Comment se brosser les dents « écolo » ?

Il ne s’agit pas ici de faire la promotion d’une pâte dentifrice écologique 100 % bio, à vrai dire je ne sais même pas si ce genre de produit existe car je n’ai pas pris la peine de me documenter (j’enrichis la multinationale GlaxoSmithKline quand je me brosse les dents) mais plutôt les brosses à dent. Les manches en plastique des brosses à dent ne sont pas recyclables et grèvent le budget carbone de la planète et cette constatation a percuté le cerveau d’un travailleur social de Lausanne en Suisse. Il a donc suivi des cours de gestion d’entreprise à Fribourg (toujours en Suisse) et a créé sa « start-up » comme on dit, c’est à la mode, et avec une couleur écolo, verte si possible, ça peut rapporter gros.

Les poils des brosses à dent écologiques sont en nylon, un polymère synthétique dégradable avec le temps, les manches en bambou et l’emballage en carton recyclé avec un label vert qui précise que cet emballage et la brosse à dent sont 100 % exempts de bis-phénol A. Des poils en racines de chiendent auraient été encore plus écolos mais franchement plus compliqués à mettre en oeuvre. Et c’est un franc succès ! Le « start-upien » suisse produit maintenant des coques pour smart-phone et des protections pour ordinateurs portables en bambou, le must ! Comme c’est beau la vie en vert …

Source et illustration : 20min.ch

9 réflexions au sujet de « Comment se brosser les dents « écolo » ? »

  1. Et en plus, les plantations de bambou limitent les effets des séismes.
    Certes peu voire aucun intérêt en Suisse, mais il était bon de le dire…
    C’était notre minute « culture », dans tous les sens du terme.

  2. Franc succès pour des brosses à dents, écrivez-vous… 😉

    Et, ne serait-ce qu’en France, le marché ne demanderait qu’à se développer !
    En effet, en moyenne, les Français achètent 2,4 brosses à dents par an. S’ils suivaient les recommandations des chirurgiens-dentistes, ce nombre devrait atteindre 6 par an (2,5 fois plus donc…).

    Reste à savoir si la composante écologique de cette nouveauté sera en mesure d’inciter nos compatriotes à être aussi (« en même temps »…) un peu plus portés sur l’hygiène dentaire ! 🙄

  3. A faire soi-même, le must de l’écologisme :
    « Une recette de dentifrice à la menthe
    Pour cette recette il vous faut de l’argile verte, du bicarbonate de soude, des clous de girofle, de l’huile essentielle de menthe et un verre d’eau. Procédez ainsi :
    Mélangez 2 cuillères à soupe d’argile verte (réduite en poudre) avec une cuillère à soupe de bicarbonate de soude
    Réduisez en poudre 2 clous de girofle et incorporez-les au mélange
    Ajoutez petit à petit l’eau jusqu’à obtenir une pâte lisse
    Ajoutez ensuite 2 gouttes d’huile essentielle de menthe
    Ce dentifrice sera parfait en tant qu’anti-inflammatoire et antiseptique mais également pour avoir une meilleure haleine grâce au clou de girofle. »
    Source : https://www.dentaly.org/fabriquer-son-dentifrice-maison-naturel-rien-de-plus-facile/

    Personnellement, je reste sur les bons vieux dentifrices industriels qui ont été testés pour leur efficacité et leur durée de vie.

  4. Je connais assez bien le milieu de la cosmétique et de la parfumerie. Les huiles essentielles sont devenues « essentiellement » synthétiques car il est beaucoup trop coûteux de cultiver et récolter les fleurs. L’un des principaux fournisseurs de l’industrie de la parfumerie est l’Indonésie dont le gouvernement a laissé prospérer des officines de synthèse chimique pour revendre des produits de qualité chimique non contrôlée à des parfumeurs peu regardants.
    Je peux vous donnez un exemple vécu. À Mayotte il y a encore quelques petits producteurs d’huile d’ylang-ylang, le produit phare de Guerlain (je ne suis pas certain de l’orthographe). Le laboratoire Guerlain de Mayotte était déjà à moitié en ruine il y a plus de 15 ans. J’aimerais bien savoir dans quel état se trouve la plantation d’ylang-ylang de Guerlain. C’est un arbuste qu’il faut tailler presque toutes les semaines.
    Vous comprendrez donc facilement que les parfumeurs préfèrent acheter à bas prix une cinquantaine de « principes » de synthèse pour fabriquer un parfum : les combinaisons sont infinies … Reste une exception pour la « base » lavande dont la récolte est maintenant entièrement mécanisée mais c’est une exception. Quant aux huiles dites essentielles qu’on trouve dans n’importe quelle boutique de produits dits naturels, laissez-moi rire ! C’est tout du bluff …

  5. Une goutte d’eau oxygénée pour mouiller la brosse, un trait de bicarbonate, et voilà un dentifrice bon marché. Nul besoin de dépenser de telles sommes d’argent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s