Réponse globale à certains commentaires relatifs aux billets « crise climatique ».

 

Je ne suis pas un climatologue et les mathématiques ainsi que la physique que j’ai étudié à l’université sont bien loin mais je me souviens des grands principes de la thermodynamique qui sont essentiels pour comprendre aussi bien un processus chimique ou biochimique que le comportement de l’atmosphère. Nous avons en effet à faire dans ces deux cas de matière « vivante » aussi bien pour l’atmosphère, en perpétuel mouvement en recevant de l’énergie du Soleil, que pour une bactérie qui consomme de l’énergie pour se déplacer ou encore pour un neurone qui a besoin aussi de beaucoup d’énergie pour envoyer un message électrique à un autre neurone. Tout est donc affaire d’énergie comme d’ailleurs en ce qui concerne la société humaine. Sans énergie la société humaine telle que nous la connaissons aujourd’hui rétrograderait non pas d’un siècle ou deux mais de plusieurs millénaires.

L’énergie solaire commande le climat en influant accessoirement sur l’atmosphère mais surtout sur les océans qui sont le seul réservoir significatif de cette énergie en provenance du Soleil et emmagasinée sour forme de chaleur. Les spécialistes estiment que plus de 95 % de l’énergie solaire atteignant la Terre et qui ne se dissipe pas immédiatement vers l’Espace est emmagasinée par les océans et ce sont ces derniers qui « réchauffent » l’atmosphère, et non pas l’inverse, essentiellement par l’évaporation de l’eau qui rétrocèdera l’énergie de vaporisation à l’air quand les nuages se formeront au cours de la condensation de la vapeur d’eau. La théorie de l’effet de serre du CO2 avancée par les « spécialistes » onusiens de l’IPCC n’a jusqu’à présent jamais été confirmée dans les faits (voir par exemple https://doi.org/10.4236/ns.2017.98026 ) car, en effet, elle est en complète contradiction avec le deuxième principe de la thermodynamique et en particulier la loi de Stefan-Boltzman qui ne peut pas s’appliquer dans les approximations utilisées pour concrétiser cette théorie. La théorie de l’effet de serre fait abstraction des océans et de la vapeur d’eau atmosphérique et se concentre sur des gaz pratiquement transparents aux radiations électromagnétiques dans les longueurs d’onde de l’infra-rouge ou en tous les cas dans des longueurs d’onde où la présence de vapeur d’eau masque totalement l’effet infime que pourraient avoir ces gaz.

Maintenant m’accuser de propagande « anti-réchauffement », un véritable blasphème pour certains de mes lecteurs au sens religieux du terme (voir l’illustration), n’est pas approprié car je ne suis guidé que par ma curiosité scientifique. Et quand j’affirme que réchauffement il n’y a plus depuis près de 20 ans, cette affirmation n’est pas personnelle mais elle est issue de travaux scientifiques reconnus et publiés dans des revues à comité de lecture. Comme par exemple le fait que hormis les épisodes El Nino la température moyenne de la Terre n’a pas significativement évolué depuis plus de 20 ans ( doi : 10.18280/ijht.355p0103 ) :

Capture d’écran 2017-12-11 à 12.28.46.png

Ou encore cette autre illustration qui résume l’ensemble des modèles de l’IPCC et les observations réelles jusqu’en 2012 mais rien n’a évolué dans le sens du réchauffement depuis les 5 années suivantes :

Capture d’écran 2017-12-11 à 10.41.06.png

Je ne suis pas un activiste au sens où l’entendent les adeptes de l’Eglise de Scientologie Climatique mais je constate simplement que les théories et les préceptes de l’IPCC sont erronés d’un point de vue strictement scientifique, un point c’est tout. Maintenant m’accuser de prendre parti pour les climato-sceptiques, nullement, ma démarche est strictement personnelle et il m’arrive parfois d’être particulièrement critique au sujet d’un article scientifique publié également dans une revue de renommée internationale (cf le prochain billet relatif à l’homosexualité) car dans bien d’autres domaines étrangers à la climatologie il existe aussi des dérives parfois bien arrangeantes pour confirmer les idées à la mode véhiculées par des groupes de pression financiers aidés par les ONGs bienveillantes et complices des politiciens. Cette conjonction d’intérêts conduit à une dégradation de la qualité des recherches scientifiques comme on a pu le constater avec, pour cette histoire de climat, la fameuse courbe en crosse de hockey, une sorte de « séralinisation » de la science dans bien des domaines. Et c’est un phénomène de société quasiment mondial qui est très inquiétant.

L’exemple du glyphosate est particulièrement démonstratif dans mon esprit d’autant plus que je connais bien cette molécule. L’affaire du glyphosate relève de la plus exécrable dérive politique alimentée par des a priori erronés véhiculés par des ONGs opposées aux plantes génétiquement modifiées qui ont fait de la firme Monsanto leur bête noire. Les plantes résistantes au glyphosate sont devenues au fil des ans la bête noire de ces organisations qui font tout sauf de la science. Des pseudo-scientifiques de l’IARC ont classé le glyphosate comme cancérigène probable sans aucune espèce d’évidence scientifique. De probable ce produit est devenu vraiment toxique et donc cancérigène avéré dans la réthorique de ces propagandistes hautement politisés. Les politiciens qui font également tout sauf de la science, ils oeuvrent surtout pour leur carrière lucrative de politiciens, ont repris les slogans de ces organisations à leur compte. Force est de constater une dérive verbale qui, comme dans bien d’autres domaines de société, peut avoir des conséquences catastrophiques. C’est également le cas de l’énergie nucléaire et on retrouve toujours les mêmes organisations comme Greenpeace, le WWF, en France les Amis de la Terre, et bien d’autres ONGs pour qui la science dévoyée par leurs soins n’est plus qu’un véhicule pour leurs idéologies malthusiennes.

27 réflexions au sujet de « Réponse globale à certains commentaires relatifs aux billets « crise climatique ». »

  1. Votre mise au point vient bien à propos. La nouvelle réunion à Paris de nombreux chefs d’état invités par notre petit président macron ne sert que l’égo de ce responsable qui se veut le leader de la lutte contre le réchauffement et la béatitude de tous les journalistes et chroniqueurs me laisse rêveur : ne lisent-ils pas quelques revues articles, dossiers autres que ceux du GIEC, Greenpeace ou WWF que vous citez. Cette réunion est présentée par les commentateurs à la solde des milliardaires comme une réponse à Trump pour avoir osé se retirer des accords de Paris.

      • Cela rapporte …. à certains ( financiers ,capitalistes, industriels, chercheurs…) au détriment d’autres (impôts). Les mondialistes ( utopie gauchiste) sont aussi prêts à tout car il leur faut légitimer un pouvoir mondial au-dessus des nations … dans notre propre intérêt bien sûr. L’enjeu est donc financier et politique et pas du tout scientifique.

    • La loi de Kirchhof ne s’applique qu’aux corps noirs parfaits. Or la Terre n’est pas un corps noir parfait selon les termes de la loi de Planck ou de la loi de Stefan-Boltzman qui en est une conséquence. C’est justement l’approximation faite par les modèles de l’IPCC qui va à l’encontre de cette loi. Si vous êtes persuadé que l’image de la flamme d’une bougie réfléchie par un miroir froid peut chauffer encore plus la flamme de cette bougie vous êtes dans l’erreur. C’est une illustration simpliste mais réelle de la loi de Stefan-Boltzman. rien d’autre à ajouter.

  2. Un peu de patience, les prochaines années mettront á mal quelques simulations fumeuses. Je n’ai pas encore trouvé le moyen pour des citoyens ordinaires de faire juger ces faussaires et surtout de faire restituer ce qui a été indûment perçu. Seul le tribunal peut condamner des escrocs. On a bien fait payer la tricherie des mesures sur les moteurs allemands, pourquoi pas la supercherie climatique ? L’administration US est bien placée pour faire payer avec sa nouvelle administration. C’est peut être au fond pour cela qu’elle fait peur à certains ? Mais on peut douter qu’elle nous restitue notre argent.

    Si

    • Comme me l’avait écrit lors d’un échange d’e-mail Valentina Zharkova j’espère vivre encore quelques années pour assister à la remise en cause de la théorie du réchauffement climatique d’origine humaine … Elle part avantagée car elle a 10 ans de moins que votre serviteur !

  3. Excellente synthèse et mise au point salutaire Monsieur HENRY 🙂

    Le quidam moyen qui parle de réchauffement climatique d’origine humaine n’a pas la culture scientifique minimale nécessaire pour comprendre de quoi il en retourne, notamment en physique.
    Jusque là, on peut comprendre.
    Mais cette cécité voire cette hystérie touche de surcroît les journalistes, les hommes politiques et une frange de la communauté scientifique qui n’a pas pris soin de faire le ménage dans ses rangs (l’exemple de Gilles-Eric SERALINI est très bien choisi).
    Même les académies des sciences de certains pays comme la France et les USA sont également touchées par ce phénomène d’aveuglement collectif.

    Pourtant les scientifiques climato-sceptiques sont nombreux (https://www.wikiberal.org/wiki/Liste_de_scientifiques_sceptiques_sur_le_réchauffement_climatique) et aujourd’hui parmi les hommes politiques de premier plan, il y a messieurs Trump et Poutine qui expriment leur réticence à dépenser des montagnes d’argent dans une théorie qui n’a pas fait ses preuves.

    La position de monsieur Poutine consiste à dire que s’il y a un réchauffement climatique, il est d’origine naturelle non humaine et tout ce qu’on peut faire est de s’y adapter.
    Ceci me paraît être une réaction politique pleine de sagesse.

    • Jacques BENVENISTE avait comme théorie que l’eau dans la cellule est un vecteur de transmission et/ou de stockage temporaire de l’information qui permet à l’ADN du noyau de répondre aux changements des conditions de milieu (selon le schéma : impression membranaire => expression génétique).
      Pour faire simple, les molécules d’eau seraient des nano-RAM (Random Access Memory)…et du coup si on compare la cellule à un nano-ordinateur, le disque dur cellulaire c’est l’ADN, le processeur l’ARN, la RAM et le bus de la carte mère c’est l’eau, les périphériques d’entrée/sorties les membranes.
      (Les journalistes se sont emparés de l’affaire en parlant abusivement de mémoire de l’eau et en mélangeant cette histoire de mémoire de l’eau avec l’homéopathie.
      Cela a signé l’arrêt de mort de BENVENISTE dans la communauté scientifique).

      Compte-tenu de ce que je sais de la physique quantique, cette théorie ne me parait pas aussi farfelue que cela et donc ne me parait pas de nature à déclencher l’hystérie qu’elle a pu susciter à la fin du siècle dernier (je parle de physique quantique car à partir d’une certaine échelle, au niveau cellulaire, les lois standard de la chimie ne s’appliquent plus, et la physique quantique est d’une certaine façon une théorie physique de l’information).
      Bref, l’eau comme vecteur de transmission de l’information, ce n ‘est pas bête du tout, mais c’est une théorie qui a été dans les années 80 trop en avance sur son temps (DARWIN et WEGENER en savent quelque chose).
      Une certaine Pascale MENTRE a essayé de faire progresser nos connaissances sur l’eau dans la cellule (et s’est fait tailler un costume pour l’hiver).
      Un certain Marc HENRY travaille sur les aspects quantiques de l’eau à l’université de STRASBOURG.
      Luc MONTAGNIER a repris le flambeau avec des universitaires italiens, mais avec un budget proche de zéro et je ne me suis pas documenté pour savoir où ils en sont dans ce domaine qui pourrait être les prémisses d’une future médecine quantique.

  4. Bravo pour ce billet. J’apprécie votre objectivité, la pertinence de vos propos.
    A votre façon vous êtes un disciple de Copernic. La science lui a donné raison…. Continuer.

  5. Vous commencez votre billet en faisant état de vos connaissances scientifiques relativement modestes sur le domaine. Puis vous réduisez la mise en doute des théorie « climatologie-sceptique » à une accusation de propagande anti-réchauffiste…
    Mais vous-même, n’est-ce pas ce que vous faites à longueur de billets : tout argument « réchauffiste » est pour vous de la propagande. Tout scientifique exposant une thèse réchauffiste ou des arguments allant dans ce sens est forcément à la solde du grand complot réchauffiste ! Tous (je dis bien tous !) ces scientifiques sont-ils donc aveugles ou vendus, contrairement à vous ?

    Pourquoi ne pas montrer également, par exemple, les graphiques indiquant l’étendue de la calotte glaciaire arctique et son épaisseur au cours des 20 dernières années ? Iriez-vous jusqu’à dire que toute mesure, tout graphique allant dans le sens opposé de ce que vous pensez est forcément truqué ?

    • Encore quelqu’un qui juge sur la forme à défaut de connaître le fond du sujet.
      La théorie AGW (réchauffement d’origine anthropique) est une théorie qui ne colle pas aux observations, et en sciences, quand une théorie ne colle pas aux observations, on la jette purement et simplement à la poubelle.

      • Sans même parler de la théorie AGW, les observations sont loin de toutes montrer une stagnation des températures, contrairement à ce que vise à démontrer ce billet.

      • OK mettez vos arguments sur la table en nous montrant des faits scientifiques vérifiables.

  6. Pour nourrir la réflexion sur ce sujet qui suscite polémique, je pense que la théorie AGW (réchauffement climatique d’origine anthropogénique), est une fausse barbe pour nous éviter de faire face aux vrais problèmes que posent la prolifération humaine sur la planète :
    – démographie galopante dans certaines zones comme l’Afrique et création de bombes démographiques
    – accès à une nourriture saine et à l’eau potable pour plusieurs milliards de personnes qui vivent sous le seuil de pauvreté
    – accès à la santé et à une instruction/éducation de bonne qualité
    – accès à l’énergie et aux transports
    – accès à l’emploi

    Les 60 ou 90,000 milliards de $ que les COP souhaitent dépenser pour faire baisser la température de quelques ridicules petits degrés seraient mieux utilisés pour traiter les problèmes ci-dessus …y compris dans les vieux pays riches comme le nôtre où les vrais chiffres du chômage et de la pauvreté tutoient les 12 millions de personnes laissés sur le carreau.

  7. Bonjour,
    Je souhaiterais réagir sur une phrase de votre texte ci-dessus : « Les plantes résistantes au glyphosate sont devenues au fil des ans la bête noire de ces organisations qui font tout sauf de la science. » phrase qui arrive comme un cheveu sur la soupe, c’est à dire que l’on ne s’y attendait pas vu que le sujet de ce billet était la crise climatique !?
    Les résistances au glyphosate de la part des adventices sont plutôt le problème des céréaliers qui doivent trouver une solution la moins coûteuse possible pour faire face à ces résistances.
    Vous prétendez bien connaître cette molécule, que proposez-vous comme solution à ces parades que la nature trouve pour faire face aux agressions que l’homme a mis en place dans le cadre de la lutte contre les adventices ?

    • Tout simplement parce que la propagande relative au réchauffement climatique d’origine humaine et la propagande anti-glyphosate relèvent du même type d’obscurantisme ou plutôt d’une utilisation tronquée de la science à des fins idéologiques et politiques. Quant aux résistances au glyphosate je ne peux pas me prononcer au sujet de leur cause biologique car je n’ai pas lu la littérature à ce sujet, probablement une mutation du gène de l’EPSP-synthase. Les laboratoires impliqués dans la protection des plantes recherchent déjà de nouvelles cibles herbicides. J’ai moi-même travaillé dans ce domaine il y a plus de 20 ans et les grandes firmes impliquées dans ces travaux ont certainement dans leurs cartons de nouvelles molécules …

      • Mettons de côté la tentation de l’agriculteur que je suis à augmenter les doses de phyto pour compenser les résistances (avec pour conséquence l’augmentation les concentration des pesticides dans les sols et les nappes phréatiques), recourir à de nouvelles molécules ne serait-ce pas de la fuite en avant ? Les adventices présenteront tôt ou tard des résistances à ces nouvelles molécules. Pas besoin d’être scientifique pour l’affirmer. Le Directeur de l’INRA a été clair à ce sujet et a déclaré récemment lors de son intervention à l’Auditorium de l’Assemblée Nationale que l’INRA ne cherche pas à remplacer une molécule par une autre molécule. Voilà une résolution qui a la couleur du bon sens : on ne lutte pas contre la nature, on apprend à vivre avec elle.

    • Enlevez donc vos mauvaises herbes (=adventices) à la main (=sans glyphosate) puisque vous êtes agriculteur, ça n’emmerdera personne à part vous.
      Par contre, je suis comme Monsieur Jacques Henry, je souhaite que mes enfants aient à manger, et donc que tous les agriculteurs puissent travailler et gagner leur vie dignement…peu importe les moyens.
      Sans vous les agriculteurs, nous sommes tous morts.
      Votre travail est vital pour la Nation.
      Je ne suis pas certain que dans le contexte actuel de mondialisation, nos dirigeants français aient tous compris cela.
      Cordialement, et tous mes respects pour votre travail d’une impérieuse nécessité pour tout un chacun 🙂

  8. @ Denis
    L’INRA a pris des positions dictées par le ministère de l’environnement et ce depuis la fin du mandat de Chirac. Je connais bien cette usine à gaz noyautée par des gauchistes écologistes ultra-politisés. L’INRA était il y a encore 25 ans en position de leader dans le domaine des plantes génétiquement modifiées. Aujourd’hui il est pratiquement interdit de travailler sur ce sujet dans les laboratoires. Dire « on ne lutte pas contre la nature, on apprend à vivre avec elle » est le reflet de l’idéologie qui a envahi l’INRA, le respect de Gaïa, n’importe quoi !
    Je ne sais pas si vous êtes vigneron, céréalier ou producteur de fruits et éventuellement éleveur mais si demain on vous interdit l’usage des pesticides vous n’aurez plus qu’à survivre avec la maigre retraite que daignera vous verser la MSA après vous avoir saigné durant toute votre vie. La recherche agronomique est maintenant entre les mains des Allemands et des Chinois ainsi que, dans une moindre mesure, des Japonais, en France c’est terminé ! Et c’est bien regrettable …

    • Cher ami je n’ai pas pas la même façon que vous de réagir face aux parades que les adventices trouvent contre les herbicides que j’ai employés dans mes champs. Cette réaction qui s’exprime par des résistances à toutes nos molécules depuis les herbicides jusqu’aux antibiotiques en passant par les insecticides et les fongicides, doit nous faire réfléchir. Pour moi, ces résistances sont un constat d’échec d’un système. Nous devons nous poser la question humblement : sommes-nous sur le bon chemin ? Avons-nous tout essayé ? Notre recherche n’est-elle pas encore au stade du balbutiement ? Engageons-nous vers une recherche guidée par une attitude qui nous fait parfois défaut, l’humilité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s