Et maintenant des avions électriques !

Capture d’écran 2018-02-21 à 15.34.01.png

Il y avait les voitures électriques qui ne datent pas d’aujourd’hui, j’ai d’ailleurs écrit plusieurs billets à ce sujet. Il y a aussi les scooters électriques et le ministre de l’énergie à pédale douce en possède un. Un modèle correct de ce genre de gadget coûte au moins 4500 euros pour ceux qui seraient tentés. Enfin il y a les vélos électriques de plus en plus populaires dont le modèle de base muni d’une batterie permettant une autonomie de 20 kilomètres environ sur terrain plat revient à environ 1000 euros. Ce prix comprend pour moitié celui de la batteries Li-ion. Puisque la centrale électrique de Fessenheim va être fermée alors qu’elle aurait pu permettre la charge de 400000 véhicules automobiles bas de gamme par jour, c’est théorique je sais, mais quand il n’y a pas de vent il faut bien trouver une autre source d’énergie fiable et en France, le pays qui veut montrer l’exemple en matière d’énergie verte, il n’y a pas vraiment d’autre choix que l’énergie nucléaire pour faire face à la demande croissante en électricité de tous ces véhicules à empreinte carbone nulle à condition naturellement que l’on ne brûle ni charbon ni gaz pour les recharger.

La Suisse qui a décidé d’abandonner le nucléaire à la suite d’une votation il y a près d’une année se lance dans l’avion électrique. Le monde entier connait le Solar Impulse qui a fait l’objet d’un battage médiatique insensé mais il ne s’agit pas d’un avion se rapprochant du Soleil pour voler et qui, comme Icare, a subi des avaries notoires lors de son tour du monde peu reluisant. Il s’agit bel et bien d’un avion de tourisme électrique embarquant son énergie sous forme de batteries, un projet développé par la société suisse H55 (www.h55.ch/) avec la collaboration de Siemens et de l’école polytechnique fédérale de Lausanne. H55 située à Sion est le développeur du Solar Impulse et avec une profusion d’aides fédérales et cantonales (canton du Valais) dans la droite ligne de la bien-pensance écologique le petit avion de tourisme (illustration) va faire de nombreux adeptes y compris le laryngophonique Nicolas qui veut pourtant quoiqu’il en coûte fermer toutes les plus vieilles centrales nucléaires françaises. J’ai beau me gratter le cuir chevelu je ne comprend plus rien aux tergiversations des écologistes car ce ne sont pas des moulins à vent qui pourront recharger tous ces gadgets réservés aux riches en dehors des vélos.

Source et illustration : Le Nouvelliste

11 réflexions au sujet de « Et maintenant des avions électriques ! »

  1. Le « ministre de l’énergie à pédale douce » n’a pas osé montrer le bout de son nez au salon de l’agriculture : est-ce à cause de la vague de froid qui s’abat aujourd’hui en France ou de la suppression du glyphosate dans 3 ans ?
    Courageux, il a quand même décidé d’envoyer au charbon ses deux secrétaires d’état (Lecornu et Poirson).
    Je viens de jeter un coup d’oeil sur le site de Hamilton H33 : on n’y trouve rien, juste une suite de bandeaux publicitaires. Un autre site indique qu’on a à faire à un monoplan monoplan à aile basse et à hélice, de poids total à vide de 320 kg et de PTAC de 420 kg. Son l’autonomie est en régime stationnaire est de 45 mn et en voltige de 30 minutes.
    Pas de quoi fantasmer.
    La société américaine Wright Electric projette de faire voler l’équivalent d’un A320neo dans les airs avec la compagnie EasyJet d’ici 2027. Juste avec le financement du MIT de Boston ? WOuahhh, on est impressionné.

    Bref, l’avion électrique, ce n’est donc pas encore pour demain.
    D’ici là, il faudra continuer à se chauffer.

    • Je serais partisan des voitures électriques si et seulement s’il existait une source d’énergie fiable pour recharger les batteries. Une évolution vers ces véhicules électriques exclut de facto l’énergie solaire puisque les utilisateurs rechargeront leur véhicule la nuit. Pour ce qui est des moulins à vent la question centrale est : que fait-on quand il n’y a pas de vent ? On brûle du gaz ? Quant aux voitures sans chauffeur ce ne sont que des gadgets pour enrichir Google et je ne vois aucun intérêt à être transporté par un robot à moins d’être impotent. Pour les avions c’est tout simplement une vue de l’esprit !

      • Selon une étude publiée par ERDF et l’ADEME, le surplus d’énergie pour alimenter les voitures électriques dont le parc est amené à se développer sera alimenté par les économies réalisées grâce aux « smartgrids » et l’amélioration de l’isolation de l’habitat et des bureaux.
        Je suis personnellement sceptique car cela concerne sur le papier une puissance de plus de 5 GW.
        A voir.

  2. Le problème des EnR, c’est l’intermittence. La solution proposée par l’ADEME est justement d’utiliser la batterie des véhicule comme tampon. Je ne sais pas si une capacité standard * durée de stationnement * le nombre de véhicule pourrait donner une faisabilité à cette solution, mais voila l’idée – qui serait de toute façon monstrueusement couteuse pour un gain faible.

    Ce qui me gène dans le cas de l’électrification des moyens de transport, c’est le phénomène du silo : on se contente de remplacer le système thermique par son équivalent électrique dans chaque catégorie de véhicule !
    Je pense que l’électrique se développera plus dans des secteurs transverses : le drone taxi, plutôt que l’avion ou la voiture, le minibus autopiloté plutôt que le bus ou le métrobus, et même la patinette électrique plutôt que le vélo 😉

    PS: En ville, la patinette électrique avec siège peut remplacer le vélo électrique ou non : quasi aussi rapide, moins dangereux, plus compacte…

    • La patinette avec siège j’appelle ça un scooter. J’ai vu quelques scooters à Tokyo mais c’est 4 fois plus coûteux qu’un vélo électrique ! Comme vous le savez je suis partisan de l’énergie nucléaire et le développement des nouveaux MOX plutonium-thorium utilisables dans des PWR classiques me paraît être une option prometteuse. Attendons de voir les premiers résultats dans 5 ans environ. Dès lors, et je suis optimiste, les problèmes de fourniture d’électricité ne seront plus qu’un souvenir et on démantèlera ces horribles moulins à vent qui défigurent les campagnes et tuent des millions d’oiseaux. Mais personne ne remboursera les contribuables …

      • Il est clair que quand je regarde le coût du renouvelable sur ma facture EDF, je trouve que cette énergie est une escroquerie financière sans nom.

  3. @camembert électrique :
    Meu non ce n’est pas une escroquerie, juste un bon placement financier, surtout quand il y a eu (je parle du solaire surtout)ET des tarifs de rachat 5 fois plus élevés, ET des incitations fiscales, ET(parfois) des subventions de collectivités locales, qui, comme tout un chacun le sait, on plein de fric à jeter par les fenêtres (ou dans les moulins à vent, n’est-ce pas Mme l’Ambassadrice des pôles, ex prédidente de la défunte région Poitou-Charentes)

  4. Allez un peu de positif : un avion électrique pour faire les premiers « pas » autour de l’aérodrome, pourquoi pas, si les moyens des aéroclubs le permettent.
    Quant aux voitures, une solution pas (trop) stupide c’est la voiture hybride, électricité en ville et diesel (le moins énergivore) sur routes et autoroutes, IMO bien sur.

Répondre à Ricquet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s