Et si le monde allait manquer de phosphate ?

Capture d’écran 2017-03-23 à 10.42.59.png

J’ai écrit sur ce blog un bref billet le 24 décembre 2016 relatif à la situation politique assez alarmante du Sahara Occidental qui a été annexé en 1975 par le Maroc sans que la population locale ait été consultée contrairement à ce qui s’est passé récemment en Crimée en vertu du droit des populations à disposer d’elles-mêmes, un principe écrit dans la charte des Nations-Unies. Ce n’est pas par hasard que le Maroc a annexé cette bande de désert et la protège jalousement après avoir expulsé ses habitants en l’ayant entourée d’un mur pratiquement infranchissable car ce désert contient les plus importants gisements de phosphate du monde et son annexion a plus que doublé celles existant préalablement au Maroc. Selon l’USGS, le bureau géologique américain, le Maroc détient 72 % des réserves de minerai de la planète sous forme de phosphorites (données en milliers de tonnes, la production mondiale en 2015 était de 223 millions de tonnes) :

Capture d’écran 2017-03-23 à 10.23.54.png

Comme on peut le constater à la lecture de ce tableau, en ne prenant en compte que les grandes mines de phosphorite, la Chine aura rapidement épuisé ses réserves. Dans 40 ans à peine la situation deviendra alors mondialement critique. Le Maroc aura de facto acquis le monopole mondial du phosphate et sera un acteur stratégique incontournable pour tous les pays du monde sans exception.

Capture d’écran 2017-03-23 à 16.17.17.png

Or il n’existe aucun substitut au phosphate pour la production d’engrais et c’est la raison pour laquelle le Maroc est courtisé par tous les pays du monde qui dépendent et seront encore plus dépendants de ce pays dans les prochaines années pour leur agriculture. Certes des gisements de phosphorite ont été identifiés sur les plateaux continentaux, au large de la Namibie par exemple, mais leur exploitation n’est pas à l’ordre du jour et en ce qui concerne un éventuel recyclage c’est tout simplement impossible à envisager techniquement. Les seules sources alternatives de phosphate sont le guano et les ossements. Il fut un temps où les agriculteurs déterraient les squelettes des champs de bataille, les broyaient pour les répandre ensuite dans les champs et cette pratique constituait un apport en phosphate satisfaisant. Les gisements de guano chilien sont en voie d’épuisement alors que l’industrialisation de l’agriculture a conduit à l’usage intensif d’engrais à base de phosphate d’ammonium malgré le fait que près de 70 % du phosphate est perdu dans les sols et difficilement utilisable par les plantes d’une année à l’autre.

Il apparait donc qu’à terme, outre le refroidissement généralisé du climat prévu par les astrophysiciens, le renchérissement du prix des engrais risque bien de créer de sérieux troubles sociaux dans le monde entier à la suite d’un renchérissement insoutenable et incontournable du prix de toutes les denrées alimentaires.

Sources : The Conversation, The Atlantic, IFDC (International Fertilizer Development Center) et USGS. Illustrations IFDC, tableau USGS.

Note : dans un prochain billet je disserterai d’une autre valorisation inattendue des gisements de phosphorite marocains.

5 réflexions au sujet de « Et si le monde allait manquer de phosphate ? »

  1. En principe la quantité de phosphore dans le monde se maintient et il y a moyen d’améliorer la disponibilité pour la plante et de limiter les pertes.Cela dit, les mêmes qui protestent contre  » l’annexion  » de la crimée ne parlent pas du sahara occidental.

  2. Le Sahara Occidental a été annexé par le Maroc car il se voyait assez mal coupé du reste de l’Afrique par l’Algérie qui a hérité de la quasi totalité du Sahara. Ce découpage colonial n’a pas respecté les populations locales et est à l’origine de bien des conflits attisés en sous main par l’Algérie… On comprend que ce pays aurait aimé faire le lien entre Méditerranée et Atlantique !

    • Pour les non-initiés les STEP sont les initiatives pour résoudre le problème des déchets électroniques, si je ne fais pas erreur. Qu’on récupère de l’or, comme vous le mentionnez est un fait mais tenter de récupérer du phosphate qui n’a pratiquement aucune valeur en comparaison de l’or ou d’autres métaux comme le cadmium n’est pas économiquement soutenable. C’est exactement comme pour le projet de capture de l’uranium de l’eau de mer (le premier gisement du monde pour ce métal) à tel point que l’Espagne vient d’autoriser l’exploitation de mines d’uranium dans la province de Salamanque pour diversifier les approvisionnements de l’Europe. Je doute qu’on puisse mettre au point un jour une technique d’extraction du phosphate qui soit économiquement fiable.

      • Alors cela finira comme en chine : la cabane au fond du jardin, comme cela se faisait il y a peu, même en France. Bien entendu, la taxe foncière sur les cabane explosera :mrgreen:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s