Prescrire des statines : 50 % de diagnostics erronés !!!

Il y a quelques jours j’ai disserté sur ce blog du danger qui guette l’humanité au sujet de la surconsommation d’antibiotiques. J’avais aussi abordé sur ce blog le problème de la prescription inconsidérée des statines et des directives des organismes de santé publique qui abaissent le seuil d’alerte du cholestérol dans le sang pour le plus grand bénéfice des laboratoires pharmaceutiques en dépit des effets secondaires de ces produits. J’ai écrit 6 billets relatifs aux statines et mes lecteurs peuvent les retrouver en utilisant l’onglet recherche sur le site de ce blog.

Les statines sont des inhibiteurs d’un enzyme impliqué dans la synthèse du cholestérol essentiellement au niveau du foie, l’HMG-CoA-réductase (HMGCR). Et le cholestérol, le « mauvais », celui qui est véhiculé dans le sang par les lipoprotéines de faible densité (LDL), est considéré comme un facteur à risque pour le développement des plaques d’athéromes dans les artères pouvant conduire à de graves problèmes cardiaques. Quand un médecin requiert une analyse sanguine celle-ci précise maintenant le cholestérol lié à des lipoprotéines de haute densité (HDL) et celui lié à des LDLs. Les LDLs sont constituées d’une protéine monstrueuse comprenant une chaine polypeptidique de 4563 acides aminés qui se recouvre littéralement de molécules de cholestérol (illustration) et d’autres lipides pour que ces derniers parviennent aux cellules qui en ont besoin pour toutes sortes de fonctions. Cette protéine est l’apolipoprotéine B (ApoB) et elle est synthétisée également dans le foie et dans une moindre mesure au niveau des intestins.

Le corps médical et les biologistes ne se sont pas vraiment intéressé à la quantité d’ApoB dans le sang comme éventuel facteur de risque de maladies cardiovasculaires mais la situation est en train de changer et elle réserve des surprises. C’est une étude dirigée par le Docteur Brian Ference paru dans le numéro du mois de septembre du JAMA (JAMA (2017), 318(10), 947-956) qui vient de semer le trouble dans les certitudes acquises au sujet des LDLs, du cholestérol et des statines.

Au niveau du foie et du sang le cholestérol est transféré depuis les HDLs sur les ApoBs des LDLs par une autre protéine appelée CETP, acronyme de cholesteryl ester transfer protein. L’étude parue dans le JAMA s’est penchée sur les dossiers médicaux de 189539 personnes entre les années 2011 et 2015, période durant laquelle 62240 cas de problèmes de coronaires ont été identifiés. Elle a fait ressortir qu’en réalité le problème du cholestérol sanguin ne résidait pas seulement au niveau des LDLs mais aussi et surtout au niveau de la quantité d’ApoB retrouvée dans le sang car il s’agit d’une mesure directe du nombre de LDLs dans le sang et non plus seulement de la quantité de cholestérol liée à ces LDLs.

L’étude a montré que des variants du gène codant pour la CETP avaient pour résultat un nombre inférieur de LDLs dans le sang et donc un taux inférieur de « mauvais » cholestérol. De ce fait ces sujets étaient moins enclins à développer des problèmes cardiovasculaires. Par contre ils ont aussi repéré des sujets dont l’HMG-CoA-réductase (HMGCR) était sous-exprimée et bien que ces patients présentent un taux affaibli de LDLs ils n’étaient pas pour autant à l’abri d’un accident cardiaque bien qu’ayant par ailleurs un taux d’ApoB normal.

C’est un peu compliqué mais il apparaît donc que pronostiquer un risque de maladie cardiovasculaire en se basant uniquement sur la teneur en cholestérol lié aux LDLs s’avère être erroné. Le corps médical prescrit des statines alors que cette prescription n’a pas lieu d’être pour près de 50 % des patients selon cette étude et a contrario des patients présentant un taux normal de LDLs mais un taux élevé d’ApoB – qui n’est pas recherchée dans les échantillons sanguins – présentent de ce fait des risques élevés de problèmes cardiovasculaires ! Il n’existe pas de produits pour moduler la production d’ApoB. Certaines molécules chimiques sont en cours de développement pour contrecarrer l’activité de la CETP mais pour certaines d’entre elles les essais cliniques en phase III ont dû être abandonnés en raison d’effets indésirables sur la tension artérielle. Les laboratoires pharmaceutiques uniquement motivés par l’appât du gain se sont à l’évidence fourvoyés avec les statines – 50 % de mauvais diagnostics c’est beaucoup – et maintenant ils tentent de rattraper leur dérapage en se focalisant sur les ApoBs, où est l’honnêteté éthique et déontologique dans cette affaire de statines ?

Sources : JAMA et Science magasine (www.sciencemag.org). Illustration LDL avec sa monstrueuse protéine en jaune recouverte de lipides (violet) et de cholestérol (bleu).

3 réflexions au sujet de « Prescrire des statines : 50 % de diagnostics erronés !!! »

  1. Sur les couleurs: l’apolipoprotéine B (apoB) est en bleu. Le orange et violet représentent diverses formes de cholestérol, et au centre de la lipoptotéine, ce sont des lipides, en jaune (c’est une vue avec une partie du « couvercle externe » qui est découpée).

    Sur les chiffres: je ne vois pas dans l’article de JAMA les 50% de mauvais diagnostic. Il est question de 15% d’erreur, dues au fait qu’une lipoprotéine de LDL peut être riche en cholestérol, et une autre appauvrie, ce qui induit, en ne mesurant que le cholestérol LDL, à une estimation parfois erronée du nombre de LDL.

    L’apoB est commune aux molécules dérivées des VLDL, car une fois éjectés du fois, ceux – ci échangent des lipides et du cholestérol avec toutes les autres lipoprotéines en circulation, et en même temps il y a distribution des lipides aux cellules présentes le long des vaisseaux sanguins lors de l’action de l’enzyme.

    Les VLDLs, au fur et à mesure qu’ils s’appauvrissent en lipides, deviennent des IDLs, puis LDL. Un excès de toutes ces molécules en circulation (VLDL,IDL,LDL) rend impossible leur épuration par le foie (= désassemblage, lors du retour veineux, de tout ça, par le foie). Ces molécules (majoritairement des LDLs) s’exposent donc à une oxydation de l’apoB.

    Or, l’apoB est le « conducteur » de la molécule: s’il n’est plus reconnu par le foie (car oxydé), le LDL ne sera pas épuré, et restera en circulation (sanguine) ad vitam (enfin jusqu’à former une plaque athéromateuse).

    Ce qui n’est pas précisé, c »‘est que les HDL peuvent également être oxydés, et tout comme les LDL oxydés, devenir des lipoprotéines petites et denses mais ilmpossibles à épurer: collisions, et plaques à prévoir.

    Voilà pourquoi corréler le LDL cholestérol et le nombre de LDL circulants (cf quantification de l’apoB) permettrait de mieux voir s’il y a beaucoup de LDL dangereuses car oxydées, ou simplement un nombre acceptable de macromolécules très chargées en cholestérol.

  2. Avis personnel et témoignage ….
    La présence de cholestérol « mauvais » est due a une anomalie génétique normalement héréditaire, toutefois le gêne est récessif, c’est a dire que si un sujet porteur du gêne « déficient » a un enfant avec un sujet portant le gêne « normal », la progéniture ne développera pas l’anomalie « mauvais » cholestérol élevé, voir même disparaîtra si tout va bien en bas age chez l’enfant en question, le gêne déficient en question étant récessif.
    Cela laisse ouvert une porte sur toutes les thérapies géniques possibles a tenter d’identifier la bonne source du problème que nous découvrons aujourd’hui: apoB.
    Quant a l’usage des statines, je pense que cela sert a rien, certains membres de ma famille ont des taux de cholestérol élevés et ont en effet souvent des problèmes cardiovasculaires associés a tort ou a raison au cholestérol car il y a beaucoup d’autres facteurs qui contrôlent le rythme cardiaque, dont l’un apparemment est électrique et en relation avec le système digestif et qui semble être le principal.
    La consommation de statines n’y change rien … par contre un régime alimentaire style méditerranéen a permis de faire baisser drastiquement le taux de cholestérol pour le faire tendre vers des valeurs considérées comme normales … pour le rythme cardiaque j’en sais rien ils ont déjà tous un pacemaker dont je n’ai pas encore étudié les données.
    En attendant, que votre alimentation soit votre médecine !!!!

  3. Il y a quelques semaines une émission intéressante sur ce sujet a été présentée sur ARTE. Il en ressortait que le taux de cholestérol n’était pas le problème majeur des maladies cardio-vasculaires. Les statines ne donnent d’ailleurs aucune amélioration dans ce domaine, sauf pour les personnes qui ont déjà eu un problème circulatoire. On ne sait pas pourquoi d’ailleurs. Pour une population citée très significative la mortalité liée aux problèmes cardio-vasculaires suivie pendant de nombreuses années reste constante en dépit d’une prescription de plus en plus importante de statines. Cherchez l’erreur. L’émission mettait en relief l’importance donnée aux cholestérols pour masquer les effets d’excès de sucre.
    Le généraliste référence de l’émission avait un point de vue apparemment réaliste et équilibré modérant des experts Antilles statines aussi catégoriques que les Antilles glyphosates !
    À titre personnel les statines peuvent avoir dans un grand nombre de cas des effets secondaires désastreux sur les muscles et le fonctionnement du cerveau et ce après des mois de traitement, rendant difficile la relation de cause à effet. Même l’ophtalmologiste ne comprenait pas le lien avec des douleurs oculaires… Un œil c’est beaucoup de muscles !!!
    Désolé je ne suis ni médecin, ni biologiste pour argumenter.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s