Nouvelles du Japon : les shokuhin sanpuru

Capture d’écran 2018-03-12 à 10.34.37.png

Au milieu des années 1930, Monsieur Takizo Iwasaki regardait les gouttes de cire tomber sur le tatami de sa salle de séjour et il eut une soudaine inspiration : fabriquer de la fausse nourriture avec de la cire. C’était pour lui sinon un défi du moins un jeu pour mystifier son épouse Suzu. Après des mois de tentatives il finit par confectionner dans le secret une fausse omelette en partie recouverte de sauce tomate également fausse. L’épouse de Takizo fut tellement surprise par le réalisme qu’elle encouragea son époux à persévérer. Cela se passait à Gujo Hachiman, un petit village perdu dans les montagnes à trois heures de route à l’ouest de Tokyo (illustration).

Capture d’écran 2018-03-12 à 10.31.59.png

Aujourd’hui cette petite ville s’enorgueillit d’être le berceau d’une industrie de la fausse nourriture – le shokuhin sanpuru – présentée en vitrine de nombreux restaurant et qui pèse pas moins de 90 millions de dollars par an ! Aujourd’hui tout est fabriqué avec de la matière plastique et ce ne sont plus seulement les devantures de restaurant qui en sont décorées mais les petits industriels de Gujo Hachiman produisent d’amusantes clés USB ou des objets variés pour coller sur la porte d’un réfrigérateur. L’impression 3D a été essayée mais la main des employés de ces petites entreprises est irremplaçable. Pour ces spécialistes le plus difficile est la reproduction aussi fidèle que possible d’un sushi qui donne vraiment envie d’entrer dans le restaurant :

IMG_7290.jpg

Cette industrie a pris son essor à la fin de la deuxième guerre mondiale car lire le japonais n’est pas facile et voir le plat que l’on désire s’offrir est un moyen beaucoup plus simple que de tenter d’aider un consommateur étranger à choisir son menu.

Source partielle : The Guardian. Illustrations : une rue de Gujo Hachiman prise depuis le temple Cho Kyo Ji, l’omelette prototype de Takizo Iwasaki, devanture d’un restaurant à Tokyo, Suginami-ku (source privée).

Une réflexion au sujet de « Nouvelles du Japon : les shokuhin sanpuru »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s