La crevette d’élevage asiatique : un eldorado risqué

Capture d’écran 2017-08-13 à 11.56.18.png

 

Lors d’un séjour en Thaïlande il y a une douzaine d’années j’eus le loisir de satisfaire ma curiosité en allant flâner autour d’élevages de crevettes. La Thaïlande est bien connue pour sa production massive de riz à la faveur de trois récoltes par an et avec le tourisme le riz représente une part importante des entrées de devises étrangères dans le pays. Mais les agriculteurs se sont rendu compte que si la configuration de leur rizière s’y prêtait il était infiniment plus lucratif de transformer les paddies en bassins pour y élever des crevettes. Il suffit de pomper de l’eau de mer si l’exploitation agricole n’est pas trop éloignée de la mer et d’oxygéner le paddy à l’aide jets qui propulsent un peu d’eau dans l’air. Reste un détail qui échappe aux consommateurs occidentaux car la Thaïlande est devenue avec les années le premier exportateur de crevettes du monde : la nourriture offerte à ces crustacés naturellement détritivores. Ils mangent tout simplement de la merde et je pèse mes mots. Des sociétés peu scrupuleuses conditionnent n’importe quoi, depuis les déchets des restaurants et des grands magasins jusqu’aux résidus des abattoirs de poulets et de porcs pour les transformer en granulés auxquels ont été ajoutés des cocktails d’antibiotiques et de fongicides pour produire des crevettes qui figureront sur la carte des restaurants européens. Les mauvaises langues prétendent même que les fientes des élevages de poulets servent également de nourriture aux crevettes, ce qui est possible sinon probable …

Depuis cette visite je n’ai plus jamais mangé de crevettes … Avec une quinzaine d’années de retard les riziculteurs vietnamiens du delta du Mékong ont copié leurs collègues thaïlandais et cette région au biotope fragile est maintenant un producteur industriel de crevettes. Non seulement les rizières ont été reconverties mais des bassins ont été créés de toute pièce dans les mangroves. Or les palétuviers sont essentiels pour la stabilité de cette région qui est une immense plaine alluviale facilement sujette à l’érosion et un écosystème fragile. L’irrigation intensive durant la saison sèche a entrainé une augmentation de la teneur en sel des paddies et un grand nombre de riziculteurs se sont reconverti à l’élevage de crevettes beaucoup plus lucratif que la production de riz. Le gouvernement vietnamien tente de contrôler l’extension de cet élevage mais les entrées de devises ont eu leur dernier mot dans le débat et c’est peut-être le futur du delta du Mékong qui pourrait en subir les conséquences …

Source IUCN, illustration AFP

Une réflexion au sujet de « La crevette d’élevage asiatique : un eldorado risqué »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s