Histoire de vaccination : ahurissant !

Capture d’écran 2017-05-02 à 10.05.38.png

En Allemagne, Italie, Roumanie et Portugal sévissent depuis quelques semaines des épidémies de rougeole. Une petite fille de 6 ans, non vaccinée, est décédée la semaine dernière à la suite d’une complication pulmonaire de cette maladie. Le résultat des campagnes anti-vaccins est donc clair : certains parents risquent la vie de leurs enfants en refusant de les faire vacciner. Ce sont tout simplement des crimes, pire encore des infanticides !

Il n’existe aucune motivation rationnelle pour ne pas faire vacciner ses enfants. Certes, il y a eu quelques cas rarissimes de complications dont le lien de cause à effet avec les vaccins n’a pas été clairement établi. Et pourtant des groupes de pression, des associations variées répandent une propagande mensongère au sujet de la dangerosité des vaccins, une sorte de retour à l’obscurantisme tel qu’il existait en Europe au XVe siècle.

Les anti-vaccins mettent en avant 5 arguments totalement faux. L’autisme est maintenant reconnu pour avoir des causes anténatales et le fait est que les détracteurs des vaccins, en particulier du tri-vaccin rougeole-oreillons-rubéole, soutiennent le fait que l’autisme est une conséquence de la vaccination sur la base d’un article du Docteur Andrew Wakefield qui fut publié en 1998 dans la revue The Lancet. Depuis lors ce monsieur pas très recommandable a été radié de l’ordre des médecins britanniques. Toutes les études tendant à établir un lien entre l’autisme et les vaccins n’ont pu aboutir à un quelconque commencement de preuve.

Le cas du thimerosal, un conservateur organomercuriel ajouté à certains vaccins, est encore plus emblématique du faux combat des anti-vaccins. La controverse de ses potentiels effets sur la santé des enfants a été levée bien avant qu’elle apparaisse car ce produit a été supprimé des formulations des vaccins dès l’année 2001. Toutes les études épidémiologiques réalisées dans plusieurs pays de l’OCDE n’ont jamais pu montrer de différence entre les vaccins contenant du thimerosal et les autres préparations n’en contenant pas quant à l’apparition de troubles neurologiques chez l’enfant. Encore une fausse rumeur.

Ne plus vacciner les enfants les rend plus résistants. Encore une autre fausse affirmation. Les programmes de vaccination permettent aujourd’hui de protéger les enfants contre 14 maladies infectieuses avant l’âge de 2 ans. Certaines propagandes font état d’une « surcharge » du système immunitaire des enfants en bas âge. Cette affirmation est fausse car l’enfant, dans son environnement naturel, est soumis au contact de milliers de bactéries, de virus et de champignons contre lesquels il doit lutter alors que les vaccins multi-valents ne l’exposent qu’à environ 300 substances antigéniques et les programmes de vaccination ne stimulent qu’environ 0,1 % de son système immunitaire. Les progrès récents de la biologie moléculaire et des méthodologies de production des vaccins ont très significativement réduit la présence de ces antigènes non liés aux vaccins eux-mêmes.

Changer les programmes de vaccination en les espaçant dans le temps. Encore une autre idée reçue totalement fantaisiste. Pour, avant l’age de deux ans, vacciner correctement un enfant il faudrait réaliser une injection pour chaque maladie individuellement. Il faudrait par conséquent que l’enfant soit accompagné dans un centre de vaccination au moins 19 fois avant l’âge de 6 ans ! Un pratique qui compliquerait sérieusement le déroulement du programme et par voie de conséquence exposerait l’enfant dans les salles d’attente des centres médicaux à toutes sortes d’attaques virales et bactériennes.

Enfin l’obsolescence de certains vaccins a été mise en cause. Pourquoi un vaccin ayant fait ses preuves depuis de nombreuses années deviendrait-il tout d’un coup inefficace ? Encore un argument totalement fallacieux. Il suffit de rappeler la recrudescence de la tuberculose dans les banlieues des grandes villes européennes et nord-américaines pour constater que le « vieux » BCG qui date du début du XXe siècle fit ses preuves incontestablement. Mais comme une dose de ce vaccin ne rapporte que 0,17 dollars aux compagnies pharmaceutiques il arrive que ce dernier soit régulièrement non disponible d’où une progressive désaffection pour ce vaccin. Vraiment n’importe quoi !

La mode actuelle est de tenter de poursuivre devant les tribunaux les compagnies pharmaceutiques pour obtenir une compensation financière lorsqu’un cas d’enfant vacciné a présenté des troubles trop facilement liés à l’administration du vaccin lui-même. C’est du gros business et ça peut rapporter gros : voilà la réelle motivation des campagnes anti-vaccins, tout simplement déplorable …

Source : Science Magazine

Prochain billet : les effets bénéfiques incontestables de la vaccination.

2 réflexions au sujet de « Histoire de vaccination : ahurissant ! »

  1. Bonjour
    Entièrement d’accord avec vous ! La propagande anti vaccin est littéralement criminelle et sa stupidité insondable ne peut tenir lieu d’excuse !
    Il y a des moments où l’espèce humaine est désespérante !

  2. Oui mais il faudrait que le monde médical montre l’exemple. Il avait été montré que quantité de médecins refusaient de se faire vacciner contre la grippe.Cela alimente bien sûr les suspicions car ils sont les professionnels. Marisol Touraine, lorsqu’elle n’était pas ministre , a jeté les doutes sur les vaccins contre la grippe alors qu’elle est issue d’un milieu médical.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s