Crise climatique : une taxe-carbone sur l’alimentation ?

Capture d’écran 2016-12-09 à 15.50.21.png

Avant d’entrer dans le vif du sujet de ce billet il est opportun de faire un petit rappel sur la composition de l’atmosphère. L’air sec est constitué de 78 % d’azote, de 21 % d’oxygène et 0,9 % d’argon. Le reste, soit 0,1 % du total représente des gaz dont la vapeur d’eau sous forme de traces. Si la vapeur d’eau au niveau des océans dans les zones tropicales peut atteindre une teneur de plus de 4 % il n’en est pas de même au dessus des terres et en altitude où l’air est essentiellement sec. Les nuages ne sont pas de la vapeur d’eau sous forme de gaz mais de fines gouttelettes d’eau ou des cristaux de glace. La contribution de la vapeur d’eau à l’effet de serre (encore faut-il prouver que ce phénomène physique existe réellement) est de ce fait pratiquement réduite à peu de chose.

Restent les fameux gaz à effet de serre tant décriés pour culpabiliser l’ensemble des bipèdes de la planète Terre. Le gaz carbonique (CO2) ne représente que 0,04 % de la composition de l’atmosphère. Quant aux autres gaz classés dans la catégorie « effet de serre » le méthane représente 0,00018 % des gaz atmosphériques, pas de quoi fouetter un chat et l’oxyde nitreux (N2O), ça vient de sortir, c’est aussi un horrible gaz à effet de serre qui met le climat en danger, il représente 0,000032 % de l’ensemble de l’atmosphère, vous avez bien lu, il n’y a pas de zéro subrepticement glissé dans ce nombre infinitésimal. Là aussi pas de quoi se faire nerveux.

Néanmoins, devant ces données d’une limpidité indiscutable, des activistes viennent d’imaginer qu’il fallait taxer tous les aliments dont la production contribue à l’accroissement du taux de gaz à effet de serre atmosphériques, une sorte de taxe-carbone sur l’alimentation ! Je n’invente rien, c’est l’Oxford Martin Programme sur le futur de la nourriture qui vient de sortir l’idée ( http://www.futuroffood.ox.ac.uk ) et c’est tout simplement délirant. Il faut absolument taxer la viande et les produits laitiers ainsi que les oeufs, ce sont des aliments dont la production relargue des quantités « massives » de méthane et de CO2 dans l’atmosphère pour les bovins, des oxydes d’azote pour les fientes de poulets et c’est très mauvais pour le climat. Les enfants mal-nourris apprécieront, eux pour qui un verre de lait est parfois leur seul repas. Il y a un enfant sur six souffrant de malnutrition aux USA et plus de 60 millions de personnes bénéficient de tickets d’alimentation pour survivre dans ce pays ! Faudra-t-il aussi surtaxer le vin, le champagne, le whisky et la bière (qui dégagent du CO2 lors de la fermentation des moûts sucrés) ainsi que les sodas dans lesquels on rajoute du CO2 qui part finalement dans l’atmosphère ? L’Oxford Futur of Food Program ne le dit pas …

Sources : wattsupwiththat.com pour les données atmosphériques et Oxford University, lien ci-dessus.

3 réflexions au sujet de « Crise climatique : une taxe-carbone sur l’alimentation ? »

  1. Il paraitrait plus sage de taxer les transports aériens… C’est sûr que M. Hulot trouvera cela juste, lui qui doit faire plus de CO2 (pour alimenter nos arbres ) que tout un chacun. Mais la COP par sagesse n’a pas tiré dans le pied des Icariotes. Maintenant que le réchauffement climatique parait moins certain il faut bien trouver une nouvelle taxe pour alimenter on ne sait qui ? Au fait qui peut dire combien on paie de taxe carbone et où cela va ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s