Comment vivaient nos cousins les hommes de Néandertal ?

Après le séquençage de l’ADN d’une femme néandertalienne dont le squelette fut retrouvé dans les montagnes de l’Altaï au sud de la Sibérie et datant de 122000 ans, l’équipe du Professeur Svante Pääbo du Max Planck Institute de Leipzig a réussi à séquencer la totalité de l’ADN d’un autre Néandertalien. Celle-ci, puisqu’il s’agit aussi d’une femme, vivait il y a 52000 ans et a été découverte dans une grotte en Croatie. Le fait de disposer de ces deux informations génétiques a fait progresser la compréhension au sujet du mode de vie de ces êtres humains qui s’étaient établi en Europe bien avant que l’homme moderne ne vienne s’y implante après avoir quitté l’Afrique il y a une centaine de milliers d’années. Il est maintenant reconnu que l’homme moderne d’Europe mais pas d’Afrique a « fricoté » avec les Néandertaliens puisqu’il possède dans son génome entre 1,8 et 2,6 % de gènes en provenance de ces cousins éloignés. Certains spécialistes ont incriminé ces gènes qui seraient à l’origine de perturbations métaboliques dont certaines populations souffrent aujourd’hui mais sans apporter de preuves formelles car il faudrait réunir plus d’information sur ces « cousins » néandertaliens.

À propos de cousinage, l’ADN de la néandertalienne de l’Altaï a mis en évidence une forte endogamie, en d’autres termes le mode de vie de ces petits groupes de chasseurs-ceuilleurs relativement isolés les uns des autres autorisait en quelque sorte des unions entre cousins ou oncles et nièces. Ce comportement sociétal n’a pas été retrouvé dans l’ADN de la femme de Croatie et il est probable, durant les 70000 années qui ont séparé ces deux spéciments, que la population néandertalienne s’était suffisamment étoffée pour que les unions consanguines aient disparu. Le séquençage de l’ADN de 4 spécimens d’homme moderne datant de 34000 ans et provenant du site de Sunghir en Russie, cette fois tous des hommes, ont indiqué qu’il n’existait pas d’endogamie dans cette population et que donc, comme pour la néandertalienne de Croatie, les hommes (ou les femmes) allaient chercher leur partenaire en dehors de leur clan ou tribu.

Ces observations pourraient apporter une explication à la disparition inexpliquée des Néandertaliens il y a environ 35000 ans. En effet l’endogamie provoque non seulement des malformations physiques et une faiblesse du système immunitaire mais également un amoindrissement des facultés intellectuelles. C’est peut-être la raison pour laquelle ces hommes « anciens » par opposition aux hommes « modernes » ont fini par disparaître malgré des croisements avec ces derniers. Les Néandertaliens n’étaient pas aussi primitifs qu’on a tendance à le croire car ils enterraient leurs morts, confectionnaient des bijoux ou parures, fabriquaient des outils et des armes pour la chasse. Ont-ils acquis ces comportements des hommes modernes nouvellement arrivés sur leur territoire, nul ne le sait. Il faudra encore réaliser beaucoup de travaux pour se faire une idée précise de l’interaction génétique entre eux et l’homme moderne. Ce qui reste troublant est l’absence totale de SNPs (single nucleotide polymorphism) d’origine néandertalienne dans l’ADN mitochondrial de l’homme moderne. Seul l’ADN nucléaire a hérité de ces SNPs. L’ADN mitochondrial n’est transmis que par la mère et cette observation ouvre la porte à toutes sortes de spéculations. Les hybrides homme moderne-néandertalien de sexe féminin étaient-ils stériles ? Il faudra encore beaucoup de travaux pour apporter une réponse catégorique à cette question …

Source : Science Magazine

18 réflexions au sujet de « Comment vivaient nos cousins les hommes de Néandertal ? »

  1. « En effet l’endogamie provoque non seulement des malformations physiques et une faiblesse du système immunitaire mais également un amoindrissement des facultés intellectuelles. » Qu’est ce qui permet de dire cela? L’endogamie ne fait que faire ressortir les gènes récessifs, qui peuvent être porteurs de caractéristiques favorables ou non. A ma connaissance il a même été montré ( pour l’espèce humaine) que le métissage entre des génotypes intelligents et des génotypes peu intelligents ne permettait pas de garder le niveau d’intelligence du parent intelligent ( il n’y a pas d’hétérosis comme pour le mais!!). Si on croise une race de chien intelligent avec une autre qui ne l’est pas l’hybride n’aura pas le niveau d’intelligence de la race « intelligente ».Idem pour les vaches, chevaux et autres …pour d’autres caractéristiques.

    • Pour voir de vos yeux les résultats de l’endogamie persistant depuis plus d’un siècle je vous conseille d’aller à Joal-Fadiouth au sud du Sénégal mais au nord de la Gambie, plus précisément dans le district de Mbour près du delta du Saloun.
      Il y a une île artificielle constituée de détritus variés reliée à Joal par un pont en bois afin d’isoler les chrétiens qui habitent à Fadiouth des musulmans habitant à Joal sur la côte. Si vous vous promenez dans ce village vous rencontrerez des jeunes de 15 ans à qui on donne volontiers 40 ans, de nombreuses personnes marchant avec des béquilles rudimentaires, des enfants qui pourraient ravir le casting d’un film d’horreur. Depuis plus de 100 ans ces gens sont coupés pratiquement du monde par les musulmans. Il ne peuvent pas chercher une âme soeur ailleurs que dans le village et je peux vous affirmer que l’endogamie y a fait des ravages. Je pense (mais je ne partage cette opinion qu’avec moi-même) que les Néandertaliens ont disparu pour cette raison ou ont peut-être été massacrés systématiquement par les « hommes modernes » dont nous faisons partie et les guerres et les massacres sont inscrits dans nos gènes !!!

      • L’endogamie est une chose et le nombre d’individus en est une autre. Effectivement, si le nombre d’individus est trop faible il peut ne pas y avoir assez de mutations permettant de s’adapter à un changement drastique de l’environnement. Dans le cas de Faddouh c’est qu’il y avait à la base des  » tares  » au départ ( au sens génétique du terme ) .

      • Jusqu’au 19 siècle l’endogamie a été largement répandue partout.Voir les études génétiques récentes faites sur les islandais ( endogamie depuis l’arrivée des viking) qui challengent l’idée reçue selonlaquelle sans métissage c’est la catastrophe. Voir aussi les études génétiques faites en Israel sur les juifs ( sur les cas d’endogamie importante).
        Les choses ne sont pas simples car avec l’exogamie les gènes  » délétères  » ( impliqués dans le système immunitaire, cancers, hypertensions et autres problèmes) sont dispersés partout! Il y a aussi l’effet de la sélection voulue ( certains individus sont préférentiellement choisis pour la reproduction) ou non .

    • « génotypes intelligents »…wouahhhh….c’est une rhétorique que les Nazis utilisaient fréquemment…attention au choix des mots SVP !

  2. L’endogamie est en effet l’ennemi de la méïose, et c’est ce qui conduit à la dégénérescence des individus concernés…il suffit de regarder l’état de santé des rois de France pour toucher le problème du doigt.
    Conclusion : c’est le mariage de nos différences génétiques qui nous rend plus forts.

    • PS : parler de transmission d’intelligence est une hérésie scientifique.
      Il faut d’abord définir l’intelligence.
      Les scientifiques préfèrent parler « d’aptitudes cognitives » (logico-mathématiques, linguistiques, kinesthésiques, spatiales, émotionnelles, musicales, etc…).
      Les liens entre ces aptitudes et leur transmission n’a pour le moment débouché sur rien.

      • Libre à vous de nier les progrès de la science au prétexte qu’elle ne correspondrait pas au  » politiquement correct  » avec laquelle vous avez été biberonné. Il y a bien une part génétique de l’intelligence ( quelque soient les tests de QI utilisés , pourtant nombreux et mesurant les différents types d’intelligence que vous mentionnez, ). Ceci est un fait observable : par contre, personne n’en connait les causes ( les plus intelligents étant des gens originaires d’une partie de l’asie, puis des européens et ainsi de suite). Ceci ne signifie pas que tous les asiatiques ou européens sont intelligents bien sûr mais ils sont sur représentés parmi les gens les plus intelligents.Certains font l’hypothèse que ce sont les peuples soumis à un climat très froid qui sont les plus intelligents ( sélection sur le critère intelligence pour survivre dans ces conditions?). race’.

  3. de Camembert Electrique à Prolux :
    Franchement, je ne comprends rien à vos propos (ce qui est rare chez moi).
    Pourriez-vous s’il vous plaît reformuler ce que vous venez d’exprimer dans un français intelligible et surtout en évitant de faire référence à la science ?
    Merci infiniment 🙂

  4. L’intelligence est-elle héréditaire : voir ce billet très succinct (en anglais) pour le point de vue scientifique sur le sujet –> https://ghr.nlm.nih.gov/primer/traits/intelligence
    Autres clés de déchiffrement et de réflexion :
    1 – Les être humains partagent 99.5 % de leur ADN
    2 – On ne sait pas encore définir l’intelligence de façon rigoureuse
    3 – Les tests de QI ne mesurent que l’intelligence logico-mathématique et des savoirs de bases enseignés à l’école
    4 – l’environnement joue un rôle très important (les écoles privées prestigieuses au Royaume-Uni et aux Etats-Unis sont un lieu de formation des élites, tout comme Polytechnique ou Normale Sup en France)
    5 – Si l’intelligence était transmissible, les personnes intelligentes auraient tôt fait de s’assembler et de prendre le pouvoir (comme Homo Sapiens sur Homo Neanderthalensis), et les prix Nobel seraient distribués toujours aux mêmes.

    • L’article mentionne que 50% de l’intelligence est liée à la génétique.L’auteur ne donne pas beaucoup d’arguments
      Ref point 1 : on partage 98 % de notre ADN avec le chimpanze et 30% avec certaines plantes: ceci ne prouve rien.Des différences minimes dans le génôme génèrent de très grosses différences ( ex homme-femme)
      Point 4 : cela ne prouve pas que l’éducation rend intelligents des gens qui ne le sont pas.Ces écoles sélectionnent les plus intelligents pour en faire une élite.
      Point 5 : oui et c’est ce que l’on observe avec l’oligarchie prônée par les mondialistes. Parmi les prix Nobel en science absence totale de noirs ( y compris américains dans un milieu éduqué) et sur représentation des juifs par ex ( 40 % vs < 0,1 % de la population mondiale)
      https://www.intelligence-humaine.com/intelligence-est-genetique/
      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1323
      je comprends la frustration d'admettre que les choses sont déterminées à 60/ 80 % mais cela semble bien être le cas.L'éducation permet de bénéficier de l'intelligence si elle existe … ou de la masquer ( idéologies totalitaires)..
      http://sciencepost.fr/2017/05/quarante-nouveaux-genes-associes-a-lintelligence-identifies/
      La génétique livrera bien des choses lors de ce siècle ( comme l'informatique au siècle dernier): attendons nous à des surprises et soyons prêts à remettre en cause certaines assertions.

      • « L’article mentionne que 50% de l’intelligence est liée à la génétique » : inexact, merci de relire le texte d’origine –>  » Other studies have examined variations across the entire genomes of many people (an approach called genome-wide association studies or GWAS) to determine whether any specific areas of the genome are associated with IQ. These studies have not conclusively identified any genes that underlie differences in intelligence. »

        Bref tant qu’on ne caractérisera pas l’intelligence de façon fine, il sera illusoire d’aller chercher une quelconque correspondance dans un génome dont on ne connait presque rien (les gènes codant pour la biosynthèse des protéines sont identifiés dans les grandes largeurs, et tout le reste, ce que Francis Crick appelait « le junk DNA » est « terra incognita » pour le moment).

        Je suis d’accord avec vous pour dire qu’il ne faut pas confondre intelligence et instruction…et que les prix Nobel sont donnés de façon préférentielle à certains groupes de chercheurs (les anglo-saxons pour être clair).

  5. @camenbert électrique 16h 05
    la phrase du dessus est :These studies suggest that genetic factors underlie about 50 percent of the difference in intelligence among individuals
    L’article dit qu’il na pas été identifié les gènes en cause ( ce que contestent d’ailleurs d’autres études plus récentes qui en ont identifié une cinquantaine) mais ne conteste pas le rôle important d e la génétique,ce qui ne s’oppose pas bien sûr au rôle de l’environnement qui est aussi important.

  6. J’aime bien la chute de l’article … au sujet de la mère …. il y a pas le gène que l’on attend !
    C’est pure spéculation, mais ce bébé ne serait il pas alors le résultat d’une manipulation génétique ou encore un embryon « modifié » placé dans une « mère » porteuse … ?
    A la lecture de l’article je me demande encore une chose.
    La théorie de l’évolution de Darwin tient elle encore la route ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s