Les drogues les plus dangereuses ne sont pas celles que l’on croit …

Capture d’écran 2016-12-22 à 09.33.54.png

La revue The Lancet a publié il y a quelques mois un article classant les diverses drogues licites et illicites selon leur degré de dangerosité pour l’utilisateur et également pour son entourage. L’alcool arrive en première place suivi de l’héroïne et le tabac est confortablement installé à la sixième position. Il s’agit d’un classement prenant en compte l’effet direct sur l’individu mais également celui parfois dévastateur sur l’entourage de ce dernier. Pour l’alcool les accidents de la route, la dégradation de la santé et les scènes de ménage ont été pris en compte dans ce classement. Mais qu’en est-il exactement de la dépendance aux drogues ? Et là c’est un peu la surprise selon cette étude !

Capture d’écran 2016-12-27 à 17.14.53.png

On trouve champion de la dépendance l’héroïne malgré son effet dévastateur par over-doses. Il faut en effet à peine plus de 5 fois la dose que s’injecte un héroïnomane pour en mourir. Or cette dépendance entraine l’utilisateur dans une spirale dangereuse et morbide car il lui faut toujours plus de drogue pour atteindre la satisfaction recherchée. Pour mémoire le marché mondial de l’héroïne est évalué à 80 milliards de dollars par an, ça laisse rêveur.

La deuxième drogue pour laquelle la dépendance apparaît rapidement est la cocaïne qui comme l’héroïne maintient le taux de sérotonine cérébrale à son maximum quoique un peu moins efficace que cette dernière drogue. Marché mondial de la cocaïne : 100 milliards de dollars par an, ça laisse aussi rêveur.

La nicotine arrive en confortable troisième place en ce qui concerne la dépendance. En 2002 (dernières statistiques disponibles) il y avait plus d’un milliard de fumeurs sur Terre, quelle quantité de CO2 et de microparticules délétères pour le climat rejetés dans l’atmosphère ! L’OMS considère qu’en 2030 plus de 8 millions de personnes passeront de vie à trépas pour avoir fumé durant leur vie. Comme l’héroïne et la cocaïne la nicotine augmente le taux de sérotonine dans le cerveau mais à peine dix fois moins que l’héroïne.

Viennent en quatrième place les barbituriques mais ces drogues qui à faible dose procurent une certaine euphorie ont été remplacés par d’autres produits de synthèse. De plus les barbituriques ne sont pas facilement accessibles sur le marché sous-terrain des drogues.

Capture d’écran 2016-12-27 à 17.14.26.png

Vient enfin l’alcool qui selon les doses peut être aussi efficace que l’héroïne pour augmenter le taux de sérotonine cérébral. Selon l’étude du Lancet une personne sur cinq ayant consommé de l’alcool devient dépendante et l’OMS estime qu’il y a plus de 2 milliards de consommateurs réguliers de boissons alcoolisées dans le monde. À consommer, donc, avec modération … Café, alcool et nicotine sont donc les drogues les plus couramment utilisées dans le monde.

Source et illustration : Lancet

4 réflexions au sujet de « Les drogues les plus dangereuses ne sont pas celles que l’on croit … »

  1. 100 est le maximum. Mais a quoi cela correspond t’il ?
    Comment ont ils fixé un maximum et fait un comparatif des drogues les une par rapport aux autres si aucune n’atteins 100.
    Je ne comprend pas.

    Et meilleurs voeux pour 2017. Je ne vous souhaite pas bonne santé parce que entre la glycine, la bière, les foies de morue, la levure de bière, les grenades, …, vous allez bien peter le feu encore longtemps.
    Merci pour toutes ces infos et très bien aussi l’huile de callophylum. A la boxe on est un paquet à avoir attaquer la glycine grace a vous. Le lsd et les champignons on va attendre encore un peu.

    Vous avez déjà essayé la créatine ? Vous en pensez quelque chose ?

    • Et j’oubliais le lait. D’ailleurs vous prenez du lait entier ou pas ? Parce que j’ai essayer vos doses, mais avec du lait entier j’ai des soucis de digestion.

  2. Bonjour
    Ce tableau est indicatif mais assez peu exhaustif. Par exemple, on distingue la metamphetamine de l’ecstasy, alors que le principe actif de l’ecstasy est le MDMA, c’est-à-dire DiMethyl,3,4MetAmphetamine ! De même les Benzodiazépines (qui sont les principes actifs des anxiolytiques), sont ce qui permet de fabriquer les metamphetamines (il faut bien dire les car il y a plusieurs types). De même on a une palanquée de types d’amphetamines, qui d’ailleurs peuvent être mélangés à d’autre produits (buvard de LSD, cocaïne). A l’occasion d’ailleurs, faite une recherche sur Google en associant les mots-clés amphétamines mediator. A ma connaissance, l’alcool est la seule drogue dont on peut mourrir d’une crise de manque. Les risques du Cannabis sont en gros ceux du tabac qui lui est mélangé. Bref, c’est un sujet fort complexe qui ne peut se résumer à un tableau bi-dimentionnel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s