Politique française : et la déontologie ?

Capture d’écran 2017-04-03 à 16.06.02.png

J’ignorais qu’il existait à l’Assemblée Nationale française un déontologue, Monsieur Ferdinand Mélin-Soucramanien qui a été promu membre de la Commission très officielle de modernisation de l’action publique par Madame Taubira en 2013 et membre également de la Commission de rénovation et de déontologie de la vie publique, nommé en 2012 par Le Président de la République, Chevalier de la Légion d’Honneur et également Commandeur de l’ordre national du Bénin entre autres distinctions purement honorifiques. Cependant, étant également Chevalier de l’ordre national du mérite, ce monsieur n’a pas vraiment donné de la voix quand l’affaire Fillon a pris de l’ampleur au début de cette année 2017, en tous les cas il n’en a pas eu le mérite.

Interrogé par Ouest-France, ce Monsieur a répondu au sujet de cette affaire Fillon qu’il n’avait rien à dire. Lors d’une réunion récente de la francophonie à Saigon, pilotée par le Québec il était justement question de déontologie dans les divers parlements des pays francophones, tous les participants ont cherché Monsieur Mélin-Soucramanien, il n’avait pas daigné faire le voyage et son assistante (parlementaire ?) était en rendez-vous avec l’Ambassadeur de France au Viet-Nam … tiens, tiens ?

Ce genre de nouvelle qui est passée largement inaperçue dans tous les médias français sans exception prouve, s’il fallait encore apporter d’autres arguments, que cette « affaire Fillon » est bien pilotée depuis le château : silence Monsieur Mélin-Soucramanien !

Le député québécois a déclaré lors de cette réunion, je cite : « À quoi sert le déontologue en chef d’un parlement s’il ne dit rien sur un scandale planétaire ? » Pour résumer la France est prise en flagrant délit de faute morale, le monde entier en débat mais sans elle. La déontologie au Parlement français ? Circulez, il n’y a rien à voir … Tout est dit !

Source et illustration : Le Temps (Genève)

2 réflexions au sujet de « Politique française : et la déontologie ? »

  1. Nous votons clairement pour entretenir une dictature d’embusqués et de parasites.
    La classe politique coûte aux contribuables français environ 15 milliards d’Euros en salaires, primes, émoluments, honoraires, indemnités, réserves etc…
    Plus, bien sur, le prix occulte de la corruption, des enveloppes, des valises de billets, des cadeaux en nature etc…
    On pourrait remplacer toute cette pourriture par une simple appli web, et faire que les lois soient rédigées et votées en permanence directement par la peuple sachant lire et écrire.
    Un simple petite équipe d’informaticiens assermentés (plus deux ou trois juristes rédacteurs pour corriger l’orthographe et la grammaire) la gèrent pour l’exécutif. Je me sens capable d´écrire ma partie du code, ce n’est pas du lourd, c’est de la simple BDD en réseau.
    Et même en offrant un Compaq haut de gamme à chaque ménage français, ça coûterait moins cher.
    Mais ne rêvons pas, ce serait la démocratie primitive mise en pratique. Pas de ça, Lisette !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s