Crise climatique : Le rôle prépondérant mais indirect de l’activité magnétique solaire sur le climat terrestre est incontestable

Avant d’entamer la lecture de ce long billet assez technique, je voudrais mettre en garde mes fidèles lecteurs : il s’agit de réflexions apparues à la suite des nombreuses lectures d’articles scientifiques auxquels j’ai pu avoir accès, que ceux-ci soient en accès libre ou que j’en aie demandé expressément une copie auprès de l’auteur correspondant. Il m’est apparu qu’il y avait à l’évidence un « chainon manquant » dans toute cette histoire de climat qui est devenue la préoccupation majeure de l’ensemble de l’humanité. Ce chainon manquant largement ignoré sinon sciemment occulté nous allons le découvrir au cours de ce billet car il est difficile de le conceptualiser sans entrer dans des détails parfois arides. Il fait appel, en effet, à des études complexes que peu de non-spécialistes sont à même de comprendre et j’avoue humblement que j’ai du soumettre quelques-uns des auteurs des travaux cités au cours de ce billet à mes insistantes questions auxquelles ils m’ont aimablement répondu. Je les en remercie ici très vivement, en particulier le Docteur Henrik Svensmark.

Capture d’écran 2017-12-24 à 11.05.35.png

Quand on examine le graphique ci-dessus (source NASA, Solar Dynamics Observatory Mission) on se dit, à juste titre, que toute cette histoire d’activité solaire cyclique d’environ 11 années ne peut pas, en toute logique, avoir de répercussions sur les températures moyennes sur Terre et par conséquent le climat est bien déréglé par l’activité humaine avec ses émissions de carbone, de CFCs et d’aérosols variés. Cette figure résume l’ensemble des observations par satellite depuis 1978 (9 satellites sur cette période) de l’irradiance solaire totale (TSI : Total Solar Irradiance, essentiellement des photons s’étalant des ondes radio aux rayons X) atteignant la Terre ou plutôt d’abord les hautes couches de l’atmosphère et non pas le sol directement, une précision qui a son importance comme nous le découvrirons dans ce billet. Les points rouges (14187 au total) représentent les mesures physiques de cette irradiance sur tout le spectre électro-magnétique et la courbe noire est la moyenne de ces mesures. La ligne horizontale jaune est le seuil minimal moyen de cette irradiance.

Comme on peut le constater la variation d’irradiance au cours d’un cycle d’activité solaire est très faible et n’est que de 0,09 % de 1361 watts par m2 – la moyenne – soit la formidable valeur de 1,22 watt ou plus clairement encore 0,61 watt en plus ou en moins des 1361 watts totaux moyens de cette irradiance solaire. Rappelons ici que l’énergie solaire moyenne atteignant la surface de la Terre est d’environ 370 W par m2 car l’irradiance solaire totale brute mesurée par les satellites (voir le point de Lagrange L1 en fin de billet à ce sujet) est en effet fortement tronquée dans les longueurs d’onde précisément de haute énergie, UV en particulier, par l’oxygène atmosphérique. Il est donc très facile de comprendre que les spécialistes de l’IPCC ont franchement déclaré droits dans leurs bottes que les variations de l’activité solaire ne pouvaient en aucun cas avoir un effet direct sur le climat de la Terre et on ne peut que être d’accord avec eux … si on s’en tient à ces observations.

C’est un peu la raison pour laquelle Claude Allègre, géophysicien et géochimiste de son état, fut traité de vieux gâteux quand il osa déclarer que ce n’était QUE le Soleil qui pouvait influer sur le climat terrestre selon des mécanismes encore largement inconnus mais certainement pas l’activité humaine. C’était en 1987 et les écologistes inventèrent par la suite tout ce qu’il était imaginable de faire comme coups bas pour que Allègre soit définitivement écarté de la scène politique et scientifique, Nicolas Hulot en premier lieu. La controverse surgit donc en 1987 et les données satellitaires n’étaient pas à l’époque aussi étoffées qu’aujourd’hui car elles n’en étaient qu’à leurs balbutiements …

Après 40 années d’accumulation d’observations de toutes sortes de paramètres les spécialistes du Soleil commencent à se faire une idée précise du pourquoi et du comment de l’influence de l’activité magnétique de cet astre sur le climat de la Terre et partant du principe que puisque l’irradiance solaire arrivant vers la Terre varie trop peu pour expliquer une relation de cause à effet directe sur le climat il devrait exister une autre cause « cachée » ou pour dire les choses plus clairement une autre cause largement ignorée et mal explorée ou encore complexe à comprendre.

Les mesures satellitaires, outre celle de l’irradiance solaire, comprennent également celles des flux de particules chargées en provenance du Soleil – le vent solaire – mais provenant aussi de la Galaxie et de l’Univers entier (les rayons cosmiques), puis les mesures des variations des champs magnétiques tant du Soleil que de la Terre et l’étude de l’interaction très complexe entre ces deux champs magnétiques. Toujours dans l’illustration ci-dessus figure en bleu le nombre de taches solaires comptées depuis le sol terrestre moyennées sur un mois. Ces taches, et plus personne ne le conteste aujourd’hui, sont le reflet visuel direct des variations du champ magnétique du Soleil au niveau de l’astre lui-même, champ magnétique généré par les flux internes de matière des pôles vers l’équateur et de pôle à pôle. Les taches solaires sont en effet une manifestation à la surface du Soleil de ces flux internes de matière solaire qui sont à la source du champ magnétique de l’astre qui va s’étendre ensuite très loin dans l’espace entourant le Soleil. Ces taches solaires constituent une source non négligeable mais pas prépondérante de particules chargées qui sont éjectées dans l’espace entourant le Soleil et appelé l’héliosphère dans laquelle évolue justement la Terre. Pour se faire une idée de cet environnement spatial dans lequel évolue la Terre le diamètre de l’héliosphère est d’environ 100 fois la distance Terre-Soleil.

Capture d’écran 2017-12-23 à 23.41.56.png

J’ai remis ci-dessus l’illustration déjà insérée dans un précédent billet car elle est riche d’autres enseignements si on prend la peine de l’analyser. Passons sur la représentation de l’évolution des taches solaires au cours des cycles de 11 ans, dite en « aile de papillon », qui retrace la migration de ces taches des pôles vers l’équateur solaire. Le diagramme inférieur représente les sommes des superficies des taches sur la surface de l’hémisphère solaire observable depuis la Terre et non plus leur nombre. Cette mesure est plus proche, comme nous le verrons par la suite, de l’activité magnétique solaire et de ses conséquences sur la vigueur du vent solaire. Il faut remarquer également l’optimum climatique moderne correspondant aux cycles #17 à 19 et #21 à 23 et le cycle #24 franchement étriqué qui touche aujourd’hui à sa fin et qui signe donc la fin de l’optimum climatique moderne dont la cause a été considérée par l’IPCC comme résidant dans les émissions de CO2 dues à l’activité humaine.

Alors pourquoi le climat ne varie-t-il pas au même rythme que le nombre ou l’étendue des taches solaires si c’est l’activité magnétique du Soleil qui a une influence primordiale ? Il n’est pas facile de répondre clairement à cette question et c’est la raison pour laquelle le champ magnétique du Soleil et ses conséquences ont été exclus des paramètres provoquant le réchauffement du climat par l’IPCC : trop compliqué à expliquer et à modéliser et surtout – surtout – indépendant de toute activité humaine !!! D’ailleurs quand la théorie de l’effet de serre du CO2 émergea c’était précisément au début des années 1980 et on ne connaissait pas grand-chose de ce qui se passait en détail au dessus de nos têtes …

Revenons donc un instant sur Terre et au sujet de son climat. Il y a un premier point qui ne peut pas être mis de coté d’un revers de la main : l’inertie des océans dont la masse constitue un volant thermique considérable aplanit les variations de température quotidiennes et saisonières. Les océans stockent plus de 93 % de toute l’énergie solaire atteignant la surface terrestre et non dissipée presque immédiatement vers l’espace (doi : 10.1029/2012GL051106), le reste est stocké temporairement dans l’atmosphère et renvoyé rapidement vers l’espace. Cette évaluation du stockage d’énergie par les océans est contestée par certains auteurs mais nous nous en tiendrons à cet ordre de grandeur. Les océans éliminent en permanence la chaleur emmagasinée par évaporation comme je l’avais expliqué dans un précédent billet ( https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/12/21/la-magie-de-leau/ ). De plus l’extrême complexité du mouvement des masses d’air dans l’atmosphère ne peut pas être mise en équations. J’ai un jour dénombré pas moins de 9 couches nuageuses distinctes en voyageant en avion entre le décollage de l’aéronef et l’altitude finale de croisière de 35000 pieds (11000 mètres). De gigantesques ordinateurs ne font que s’appuyer sur des observations antécédentes pour tenter de prévoir ce qui pourrait se passer dans un futur proche. Quant à faire des prédictions sur le long terme en ne prenant en considération que les océans et l’atmosphère est un exercice qui relève de la fiction, il n’est même pas possible de définir des grandes tendances ! Les mathématiciens ont inventé une discipline à part entière pour décrire ce genre de phénomène avec des équations et ils l’appellent le chaos … c’est dire à quel point c’est complexe. Ce qui signifie aussi que tous les modèles prédictifs d’évolution des températures ne sont que de la fiction.

Par contre l’activité magnétique du Soleil avec ses variations cycliques bien documentées en étudiant le climat passé est maintenant décrite avec des équations mathématiques certes pas parfaites mais qui atteignent un degré de fiabilité satisfaisant. Les travaux de la mathématicienne Valentina Zharkova dont j’ai souvent cité les publications sur ce blog sont là pour le prouver. Si, donc, l’irradiance solaire varie tellement peu qu’elle ne peut pas être invoquée pour expliquer les variations du climat terrestre alors que se passe-t-il au juste au dessus de nos têtes ? Si mes lecteurs ont l’impression que je me répète c’est à dessein car tout se passe en réalité très loin du plancher des vaches comme nous allons le découvrir …

C’est une question qui me hante depuis plusieurs années, en réalité depuis que je me suis intéressé au « réchauffement contemporain du climat d’origine humaine » car cette affirmation m’a toujours parue invraisemblable. Puisque le nombre de taches solaires a bien été corrélé à des variations du climat par le passé (minima de Maunder et Dalton) et que le modèle mathématique de V. Zharkova a parfaitement fonctionné en remontant dans le passé (contrairement à tous les modèles prédictifs de l’IPCC) en particulier en « retrouvant » les optima climatiques de l’époque romaine et du Moyen-Age et ce fameux minimum de Maunder c’est donc bien le champ magnétique solaire qui a une influence sur le climat terrestre. Peut-être que oui, mais alors comment ?

Ce champ magnétique n’a que très peu d’influence sur celui de la Terre mais il constitue une sorte de cocon qui piège en partie les rayons cosmiques provenant de la Galaxie et de l’Univers susceptibles d’atteindre la Terre. Et il a son importance malgré le fait qu’il n’atteigne qu’une intensité de quelques milliardièmes de Tesla près de la Terre alors qu’au niveau du sol le champ magnétique terrestre atteint au maximum une quarantaine de microTeslas, soit 8000 fois plus que l’intensité de celui du Soleil.

Il est néanmoins difficile d’admettre que ce champ magnétique solaire puisse efficacement détourner des rayons cosmiques de très haute énergie « voyageant » à des vitesses proches de celle de la lumière. Ce sont d’ailleurs des arguments de ce genre qui ont été encore une fois utilisés par les spécialistes de l’IPCC pour rejeter tout effet du champ magnétique du Soleil et également tout effet des rayons cosmiques sur le climat terrestre car ce champ magnétique est beaucoup trop faible du moins au niveau de la Terre. Si ce n’est le champ magnétique solaire alors quoi d’autre ?

Les mesures satellitaires réalisées ces dernières 40 années ont aussi mis en évidence un point qui ne peut plus être ignoré aujourd’hui : quand le champ magnétique du Soleil s’affaiblit ce que l’on a coutume d’appeler le « vent solaire » s’affaiblit aussi. Il s’agit du flux de particules ionisées en provenance du Soleil qui atteignent la Terre et les autres planètes du système solaire et sont fort heureusement en grande partie piégées, en ce qui nous concerne cette fois, par le champ magnétique de notre planète. Le vent solaire forme en réalité un gigantesque nuage de particules qui s’étend bien au delà de l’orbite de Neptune et la Terre se trouve baignée dans ce peuplement permanent de particules variées qui se déplacent dans l’espace proche, l’héliosphère. La densité du vent solaire est actuellement de l’ordre de 10000 noyaux d’hydrogène par m3 (source : Goddard laboratory « spatial weather » en temps réel quand j’ai écrit ce billet) et il arrive à proximité des hautes couches de l’atmosphère à une vitesse variant entre 400 et 600 km/seconde. Comme tout flux d’électrons, par exemple dans un fil électrique, le vent solaire créé lui-même un champ magnétique et il fait donc partie du champ magnétique solaire comme nous le verrons plus loin.

L’affaiblissement de l’intensité du champ magnétique solaire a donc une influence indirecte sur le climat de la Terre comme je vais tenter de l’exposer ci-après aussi clairement que possible. Quand le Soleil s’assoupit (« magnétiquement parlant » si on peut dire les choses ainsi) il émet moins de particules chargées dans toutes les directions mais aussi en direction de la Terre et des autres planètes, dans le plan de l’écliptique. Le « vent » solaire est constitué d’électrons, de protons (noyaux d’hydrogène) et dans une moindre mesure de particules alpha (noyaux d’hélium) qui quittent la couronne solaire avec une vitesse de l’ordre de 1000 km/seconde, rien à voir avec l’irradiance qui est constituée de photons voyageant à la vitesse de 300000 km/seconde. Ces particules atteignent l’immédiat environnement de la Terre en 4 jours environ, la distance Terre-Soleil étant de 150 millions de kilomètres. Toutes ces particules pourraient constituer d’excellentes cibles pour les rayons cosmiques d’autant plus que la densité des particules de ce vent solaire est infiniment plus élevée que celle des rayons cosmiques provenant de l’Espace. Le « cocon » du champ magnétique solaire s’affaiblit, certes, quand l’activité solaire décroit mais c’est aussi la densité du vent solaire qui s’affaiblit parallèlement. En effet le vent solaire fait partie intégrante du champ magnétique du même nom. Ses particules ionisées constituent ce que les spécialistes appellent un plasma car le vent solaire comporte aussi des électrons comme cela a déjà été mentionné et ce plasma entretient et stabilise le champ magnétique. Dans les hautes couches de l’atmosphère terrestre il se passe alors ce dont j’ai déjà disserté à plusieurs reprises sur ce blog : le rayonnement cosmique de haute énergie est (ou « serait », la controverse est ouverte) la cause majeure de l’apparition d’espèces atomiques chargées électriquement qui sont autant de points de condensation des rares molécules d’eau qui sont encore présentes aux altitudes élevées quand ces rayons cosmiques arrivent dans cet environnement.

Les rayons cosmiques sont constitués surtout de protons (noyaux d’hydrogène) mais aussi de particules parfois aussi lourdes que des noyaux d’uranium ( ! ), on ne sait pas trop d’où ils proviennent et ces particules « voyagent » à des vitesses dites « relativistes », en d’autres termes proches de la vitesse de la lumière. Ils sont donc infiniment plus énergétiques que les particules qui constituent le vent solaire et quand ils atteignent le système solaire puis les hautes couches de l’atmosphère terrestre, du moins ceux qui arrivent sans encombre jusque là comme nous le verrons plus loin, alors qu’ils sont bien moins bien freinés par le « nuage de particules » du vent solaire qui s’est affaibli il en résulte la formation continuelle d’un film de microcristaux de glace autour de ce que les spécialistes appellent des « noyaux de nucléation » et ces cristaux vont réfléchir le rayonnement solaire (augmentation de l’albédo). Plus en profondeur dans l’atmosphère ces même rayons cosmiques et toutes les particules secondaires apparues au cours de leurs collisions avec des atomes d’oxygène, d’azote ou d’argon, en particulier des neutrons, provoquent par le même mécanisme la formation de nuages, parfaitement visibles cette fois, qui vont à leur tour piéger le rayonnement solaire. Ce processus a été très bien identifié en mesurant la quantité de l’isotope radioactif du béryllium (Be-10) généré directement par les rayons cosmiques entrant en collision avec les noyaux d’oxygène et d’azote de l’atmosphère. Ce phénomène appellé spallation cosmique n’a été mis en évidence qu’au début des années 1970. Si donc les rayons cosmiques sont moins déviés par le champ magnétique solaire par voie de conséquence il paraît donc évident que la surface de la Terre va se refroidir car l’atmosphère va renvoyer vers l’espace beaucoup plus d’énergie solaire avec l’apparition et le maintien de ces nuages d’altitude.

C’est ainsi que la diminution de l’activité magnétique solaire a un effet indirect sur le climat terrestre et ce résultat n’a pu être pressenti sinon mis en évidence qu’à la suite, ces dernières années seulement, des observations satellitaires et de certains instruments de mesure installés à bord de la station spatiale internationale.

Le Docteur Henrik Svensmark a été le premier à postuler une influence directe des rayons cosmiques sur la formation des nuages et sur le climat terrestre en 1997. Il a été mis à l’époque au ban des scientifiques comme étant un « hérétique » à la cause climatique d’origine humaine défendue par l’IPCC … Il a cependant persisté dans ses travaux (Nature Communications, doi ci-dessous) finalement validés par les observations satellitaires.

Entrons maintenant dans le détail. Le paragraphe suivant est étroitement inspiré d’une communication personnelle du Docteur Svensmark quand je lui ai écrit que j’avais de la peine à comprendre comment des particules arrivant de la Galaxie à des vitesses proches de celle de la lumière pouvaient être déviés par le champ magnétique du Soleil. Je vais prendre une image pour expliquer l’objet de ma question. Prenez un fusil et tirez une balle dans un nuage de plumes de duvet d’eider, la balle ne sera pas déviée.

Dans le domaine de la physique des particules la masse, la vitesse et l’énergie sont liées (cf. la fameuse équation d’Einstein E = mc2). Prenons donc le cas d’un proton (noyau d’hydrogène) « cosmique » ayant une énergie de 1 milliard d’électron-volt (1 GeV) arrivant dans le champ magnétique du Soleil qui contient donc et est entretenu par des particules ionisées (plasma) du vent solaire. La trajectoire de ce proton cosmique qui était jusque là rectiligne va, selon des lois physiques décrivant le comportement de telles particules dans un champ magnétique coexistant avec un plasma, se trouver animé d’un mouvement de rotation. La trajectoire du proton va ressembler, pour prendre un image, à celle d’un ressort étiré. Le rayon r de cette trajectoire en tire-bouchon peut être calculée selon l’équation :

r = 3,3E/B

où E est l’énergie du proton et B le champ magnétique, ici le champ magnétique solaire. Prenons E égal à 1 GeV et B égal à 5 nano-tesla. Le « rayon de gyration » du proton le long de sa trajectoire est alors sensiblement égal à 1 milliard de mètres ou un million de kilomètres. Or, comme le diamètre de l’héliosphère est de l’ordre de 100 fois la distance Terre-Soleil, soit 150 milliards de kilomètres, il en résulte qu’avant d’arriver à proximité de la Terre ce proton a à peu près 10000 possibilités d’entrer en collision avec l’une des particules constituant le vent solaire. En d’autres termes l’entrée dans l’héliosphère de particules cosmiques – y compris très énergétiques – est un processus diffusif. Il est donc aisé de comprendre qu’un affaiblissement du champ magnétique solaire augmente les chances de ces particules cosmiques d’atteindre l’atmosphère terrestre et de créer par collision des noyaux de condensation de la vapeur d’eau. Le refroidissement du climat de la Terre est donc une conséquence indirecte de l’affaiblissement de l’activité magnétique du Soleil. Et le fait que ce soient les rayons cosmiques qui jouent un rôle majeur dans les variations du climat terrestre est tout à fait inattendu et maintenant prouvé mais a été largement ignoré et n’a jamais été pris en considération par l’IPCC !

Illustrations : NASA, Nature Communications (doi : 10.1038/s41467-017-02082-2 en accès libre) et Wikipedia. Pour les flux de neutrons générés par les rayons cosmiques voir aussi doi : 10.1177/0958305X16686488 et enfin pour les variations dans le temps de l’irradiance solaire et du vent solaire voir A. Ollila, doi : 10.9734/PSIJ/2017/34187 et les sites de la NASA et de la NOAA dédiés au vent solaire et à la « météorologie spatiale ».

Pour étayer ces propos voici quelques données supplémentaires et illustrations utiles pour comprendre ce phénomène du « vent solaire » dont les variations sont aussi appelées « spatial weather ». D’abord la variation des radiations mesurables par les satellites et au sol au cours des précédent cycles solaires jusqu’au 31 décembre 2014. Il n’y a pas eu de publications synoptiques plus récentes ( https://satdat.ngdc.noaa.gov/sem/goes/data/new_plots/special/Overview_19830101-00h_20141231-24h.png ) :

Overview_19830101-00h_20141231-24h.png

Les flux de neutrons (entre autres particules subatomiques) émanant des collisions des rayons cosmiques avec les molécules d’oxygène ou d’azote atmosphérique diminuent quand l’activité solaire est intense (sunspot numbers) et donc quand le vent solaire est puissant selon l’hypothèse de Svensmark exposée dans ce billet. Les rayons X d’origine solaire augmentent en intensité quand l’activité magnétique solaire est elle-même intense ainsi que le nombre de protons (noyaux d’hydrogène du vent solaire) qui est une bonne mesure de ce vent solaire. Enfin le champ magnétique solaire mesuré à la surface de la Terre avec des magnétomètres spéciaux ne varie pratiquement pas, tout au plus il ondule au rythme de la rotation de la Terre autour du Soleil. Ceci confirme aussi le peu d’effet direct du champ magnétique solaire sur le climat à la surface de la Terre.

Capture d’écran 2017-12-24 à 15.12.16.png

Une autre observation récente réalisée par la NASA à l’aide de ballons sonde largués depuis le désert de Mojave en Californie ne manque pas d’intérêt et vient également valider l’hypothèse de Svensmark. Ces ballons mesurent les radiations globales atteignant les hautes couches de l’atmosphère dans des plages d’énergie identiques à celles d’un portique de sécurité d’aéroport ou d’un examen radiologique à l’hôpital. Ces radiations sont exprimées en Gray c’est-à-dire en joules absorbés par kilogramme de matière, ici en microGray par heure. Depuis trois ans ces radiations augmentent de manière continue alors que l’activité solaire a décru de manière continue dans le même temps (voir les deux premières illustrations de ce billet). Or ces radiations constituent aussi une signature de l’effet du bombardement cosmique qui augmente donc sensiblement depuis que l’activité magnétique solaire a commencé à chuter très fortement ces dernières trois années.

Il reste enfin à l’appui de cette hypothèse d’un effet prépondérant des rayons cosmiques sur le climat de la Terre lorsque l’activité magnétique du Soleil diminue ce que les spécialistes appellent la décroissance de Forbush, et qui est d’ailleurs liée aux remarques précédentes. Il s’agit d’observations satellitaires et à partir du sol avec des ballons sonde reliant les émissions de particules par le Soleil lors d’éruptions massives de matière dites coronales avec la soudaine décroissance de l’intensité du bombardement cosmique au niveau de la Terre observée 4 jours plus tard. Pour rappel les photons permettent d’observer ces éruptions coronales depuis la Terre après seulement 8 minutes car ils « voyagent » à la vitesse de la lumière alors que le vent solaire, lui, « voyage » durant 4 jours pour atteindre la Terre. Dans l’environnement immédiat de la Terre l’explication de ce phénomène réside dans le fait que le plasma du vent solaire soudainement enrichi en espèces ioniques, et partie intégrante du champ magnétique solaire, dévie plus efficacement mais temporairement les rayons cosmiques (voir à ce sujet http://en.wikipedia.org/wiki/Forbush_decrease et H. Svensmark, doi en fin de billet) tout en contribuant à l’effet diffusif du plasma que j’ai mentionné plus haut. Cette remarque constitue la pierre angulaire de l’hypothèse émise au sujet de l’effet indirect de l’activité magnétique du Soleil sur le climat terrestre que je me suis permis d’exposer ici. Enfin pour les curieux il existe plusieurs objets spatiaux d’observation du Soleil en orbite autour du point de Lagrange L1 qui ne sont donc jamais « à l’ombre » de la Terre ou de la Lune ( https://en.wikipedia.org/wiki/Lagrangian_point ).

Faut-il encore d’autres preuves que tout est en train de changer très loin au dessus de nos têtes, que nous n’en sommes pas la cause, que nous ne pouvons rien y faire quelles que soient les quantités de CO2 que l’activité humaine puisse produire en plus ou en moins chaque jour et que le climat va fatalement se refroidir avec l’affaissement de l’activité magnétique du Soleil qui est en cours et qui va, selon les experts en ce domaine, durer une soixantaine d’années au moins, voire beaucoup plus ?

Notes à l’attention de mes lecteurs qui ont eu le courage de terminer la lecture de ce long billet.

1. Ce billet très technique relatif au climat est probablement l’un des derniers figurant dans ce blog sous cette rubrique. Je considère en effet inutile de continuer à me battre contre les forces obscures et apatrides qui ont décidé d’asservir l’ensemble de l’humanité sous le prétexte fallacieux que l’activité humaine dérègle le climat et d’essuyer de surcroit des insultes de la part de certains commentateurs à l’évidence par trop perméables à la propagande incessante de l’IPCC, du World Economic Forum et des organisations écologistes militant pour le plus grand profit de ces financiers qui ont pris le contrôle des politiciens. Je ne suis pas Don Qixote de la Mancha et dorénavant je ne me battrai donc plus qu’exceptionnellement contre les moulins à vent « climatiques » d’une valeur scientifique douteuse …

2. L’IPCC est un groupement artificiel de personnalités mandatées par divers gouvernements pour fournir sur les recommandations de ces derniers des rapports qui n’ont plus rien de scientifique afin que ces mêmes gouvernements se donnent carte blanche pour asservir l’humanité toute entière. Il est important de noter que ces personnalités bénéficient d’un passeport diplomatique et qu’elles agissent en toute impunité : ce sont des fonctionnaires de l’ONU. Le volet dit scientifique de l’IPCC est constitué d’universitaires pour la plupart à la recherche de subventions pour financer leurs travaux si tant est qu’ils concernent le réchauffement climatique. Aucun universitaire osant contredire les thèses de l’IPCC n’est admis dans ce cercle. Enfin le « sauvetage du climat » est une opportunité créée de toute pièce pour que les grands groupes financiers et industriels s’enrichissent au détriment du niveau de vie de tous les autres bipèdes de la planète. Il s’agit peut-être là du plus grand scandale politico-économique que l’humanité ait jamais connu dans son histoire. Comme le dit très justement sur son blog Donna Laframboise « Les politiciens gagnent toujours ».

Autres liens et sources : H. Svensmark, doi : 10.1002/2016JA022689 , doi : 10.1051/epn/2015204 et nombreuses communications personnelles pour lesquelles il est très vivement remercié ici.

23 réflexions au sujet de « Crise climatique : Le rôle prépondérant mais indirect de l’activité magnétique solaire sur le climat terrestre est incontestable »

  1. Merci pour votre billet, c’est toujours un plaisir de vous lire.

    En début de votre texte , vous indiquez la faible variation de la TSI mesurée par satellites.
    Les mesures en questions sont reparties sur plusieurs satellites (la durée de vie de ceux-ci ne permet pas une mesure sur 30 ans!) ce qui entraine les conséquences suivantes:
    – Il existe un problème de raccordement entre les séries de mesures des différents satellites.
    – la ligne moyenne de la TSI n’est pas toujours de 1361 W/m² suivant le satellite choisi.
    Vous pouvez par exemple consultez ceci:
    http://www.acrim.com/RESULTS/Earth%20Observatory/earth_obs_fig1.pdf.

    Il reste possible que la variation réelle de la TSI dépasse le 1.3W (0.1%) que vous indiquez pour atteindre 0.3 % ce qui n’est plus aussi négligeable (0.3% pour les 288K de la basse atmosphère donne déjà 0.8 K soit la variation de température allégué par les « climatologues » depuis 50 ans).

    Malgré votre déclaration de fin de billet, j’espére que vous jugerez finalement « utile de me battre contre les forces obscures et apatrides » et donc publierez d’autres articles sur le climat.

    • J’avais songé en effet à inclure la figure que vous avez indiqué et qui provient d’un article que j’ai archivé parmi près de 200 autres articles pour discuter de ces données satellites disparates. Mais ce billet était déjà très long et il aurait été plus approprié d’écrire un petit livre : ce à quoi je m’attache en ce moment mais je prendrai le temps de le rédiger … J’aurais pu insérer une bonne dizaine d’illustration dans ce billet mais ce qui compte à mes yeux est la démonstration que nous aurons beau, nous petits êtres humains, nous agiter dans tous les sens, le changement du climat a lieu bien au dessus de nos têtes. Et nous ne pourrons strictement rien faire pour en influencer le sens, que ce soit vers un réchauffement ou beaucoup plus terrifiant encore vers un refroidissement …

  2. Cela montre que dans la nature rien n’est simple… Sans être un grand scientifique on sait bien que le soleil et les « planètes » jouent un rôle dans l’évolution des températures de notre terre. A part une mesure satellitaire une température de la « terre » ne peut que laisser dubitatifs… On cherche le trou où on met le thermomètre !!! Une interrogation me reste : il y a un décalage permanent entre pôle géographique et pôle magnétique. Compte tenu de l’importance du champ magnétique sur les rayonnements quelle est l’incidence de cette « déviation »?
    Pour plaisanter j’attends avec impatience le moment où on va me taxer pour ne pas faire assez de CO2 pour combattre le grand refroidissement…
    Merci pour ce travail de « bénédictin »…

    • Je me suis posé la même question et je n’ai pas trouvé de réponse car je ne suis pas spécialiste du tout en la matière. Ce que j’ai observé lors de mon dernier voyage au Japon ce sont les incroyables aurores boréales lorsque l’avion survolait le nord de la Sibérie. Celles-ci ont précisément lieu la nuit dans cette région car elle est opposée au pôle magnétique qui se trouve quelque part à l’extrême nord du Québec. Les particules ionisées du vent solaire sont piégées par le champ magnétique terrestre dans deux régions appelées les ceintures de Van Allen et je crois savoir que les aurores boréales sont le résultat d’une libération de ces particules, qui ont perdu leur énergie, vers les hautes couches de l’atmosphère. Je repars au Japon au mois de mai et j’essaierai d’avoir une place près d’un hublot à babord pour prendre des photos. Il y a aussi des aurores boréales le jour mais on ne les voit pas …

  3. Bonjour Jacqueshenry
    Bien que béotien dans ces domaines, je lis moi aussi avec intérêt vos billets sans pouvoir comprendre toutes les démonstrations. Et même dubitatif sur celles ci, je souhaite aussi que vous continuiez à donner votre point de vue. C’est la démocratie et il faut la défendre. Et à l’avenir , les changements vous donnaient raison, je serai le premier à vous féliciter. Et puis vous donnez un peu d’espoir dans ce monde très pessimiste que nous connaissons aujourd’hui. Rien que pour ça le jeu en vaut la chandelle. Si ce n’était pas le cas, et bien l’erreur est humaine. Wait and see.

  4. Bravo pour votre article et du talent que vous avez déployé pour expliquer des choses difficiles. Dans la suite des temps quand il faudra se poser des questions sur ce sophisme qui nous entraîne dans l’obscurantisme, votre article montrera que certains de nos contemporains posaient les bonnes questions et ne prenaient pas pour argent comptant les certitudes scientifiques climatiques actuelles.

  5. très bonne initiative d’avoir rédigé cet article. On entend beaucoup parler du rôle clef du magnétisme du soleil mais enfin, on a des explications sur les mécanismes en jeu. merci!

  6. Un petit point (interrogation) à propos de Claude Allègre.
    En-dehors du fait qu’il a été ostracisé par moultes de ses « collègues »… et qu’il s’est, en plus fait des ennemis mammoutheux, je sais qu’il a subi une (ou des ?,) attaques(s) cérébrale(s), ce qui explique qu’il ne s’exprime plus en public, ou n’est plus invité dans les « médias ».
    Il garde cependant toute sa lucidité, même si il a un peu plus de mal à parler « clair »;

    • Si Claude Allègre est toujours intellectuellement alerte je suis convaincu qu’il sera informé de mon billet par l’un de ses amis géophysicien français. En effet ce dernier m’a personnellement félicité pour la teneur de mon billet et m’a même avoué qu’il avait découvert et compris l’effet diffusif du plasma magnétique solaire sur les rayons cosmiques. Il faut avouer que j’a été très insistant auprès de Svensmark pour qu’il m’explique de quoi il en relevait car ses publications son incompréhensibles pour qui ne maîtrise pas les mathématiques et n’a plus que des connaissances en physique qui relèvent des souvenirs, ce qui est mon cas. Il y a eu plus de 800 publications scientifiques en 2017 qui remettent en cause le réchauffement climatique d’origine humaine. Pour le reste ce ne sont maintenant que des manipulations sans aucun intérêt pour maintenir la pression psychologique sur les populations et c’est un véritable fourre-tout : tous les arguments sont bons pour soutenir le « réchauffement » y compris la guerre en Syrie !
      Commentaire rédigé tout en écoutant « Les Nuits d’été » de Berlioz …

  7. Ce week-end, il est tombé sur Moscou 45 cm de neige en moins de 24 heures.
    2000 arbres sont tombés et il faut déblayer des centaines de milliers de mètres cubes de flocons à la hâte avec une armada de déneigeuses.
    Depuis le mois de novembre, l’Amérique du Nord est plongée dans un froid glacial arctique rarement vu depuis des décennies.
    Tokyo grelotte… également sous la neige.

    Par contre pour la France, c’est comme pour le nuage de Tchernobyl d’ avril 1986 : Météo France annonce le mois de janvier le plus chaud depuis un siècle (des amis de Haute Savoie que j’ai eu tout à l’heure au téléphone en rigolent encore..ls n’ont jamais vu autant de neige arriver d’un coup).
    On se demande vraiment qui fournit les thermomètres à Météo-France.

    Pour la petite histoire, je me souviens d’un fameux vendredi 13 janvier 2012 où, ayant donné ma démission d’une société de services informatiques peuplée d’incompétents, je me promenais à Paris du côté de la gare du Nord sous un ciel bleu et une température extérieure de 24 °C…

    • Rassurez-vous, Météo France sera bien capable de nous dire que février est le mois le plus froid depuis … (si la tendance de début de mois se poursuit)… et que c’est, évidemment, dû au réchauffement, pardon dérèglement climatique.

      • C’est peut être le début du refroidissement annoncé par jacqueshenry ? Ceci dit Moscou a une température moyenne en janvier de -9° et s’il y a autant de précipitations qu’ici ces dernières semaines, ça doit faire pas mal de neige ! Et chez nous il en tombe aussi actuellement. Mais il peut neiger à 0° , ou un peu moins. Pour le thermomètre, il a été de +8.5° en janvier en effet, 3° de plus que la moyenne. Février commence assez froid mais surtout très pluvieux ! Dans la continuité de décembre et janvier. On verra ce qu’il en sera au final. Peut être aura t’on quelques (vrais) jours de gelée (aucun en janvier et 2 ou 3 timides en décembre dans le SO). Il faudrait qu’il y en ait quelques uns bien froids, mais beaux et secs pour se remonter le moral et se balader un peu. Voire à aller profiter des stations de ski..
        Allez ça va venir. ..

  8. Bravo, doublement, pour la qualité du papier, mais aussi pour votre réalisme et sagesse. En effet, on peut dénoncer, mais surtout il ne faut pas se pourrir la vie et celle de nos proches pour des problèmes sur lesquels nous n’avons pas prise.
    Bien à vous

  9. Très bon article M. Henry !
    Je suis heureux de constater que de plus en plus de chercheurs s’intéressent aux liens entre le champ magnétique stellaire, le courant héliosphèrique, l’héliosphère, les astroparticules (rayonnements cosmiques primaires et secondaires) et la climatologie. L’ionisation atmosphérique est définitivement à la hausse. Je le constate avec mes propres expérimentations depuis 2011. Les rayonnements ionisants dans les précipitations augmentent et, il y a une net accélération depuis 2015. J’ai dû modifier à 3 reprises mon axe verticale depuis 2016 ! Il s’agit certainement de rayonnements cosmiques secondaires à courte demi-vie. Les neutrons libres sont neutres et en principe indétectable avec mes équipements,mais sa présence peut être trahie par diffusion élastique (ions) ou proton/électron (rayonnement bêta)lorsqu’il est libre (je détecte certainement un mélange de rayonnements telluriques et cosmiques). Considérant le déclin de notre magnétosphère qui se produit au même moment que le dégonflement de la bulle héliosphèrique, une part d’inconnu reste à être déterminée. TRÈS peu de chercheurs considèrent toutes les variables.
    Notez que mon résultat le plus bas en 2017 a eu lieu en pleine G4/S2-S3…
    Vous pouvez consulter mon graphique sur mon compte Twitter : @LpdlcRamirez

      • J’ai un blogue sur lequel je publie temps en temps. Je vous suggère de vous abonner afin de ne pas manquer les mises à jour des données. Votre boîte de courriel ne se serra pas bombardée de messages, car j’ai peu de temps pour publier. Je n’utilise pas Facebook moi non plus, pas le temps. Twitter m’a par contre permis de rejoindre plusieurs chercheurs qui suivent de très près mes données. Dont un ancien expert conseil de l’ONU (Dr Waheed Uddin) qui m’a demandé un résumé. Il se bat maintenant pour faire comprendre ces faits (tels que mentionnés dans votre article). Ben Davidson (Suspicious0bservers) que vous devez connaître m’a également demandé un résumé et suit de très près l’évolution des résultats. Un proxy de plus pour un esprit scientifique ce n’est jamais un proxy de trop ;-). Voici un article dans lequel je montre les moyennes annuelles et où j’explique brièvement les implications.
        http://www.lepouvoirdelaconnaissance.com/2018/01/nouveau-record-et-moyenne-a-la-hausse-pour-les-radiations-cosmiques-en-2017-quels-seront-les-impacts-sur-le-climat.html

  10. L’expérience CLOUD a définitivement réfuté la théorie de Svensmark, l’effet des rayons cosmiques est marginal et n’a aucune influence sur le climat. Il n,’en va pas de même du CO²

      • Mon point de vue : réponse -dénuée de tout fondement scientifique, sans source, qui plus est est sciemment inexacte- dont le but non avoué est d’entretenir une fausse polémique ou de renforcer une conviction métaphysique.

        Il suffit d’aller à minima sur le site du CERN pour voir dans les grandes largeurs l’évolution du projet CLOUD qui indique que les rayons cosmiques augmentent la formation de la couverture nuageuse et donc -par augmentation de l’albédo terrestre- induisent un refroidissement non prévu par les modèles du GIEC :
        https://home.cern/fr/about/experiments/cloud

        Je comprends que cela puisse gêner au plus haut point les « réchauffistes » qui ont fait du réchauffement climatique leur nouvelle religion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s