Obésité et cancer : un lien ?

Obésité et cancer : un lien ?

L’illustration ci-dessus se passe de commentaires. Ça se passe à New-York, inutile de le préciser (source Associated Press). Cette photo appelle déjà un commentaire cinglant : les femmes n’ont plus aucun respect de leur corps. Elles se laissent envahir par de la mauvaise graisse, mangent n’importe quoi et ensuite elles se plaignent auprès de leur médecin car elles ont des difficultés pour marcher – un détail, la canne – ou pour se torcher le c**, beaucoup plus prosaïquement. Je suis délibérément cru dans mon propos qui décrit parfaitement la réalité. Il en est de même pour les hommes, je ne voudrais pas être taxé de misogynie … Bref, les statistiques américaines relatives à la santé ont conclu qu’en 2014 six-cent-trente mille cancers, soit 40 % des cancers décrits et répertoriés par l’administration, avaient été provoqués par le surpoids ou l’obésité ! Il est important sinon honnête de rapprocher cette statistique d’une autre donnée tout aussi officielle : aux USA 71 % de la population souffre de sur-poids ou d’obésité pathologique. L’obésité favorise donc, si mes calculs sont exacts, l’apparition de 29 % de la totalité des cancers. Parmi les cancers liés à l’obésité on retrouve, toujours selon le NIH (National Institute of Health) douze types de ces derniers : oesophage, thyroïde, vésicule biliaire, estomac, sein, foie, pancréas, rein, ovaires, utérus, côlon et rectum. C’est beaucoup ! Mais pas autant qu’on pourrait avoir tendance à le croire en rapprochant les cas de cancers et l’obésité. Encore une étude statistique sans valeur aucune qui compare des serpillières et des mouchoirs de soie … L’obésité favorise beaucoup plus significativement les maladies cardio-vasculaires, l’apparition de diabète (avec ses conséquences variées) et divers troubles squelettiques et circulatoires. Manger avec modération est incontestablement salutaire pour la santé en général. Notre corps nous est « confié » à la naissance, alors pourquoi ne pas en prendre soin comme on prend soin de sa voiture ou de sa maison. Il s’agit d’une forme de respect fondamental de la vie, mais c’est un autre débat.

Source : ats

8 réflexions au sujet de « Obésité et cancer : un lien ? »

  1. Le lien est évident, semble t’il, pour certains cancers; pour d’autres , dont la prévalence est actuellement faible (eg oesophage historiquement lié à l’alcoolisme et / ou tabagisme, vésicule biliaire) le lien même si il est « certain » n’induit pas une explosion des cas recensés ; pour le cancer du pancréas il semblerait que l’association obésité+tabagisme soit spécialement délétère. Par contre il semblerait bien que l’obésité soit un facteur pronostic péjoratif (pas de référence, simplement mes souvenirs de formations récentes).
    En tant que modeste professionnel de santé je pense que l’approche « monofactorielle » des pathologies tumorales est an partie erronée, s’agissant de situations multifactorielles; ceci sans contester l’existence d’un important facteur de risque lié à l’obésité (reste à déterminer le seuil à partir l’effet se manifeste).

  2. La plupart des gens ne peuvent pas « manger avec modération » si c’est du junk food comme trop souvent aux US ou dans les pays développés. Un singe nu ne peut pas fonctionner correctement
    dans ces conditions.
    Il est d’ailleurs particulièrement amusant de constater que les obèses sont essentiellement bien là où il y a nourriture, agriculture et élevage industriels, OGM, pesticides, médecins, hôpitaux, vaccinations, hygiène, voitures, ascenseurs, climatiseurs etc en veux-tu en voilà.
    Dans la brousse africaine où toutes ces merveilles ne sont pas encore arrivées, je n’en vois pas trop.

    • « vaccinations »
      La fête à la noce 😆

      Que la nourriture abondante très calorique sous forme de sucre soit incriminable, pourquoi pas. mais les vaccins ❓

  3. Pour comprendre et toucher du doigt le problème de l’obésité aux Etats-Unis, les images et les témoignages sont indispensables.
    Le reportage suivant, loin d’être parfait, nous permet de mieux appréhender cette maladie non infectieuse dont les causes ne sont pas purement liées à la qualité des aliments mais également à des comportements sociaux difficiles à comprendre quand on a grandi en Europe :

    • Igual acqui ! J’habite à Tenerife et je suis éberlué par le nombre de personnes en surpoids évident ou carrément obèses, femmes, hommes et de plus en plus d’enfants. J’ai questionné ma novia qui n’est pas en surpoids fort heureusement et je lui ai demandé pourquoi la province des Canaries comptait autant d’obèses, la première d’Espagne en terme de d’obésité.
      Sa réponse m’a troublé. Durant de nombreuses générations les Canariens étaient des laissés-pour-compte pour Madrid. Ces îles n’avaient qu’une importance stratégique et produisaient accessoirement du sucre de canne, du tabac et ensuite des bananes, et maintenant aussi des primeurs. Les Canariens avaient pris pour habitude de faire des réserves de nourriture et se goinfraient quand ils avaient de quoi manger … car les disettes n’étaient pas rares en dehors du poisson naturellement.
      Aujourd’hui il suffit d’aller au supermarché pour trouver tout ce que l’on veut mais cette habitude que l’on pourrait croire inscrite dans les gènes des Canariens fait qu’ils se goinfrent toujours : 4 voire 5 repas par jour, et je ne vous décris même pas tout ce qui se trouve sur la table. J’ai été invité plusieurs fois à dîner chez des locaux et j’étais gêné car je ne faisais que grignoter un plat sur 2, ce qui pour eux est presque un manque de politesse … C’est une autre explication mais qui n’est pas généralisable naturellement.

      • Je comprends, et vous avez raison : la peur de manquer gouverne souvent les comportements alimentaires dangereux.

  4. L’OMS vient de publier un communiqué qui indique que les cas d’obésité ont été multiplié par 10 en40 ans chez les enfants et les adolescents –> http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2017/increase-childhood-obesity/fr/

    Ceci est basé sur une étude -probablement financée par l’OMS- d’une université prestigieuse (l’Imperial College) basée à Londres, dans un magnifique quartier de cette capitale; l’OMS rapporte ceci :
    « Le principal auteur de l’étude, le Professeur Majid Ezzati de l’École de santé publique de l’Imperial College London, précise: «au cours des quatre dernières décennies, les taux d’obésité chez les enfants et les adolescents ont grimpé en flèche dans le monde entier, et la tendance se poursuit dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Plus récemment, ils se sont stabilisés dans les pays à revenu élevé, mais les niveaux d’obésité restent toutefois inacceptables».
    «Ces tendances inquiétantes reflètent l’impact de la commercialisation des produits alimentaires et des politiques dans ce domaine à l’échelle mondiale, avec des aliments sains et nutritifs trop chers pour les familles et les communautés défavorisées. La tendance laisse entrevoir une génération d’enfants et d’adolescents grandissant en étant obèses et exposés à un plus grand risque de maladies comme le diabète», ajoute le Professeur Ezzati. «Il nous faut les moyens de faire en sorte que les aliments sains et nutritifs soient davantage disponibles, dans les foyers comme dans les écoles, en particulier dans les familles et les communautés défavorisées, et des règlements et des taxes pour protéger les enfants des aliments nocifs pour leur santé.» »

    Je trouve dommage qu’on accuse les industries alimentaires qui proposent des produits sains (au sens hygiénique du terme) et bon marché à portée de toutes les bourses.

    Je pense que l’obésité infantile trouve son origine dans une chose que nos grand-mères connaissaient bien : l’éducation alimentaire, qui a petit à petit disparu aujourd’hui dans de nombreuses familles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s