Le pouvoir de nuisance d’Obama juste avant sa retraite

Capture d’écran 2016-12-10 à 17.58.11.png

Le président Obama qui a été nobélisé pour son action pacifiante dans le monde entier, faut-il le rappeler, a levé l’embargo de pacotille sur la livraison d’armes aux rebelles apatrides qui tentent depuis 4 années, avec l’aide de la CIA, de prendre le contrôle de la Syrie envers et contre tout. Deux-cent soldats américains viennent d’être envoyés sur le terrain pour réceptionner les livraisons d’armes et les distribuer à bon escient. Parallèlement, Obama orchestre en sous-main une campagne dénonçant l’interférence de hackers russes dans le processus électoral du mois dernier qui a vu la victoire écrasante de The Donald. On n’est plus à un mensonge près dans la démocratie exemplaire américaine … ou plutôt présentée en exemple au monde entier.

Le Washington Post, organe de presse du marigot qui borde les deux rives du Potomac, le fleuve qui traverse Washington, un endroit dans le monde où se trouve la plus forte concentration de la plus exécrable corruption du monde, n’y est pas allé de sa plume la plus légère en dénonçant les interférences du Kremlin au cours des élections américaines. Des sites internet parmi ceux que je consulte le plus régulièrement comme ceux de Tyler Durden (Zerohedge), Mish Shedlock ou encore Paul Craig Roberts ont été placés en liste rouge par le « WaPo » comme étant des collaborateurs pro-russes. Ben voyons !

Je suppose que mon blog va aussi faire partie de cette liste rouge puisque j’ai osé reprendre les propos du Président des Philippines qualifiant Obama de fils de pute. Mon billet m’a d’ailleurs valu de vives protestations, presque injurieuses, d’un de mes lecteurs nord-américains, commentaire que je n’ai pas jugé bon de valider sur mon blog. Bref, c’est aux USA le retour du McCarthysme pur et dur, de la chasse aux sorcières. Quiconque exprime sa désapprobation en ce qui concerne la politique étrangère américaine pourrait recevoir des menaces de mort et s’il s’agit de journalistes ou de bloggers la NSA veille de concert avec la CIA. Il est illusoire que The Donald puisse changer quoi que ce soit dans le marigot du Potomac. Quand Kennedy émit l’idée de faire le ménage à la CIA, le verdict fut prompt : il fut assassiné et une série de mensonges aussi grossiers les uns que les autres disculpèrent cet organisme qui, comme Goebbels en d’autres temps, sait comment mentir en toutes occasions.

Plus les mensonges sont gros plus ils sont crédibles … C’est exactement ce qui s’est passé en Ukraine avec les évènements de Maiden, le MH17 et la Crimée, c’est aussi exactement ce qui s’est passé avec l’usage de gaz de combats par le régime d’El Assad en Syrie, pour ne citer que les plus récents mensonges diffusés par la CIA. L’incident du Golfe du Tonkin (1964) qui fut un pur mensonge monté de toute pièce par les services secrets américains procura un prétexte à l’armée américaine pour bombarder non seulement les positions viet-cong au Vietnam mais également au Laos et au Cambodge. Ce fut un massacre dont les victimes essentiellement civiles ne purent jamais être totalement recensées. Le mensonge des armes de destruction massives de Saddam Hussein fit plus de 1750000 victimes en Irak et le mensonge des gaz de combat utilisés soit dit en passant pas El Assad contre son propre peuple, un autre mensonge d’Obama, qui servit également de prétexte pour semer la désolation en Syrie. Etc, etc … Les Européens continuent à être des partenaires indéfectibles de ces menteurs en voulant durcir les sanctions contre la Russie … C’est désespérant !

Sources : Zerohedge, Wolfstreet, Counterpunch, Mishtalk, Paul Craig Roberts entre autres … Certains de mes lecteurs vont croire que je suis accro aux blogs subversifs, eh bien alors je suis moi-même subversif et je m’en félicite ! Lisez le Guardian ou Le Monde et même La Tribune de Genève, ce sont des quotidiens de propagande contrôlés par la CIA et qui abondent dans le mensonge le plus abject et cela quotidiennement, écoeurant !

Crise climatique : une taxe-carbone sur l’alimentation ?

Capture d’écran 2016-12-09 à 15.50.21.png

Avant d’entrer dans le vif du sujet de ce billet il est opportun de faire un petit rappel sur la composition de l’atmosphère. L’air sec est constitué de 78 % d’azote, de 21 % d’oxygène et 0,9 % d’argon. Le reste, soit 0,1 % du total représente des gaz dont la vapeur d’eau sous forme de traces. Si la vapeur d’eau au niveau des océans dans les zones tropicales peut atteindre une teneur de plus de 4 % il n’en est pas de même au dessus des terres et en altitude où l’air est essentiellement sec. Les nuages ne sont pas de la vapeur d’eau sous forme de gaz mais de fines gouttelettes d’eau ou des cristaux de glace. La contribution de la vapeur d’eau à l’effet de serre (encore faut-il prouver que ce phénomène physique existe réellement) est de ce fait pratiquement réduite à peu de chose.

Restent les fameux gaz à effet de serre tant décriés pour culpabiliser l’ensemble des bipèdes de la planète Terre. Le gaz carbonique (CO2) ne représente que 0,04 % de la composition de l’atmosphère. Quant aux autres gaz classés dans la catégorie « effet de serre » le méthane représente 0,00018 % des gaz atmosphériques, pas de quoi fouetter un chat et l’oxyde nitreux (N2O), ça vient de sortir, c’est aussi un horrible gaz à effet de serre qui met le climat en danger, il représente 0,000032 % de l’ensemble de l’atmosphère, vous avez bien lu, il n’y a pas de zéro subrepticement glissé dans ce nombre infinitésimal. Là aussi pas de quoi se faire nerveux.

Néanmoins, devant ces données d’une limpidité indiscutable, des activistes viennent d’imaginer qu’il fallait taxer tous les aliments dont la production contribue à l’accroissement du taux de gaz à effet de serre atmosphériques, une sorte de taxe-carbone sur l’alimentation ! Je n’invente rien, c’est l’Oxford Martin Programme sur le futur de la nourriture qui vient de sortir l’idée ( http://www.futuroffood.ox.ac.uk ) et c’est tout simplement délirant. Il faut absolument taxer la viande et les produits laitiers ainsi que les oeufs, ce sont des aliments dont la production relargue des quantités « massives » de méthane et de CO2 dans l’atmosphère pour les bovins, des oxydes d’azote pour les fientes de poulets et c’est très mauvais pour le climat. Les enfants mal-nourris apprécieront, eux pour qui un verre de lait est parfois leur seul repas. Il y a un enfant sur six souffrant de malnutrition aux USA et plus de 60 millions de personnes bénéficient de tickets d’alimentation pour survivre dans ce pays ! Faudra-t-il aussi surtaxer le vin, le champagne, le whisky et la bière (qui dégagent du CO2 lors de la fermentation des moûts sucrés) ainsi que les sodas dans lesquels on rajoute du CO2 qui part finalement dans l’atmosphère ? L’Oxford Futur of Food Program ne le dit pas …

Sources : wattsupwiththat.com pour les données atmosphériques et Oxford University, lien ci-dessus.

Maladies neurodégénératives et troubles énergétiques

Capture d’écran 2016-12-05 à 10.47.07.png

En juillet dernier j’avais laissé un billet sur ce blog relatif aux bienfaits de la grenade ou pomegranate (voir le lien). Cette fois-ci des travaux récents réalisés à l’Université de Nottingham précisent indirectement le rôle éventuel des tannins présents dans le pomegranate sur les mécanismes du vieillissement, c’est du moins mon interprétation à la lecture de cet article paru dans la revue Aging (voir le lien). L’équipe du Docteur Lisa Chakrabarti a montré que lorsque les tissus vieillissent, que ce soit les muscles ou les neurones du cortex cérébral, les mitochondries expriment beaucoup plus un enzyme particulier qui participe au maintien de l’acidité du liquide cellulaire et pour les mitochondries du liquide baignant ces structures subcellulaires. Il s’agit de l’enzyme qui transforme le CO2 en bicarbonate.

Comme une centrale électrique brûlant du charbon, par exemple, la mitochondrie brûle également toutes sortes de produits dont en particulier du glucose pour produire de l’énergie. Ce processus entraine l’apparition de CO2 qui est immédiatement pris en charge pour être transformé en bicarbonate. Cette transformation CO2 + H2O -> H2CO3 est spontanée mais pas assez rapide pour préserver l’intégrité tant de la cellule vivante que des organites subcellulaires comme en particulier les mitochondries. L’enzyme impliqué dans cette réaction est appelé anhydrase carbonique et c’est probablement le plus actif en terme de rapidité de fonctionnement de tous les enzymes connus.

Quand les tissus vieillissent pourquoi donc cet enzyme particulier devient plus abondant ? C’est la question soulevée par les résultats de cette étude et aucune explication satisfaisante n’a pu encore être apportée. Selon le Docteur Chakrabarti avec qui j’ai eu un échange d’e-mails cette expression abondante d’anhydrase carbonique serait le reflet d’un dysfonctionnement de la mitochondrie au cours du vieillissement. Ce processus dont les causes ne sont pas encore exactement connues participe à la dégénérescence musculaire et à l’apparition de maladies neurodégénératives.

Source : http://www.aging-us.com 2016, Vol. 8, No. 10, pp 2425-2436

https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/07/16/manger-des-grenades-cest-excellent-pour-la-forme-physique/

7 décembre 1941 …

Capture d’écran 2016-12-07 à 23.15.45.png

Soixante-quinze ans après l’attaque de Pearl Harbor à Honolulu par les Japonais, les USA célèbrent cet évènement en grande pompe.

Comme l’histoire est ridiculement réécrite ! Les Japonais ont attaqué parce que les Etats-Unis entravaient lourdement leurs échanges commerciaux avec les pays riverains du Pacifique ouest. Certes le Japon avait des vues sur le fer et le charbon australien mais ce pays commerçait honorablement avec l’Australie et ce n’est qu’après l’attaque de Pearl Harbor que les Américains ont prétendu qu’il fallait chasser l’armée japonaise des îles environnant l’Australie comme les Salomon et l’archipel de Guam qui était depuis de nombreuses années une possession de l’empire nippon.

Bref, tout ce rappel historique largement déformé dans les livres d’histoire pour dire que depuis le 7 décembre 1941 les USA n’ont jamais cessé de faire la guerre dans le monde entier, et ça continue et ça continuera encore car le seul secteur productif à peu près florissant de ce pays est le complexe militaro-industriel. Apple, Facebook ou Google sont des sociétés qui vivent de publicité ou d’innovations de moins en moins convaincantes. Les missiles, les drones et toutes sortes d’armements sont le nerf économique de ce pays guerrier qui ose imposer par la force sa notion toute relative de la démocratie. Et tous les pays européens en subissent les conséquences avec le bras armé des USA qu’est l’OTAN.

Sous la pression de ce lobby industriel ultra-puissant, The Donald, qui a promis de rapatrier tous les GIs qui n’ont rien à faire dans des pays étrangers, sera réduit au silence et les USA continueront à faire la guerre. Rien qu’au début de cette semaine le secrétaire général de l’OTAN a demandé plus de moyens, dont des missiles nucléaires, pour parer toute agression de la Russie et l’Iran est également dans la ligne de mire des stratèges du Pentagone. Car il faut faire travailler Boeing, Martin-Marietta, Raytheon, Lockheed, General Dynamics et bien d’autres compagnies qui n’ont pourtant pas, entre parenthèses, financé la campagne électorale de The Donald.

Je suis allé il y a quelques années à Saipan (archipel de Guam) et j’ai visité les monuments commémorant les massacres et les suicides collectifs des Japonaises et de leurs enfants à l’arrivée des marines américains. En parle-t’on dans les livres d’histoire ? Bien-sûr que non ! Pearl Harbor est la date d’officialisation de l’agressivité des USA avec les premières bombes atomiques larguées 4 ans plus tard sur des villes japonaises pour tuer le plus de civils possibles et ensuite de l’organisation de leur main-mise sur le monde entier avec la création de la Banque Mondiale, du FMI installés à Washington comme par hasard, de l’institution du dollar comme monnaie d’échange internationale, de l’évènement annonciateur de la guerre froide et de l’officialisation de l’esprit guerrier congénital des descendants du May Flower qui fallirent bien exterminer tous les Indiens et tous les buffalos … Quel terrible anniversaire !

Capture d’écran intéressante

Capture d’écran 2016-12-05 à 23.21.47.png

Les jours, les semaines et les mois passent … comme les politiciens. Qui aurait prévu en Avril 2016, quand cette photo a été prise, que seule la Miss Merkel serait encore aux manettes en 2017, mais pour combien de temps ? Pas certain qu’elle reste au pouvoir jusqu’à la fin de cette année à venir qui sera ponctuée par deux élections en Allemagne.

Obama a été viré par The Donald, Cameron a été « exité » par le référendum qu’il avait organisé, Renzi (de dos) vient aussi de se faire éjecter pour la même raison et Hollande a préféré ne pas se représenter après la publication de son livre qui pourrait lui attirer de graves ennuis. Mais je ne parierai pas sur l’avenir d’Angela …

Seuls les fonctionnaires de Bruxelles restent, font et continueront à faire la loi … pour le plus grand bien de tous les Européens !

Photo captée lors du journal de 19h30 du 5 décembre 2016 de RTS.

Après la brebis Dolly les Britanniques toujours à l’avant-garde

Capture d’écran 2016-12-05 à 10.54.43.png

Le Royaume-Uni va devenir le premier pays à autoriser les naissances d’enfants avec deux mères génétiques et un père géniteur. J’avais relaté sur ce blog cet évènement assez exceptionnel début octobre (lien ci-dessous). En théorie la micro-extraction du matériel génétique de la mère que contient l’ovocyte (ou ovule haploïde) et la réimplantation de ce même matériel provenant d’une autre mère afin d’éliminer les risques de maladies dues à une déficience de l’ADN mitochondrial conduit à un nouvel ovocyte sain qui pourra être fécondé avec des spermatozoïdes du père biologique. Ce genre de manipulation (photo ci-dessus) doit être réussi à 100 % afin d’être autorisé or une étude réalisée en Ukraine non pas pour réimplanter des oeufs fécondés, donc avec « deux » mères et un père, mais pour valider cette technique a montré que sur 15 embryons produits à partir d’ovocytes de mères saines dans lesquels ont été introduits les matériels génétiques d’ovocytes de 4 mères ayant des mitochondries défectueuses a abouti à trois embryons eux-mêmes défectueux. Que mes lecteurs se rassurent ces embryons ont été utilisés pour produire des cellules souches et ont donc été détruits.

Ce résultat indique donc qu’il existe au cours de la micro-manipulation un phénomène dit de « carry-over », en d’autres termes l’extraction du noyau haploïde n’est pas à 100 % exempt de mitochondries défectueuses. Comme le montre le cliché ci-dessus la manipulation elle-même à l’air propre et pourtant dans les cellules souches obtenues à partir de ces 15 embryons il y avait un défaut s’élevant à 20 % (3/15). Les instances gouvernementales britanniques ont donc autorisé les travaux de recherche dans ce domaine afin d’améliorer la technique pour pouvoir dans un avenir supposé proche obtenir un « zéro fautes » … L’approche préconisée par les autorités (HFEA, Human Fertilisation and Embryology Authority) est de trouver une mère donneuse d’ovocyte sain dont le patrimoine génétique (ADN nucléaire ou du noyau) est proche de celui de la mère déficiente et diffère seulement au niveau de l’ADN mitochondrial. On parle ici d’haplotype, un terme désignant les différences génétiques générales entre groupes humains.

L’enfant né au Mexique avec « deux mères », une mère génétique – la vraie mère – et une « mère mitochondriale », si on peut dire les choses ainsi, fait l’objet de toutes les attentions. Les travaux de recherche clinique à son sujet ont ainsi montré que les mitochondries défectueuses de sa mère génétique étaient absentes dans certains tissus mais présentes jusqu’à hauteur de près de 10 % dans d’autres tissus, ce qui indique donc que la technique est encore imparfaite et ce n’est pas parce qu’elle a été pratiquée au Mexique qu’elle est imparfaite mais que le concept expérimental n’est pas totalement « propre » et doit donc être amélioré. C’est ce qu’ont donc décidé les autorités britanniques. Affaire à suivre.

Source et illustration : Nature.com

https://jacqueshenry.wordpress.com/2016/10/01/un-bebe-avec-deux-mamans-et-un-papa/

La délocalisation des essais cliniques : un gros scandale !

Capture d’écran 2016-12-04 à 23.33.43.png

Après le scandale des essais cliniques qui eurent lieu en France pour le compte d’une société portugaise il y a quelques mois, je ne me souviens plus des détails sinon qu’il y eut quelques morts, ressurgit un autre scandale de bien plus grande ampleur. Refroidis par les recours en justice des « cobayes » occidentaux, c’est-à-dire des volontaires de pays européens par exemple comme en France, rémunérés pour ce service très spécial, les laboratoires pharmaceutiques ne se cachent même plus pour effectuer leurs essais cliniques dans les pays dits « du sud ». Plutôt que de payer 5000 dollars un ressortissant d’un pays européen, il est beaucoup moins coûteux de donner généreusement 500 dollars à un Egyptien, un Indien ou encore un Ukrainien, un véritable pactole pour ces derniers ! Au risque de leur vie …

Les grands laboratoires pharmaceutiques ont compris l’avantage de procéder à leurs essais cliniques dans les pays du sud et en 15 ans ce sont dix fois plus d’essais qui sont réalisés dans ces contrées. La corruption gouvernementales aidant, les portes leur sont ouvertes : cela revient presque moins cher que de procéder à des expérimentations sur des souris ou des rats ! En Egypte par exemple pour expérimenter une nouvelle molécule anti-diabétique ou anti-cancéreuse, il n’y a pas de problème, les candidats se précipitent car la couverture sociale santé est pratiquement inexistante et de surcroit, être pris en charge et payé pour tester une nouvelle molécule dans l’espoir de guérir est un véritable cadeau. Pratiquement tous les laboratoires pharmaceutiques ont installé des antennes dans ce pays et s’il y a quelques morts la justice fermera les yeux.

En Afrique du Sud la situation est identique et personne ne semble s’en préoccuper. Là où il y a problème est que ces essais cliniques sont réalisés dans leur suivi par des personnels parfois peu qualifiés et qu’ils se retrouvent ensuite dans les rayonnages des pharmacies et prescrits par les médecins qui ont subi un intense conditionnement marketing de la part de ces mêmes laboratoires. Autant dire que tout concoure pour que les bonnes pratiques cliniques ne soient plus respectées. Après avoir testé leurs nouvelles molécules sur des cobayes humains au rabais, les laboratoire pharmaceutiques, pressés de rentabiliser leurs produits brevetés (un brevet n’est valable que 20 ans), passent sous silence les effets secondaires indésirables et vendent leurs nouvelles molécules hors de prix pour rentabiliser leurs investissements le plus vite possible pour passer à un autre projet.

Les instances régulatrices sont également corrompues et n’ont pas accès aux dossiers des essais cliniques. Elles ferment donc les yeux et il arrive alors que des scandales comme celui du Mediator surgissent et préoccupent l’opinion publique. Mais combien de millions sinon de milliards d’euros (ou de dollars) auront été dépensés par les organismes de protection sociale le plus souvent inutilement car il s’avère que près de 60 % des médicaments prescrits par le corps médical n’ont aucune efficacité !

Source : adapté d’un article paru dans Le Temps. Illustration : essai clinique en Inde.

Le féminisme : un tue-l’amour ?

Capture d’écran 2016-12-03 à 14.01.54.png

Je ne sais pas du tout si le titre de ce billet entre dans les normes de la complexe syntaxe de la langue française mais il décrit bien l’objet de ce billet. Tout d’abord je me permettrai de faire une remarque préliminaire sur la définition du féminisme. Les mouvements féministes émergèrent avec les suffragettes aux USA après la deuxième guerre mondiale puis ils ont atteint une sorte de paroxysme peu reluisant pour les femmes elles-mêmes avec le mouvement « Femen » tandis que certaines d’entre elles étaient fières de militer pour les LGBTs. Le féminisme est donc perçu par l’opinion comme un mouvement de revendications disparates. Or il n’en est rien.

Les relations hétérosexuelles entre une femme et un homme ont été pendant des millénaires considérées comme la normalité. Une femme se devait d’être « à la maison », procréer et élever sa progéniture tout en satisfaisant les désirs du père de ses enfants et être accessoirement satisfaite de cette relation elle-même. C’était la norme et elle reste toujours respectée dans de nombreux pays quelles que soient les cultures et les religions. Le concept d’égalité des genres est enfin apparu il y a quelques années dans les pays occidentaux et il a conduit alors à une nouvelle approche du féminisme que je considère pour ma part comme bénéfique bien que n’adhérant pas pour des raisons scientifiques à la théorie de l’égalité des genres.

Le féminisme, au moins dans les pays développés, est la résultante d’une modification des modes de vie. Prenons quelques exemples triviaux illustrant cette modification. Les progrès techniques ont permis par exemple la création de l’aspirateur pour faire le ménage, de la machine à laver pour laver le linge, puis du four électrique pour la cuisine et enfin du four à micro-ondes encore plus facile d’emploi. Ces nouveautés technologiques ont libéré un temps précieux aux « femmes à la maison ». Puis vint le « plateau télé » qui finit par totalement affranchir la femme (à la maison) de taches ménagères quotidiennement monotones. La femme a découvert qu’elle pouvait faire autre chose que se consacrer uniquement à ses enfants, sa maison et son époux.

Cette évolution qui remonte au milieu du XXe siècle a révolutionné le statut de la femme dans la société et de plus en plus d’entre elles travaillent d’égal à égal avec les hommes. J’ai connu des femmes conductrices de gros engins de travaux publics et des camionneuses au volant de semi-remorques de 40 tonnes … Sont-elles pour autant devenues des « hommasses », des êtres asexués ? Pas vraiment. Il y a cependant un côté très positif dans cet environnement où la femme joue un rôle de plus en plus concret dans la société : la femme prend maintenant volontiers l’initiative dans les relations amoureuses et sexuelles. C’est une conséquence directe de cette prise de conscience d’une sorte d’égalité entre femmes et hommes et c’est, de mon point de vue, tout à fait bénéfique. Le féminisme tel qu’on le perçoit est donc la conséquence d’une évolution civilisationnelle et non pas une création idéologique. La femme et l’homme sont devenus égaux pour une plus grande satisfaction de la vie de couple et une plus profonde stabilité de cette relation. La romance amoureuse n’a donc pas disparu et c’est maintenant à l’homme de maîtriser ses instincts de domination …

Billet inspiré d’un article paru dans The Conversation

Le Soleil est entré en léthargie

Capture d’écran 2016-12-02 à 17.16.11.png

Entre le 14 et le 18 novembre 2016, la surface du Soleil était totalement uniforme, c’est-à-dire sans aucune tache. Les taches solaires sont la signature de l’intensité du champ magnétique de l’astre. Comme le Soleil tourne autour de lui-même en 25 jours il faudra attendre encore une semaine pour avoir la confirmation qu’il est entré dans un période de sommeil magnétique prolongée. D’abord le cycle #24 se termine – il a culminé en 2014 – avec une pauvreté en taches solaires jamais observée depuis la fin du XVIIIe siècle et les prévisions de plusieurs équipes d’astrophysiciens indiquent que le prochain cycle solaire sera ponctué de seulement quelques manifestations timides d’activité magnétique. La Nasa (source de l’image) se perd en conjectures puisque depuis le mois de juin passé l’activité solaire est anormalement faible. Déjà en 2014 les spécialistes du Soleil de la NASA s’inquiétaient de ce soudain sommeil de l’astre source de toute vie sur Terre. Et il avouent n’avoir aucune explication à donner au sujet de ces observations alors que le minimum inter-cycle ne devrait être atteint qu’en 2021 … Tout au plus ils déclarent que l’activité solaire est hautement imprévisible. Le Docteur Valentina Zharkova, dont j’ai relaté les travaux à plusieurs reprises sur ce blog, va certainement apprécier !

Autres nouvelles d’ITER : fiasco déjà programmé !

Capture d’écran 2016-12-01 à 11.50.36.png

Comme mes lecteurs le savent je ne crois pas une seconde à la faisabilité du réacteur à fusion ITER. C’est une vue de l’esprit d’un groupe de scientifiques dérangés mais aussi et surtout soumis à une idéologie mondialement répandue voulant plier l’Humanité toute entière dans une paupérisation totale consistant à ne plus utiliser les combustibles fossiles ni l’uranium (ou le thorium) pour produire de l’énergie et se consacrer totalement aux énergies dites alternatives dont ITER fait partie. Selon de savants calculs avec un apport en énergie de 50 MW ITER devrait en produire dix fois plus. Le programme de développement de ce coûteux prototype est le suivant : premier plasma chaud et stable donc théoriquement exploitable produit en 2025, premières expérimentations de fusion deutérium-tritium prévues en 2035, décommissionnement de cette énorme machine de plusieurs milliers de tonnes comprenant plus d’un million de composants devant globalement coûter plus de 20 milliards d’euros en … 2042 !

Si tout se passe donc bien, ce prototype produira quelques kWs pendant seulement 7 ans ! Je répète « si tout se passe bien » c’est-à-dire conformément aux rêves de ces scientifiques qui à mon humble avis sont complètement déconnectés de la réalité. Ce qui est le plus incroyable dans ce roman de mauvaise science-fiction est que le projet de décommissionnement prend déjà forme. Il y a eu un appel d’offre pour s’occuper de nettoyer l’ensemble du site et le rendre au CEA qui est propriétaire du terrain ! Les sociétés Amec Foster Wheeler et NUKEM Technologies ont été choisies pour étudier ce décommissionnement et le consortium international ITER leur a signé un chèque de 174 millions d’euros pour étudier dès à présent cette phase critique de la fin de vie d’ITER. En effet, le fonctionnement de ce monstre pendant 7 ans seulement transformera des milliers de tonnes de composants variés en une véritable poubelle hautement radioactive encore plus dangereuse que Tchernobyl en raison du flux extrêmement intense de neutrons provoqué par la fusion deutérium-tritium inévitable car il est impossible de dévier ou confiner des neutrons à l’aide d’un champ magnétique. Il faudra que tout le démantèlement de cet équipement soit réalisé avec des robots résistants à la radioactivité car personne ne pourra s’approcher de ce monstre … Et qu’adviendra-t-il de tous ces déchets ? Personne n’en parle ouvertement !

Cette information est suffisante pour se rendre compte que les scientifiques travaillant pour le consortium ITER ne croient même pas à l’avenir de la fusion nucléaire comme source d’énergie du futur puisqu’ils songent déjà à son démantèlement dès 2042 … Je repose donc la question : quand le pouvoir politique va-t-il prendre la décision d’arrêter cet immense gâchis ?

Source : World Nuclear News