La guerre civile pour bientôt ?

La guerre civile pour bientôt ?

En France comme en Belgique il existe des zones urbaines de non-droit, des quartiers le plus souvent situés en banlieue des grandes agglomérations mais aussi parfois en pleine ville habités par une population majoritairement issue de l’immigration récente ou ancienne qui a pour rêgle de vie son communautarisme par opposition avec les institutions en place dans ces pays depuis plusieurs siècles. Personne n’en parle, aucun média n’ose publier un article ou un reportage télévisuel sur ces endroits où ni la police, ni les ambulances ni les pompiers ni les taxis n’osent s’aventurer. Et de telles zones de non-droit (no-go en anglais, « ne pas y aller ») existent aussi en Suède, le pays d’accueil d’une multitude d’immigrés (197000 en 2017). La Suède, la démocratie européenne la plus sociale, celle qui ose tout avant tous les autres pays, se trouve confrontée au problème qu’elle a elle-même favorisé.

Pour la première fois depuis la deuxième guerre mondiale le gouvernement suédois s’apprête à distribuer à 4,7 millions de foyers une brochure de « défense totale » car il prévoit une guerre civile imminente. Cette brochure, sorte de manuel de survie, explique comment assurer en cas de conflit civil la nourriture, l’eau, le chauffage ou encore l’hygiène. Selon le Financial Times, non seulement l’armée mais tous les civils doivent se préparer à un conflit de grande ampleur. Le Premier Ministre suédois Stefan Lofven a déclaré ce mercredi 17 janvier que tout allait être mis en oeuvre pour faire cesser la criminalité, les violences et anéantir le pouvoir des gangs, y compris en envoyant l’armée dans ces zones de non-droit. Même le leader du Parti Démocrate Jimmie Akesson a soutenu le Premier Ministre dans cette initiative.

Pour résumer la situation le gouvernement se prépare à une action militaire de grande envergure alors que les media main-stream continuent à affirmer que la Russie est l’instigatrice de cet état de fait ! Mercredi soir une grenade a été lancée contre un poste de police à Malmö et tout est en place maintenant pour un évènement national imminent de grande ampleur.

Source : Zerohedge

11 réflexions au sujet de « La guerre civile pour bientôt ? »

  1. Non, les zones no go ne sont pas des zones de non droit: elles sont régies par un autre droit ( que ce soit la charia ou la loi des caids locaux). Les politiques savent ce qu’ils font en préparant des situations de guerre civile : après avoir créer la peur et le chaos les différentes communautés réclament un pouvoir  » fort  » ( dictature) pour mettre de l’ordre et stopper les escalades de la violence. Voir les videos de Bezmenov ( ex KGB spécialiste de la subversion) sur le net à ce sujet. Les politiciens en place redoutent plus le  » populisme  » ( encore appelé fachosphère)que le terrorisme. La démocratie est incompatible avec les sociétés muticulturelles ( Bernard Lugan l’a montré dans le cas de l’Afrique). On s’achemine donc vers une dictature ( après plus ou moins de dégâts) et la fin de la démocratie … à moins d’imposer le respect de nos lois de manière stricte et défendre notre civilisation gréco latine chrétienne tout en refusant le communautarisme. Tout peut encore arriver ! A terme, les mondialistes qui sont à la manoeuvre auront du mal à l’emporter car ils sont dans l’utopie de l’homme nouveau, égal aux autres,coupé de ses racines, de ses traditions etc…

  2. Des amis ayant été visiter la Suède racontaient que les immigrés étaient regroupés dans des logements situés hors des villes, ce qui ne peut que générer les effets que vous avez montré.
    En France, en région parisienne (me répèterais-je?), allant faire les courses pour ma vieille mère, je remarquai que le nombre de femmes portant un foulard dit islamiste avait très fortement diminué.
    Mais cela n’empêchera en rien que, quand le système économique monétariste aura explosé, l’armée sera peut-être bien obligée de réduire quelques cités où, sous une forme ou une autre, une violence sociale se sera mise en place.
    Mais la raison en sera plus la faim que la religion, même si celle-ci pourrait leur tenir lieu de justification.
    L’Arabie-Séoudite avait fait un très mauvais calcul, celui de penser qu’il lui serait possible de remplacer, par le wahhabisme, le communisme après sa disparition, en faisant croire que ce wahhabisme luttait contre le néolibéralisme, tout en s’alliant à l’empire U.S..
    C’est cette contradiction qui, aujourd’hui, fait exploser les acteurs importants: l’empire U.S., le pays des princes séoudes et l’Union-Européenne.
    Ce qui génère un doute populaire sur l’islam sunnite.
    (Vous verrez bientôt comment le églises se rempliront…)
    En revanche, dans l’U.E. hors de France, certains pays risquent de fortement souffrir de cette arrivée illimité d’immigrés, dans les pays germaniques notamment.
    D’autant plus que cette ruine universelle pourrait bien, en Europe, générer un nombre important de décès dû au manque d’acheminement de médicaments qu’il pourrait bien s’y produire, ainsi qu’un stress social accompagné du réflexe antédiluvien d’en rechercher un bouc émissaire…
    Il n’y aura pas de guerre civile en France, mais sûrement du maintien de l’ordre plus que musclé.
    En revanche, suivant les pays de l’U.E., là il pourrait s’agir de véritables combats de rue facilement maîtrisables.
    Là où la véritable guerre civile pourrait bien advenir, c’est dans les États-Unis-d’Amérique en raison de la confrontation entre Trump et l’oligarchie, des tensions qui s’accroissent entre blancs et noirs et de la terrible misère qui s’y est répandu.
    Ne soyez pas pressé, vous l’aurez votre guerre, mais elle ne sera pas pour maintenant.

  3. On peut supposer que le futur service universel dispense le contenu du fascicule nordique… Mieux vaut qu’il reste en dehors du champ des armées car on a supprimé un service qui ne touchait plus que les fils d’immigrës… Les souchiens de l’époque trouvaient tous un bon motif pour ne pas servir leur pays les armes à la main, dans la continuité de l’opinion des jeunes des années soixante.
    Et puis il y a eu un carnage par un musulman bien entraîné qui a laissé à penser que former des régiments de musulmans n’était pas une si bonne idée que ce là !!!
    Les frères du Go et leurs idées d’avant garde nous ont bien eu mais derrière un secret bien pratique on se débine de toute responsabilité… On peut même prôner l’inverse au nom de la déesse Raison.
    Quand à la guerre civile on est espérons le encore loin de l’Irlande, du pays Basque ou de la Catalogne, on aura déjà bien assez de la Corse et de la Nouvelle Calédonie…

    • L’ancien ministre giscardien, Michel Poniatowski, écrivait dans son
      livre-testament une conclusion dont on ne voit pas quelle ligne on pourrait changer 47 ans plus tard.

      « Son âme, la France est en train de la perdre, non seulement à cause de la mondialisation, mais aussi, et surtout, à cause de la société à la fois pluriethnique et pluriculturelle que l’on s’acharne avec de fausses idées et de vrais mensonges, à lui imposer.

      Si cet essai a permis à quelques-uns de mesurer devant quels périls nous nous trouvons placés, il aura déjà atteint son but. (…) Ces pages peuvent apparaître cruelles. Mais elles correspondent à un sentiment très profond. Le moment est venu de traiter énergiquement le problème de l’immigration africaine et notamment musulmane.
      Si tel n’est pas le cas, la France aura deux visages : celui du «cher et vieux pays» et celui du campement avancé du tiers monde africain.

      Si nous désirons voir les choses dégénérer ainsi, il suffit de leur laisser suivre leur cours.

      Le campement africain toujours plus grand, plus vaste, plus illégal, grignotera d’abord, puis rongera, avant de faire disparaître tout entier le cher vieux pays, dont la défaite sera annoncée du haut des minarets de nos nombreuses mosquées.

      Nos temps sont assez graves pour ne pas faire appel à de médiocres facilités politiciennes.

      Nous allons vers des Saint-Barthélemy si l’immigration africaine n’est pas strictement contrôlée, limitée, réduite et expurgée de ses éléments négatifs et dangereux, si un effort d’intégration ne vient pas aussi compléter cette nécessaire répression.

      Les mesures à prendre sont sévères et il ne faudra pas que le vieux pays frémisse de réprobation chaque fois qu’un charter rapatriera des envahisseurs illégaux.

      Il faut donc ainsi que ce cher vieux pays restitue à l’état sa place normale. Les libéraux l’ont affaibli, les socialistes l’ont détruit. Où sont les grandes tâches dévolues à l’État ?

      La Justice, l’Armée, l’Éducation nationale, la Sécurité, la Police, notre place en Europe ? En miettes.

      La France est à l’abandon, et en décomposition à travers le monde.

      Sa recomposition est dans un retour énergique à l’unité et à la cohérence, et de la Nation et de l’État. »
      Si la vérité vous choque, faites en sorte qu’elle devienne acceptable mais ne bâillonnez pas celui qui en dénonce l’absurdité, l’injustice ou l’horreur. »

      (reçu par mail ce jour d’un ami accessoirement commentateur de mon blog)

  4. Dommage quand même qu’à l’époque où il était aux affaires avec un jeune président et un futur président il n’ait rien dit contre le regroupement familial au nom des grands principes « humanistes » de ses frères de la rue Cadet qui avaient à se faire pardonner beaucoup d’atrocités de l’autre côté de la Méditerranée…
    Mais son analyse finale est sans conteste très bonne.

    • Pourriez-vous nous en expliquer les mécanismes, de nous montrer en quoi la sphère privée peut être plus efficace que la sphère publique, de nous démontrer en quoi la seconde n’a absolument pas besoin de la première?

      • Simple: depuis 40 ans il y a de plus en plus d’état, et la France se dégrade continuellement. Au premier rang, la dette, on ne cesse de nous mentir et surtout de mentir aux jeunes que l’on endette malgré eux.
        Sans état, on aurait pas ces actes inadmissibles comme l’endettement incessant, les voitures qui brûlent comme des feux d’artifices, la police restant impuissante, plus d’ophtalmo à des km à la ronde avec des délais incroyables…
        Des soins de dentisterie de merde… etc etc …

        Merci l’état :mrgreen:

      • les mécanismes essentiels qui font que le privé est plus efficace que le public sont: la concurrence ( qui est le moteur fondamental pour s’améliorer), les adaptations dans les organisations ( salaire à vie vs formation continue, changement de poste , licenciements…), salaire au mérite, choix des managers en fonction du leadership ( et non de l’ancienneté!) , la pression des résultats et de la performance ( vs la demande de  » moyens « ) ;l’absentéisme etc etc… Le privé fait en général mieux avec 3 fois moins de personnes.En théorie, le public pourrait améliorer la plupart de ces points ( suppression des contrats à vie, formation des managers, politique salariale dynamique…) mais il ne le fait pas et ce qui compte c’est la pratique.

  5. Petite question d’ordre pratique et sans doute un peu naïve. Si l’on admet qu’il existe sur le territoire métropolitain au bas mot 500 zones de non-droit, confirmées ou potentielles (une moyenne pondérée de 5/6 par département est loin d’être -malheureusement- aberrante), et compte tenu du fait que les effectifs de la police et de l’armée ont été systématiquement rabotés depuis une trentaine d’années, que, parallèlement, le détricotage assumé du maillage de sécurité du territoire (suppression accélérée de multiples casernes, gendarmeries et commissariats) n’a cessé de multiplier les espaces « hors-protection », notamment en province, comment donc les pouvoirs publics seront en mesure de faire face au déclenchement simultané, spontané ou, pire, coordonné, de violences communautaires ?
    Je sais bien que la loi martiale existe et que sont déjà prévus et modélisés des plans d’intervention par des forces de l’ordre pan-européennes, voire par des milices privés, mais la situation qui en résulterait pourrait fort bien faire passer les embrasements vécus jusqu’ici pour de joyeuses bluettes.
    Bon, une fois encore, j’espère que mon pessimisme récurrent me pousse à faire fausse route…

    • J’étais encore un enfant quand il y eut à Paris une nuit d’horreur qui est restée dans les mémoires des « anciens » sous le nom de « ratonnades ». Internet et les téléphones mobiles n’existaient pas à l’époque.
      Un soulèvement populaire quel qu’il soit serait aujourd’hui rapidement incontrôlable. Le gouvernement suédois a probablement pris en compte ce paramètre nouveau. Le seul moyen restant aux forces de l’ordre et à l’armée pour faire face à un soulèvement ou pour « nettoyer » les zones de non-droit sera de tout bloquer y compris le téléphone pour désorganiser toute possibilité d’amplification d’un conflit civil, en d’autres termes le pays serait totalement paralysé. On se retrouverait en quelques heures en état de guerre avec couvre-feu imposé à toute la population. C’est ce que signifie la décision du gouvernement suédois si on lit entre les lignes.

Répondre à theuric Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s