Invraisemblable, la tuberculose tue près de 2 millions de personnes par an.


En 2015, année des dernières statistiques mondiales publiées par l’OMS (organisation mondiale de la santé ou WHO), 10,4 millions de nouveaux cas de tuberculose ont été recensés entrainant la mort de 1,8 millions de décès directement liés à cette maladie. L’Inde se trouve à l’épicentre de cette catastrophe sanitaire puisque toujours la même année il y a eu dans ce pays un demi-million de morts en raison de cette maladie infectieuse pour laquelle il existe pourtant un vaccin, le BCG, dont l’efficacité a été prouvée dès 1908 par les Professeurs Calmette et Guérin à l’Institut Pasteur de Lille en France.
Le BCG reste le vaccin le plus utilisé dans le monde, 170 millions de doses sont produites chaque année, mais son efficacité requiert des « rappels » périodiques, protocole que la plupart des pays n’ont pas mis en place, et en particulier en Inde. Ce qui devait arriver … arriva. Aujourd’hui certaines souches du Mycobacterium tuberculosis sont devenues résistantes à tous les antibiotiques connus et il s’agit pour l’Inde de tenter une éradication de la maladie. Or un tel programme est immense et extrêmement coûteux puisqu’il a été évalué à 2,5 milliards de dollars par an dans ce seul pays. Il n’y a pas d’autre solution viable que la vaccination obligatoire avec des rappels périodiques, le dépistage des foyers infectieux par les personnels para-médicaux opérant dans les dispensaires, comme cette approche permit au XXe siècle de circonscrire la syphilis par simple identification des personnes porteuses de cette maladie afin qu’elles se soumettent à un traitement adéquat.
Dans la recherche de l’excellence sanitaire dans un pays comme l’Inde qui a pourtant réussi à pratiquement éradiquer la poliomyélite – aucun cas déclaré depuis 5 ans – il s’agit d’un challenge qui peut être atteint à force d’opiniatreté et de civisme.
Source : adapté d’un article paru dans The Conversation, illustration : Reuters

 

11 réflexions au sujet de « Invraisemblable, la tuberculose tue près de 2 millions de personnes par an. »

  1. Sur le site OMS il y a les 6 actions pour éradiquer la tuberculose: c’est de la comm et du bla-bla. Le mot ‘ vaccin  » ne figure pas mais ils parlent de  » stratégie »,  » connaissances »,  » suivi « ,  » soin « ,  » catalyseur » ..Seuls la politique de santé des pays pourra résoudre les problèmes et là, ce n’est pas gagné pour certains ( Pakistan, Nigéria…)

  2. J’ai pensé à cette maladie en entendant, très tard le soir, sur mon balcon, ce cette toux sèche et violente qui me la fit l’envisager.
    La III° république su l’éradiquer à son époque, certes par l’obligation du B.C.G. dans les écoles (moi-même en gardant la trace sur l’épaule), mais aussi par le nettoyage des rues par grandes eaux, l’interdiction de cracher, la difficile et longue mise en place de l’hygiène pour tous et, sûrement, d’autres mesures que j’ignore.
    Il est à noter que depuis une quarantaine d’années le système de santé de la France fut largement affaibli.
    Certes, la tuberculose est un grave problème de santé que les pouvoirs publiques (et non pas public à l’américaine) se devrait de régler, mais la paupérisation de la population et des communes, ainsi que le peu de cas que le gouvernement a du peuple, n’en peuvent qu’en être un frein manifeste.
    Mais, et il me semble qu’il y a potentiellement infiniment plus dangereux, ce serait une pandémie d’une maladie qui, bien qu’ancienne, se révèle également en voie de résister elle aussi aux antibiotiques, telle que la peste.
    Ou une autre, d’origine virale, telle que la grippe.
    Vieille maladie qui ne pourrait que profiter de cet affaiblissement continuel des systèmes de santé un peu partout dans le monde.
    Je me souviens, par exemple, de ce journaliste de France-Info qui, dans les années 80, expliquait qu’il y avait trop de médecins en France et que, de ce fait, le gouvernement d’alors avait décidé de baisser le numérus clausus.
    Aujourd’hui nous pouvons en percevoir les effets.

    • Si j’avais été vacciné avec le BCG je n’aurais pas passé 6 mois à l’âge de 15 en sanatorium, épisode douloureux dont je garde un horrible souvenir qui perturba gravement mon cursus scolaire. J’ai tout de même été reçu au baccalauréat à 20 ans et je suis arrivé finalement au stade de doctorat d’Etat, à l’époque un vrai diplôme qui avait demandé un long travail de laboratoire et qui a été supprimé d’ailleurs dans la lignée de la paupérisation intellectuelle de la jeunesse.
      J’en profite pour rebondir sur les commentaires récents sur l’aspect génétique de l’intelligence. Je nie en bloc cette insinuation qui ne repose sur aucune évidence scientifique. Je suis le 5e d’une famille de 7 enfants et suis le seul à avoir fait des études universitaires longues et difficiles en travaillant également pour survivre. Mes deux aînés ont tous les deux intégré Normale Sup à Paris et c’est surtout l’environnement familial qui a favorisé leur ouverture d’esprit ainsi que cette discipline basique consistant à les suivre dans leurs travaux scolaires et les « faire travailler » à la maison, un poncif que les imbéciles qui sévissent Rue de Grenelle à paris ont supprimé parce que c’est discriminatoire ! Mon dernier fils avait commencé des études universitaires mais a abandonné en route pour diverses raisons. Il s’est réorienté vers l’informatique de haut niveau et a également très bien réussi. L’intelligence, ce ne sont pas les diplômes, c’est surtout une attitude intellectuelle qui ouvre l’individu vers l’extérieur et aussi qui lui procure une certaine aptitude à appréhender ce monde extérieur. Je déplore que certains de mes petits-enfants passent plus de temps sur leur tablette ou leur smart-phone qu’à lire des livres, exercice qui est pourtant fondamental pour construire une forme d’analyse du monde.
      Quant à la quantification de l’intelligence à l’aide de tests, je peux vous assurer que je suis tellement mauvais dans cet exercice qu’on me classerait parmi les idiots du village !!!

      • Jacques Henry, je lis votre blog depuis un moment déjà et je le trouve excellent. Les gens qui se base sur la science et les faits pour tenir une position sur la sélection naturelle, le climat, la nourriture sont rares.
        C’est pourquoi je ne comprend pas votre position sur le QI. Vous devriez vraiment lire des papiers sur ce sujet c’est extrêmement intéressant. Il y a un an environ lorsque j’avais abordé ce sujet vous aviez également pris votre cas personnel en exemple.
        D’une part je ne crois absolument pas que ayez le QI d’une huître, je détecte rapidement les huîtres et elles ne savent pas tenir un blog comme le votre, et quand bien même ce serait le cas il faut être deux pour faire des gosses et j’imagine que vous n’avez pas choisi une femme idiote.
        Ensuite sur la réussite scolaire le QI est important mais pas autant que la Conscientiousness du big 5 qui aussi héréditaire en partie. Les parents jouent très peu, beaucoup moins que les gènes et l’environnement global dans lequel sont plongé les gosses.
        C’est la théorie 50-0-50. 50% pour les gènes, 0 pour l’éducation parentale, 50 pour l’éducation de l’environnement. C’est une moyenne certaine caractéristiques sont 70-10-20 d’autre l’inverses, mais les parents jouent très peu si il n’y a pas de maltraitance majeure.

      • On ne sait tellement rien du cerveau humain que parler d’intelligence est quelque part présomptueux.
        Quant à savoir si cette dernière est innée ou acquise sachant qu’on ignore à quoi sert 90 % de notre ADN (l’ADN non codant), c’est tout aussi présomptueux.
        Par contre, les neurosciences commencent à se développer, et parmi les récents développements, il y a une piste prometteuse : les cellules gliales du cerveau qui permettraient -entre autres- d’accélérer la transmission des influx neuronaux.
        Exit donc le mythe de la relation entre le volume de la boîte crânienne et les facultés intellectuelles (Einstein avait un petit cerveau d’ailleurs).
        De quelles façons ces cellules gliales sont-elles gérées par notre ADN, ou notre environnement ? Pour être bref : on n’en sait encore rien.

      • Agressivité, intelligences, plurielles, cela va de soit, soumission, mémoration, capacités physiques, réactivité, résistance, et bien d’autres,… la question du génétique reste à poser, d’autant plus que l’un ou plusieurs de ces traits pourraient se développer avec le temps, voire s’amenuiser.
        Le monde environnant, y compris celui chimique, biologique, physique ne peut pas ne pas induire, aussi, en hausse ou à la baisse certains d’entre eux.
        Quand à la famille et au génétique, autant le premier peut conduire, au-travers des affectes, des effets pour le moins complexes, bénéfiques comme maléfiques, autant pour ce qu’il en est du second,le sujet est, depuis de nombreuses décennies, extrêmement sensible…
        Quoi qu’il en soit, l’intelligence est multiple, et le principal serait, dans un premier temps, à ce que la ou les courbes de Gauss tendent à se déplacer vers la droite plutôt que vers la gauche, ce qui, parait-il, survient en ce moment.
        Ce fut vers 8, 9 ans que je fus vacciné par le B.C.G., voire même avant, vers donc aux environs de1966.
        Il m’avais semblé que c’était sous la troisième république que ce processus d’obligation avait débuté, ou alors ce fut en raison d’une municipalité au maire dynamique, ou bien même communiste.
        Si quelqu’un a des renseignements sur ce sujet…?

  3. Ce n’est donc pas Jacques mais un grand frère qui m’a enseigné la physique comme professeur après normale supérieure comme appelé scientifique… Il nous a fourni les éléments pour essayer d’avoir quelque rigueur dans le raisonnement. Je lui en sais gré et pense que la famille y est pour quelque chose, génétique et culture étroitement imbriquées. A la campagne on dit que les chats ne font pas des chiens… C’est un fait !!!

  4. La résurgence d’anciennes maladies infectieuses est un problème très sérieux.
    Il semblerait que la peste soit de retour à Madagascar et probablement aux Seychelles…
    alors chez nous, la rougeole regagne du terrain.
    L’antibiothérapie connaît des limites avec les souches multirésistantes.
    Il va falloir revenir de façon massive aux fondamentaux de l’hygiène et de la vaccination.

  5. Selon ma propre expérience la tuberculose ne s’attrape pas très facilement !
    Le personnel médical traitant les tuberculeux ne tombe pas malade.
    Le bacille de Koch ne peut se développer a mon sens que chez des hôtes aux systèmes immunitaires déjà bien affaiblis comme les séropositifs, les drogués, mais aussi les gens mal nourris ou encore très faibles pour une raison ou une autre.
    Si la tuberculose gagne du terrain dans le monde, c’est probablement a cause de la famine/mal-nutrition dans les pays concernés.

    • Mon « expérience personnelle » contredit la votre ! J’ai contracté la tuberculose alors que j’étais en pension chez les curés. Ces cons avaient accepté un élève dont les parents étaient notoirement tuberculeux par bonté d’âme … Résultat nous avons été 7 élèves contaminés et nous nous sommes tous retrouvés dans le même sanatorium. Le scandale a été étouffé mais j’en ai toujours voulu aux curés depuis cet épisode de ma vie. Maintenant en ce qui concerne le personnel hospitalier une de mes tantes était assistante sociale dans l’hôpital des tuberculeux de Lyon. Elle a aussi attrapé la maladie … Je vous signale qu’il y a une recrudescence de tuberculose dans la banlieue nord de Paris et que je sache la France n’est pas un pays « pauvre » (encore que …)

      • C’est curieux tout de même, pour ma part, je fus en contact avec des tuberculeux, je n’ai jamais contracté la tuberculose sans prendre la précaution de mettre toujours un masque en papier ….
        Ni aucune personne en charge d’elles et cela dans des pays ou cette maladie est récurrente sic Amérique latine (elle atteint surtout les séropositifs, les drogués et les vraiment mal nourris …).
        Je reconnais tout de fois que pour minimiser les risques, il est meilleur d’isoler les personnes concernées pendant le début du traitement.
        Une fois le traitement des sujets commencé, la propagation est quasi inexistante même sur des individus montrant toutes les prédispositions.
        Voila mon constant actuel et bien entendu personnel.
        Le fait que cette maladie « apparaisse » de nouveau sur le territoire européen est sans doute une conséquence secondaire de plus de l’afflux massif de migrants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s