De quoi se nourrissaient les hommes de Neandertal …

Homo_neanderthalensis_adult_male_-_head_model_-_Smithsonian_Museum_of_Natural_History_-_2012-05-17.jpg

C’est dans la Grotte des Fées, près de Châtelperron dans l’Allier que fut découverte la civilisation dite « châtelperronienne » qui remonte à environ 40000 ans avant l’ère présente et qui est classée dans le paléolithique supérieur c’est-à-dire à peu près quand l’homme moderne envahit l’Europe et ce qui est aujourd’hui le territoire français. Le même type d’artéfacts, des pierres taillées et des ornements personnels, fut retrouvé également dans la Grotte du Renne à Arcy-sur-Cure dans l’Yonne. Les archéologues considérèrent que ces grottes avaient été occupées par l’homme de Néandertal bien avant l’arrivée de l’homme moderne et qu’il fut chassé par ce dernier mais la controverse ne put pas être clairement levée. Une étude récente réalisée dans le cadre d’une collaboration entre plusieurs universités européennes s’est intéressée plus particulièrement à des restes osseux et des dents retrouvés dans la grotte du Renne dans des couches archéologiques où ont été également retrouvés les mêmes types d’artéfacts que dans la grotte des Fées. Le but de cette étude était de préciser la chronologie de l’interaction entre les hommes de Néandertal et l’homme moderne. Près de 200 fragments d’os ont été datés et analysés et parmi ceux-ci 28 ont été formellement identifiés d’origine humaine mais pour préciser l’origine de ces fragments d’os – Néandertal ou homme moderne – il fallut procéder à l’extraction du collagène des os car l’état de conservation de l’ADN ne permit pas d’établir une quelconque certitude quant à l’origine de ces os.

Il fut donc fait appel à une analyse très fine des résidus de collagène osseux en tenant compte des processus de dégradation avec le temps des acides aminés constitutifs de cette protéine particulière. Le résultat le plus significatif concerne des fragments d’os crâniens d’un enfant d’environ un an selon l’état de maturité de ces os et probablement non sevré datant de 42000 ans avant l’ère présente, contenant des fragments de collagène dont le séquençage a permis d’établir sans ambiguïté qu’il s’agit bien d’un homme de Néandertal parmi les derniers représentants de cet homme ancien qui disparut rapidement par la suite.

Capture d’écran 2016-10-14 à 12.26.44.png

Le plus intéressant (à mon goût) dans cet article est l’étude isotopique de ces protéines qui a permis de préciser les habitudes alimentaires des hommes de Néandertal. Il s’agit de mesurer les compositions isotopiques du carbone et de l’azote des échantillons. La teneur en carbone-13 est généralement très faible dans les plantes en dehors des plantes dites C4 telles que le maïs ou le sorgho. Or il n’existait pas de telles plantes à l’époque dans l’Yonne d’aujourd’hui. Le seul renseignement que peut fournir une telle étude conduit à savoir si ces hommes de Néandertal consommaient des poissons ou des fruits de mer. Il fut donc procédé à une analyse des isotopes de l’azote qui ont la particularité de s’enrichir en isotope N-15 tout au long de la chaine alimentaire de l’ordre de 3 à 5 parties pour mille. Les Néandertaliens se sont révélés par cette technique d’étude être des carnivores qui mangeaient peu de poissons de rivière. Pour les fragments d’os de l’enfant qui ont été analysés la situation a été un peu compliquée car l’enfant était probablement encore nourri au sein, un régime alimentaire qui a encore plus enrichi les fragments de collagène osseux en azote-15. Les hommes de Néandertal se nourrissaient donc du produit de leur chasse, des rennes herbivores ou des carnassiers comme des canidés, probablement des loups. Ces homme primitifs étaient capables de confectionner des outils pour chasser à l’aide d’ossements munis de pierres taillées tranchantes qui ont été retrouvées dans ces grottes. Mais il ne faut pas oublier qu’ils confectionnaient également des bijoux d’ornement et vivaient en petits groupes organisés. Avaient-ils développé un langage, nul ne le sait mais c’est vraisemblable. En conclusion de cette étude les occupants de la Grotte du Renne étaient bien des Néandertaliens mangeurs de viande qui furent délogés par la suite par l’homme moderne …

Source et illustration : PNAS, doi : 10.1073/pnas.1605834113 et aussi reconstitution de la tête d’un homme de Néandertal (Wikipedia)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s