Crise climatique : agissements malsains de « scientifiques » corrompus !

Capture d’écran 2016-10-26 à 16.43.22.png

C’est le Daily Mail qui a révélé l’affaire dimanche dernier 23 octobre. Les malversations scientifiques et financières du CCCEP, le Centre pour la politique et l’économie du changement climatique situé à la London School of Economics et à l’Université de Leeds sont pour le moins cocasses. Ce centre très écouté par les politiciens tant britanniques qu’européens a pour mission de définir la stratégie globale pour mettre en place une action décisive contre le réchauffement climatique. Cette mission doit donc être conforme avec l’agenda de ces derniers politiciens. Il en résulte, on pouvait s’y attendre, une série de malversations scientifiques comme par exemple des travaux réalisés avant même l’existence de cette entité administrative plus que scientifique ou encore l’appropriation de travaux réalisés par d’autres équipes de scientifiques, le tout afin d’être largement subventionné par le contribuable. Le scandale a été découvert à la lecture d’un rapport de 700 pages commandé par le gouvernement de Tony Blair relatif à l’impact économique du changement climatique.

Et la manne financière, de ce fait, coule à flot pour financer des pseudo-travaux se résumant en des rapports ronflants sans aucune base scientifique prouvée. Neuf millions de livres sterling ont été ainsi dépensés pour des travaux de recherche qui n’ont jamais été réalisés ou ont été plagiés et sciemment modifiés pour en tirer des conclusions conformes aux attentes du monde politique entre 2008 et 2011. Ce ne sont pas moins de 37 millions de livres qui ont été accordés en huit années à cet organisme qui pilote aussi l’EPA (Environmental Protection Agency) et édicte conjointement avec cette agence le Plan pour l’Energie Propre (Clean Power Plan). Par exemple une publication parue dans le périodique Ecological Economics Journal le 31 juillet 2008 dissertant de l’impact économique marginal du changement climatique a été repris en en changeant quelques mots pour arriver à une conclusion inverse de celle des auteurs dont Le Professeur Richard Tol de la Sussex University. Celui-ci a déclaré au Daily Mail que ça sentait vraiment mauvais ! L’ Ecological Economics Journal n’a pas une très bonne réputation dans le monde scientifique dans la mesure où il refuse certains manuscrits soumis à publication quand leur contenu n’est pas en accord avec sa mission de propagande écologiste, une attitude pour le moins exécrable.

Ce n’est pas tout ! La plupart des pseudo-publications scientifiques de cet organisme sont prédéterminées, en d’autres termes les conclusions des travaux effectués sur le terrain (le plus souvent fictifs) sont écrites avant même qu’il y ait eu une quelconque recherche effective, si tant est qu’on puisse parler de « recherche » dans ce cas de figure.

Bref, l’escroquerie dévoilée par le Daily Mail tombe très mal à quelques jours du raout de Marrakech (COP22) car le CCCEP, dirigé par un certain Nick Stern, grand combattant du changement climatique mais aussi président de la British Academy, une sorte de confrérie non officielle réservée à une certaine élite de scientifiques cooptés et soigneusement choisis pour leur orientation politique, devrait y être accueilli avec les honneurs. Tout ceci est bien glauque !

Ce scandale est une preuve supplémentaire qu’il ne peut pas y avoir de science de qualité quand celle-ci est soumise au pouvoir politique et à son bon vouloir pour le soutien financier accordé avec des fonds publics, c’est-à-dire l’argent des contribuables, afin de conforter les thèses erronées de ces mêmes politiciens … Avec de telles pratiques la « science climatique » a encore de beaux (mauvais) jours devant elle !

Source et illustration (Nick Stern) : Daily Mail et Daily Caller

6 réflexions au sujet de « Crise climatique : agissements malsains de « scientifiques » corrompus ! »

  1. Nous citer des journaux à tendance conservatrice (daily mail) et carrément libertarien (Daily caller) en guise de preuve il faut oser. On fait donc jusqu’à preuve du contraire dans la calomnie, on sait d’ailleurs que ces « journaux » en sont coutumiers.

    Quoi qu’il en soit ça ne nous affranchit pas de notre responsabilité dans le réchauffement actuel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s