Du tellure au fond de l’Atlantique … oui, mais.

Capture d’écran 2018-01-06 à 14.29.26.png

À un peu plus de 400 km au sud de l’île de Tenerife (archipel des Canaries) se trouve une montagne sous-marine d’à peu près la même taille que cette île qui, au milieu de fonds marins de plus de 4000 mètres, atteint une hauteur de 3000 mètres. Il s’agit du « Tropic Mount » qui vient d’être exploré en détail par l’équipage scientifique anglais du bateau Captain Cook et les résultats sont stupéfiants. Cet édifice sous-marin recèle un trésor au moins sur la partie plane de cette « montagne ». Il s’agit de dépôts extrêmement riches en tellure, un métalloïde très rare dans la croute terrestre. Les seules sources de tellure connues et exploitées industriellement sont les boues anodiques du raffinage électrolytique du cuivre et certains gisements aurifères peu exploités dans ce but. C’est ainsi que le Japon est le deuxième producteur de tellure au monde après les USA en raison de l’importante activité de raffinage électrolytique du cuivre dans ce pays.

Capture d’écran 2018-01-06 à 11.09.04.png

La demande mondiale en tellure ne peut qu’augmenter exponentiellement dans les prochaines années en raison de la production de panneaux photovoltaïques de nouvelle génération constitués de cadmium et de tellure outre l’utilisation du tellure dans certains alliages de cuivre et d’acier. La découverte de la présence de concentrations de tellure 30000 fois plus élevées à la surface du Tropic Mount que dans n’importe quel autre minerai extrait à la surface du sol permet d’envisager une extraction sous-marine. Les estimations font état de la présence d’au moins 2670 tonnes de ce métalloïde récupérables mais ceci ne représente que un dixième de la production mondiale actuelle. La demande en « énergies renouvelables » pourrait donc impacter catastrophiquement une zone océanique réputée riche pour ses ressources halieutiques. Voilà un bien fâcheux aspect de cette course effrénée aux énergies renouvelables !

Source : BBC (www.bbc.com/news/science-environment-39347620)

Voir aussi : https://www.nrel.gov/pv/cadmium-telluride-solar-cells.html

6 réflexions au sujet de « Du tellure au fond de l’Atlantique … oui, mais. »

  1. Si j’ai bien compris, déguster le tataki de thon évoqué dans un précédent billet risque de devenir d’ici peu un privilège de plus en plus rare et difficile à satisfaire.
    « En même temps » ©, les océans sont immenses et, semble-t-il, à même de résister dans un premier temps à cet inédit et improbable effet « Hulot sous l’eau » ;-). Par contre, avec la multiplication supposée rapide de tels sites d’extraction, la question de la préservation des ressources vivantes peut rapidement devenir cruciale.
    Certains de mes proches me reprochent d’être un indécrottable pessimiste, et ils ont sans doute raison, mais ce nom même de « tellure » ne présage rien de bon. Juste une impression, comme ça.

    • Dans une autre région riche en ressources halieutiques, plus précisément au large des côtes de Namibie, il existe d’immenses gisements de lithium. Selon les spécialistes anglais qui ont un peu fouillé le sol avec des robots télécommandés du Tropical Mount les poussières soulevées retombent très vite au fond … Consolation : un forage pétrolier ou gazier ne provoque pas trop de perturbation des fonds ni de la faune ou de la flore. Toute trace des fuites du forage de BP au large du Texas (avec un immense incendie) a disparu. C’est la résilience naturelle de la nature.

      • D’accord pour la bluffante capacité de résilience et d’absorption de la nature, un effet d’échelle probablement.
        Reste cependant posée la question du point de bascule et de rupture, ponctuelle ou globale, de la dite résilience, difficilement prévisible et chiffrable, et au-delà duquel le caractère irréversible des transformations pourrait se manifester.
        Mais je veux bien l’admettre, à considérer les bataillons de Cassandre ayant déjà annoncé la catastrophe ultime comme je trouve plaisir à le faire, il y a longtemps que normalement nous ne devrions plus être là…
        Cela ne nous autorise néanmoins pas à faire preuve de forfanterie, il suffira d’une seule fois !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s