De la peau de morue pour les brûlures !

Capture d’écran 2017-07-08 à 16.18.35.png

La société Kerecis, sise dans l’un des villages les plus septentrionaux de l’Islande, le cercle polaire arctique se trouve en effet à moins de 50 kilomètres plus au nord, développe une peau de remplacement pour les blessures qui ne cicatrisent que très difficilement. Cette peau n’est pas artificielle mais provient des morues, le petit port d’Isafjordur (illustration Mish Shedlock) où s’est installé cette société est en effet un port de pêche important dans cette presqu’île inaccessible depuis le reste de l’Islande une grande partie de l’année en raison des chutes de neige qui bloquent les routes allant vers Reykjavik, j’en ai fait l’expérience en une fin de mois de juin il y a maintenant bien des années.

Le Docteur Baldur Baldursson, directeur médical de Kerecis a dirigé des essais cliniques en grande partie financés par l’administration américaine des vétérans (VA) qui ont montré que la peau de morue préparée selon le procédé développé intra muros permettait aux fibroblastes cutanés de coloniser cette structure riche en acides gras omega-3. Les cellules prolifèrent dans la peau du poisson et la cicatrisation est accélérée sans qu’il y ait de risque précoce de rejet. Que l’on se rassure l’épiderme poissoneux finit par être tout de même rejeté quand la cicatrisation est terminée, il n’y a donc pas de risques de peau recouverte d’écailles …

4200x-1.jpg

Ces essais cliniques réalisés au sein des hôpitaux des anciens combattants de l’armée américaine (VA hospitals) sur plus de 160 patients ont été concluants : la peau cicatrise beaucoup plus rapidement qu’avec le substitut souvent utilisé et préparé à partir d’intestin de porc (Oasis Wound Matrix) ou encore avec de la peau humaine prélevée sur des cadavres et préparée par coupures dans une petite machine spéciale pour former une sorte de canevas extensible. La peau de morue peut être également conditionnée de la même manière. Le prochain essai clinique va concerner des patients souffrant de brûlures profondes car la présence d’omega-3 atténue la gravité des processus inflammatoires au niveau des blessures et des brûlures, l’inflammation étant un des principaux facteurs retardant la cicatrisation. On ne peut que souhaiter « bonne pêche » à cette petite société implantée dans une petite ville isolée du reste de l’Islande …

Source : Bloomberg. Illustrations Bloomberg et Mike Shedlock

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s