Les tomates : un fruit devenu immangeable …

800px-Bright_red_tomato_and_cross_section02.jpg

Pour une fois les pourfendeurs de l’amélioration variétale de plantes ne me contrediront pas, les tomates que l’on trouve dans le rayon légumes des supermarchés ne sont plus ce qu’elles étaient il y a 30 ou 40 ans. Des tomates fermes, à peine juteuses, d’un couleur franchement rouge, dégageant une odeur caractéristique provenant de dérivés de la famille des carotènes, ne cherchez pas : ces tomates n’existent pratiquement plus. La grande majorité des tomates ont été soigneusement sélectionnées durant les quelques 50 dernières années afin de murir lentement, de résister par elles-mêmes aux champignons et autres moisissures et surtout de se prêter à toutes sortes de transformations comme le ketchup ou les concentrés utilisés pour la confection des pizzas. La tomate est devenue un fruit typiquement industriel, sans goût ni attrait, un détestable produit commercial. Certes on trouve maintenant des tomates dites « cerises » attachées les unes aux autres naturellement, c’est uniquement pour la satisfaction visuelle car elles sont tout aussi insipides. Il faut musarder dans des boutiques averties pour trouver quelques tomates à l’aspect plutôt sinistre pour satisfaire ses papilles gustatives produites par de petits agriculteurs courageux qui ont le « goût » du risque.

Capture d’écran 2017-02-01 à 20.55.06.png

Aujourd’hui la production de tomates est une véritable industrie. Ces fruits – oui, il s’agit de fruits et non pas de légumes – apparentés aux pommes de terre, sont produits dans des conditions contrôlées, souvent en hydroponie, c’est-à-dire en l’absence de terre, les racines étant imbibées automatiquement de liquides nutritifs, sous serre, stérilement, afin d’obtenir des tomates toutes de la même couleur, toutes de la même taille, facilement emballées et expédiées parfois à des milliers de kilomètres de leur lieu de production. Le revers de ce succès est un produit gorgé d’eau, sans goût aucun, bref une sorte d’ersatz repoussant.

Et ce résultat d’une sélection intense qui débuta au cours des années soixante a provoqué la disparition des gènes qui justement rendaient les tomates attractives de par leur senteur et la fermeté de leur chair. La sélection vers des tomates résistantes aux champignons et capables de rester sur les linéaires des supermarchés plus d’une semaine a été atteinte au détriment des propriétés organoleptiques qu’appréciaient nos parents et grands-parents. Aujourd’hui, on peut s’offrir un kilo de tomates insipides pour 1 euro ou si on est regardant et si on a les moyens financiers on peut s’offrir des tomates « comme autrefois » pour 10 euros le kilo, pas toutes de la même taille ni de la même couleur mais de vrais fruits que l’on peut déguster comme tels.

Le souci est que si les maraîchers voulaient produire des tomates, allez, on va dire industrielles, avec les saveurs d’antan, il faudrait réintroduire les gènes bien identifiés qu’elles ont perdu par sélection mais cette fois par génie génétique, en d’autres termes des tomates transgéniques qui redeviendraient de vraies tomates. N’est-ce pas là une absurdité ?

Inspiré d’un article paru sur le site Bloomberg

9 réflexions au sujet de « Les tomates : un fruit devenu immangeable … »

  1. Je ne peux plus laisser faire ça.
    Pas sans essayer quelque chose, peut-être quelque chose de buzzable.
    La tomate est quand même mon fruit préféré, j’ai une idée …
    Je vais tenter de mûrir mon idée, pour aider à ce que la tomate, la vraie, mûrisse à nouveau elle aussi 😉

  2. ah la la, j’ai encore le souvenir des tomates cabossees de mon ami et vieux jardinier, qui en fait ressemblaient peu a des tomates et qui etaient  » to die for  »

    >

  3. Très grand amateur de tomates, j’en teste dans mon potager quelques races chaque années et l’on me rend visite pour en profiter.Une seule race reçoit tous les suffrages la f1 cristal depuis 15 ans.Même dans les variétés non f1 je n’ai rien trouvé .
    La petite bloody butcher est aussi savoureuse et plus précoce .

  4. Le sélectionneur et ‘ lindustriel  » font ce que demandent les clients. Ils sont tout à fait capable de produire des tomates qui ont du goût à un prix raisonnable mais avec une durée de conservation moindre ( sauf à passer par des OGM).Une des causes est la cueillette bien trop tôt ( avant la maturité) et ensuite le stockage en chambre froide ( distributeur ou particulier) qui casse définitivement le goût de la tomate.

    • Je me suis amusé un jour à commander une pizza « sans sauce tomate » : résultat le goût global de la pizza est strictement identique … Entre parenthèse je ne considère pas les pizzas comme de la cuisine, je classerais plutôt ce mets international d’origine new-yorkaise dans la catégorie malbouffe …

  5. Il me semble qu’un de mes oncles, du genre scientifique, avait donné à mes parents (il y a des annees) des pieds de tomates pour les tester dans leur jardin; cela devaient être des tomates qui ne pourrissent pas…

  6. Faut pas exagérer quand même.
    Il y a 40 ans, la consommation de tomates n’était pas démocratisée comme aujourd’hui.
    Il faut simplement rappeler au consommateur qu’une fois la tomate achetée, il faut la laisser maturer à température ambiante, surtout pas au frigo comme le font la plupart.
    Laisser la mariner quelques minutes avec un peu d’huile d’olive (au choix), j’adore.
    J’ai fait l’expérience avec mon fils aîné, qui a vite compris et gouté la différence.
    Je produis mes tomates dans mon jardin (seulement 3 mois, quand elles ne sont pas malades…), sinon, j’en achète à un ami, producteur « industriel », qui n’a pas honte de ce qu’il fait.

    • Sauf que contrairement à l’avocat, une fois cueillie la tomate ne mûrit plus beaucoup … Il ne faut donc pas cueillir les tomates trop tôt comme c’est le cas à 90% (estimation de ma part) en grande distribution.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s