Les sandwiches c’est mauvais pour le climat

Capture d’écran 2018-01-26 à 17.12.28.png

Comme je l’avais mentionné dans un précédent billet relatif au programme français de réduction de l’empreinte carbone du pays, se loger et se chauffer, se déplacer et enfin se nourrir, trois besoins primordiaux de chacun d’entre nous, c’est mauvais pour le climat selon les « experts ». Bis repetita placent : des chercheurs de l’Université de Manchester ont identifié les sandwiches comme une incroyable source de carbone. Les Britanniques consomment, selon l’Association du Sandwich (mais oui ça existe), 11,5 milliards de ces délicatesses gustatives chaque année. Ils ont étudié 40 types de sandwiches et évalué minutieusement l’empreinte carbone de chacun d’eux. Les pires en la matière sont ceux qui contiennent de la viande de porc, du fromage ou ces crevettes. Mais la palme est décernée au sandwich spécial petit-déjeuner : oeufs, bacon et saucisses. Un seul de ces sandwiches produirait selon l’étude 1441 grammes de CO2 soit l’équivalent d’une voiture parcourant 19 kilomètres. J’avoue admirer la précision de l’étude ! Globalement l’empreinte carbone des 11,5 milliards de sandwiches consommés chaque année en Grande-Bretagne est identique à celle de 8 millions de voitures sans prendre en compte les pétulances des consommateurs, cela va de soi.

De même que l’obsolescence programmée est devenue la bête noire des écolos la date de péremption des sandwiches devrait être revue et allongée mais pas seulement. En effet, toujours selon cette étude passionnante que je n’ai pas lu, rassurez vous, il faudrait aussi optimiser les recettes, la conservation, l’emballage et le transport de ces admirables mets, sans oublier naturellement le recyclage des déchets. Conclusion : se nourrir accélère la dégradation du climat ! Quand on pense que ce sont les contribuables qui financent par leurs impôts ce genre d’études, c’est à vous couper l’appétit … Tant et si bien que les gouvernements, Hulot en premier lieu pour donner l’exemple, vont peut-être imposer par décret un jour de jeûne par semaine pour sauver le climat !

Source : ats, illustration : Reuters

9 réflexions au sujet de « Les sandwiches c’est mauvais pour le climat »

  1. Passé un certain stade, il vaut mieux en rire Jacques Henry, pour préserver ses artères….

    J’ai lus il y a peu une controverse concernant les objectifs d’émissions de CO² de la france qui ne fut pas dans les clous en 2017, et bien ça ne suffisait pas de bêtises pour qu’un escrolo renchérisse clamant que les chiffres sont faux car ne tenant pas compte de notre « pollution » exportée que l’on inflige aux pays qui nous vendent des trucs 😀

    Vivement la taxe volcan

  2. Franchement, ces études ridiculisent chaque jour un peu plus les tenants du réchauffement climatique anthropique. Tous les moyens sont bons pour toucher une petite subvention ! Et comme le ridicule ne tue pas… Profitons en, c’est le cochon de contribuable qui paye !
    En revanche, et pour des raisons totalement différentes du machin climatique, faire un jeûne de temps en temps est une excellente chose. Cela donne un peu de repos au corps et lui permet de se nettoyer des saloperies de bouffe industrielle que nous lui faisons ingérer plusieurs fois par jour.
    Et si le pseudo réchauffement ne me paraît pas être une menace grave pour l’humanité, l’épidémie d’obésité, en revanche, en est une des plus sérieuses.

  3. Quand les bornes sont dépassées, il n’y a plus de limites …..
    Le pire dans ce grand n’importe quoi est que les guignols qui osent écrire ce genre d’inepties bénéficient de subventions pour ce livrer à leurs délires, sans parler de leurs salaires qui, au vu de leur piètres prestations, sont amplement immérités.
    Je pense que ce genre de situation n’est qu’un symptôme parmi d’autres de la déchéance intellectuelle dans laquelle est tombée une bonne partie de l’occident.
    Nous ne pouvons que rire, jaune, de cette situation, n’ayant guère de moyens d’éviter la fuite en avant vers le l’âbime que nous prépare l’écolo-climatologie dogmatique.

  4. C’est sur, roter ou p*ter (après un repas) c’est très très mauvais pour la Planète (et parfois pour les voisin.e.e.es immédiat.e;es)
    Comme dirait Bruno Latour ; « Tout est Climat »…
    Plus sérieusement, une « épidémie » plus ou moins liée à la (ma)lbouffe se développe rapidement, et pas que dans les pays « du Nord », c’est l’obésité et son corollaire quasi obligatoire, j’ai nommé le diabète (de type2, si je ne dis pas de bêtises), à moins que le diabète ne soit plus précocement détecté qu’auparavant (?)
    .

  5. Ce qui m’a le plus choqué dans la réaction du ministère, c’est la priorité au respect du chiffre à l’année du plan établi ! C’est le retour du gosplan soviétique… et surtout des idéologues de la même eau.

    • Le monde entier hors quelques îles du Pacifique sud, je pense aux Salomon, au Vanuatu et à Fiji, entre dans une ère inquiétante de totalitarisme minutieusement organisé autour de cette histoire de réchauffement climatique. L’Allemagne va voir dans les 5 années à venir l’ensemble de son économie sombrer quand les dernières centrales nucléaires en fonctionnement seront arrêtées. Ce sera alors la fin de l’Union européenne « démocratique » et l’installation d’une dictature depuis Bruxelles. Je suis particulièrement pessimiste à ce sujet, à moins que d’ici là nous soyons tous grillés non pas par le climat mais par un conflit nucléaire planétaire …

      • Pour une fois je serai l’oiseau de bonne augure, çà, ça va me changer.
        Enfin, de bonne augure, il faut voir.
        Le traumatisme que génèrera l’effondrement économique globalisé, ceci doublé de celui de l’empire U.S., ad minima en tant qu’empire et, au pire (empire, au pire, ha, ha, ha) en tant que pays, mettra un coup d’arrêt à tout un ensemble de croyances, dont celui dit du réchauffement climatique anthropogénique.
        Quand à un conflit nucléaire dans le court terme, je ne pense pas qu’il adviendra dans la décennie qui vient.
        L’affaissement progressif du dollar montre, bien qu’il puisse n’être que momentané, que la dédollarisation des B.R.I.C.A. est en cours, ce qui affaiblit cruellement les banques U.S., européennes aussi par la même occasion.
        De l’affolement des élites occidentales, bientôt viendra soit l’aveuglement,soit la panique.
        Certes, celles-ci pourraient être tentées par le n’importe quoi, par de la fuite en avant, mais soit la situation du dollar se redresse, soit cette monnaie s’enfonce rapidement dans ce puits sans fond dedans lequel les nombreux égarements monétaire ne pouvait que le conduire.
        Ce qui fait que les-dites élites n’auront même pas le temps de réagir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s