveau cas de ce cancer provoqué dans plus de 99,5 % des cas par la présence du virus.

Dans la plupart des pays de l’Union Européenne, cette vaccination n’est pas obligatoire et elle est à la charge des parents, du moins ceux qui prennent leurs responsabilités de parents afin de protéger leurs enfants. Et en France, le pays natal de Pasteur, l’obscurantisme des mouvements anti-vaccins permettra à ce type de cancer de perdurer pendant encore plusieurs générations indépendamment du coût qu’il représente pour la société …

Source et illustration : futurism.com

Revoir aussi sur ce blog : https://jacqueshenry.wordpress.com/2015/05/26/vaccination-contre-le-virus-du-papillome-oui-et-obligatoire/

https://jacqueshenry.wordpress.com/2018/02/10/vers-une-maitrise-totale-du-cancer-du-col-de-luterus/

8 réflexions au sujet de « L’éradication du cancer du col de l’utérus est possible : la preuve »

  1. « Entre 2005 et 2015 le nombre de femmes âgées de 18 à 24 ans porteuses du virus est passé de 22,7 % à 1,1 %.  »

    Oui, et pour les cancers, ça a diminué de combien ?

    • Il faut attendre l’effet sur une ou deux générations (je suppose). La campagne de vaccination a débuté en 2007, dix ans plus tard la présence du virus a très nettement diminué, c’est ce qui a été constaté pour le moment.

  2. De l’obscurantisme certes. Indéniablement.
    Mais qui répond selon moi à l’opacité des enjeux financiers qui président à la fixation des prix des médicaments. On est souvent très loin de la santé publique, je pense. Alors que penser du battage médiatique autour de nouveaux traitements ou vaccins paraissant miraculeux ? Que penser des médecins qui prescrivent des médicaments montrés du doigt pour leur inefficacité, quand ils ne sont pas dangereux ? Qui croire, quand on découvre que des scientifiques validant des traitements étaient dans le conflit d’intérêt ?

    • Ne serait-ce pas une nouvelle version de l’histoire du gars qui ne dit ne pas vouloir goûter un Chassagne-Montrachet millésimé des années 70 au motif que le fond de la bouteille contient un peu de lie ?

      • Il y a bien longtemps que je n’ai plus les moyens de m’offrir une bouteille de Montrachet … Mais la comparaison est excellente. Ce soir je boirai un verre de Marqués de Càceres 2012 à votre santé qui vaut bien un bon Bourgogne deuxième cru !

  3. Cela n’a pas l’air si inoffensif que cela :
    http://drclark.typepad.com/dr_david_clark/2010/08/hpv-vaccine-damage-is-the-new-autism.html
    https://www.vaccineinjuryhelpcenter.com/hpv-vaccine-associated-nerve-damage/
    https://www.aircrap.org/2016/09/22/gardasil-hpv-vaccine-damage-worldwide/
    En plus, prévenir le cancer chez des individus jeunes me parait stupide comme vacciner des gamines de 6 ans contre le cancer du col de l’utérus …. et pourquoi pas des seins …. ???
    Autre remarque, il n’y pas de cas d’autismes ou d’autres « dégénérescences » par exemple chez les populations natives amazoniennes …. pratiquement pas vacciner …

    • Ce n’est pas nouveau et même banal comme information car par exemple le virus de la grippe « espagnole » a été reconstruit en laboratoire assez aisément.
      Maintenant ce que les autorités devraient surveiller sont les agissements de biologistes sans scrupule qui peuvent créer un virus commun comme par exemple celui de la vulgaire gastroentérite, l’un des virus les plus contagieux, dans l’ARN duquel un de ces biologistes aura inséré la séquence codant pour une toxine mortelle. Ce genre de contrôle est devenu dans la pratique impossible. Je suis persuadé que l’origine la prochaine pandémie vraiment mortelle sera issue de travaux de biologistes qui détourneront dans leur garage les technologies devenues communes dans le laboratoire universitaire au sein duquel ils officient innocemment.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s