Des brownies au cannabis, excellente idée !

Capture d’écran 2016-11-10 à 16.39.24.png

Quand j’ai vu cet article sur Bloomberg j’ai ressenti une bouffée de nostalgie. Je m’explique : lorsque je résidais à Port-Vila (Vanuatu) j’avais développé une petite entreprise avec un ami local pour produire de l’huile de tamanu (Calophyllum inophyllum) à partir des amandes préalablement séchées au soleil comme le coprah puis pressées avec une petite presse à coprah artisanale. Lorsque les exportations de cette huile déclinèrent dangereusement car Madagascar avait mis en place la même production à des prix incroyablement modiques j’entrepris de produire des petits sablés contenant un extrait lyophilisé des racines de kava (Piper methysticum), une succédanée très puissante du Vallium et aussi une boisson traditionnelle apaisante répandue dans tout le Pacifique.

Des kava-bars s’étaient d’ailleurs ouverts à Amsterdam, Berlin ou Paris, or boire cette horreur dans un nakamal, l’abri traditionnel dédié à cette cérémonie, tenait du supplice car ce liquide grisâtre est franchement infect. En remplaçant une partie de la farine utilisée pour fabriquer des petits-sablés par l’extrait lyophilisé de kava et avec la présence de beurre l’effet était assuré en quelques minutes. Mes petits sablés remportèrent un vif succès auprès des touristes et également auprès des ni-Vans, les Mélanésiens locaux. D’après la vieille Anglaise qui tenait la petite boutique d’articles pour touristes et à qui j’avais réservé l’exclusivité de ma production certaines ni-Vans, qui ne sont pas autorisées à participer à la dégustation des bolées de kava dans les nakamals, des endroits strictement réservés aux hommes, appréciaient particulièrement mes petits-sablés. Comme je connaissais précisément la teneur en matières actives – 50 milligrammes de kavaïnes – des petits gâteaux il n’y avait pas de risques d’overdose mais une sensation de bien-être instantanée et durable. Je disposais en effet de tout l’équipement analytique dernier cri pour mesurer très précisément la teneur de mes extraits en les différentes kavaïnes, chromatographie liquide haute pression en phase inverse et détecteur à réseau de diodes, le nec plus ultra à l’époque.

Pour la marijuana la démocratisation (légalisation) à usage récréatif aux USA a ouvert la porte à tous les excès. Avec les élections présidentielles il y eut aussi des myriades de « votations » comme on dit en Suisse. La marijuana est donc ainsi devenue légale en Californie, dans le Maine, le Massachusetts et le Nevada. Au total 8 Etats américains dont quatre ont légalisé le « pot » depuis 4 ans comptent parmi les paradis du joint. Or selon certains Etats américains la dose limite doit correspondre à un joint, soit une dizaine de milligrammes de cannabinoïdes par exemple dans l’Etat de Washington mais en Californie il n’y a pas encore de limites pour les barres chocolatées au cannabis. La société Spot de Seattle a donc préféré produire des brownies contenant seulement 5 milligrammes de cannabinoïdes et ça se vent comme des petits … gâteaux !

Source : Bloomberg et illustration http://www.spotseattle.com/spot-products/?age-verified=0e2dd69247

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s