Le plan Macron de « transition énergétique » : une utopie …

Capture d’écran 2017-05-14 à 12.00.11.png

L’Académie des Sciences française a rendu public un rapport édifiant sur ce qu’il est de bon ton d’appeler la « transition énergétique » car si on est politiquement correct il faut décarboner l’énergie afin de sauver la planète de la fournaise et le nouveau Président de la République française a grosso modo repris les projets mis sur le papier par l’ex de son prédécesseur, la Miss Ségolène alias Grande Prêtresse mondiale du climat. Selon l’idéologie pure et dure des écologistes en ce qui concerne cette transition énergétique il s’agira pour la France de développer les énergies renouvelables, ce qui pourrait dans l’esprit de cet ex-banquier, générer 50 milliards d’investissement, ce n’est pas votre serviteur qui l’affirme mais l’agence Bloomberg. Suivant les principes onusiens de l’ « investissement responsable » BNP Paribas Assest Management a suivi Amundi (Crédit Agricole) en émettant des obligations « vertes » afin de financer ce projet, délirant comme vous allez vous en rendre compte, d’énergies renouvelables pour l’horizon 2023. Ci-dessus en un graphique l’objectif du Sieur Macron (source Bloomberg).

Pour bien comprendre l’absurdité de ce projet il faut faire quelques rappels succincts au sujet de la situation énergétique de la France. Trente-neuf pour cent de toute l’énergie primaire consommée en France provient des 58 réacteurs nucléaires, en d’autres termes deux cinquièmes. Inutile de rappeler ici que les centrales nucléaires ne rejettent aucun CO2 dans l’atmosphère et projeter de remplacer les réacteurs dits vieillissants – mais qui pourraient encore fonctionner sans encombre pendant peut-être encore plus de 30 ans – par des sources d’énergie renouvelable, car ne produisant pas de CO2, est en soi une première aberration. Je rappelle à mes lecteurs que la France se classe deuxième dans le monde après le Québec pour la production d’énergie électrique non carbonée, c’est un fait incontestable malheureusement remis en cause par les écologistes qui ont développé avec le temps une allergie incurable à l’uranium …

Capture d’écran 2017-05-14 à 12.21.28.png

La France produit 416 TWh d’électricité d’origine nucléaire sur un total d’électricité produit de 546 TWh (source Wikipedia, graphique ci-dessus) pour une puissance installée de 61,3 TW électriques répartie sur 58 réacteurs avec un taux de disponibilité de près de 84 %, ce qui constitue une prouesse mondiale que personne n’est en droit de contester. L’énergie nucléaire représente donc le pilier incontournable de la production d’électricité dans ce pays et prétendre faire passer la part du nucléaire de 76 % (actuellement) à 50 % à l’horizon 2025 en remplaçant donc 274 TWh de production par des énergies renouvelables tient du rêve et le rapport de l’Académie des Sciences du 19 Avril 2017 le montre parfaitement.

Par définition les énergies dites renouvelables sont incapables de fournir de l’électricité en continu. Quand il n’y a pas (ou trop) de vent les moulins à vent ne produisent rien du tout et la nuit les panneaux photo-voltaïques ne produisent rien du tout non plus. Le concept de « gratuité » des énergies renouvelables est un leurre économique et surtout idéologique dans lequel Macron s’est engouffré tête baissée car il faut toujours avoir présente une source d’énergie électrique fiable pour pallier à cette intermittence fatale. Le cas de l’Allemagne est exemplaire dans la stupidité de la transition énergétique que ce pays a adopté à la suite de l’accident de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima-Daiichi. Couvrant à grand frais une grande partie de son territoire national de moulins à vent afin d’arrêter tous les réacteurs nucléaires aux alentours de 2025 (la moitié d’entre eux est déjà arrêtée définitivement) ce pays n’a pas réduit d’un gramme ses émissions de CO2 en 6 ans alors que le prix du kW a doublé dans le même temps. C’est du renouvelable, oui, mais pas pour le porte-monnaie des consommateurs et la fameuse (et fumeuse) empreinte carbone de l’Allemagne fait que ce pays est le plus mauvais élève de l’Europe dans ce domaine !

Pour bien faire dans le meilleur des mondes énergétiques (électriques) possibles il faudrait pouvoir stocker l’électricité « verte ». Or la France a atteint ses limites en termes de stockage hydroélectrique. Reste donc le stockage à l’aide batteries d’accumulateurs, toutes les autres technologies de stockage relèvent de l’utopie économique. Selon le plan Macron de transition énergétique, soit 45 GW de puissance électrique renouvelable installée produisant au mieux 2,25 GWh il faudrait disposer afin de stocker cette énergie, tenez-vous bien assis, 372000 tonnes de batteries d’accumulateurs au lithium dont la fabrication nécessiterait 11100 tonnes de lithium, soit 28 % de la production actuelle mondiale de lithium. Ce n’est pas moi qui invente ces chiffres, ils figurent en clair dans le rapport de l’Académie des Sciences. C’est écrit en toutes lettres dans ce rapport : si on voulait stocker deux jours de production électrique française à l’aide de batteries d’accumulateurs (une situation qui pourrait se présenter si le plan Macron est mis en place) il faudrait 12 millions de tonnes de batteries nécessitant pas moins de 360000 tonnes de lithium alors que la production annuelle mondiale de lithium n’est actuellement que de 40000 tonnes !

Restent les véhicules automobiles électriques qui constituent le gros de la consommation d’énergie primaire ainsi que la majeure partie des émissions de CO2 en France. À ce propos je rappelle à mes lecteurs que la fermeture prématurée des deux réacteurs nucléaires de Fessenheim privera de recharge quotidienne 400000 véhicules électriques. Rien qu’à la lueur de toutes ces données il est inutile d’épiloguer, Macron a repris le plan élaboré par l’ex de l’ex-président les yeux fermés et avec une stupidité atterrante. Qui peut croire un instant qu’il fera mieux dans d’autres domaines économiques et sociaux durant son quinquennat ? Pour ma part j’émets de sérieux doutes …

Sources : Wikipedia, Bloomberg et le rapport de l’Académie des Sciences du 19 avril 2017 disponible sur le site de l’Institut de France : http://www.academie-sciences.fr/fr/Libres-points-de-vue-d-academiciens/libres-points-de-vue-d-academiciens-sur-l-energie.html

6 réflexions au sujet de « Le plan Macron de « transition énergétique » : une utopie … »

  1. Macron étant directement sorti du chapeau d’Hollande (mon clavier Google me propose hippopotame à la place… Intéressant) on ne pouvait pas d’attendre à une révolution. Après il doit ratisser autant que possible avec les législatives et ce genre de plan fumeux (c’est le cas de le dire) de transition énergétique doit pas mal marcher pour récupérer des votes d’électeurs pétris de bonne conscience verte.

    • Si vous voulez parler du réchauffement climatique d’origine humaine (anthropique) patientez, dans quelques jours je laisserai un billet sur mon blog qui tente de trouver des explications que l’ai longuement évoqué par ailleurs parmi les quelques 2800 articles que compte ce dernier … S’il s’agit d’énergie nucléaire c’est une autre histoire.

    • La France a échappé à Corine Lepage c’est déjà ça ! Quant à Hulot c’est un opportuniste caricatural pour lequel je nourris le plus profond mépris. C’est un très mauvais point pour Macron !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s